Des imams ayant refusé de diriger la prière de l’Absent dénoncés

prière de l'Absent
L'Algérie a pleuré et prié pour ses martyrs. New Press

Par R. Mahmoudi – Des citoyens ont dénoncé à travers une émission religieuse de la Télévision publique, le refus de certains imams d’accomplir la prière de l’Absent vendredi, à la mémoire des 257 victimes du crash de l’avion militaire, sous prétexte que ce rituel «n’est pas conforme aux préceptes authentiques de l’islam». Or, par leur énième rebuffade, ces prédicateurs ont clairement voulu désobéir à une instruction du ministre des Affaires religieux et des Wakfs adressée aux imams à cet effet. Dans cette instruction, il est également demandé aux imams de compatir à la douleur des familles des victimes.

Ce n’est pas la première fois que des imams narguent ouvertement l’autorité de l’Etat, dont ils sont pourtant fonctionnaires. Cette affaire rappelle le refus d’un groupe d’imams présents à un regroupement organisé par le ministère des Affaires religieuses, en 2010, de se lever pour saluer le drapeau national, alors que d’autres se refusaient tout simplement, toujours en se drapant derrière de faux percepts coraniques, à observer une minute de silence en hommage aux martyrs de la glorieuse Révolution du 1e Novembre 1954. Pourtant, ce sont ces mêmes personnes se revendiquant comme salafistes, qui viennent régulièrement donner des leçons de «pacifisme» et de «devoir de loyauté envers le gouvernant».

En tout cas, cette résurgence des salafistes est venue mettre de nouveau à l’épreuve l’intransigeant ministre Mohamed Aïssa qui, depuis quelques mois, multiplie les déclarations et les actions pour juguler le salafisme et l’extrémisme religieux sous toutes ses déclinaisons, en Algérie. Elle est venue prouver que toutes les mosquées d’Algérie ne sont pas assainies, contrairement aux assurances du ministre. Ce qui obligera certainement le ministre à repartir en guerre contre les extrémistes et à revoir son plan d’attaque.

R. M.

Comment (38)

    selma
    15 avril 2018 - 23 h 57 min

    permettez-moi de corriger le terme percepts, il s’agit plutôt de préceptes de l’islam. Des renégats de notre religion infestent nos mosquées. En principe, de bons musulmans n’auraient même pas attendu l’instruction du ministre, tout imam qui pratique une foi sans fausse dévotion aurait appelé les fidèle à la prière de l’absent. Mais comme nous avons un bon nombre d’abrutis inféodés au faux dévots wahabites, il fallait s’attendre à cette réaction. Quelle que soit la réaction stupide et inculte de certains, tous les algériens, même ceux qui ne fréquentent pas les mosquées ont réservé leur prière de ce vendredi à leurs concitoyens frappés d’une telle tragédie




    15



    0
    Anonyme
    15 avril 2018 - 20 h 28 min

    La solution réside dans l’éradication de cette idéologie dangereuse qui s »appelle le wahhabisme qui a abruti notre jeunesse et pervertie nos imams




    10



    0
    Anonyme
    15 avril 2018 - 19 h 11 min

    Ainsi en a décidé la secte qui mène le pays par le bout du nez. Amène.




    10



    1
    Anonyme
    15 avril 2018 - 18 h 54 min

    La prière de l’absent dans des cas pareils, c’est pour mettre en communion le temps d’une prière les 40 millions d’algériens. C’est une façon de partager durant ce laps de temps les mêmes pensées et de faire vibrer la fibre patriotique. Je ne vois pas où est le mal de quêter la miséricorde et la clémence de DIEU , même 10 , 100 ou 1000 fois.




    13



    3
    mouatène
    15 avril 2018 - 17 h 03 min

    mesdames et messieurs bonjour. je rejoints M.Ali et le remercie de sa sagesse. nous sommes musulmans et nous devons connaitre et observer notre religion. la prière de l’absent est effectuée quand le musulman décéde dans un pays ou il n’y a pas de musulman pour accomplir la « salat el djanaza ». notre Prophet a accompli la prière de l’absent suite au décès du négus dans son pays parce qu’il n’y avait pas de musulmans pour accomplir la salat el-djanaza. et quant un musulman est décède au milieu des musulmans, la salat el djanaza et accomplie chez lui. à la mort du Prophet, la salat el djanaza a été accomplie chez lui et ailleur il n’y a pas eu de salat el ghaib. par contre la salat el ghaib est acomplie lorsqu’un musulman meurt noyé ou autre et que les corps ne sont pas retrouvés. j’ai essayé d’etre clair OUA ALLAHOU AALEM.




    13



    13
      Algérienne-DZ
      15 avril 2018 - 18 h 51 min

      Les faux musulmans, les intégristes, ont déformé l’islam au point de le rendre ridicule…Une religion de charlatanisme. Ils s’ attardent sur des futilités et oublie l’essentiel.
      La prière pour demander miséricorde aux morts n’a jamais été HARAM.
      Arrêtez de philosopher dans les eaux usées.

      Ces intégristes ont fait de l’islam une secte.




      25



      4
        mouatène
        16 avril 2018 - 13 h 45 min

        personne n’a cité le mot HARAM, parce qu’il n’a pas sa place dans ce débat. personne n’est plus patriote que l’autre. mais il faut faire la différence entre la prière de l’absent et celle du mort. salat al djanaza est accomplie quand le corps du défunt est présent et salat el-ghaib est accomplie quand le corps du défunt est absent (disparu ou n’a pas été retrouvé). maintenant libre à tout musulman d’accomplir toutes les prières qu’il juge utiles, à tout moment et n’importe ou. il n’y a rien de haram. il est conseillé de lire de temps à autre le Saint Coran et les Hadiths, ça fait du bien et cela évite les amalgames. ALLAH YARHAM ECHOUHADA.




        2



        0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.