Baisse de l’activité commerciale au quatrième trimestre 2017

importations Office
L'importation de produits agroalimentaires a baissé. New Press

L’activité commerciale a enregistré une baisse au quatrième trimestre 2017, notamment chez les grossistes de certains produits, a indiqué l’Office national des statistiques (ONS) sur la situation et les perspectives dans le commerce.

Dans une enquête-sondage d’opinion menée auprès de commerçants, l’ONS a relevé que pour les grossistes, l’activité commerciale avait connu une baisse au dernier trimestre de 2017, notamment ceux activant dans le commerce de l’agroalimentaire, de la droguerie-quincaillerie- appareils électroménagers-parfumerie (DQAEMP). Mais l’activité commerciale s’est stabilisée, selon l’opinion des commerçants-détaillants des combustibles et lubrifiants et des machines et matériel d’équipement.

Par ailleurs, l’ONS a observé que près de 75% des grossistes se plaignent de la «lenteur» des formalités d’acquisition de marchandises et plus de 33% se plaignent des délais d’approvisionnement qui sont, selon eux, «longs». Ils déplorent également l’éloignement des sources d’approvisionnements. En outre, près de 42% de grossistes et 25% de détaillants interrogés relèvent avoir enregistré des ruptures de stocks de produits, dont essentiellement ceux de l’agroalimentaire, des DQAEMP et ceux de la matière première et demi-produits.

Quant aux prix d’acquisition des produits, ils ont été jugés «plus élevés», selon plus de 41% de grossistes et près de 25% des détaillants, notamment ceux de l’agroalimentaire, des combustibles et des lubrifiants, de la matière première et demi-produits, tandis que le reste des commerçants les ont jugés «stables». Concernant la qualité et le conditionnement du produit, la plupart des commerçants, grossistes et détaillants enquêtés s’est dite «satisfaite».

Baisse de la demande

D’autre part, l’enquête de l’ONS relève que la demande en produits a continué à baisser au quatrième trimestre 2017, selon des commerçants (grossistes et détaillants) enquêtés. Cette baisse concerne beaucoup plus les industries agroalimentaires, les DQAEMP et les machines et matériel d’équipement. Quant à l’état de la trésorerie, il a été jugé «bon», selon plus de 18% des grossistes et de plus de la moitié des détaillants, notamment ceux des machines et matériel d’équipement.

En outre, plus de 67% de grossistes et près de 61% de détaillants ont eu recours à des crédits bancaires. Plus de 74% des grossistes et plus de 93% des détaillants concernés n’ont pas eu des difficultés à contracter ces crédits, selon l’enquête de l’Office.

R. E.

Commentaires

    smart opinion
    11 avril 2018 - 0 h 25 min

    à mon avis , les économies ( 1,5 milliard usd ) faits sur les 850 produits interdits à l’importation , ne valent pas la peine d’etre économisés de cette maniére , et ça ne fait que donner une image effrayante des produits manquants sur les étals des supérettes ….il vaudrait mieux lever cette interdiction puis de répercuter ces 1,5 milliards en mettant en place une taxe supplémentaire sur ces mémes produits et qui pourra donc générer 1,5 milliards de recette en plus sans avoir à subir cette image qui ternie le pays …




    3



    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.