Le PT accuse : «Le rédacteur du message de Bouteflika s’aligne sur l’Arabie Saoudite»

Hanoune lettre Président rédacteur sunnite
Louisa Hanoune. New Press

Par Hani Abdi – Le Parti des travailleurs (PT), dont le secrétariat du bureau politique s’est réuni aujourd’hui, exprime sa «surprise» et son «inquiétude» suite à la lecture de «la lettre attribuée au président de la République à l’occasion du 16 avril, dans laquelle est précisé que le peuple algérien est sunnite…». Le PT, qui milite pour la liberté de culte en général, met en garde contre l’implication de l’Algérie dans des conflits communautaristes inter-musulmans. Le PT fait référence ainsi à la guerre déclarée depuis fort longtemps entre sunnites et chiites.

Pour ce parti, «cette précision étrange, une première dans la politique algérienne, soulève bien des interrogations». «En effet, l’Algérie, peuple et Etat, ne saurait s’impliquer dans les conflits communautaristes inter-musulmans», précise ce parti, qui estime que «le rédacteur de la lettre semble s’aligner sur la politique de l’Arabie Saoudite qui cherche à dresser les pays de la région sur une base religieuse extrêmement dangereuse opposant les sunnites aux chiites». Le PT dénonce «ces glissements» auxquels s’ajoutent «l’accélération de la politique chaotique que traduit la programmation du projet de loi rétrograde et désertificateur portant code de la santé ainsi que le décret du 7 mars qui, tel un rouleau compresseur, programme des contre-réformes sociales tous azimuts liquidant les acquis sociaux, et donc la nature sociale de l’Etat, confirment que la violente crise du système en place est porteuse de régression dans tous les domaines».

Sur le plan économique, le PT dit avoir enregistré «avec satisfaction la fermeté des autorités algériennes face aux demandes grotesques qui participent de l’ingérence extérieure du Premier ministre espagnol et sa délégation». Le parti de Louisa Hanoune estime que «les pressions et menaces émanant de responsables de l’UE doivent aussi trouver comme réponse une résistance franche et qui traduit la défense assumée de la souveraineté du pays dans ses choix économiques». Cette formation appelle au recours à l’article 11 de l’Accord d’association avec l’Union européenne pour une «préservation effective de la production nationale». Cet article qu’évoque le PT «stipule que toute partie a le droit de se retirer de l’Accord d’association lorsque la balance de paiement de son pays est déficitaire. Or, c’est le cas pour notre pays depuis 4 ans».

«Plus généralement, l’immunisation du pays sur les plans politique, économique, social et moral est la condition sine qua non pour résister durablement aux appétits étrangers de plus en plus voraces», assure ce parti qui regrette que «cette condition est anéantie par la politique répressive et antisociale que développent des responsables gouvernementaux». Le PT estime ainsi que «seule l’élection d’une Assemblée nationale constituante est à même de préserver le pays du chaos, de sauver et rétablir les acquis de la révolution et l’indépendance, de rétablir les repères, y compris diplomatiques, de notre pays et d’ouvrir de réelles perspectives pour la nation».

H. A.

Comment (20)

    Abou Stroff
    19 avril 2018 - 13 h 09 min

    moua, je me pose une question et une seule:
    qui a décidé, sans même me consulter, que j’étais sunnite de rite malékite?

    4
    3
    Anonyme
    19 avril 2018 - 10 h 19 min

    Séparons le religion de l état, c est urgent, l état n a pas à gérer la foi des citoyens. Chacun est libre de croire ou de ne pas croire et il a droit autant qu un autre à être algérien. Cette discrimination par la religion va nous être fatale!!! pourquoi obliger les citoyens à croire à telle ou telle religion s il n est pas convaincu intérieurement??l hypocrisie a assez duré!! Des jeunes et des moins jeunes sont obligés de s accoutrer comme des saoudiens et d’aller à la mosquée pour ne pas être mis au ban de la société: est ce ça la croyance? ou c est juste du suivisme?? Nous sommes devenus schizophrènes à cause des décisions prises par le pouvoir depuis l indépendance en reliant la religion à l état.

    8
    2
    Lghoul
    19 avril 2018 - 9 h 05 min

    Pourquoi avons nous besoin a tout moment de souligner a chaque fois que nous sommes ceci ou cela ?
    Est ce que « algériens » tout court ne suffit pas et n’implique pas indirectement notre identité, l’islam et tous les autre cultes minortitaires, une fois tout est bien clarifié dans la constitution ?
    Imaginez les pays européens a chaque fois mentionnant qu’ils sont chrétiens ?
    Ca me rappelle des arabes qui vivent en « républiques arabes ». Maintenant il serait mieux alors de nous mettre dans l’atmosphère des « républiques musulmanes ».
    Quand on exagère trop sur un sujet, c’est qu’il y a des doutes. Et ceci est valable partout – inclus ceux qui ne cessent de chahuter « Allah ouakbar » du matin jusqu’au soir pour un oui ou un non pour se faire passer pour des musulmans car apparrement pour être reconnu muslman il faudrait savoir reciter cette expression sans arret, porter la barbe et mettre une tenue saoudienne pour l’homme et se cacher le visage pour la femme. Donc la formule du musulman, du vrai est connue. Le reste ? Ceux qui prient et ne font que du bien ? Apparemment ils iront en enfer. Voila ou est arrivée notre Algérie alors qu’en arabie saoudite, le géniteur du mal et de la gangrène de société, ils sont en train d’ouvir les cinémas, les théatres et les centres de loisir. Peut être qu’ils se sont rappelé qu’il faudrait commencer a vivre d’abord sur terre avant de mourrir… Nous sommes devenus un pays de cobbayes.

    12
    1
    Anonyme
    19 avril 2018 - 8 h 03 min

    Elle a totalement raison,l’Algérie doit s’ouvrir à toutes les confession, même si la composante religieuse de l’Algérie qui reste majoritairement sunnite malekiste.
    Ce qu’elle pointe du doigt c’est les dangers que représentent certaines tendances rétrogrades qui ont de plus en plus pignon sur rue. Souvenons nous que c’est l’entrée progressive et pernicieuse de barbos – FLN au commandes de ce pays qui ont conduit au drame des années 90.
    Ne nous y trompons pas, ils sont toujours là, tapis dans l’ombre, et n’attendent que le moment opportun pour ressurgir. La vigilance et surtout

    9
    1
    Souk-Ahras
    19 avril 2018 - 6 h 42 min

    « … le peuple algérien sunnite… » Ahh’hahh !
    À l’occasion du « Youm el Ilm », fiction dégénérative présentée à un peuple qui a fini par perdre le sens de « l’orientation », le guide républicain fakhamatouhou, par voix interposée, nous fait part de l’obligation de reddition sans condition de la « République » au sultan de Ryadh. Si l’Islam commande d’effectuer la prière à genoux (position qui permet de sauvegarder une partie de sa dignité) face à Mecca, l’alignement honteux de notre pays aux thèses saoudiennes du récent sommet de Dhahran commande, quant à lui, de l’effectuer à plat-ventre !
    L’État Algérien imaginé par fakhamatouhou troquerait-il ses « Mercédes Benz » au profit des chameaux arabiques montés en SKD ?
    Elle a des grandes raisons de s’inquiéter notre Louisa nationale. Nous devrions en faire autant.

    8
    2
    PREDATOR
    18 avril 2018 - 22 h 49 min

    comme toujours elle est toujours là à tourner autour du pot et souffler le chaud et le froid
    OUMERHA MA TOUKHROUDJ MEN SEDRA

    3
    11
    Anonyme
    18 avril 2018 - 22 h 39 min

    Certains commentaires font l’impasse sur le sujet de l’article et au lieu de nourrir le débat sur le fléau du sectarisme ils nous proposent une solution toute radicale: effacer cette religion et tous les problèmes des algériens se dissiperont
    La lettre du président ou supposée comme telle s’adresse selon toute vraisemblance aux représentants de la secte wahabite en Algérie et à leur tête farkous qui dans sa derniere déclara tion considérait que seuls salafis cad wahabis sont sunnites

    6
    2
    Argentroi
    18 avril 2018 - 21 h 14 min

    Moi, j’ai cru comprendre par le passage  » le peuple algérien est sunnite  » contenu dans la lettre du président de la république que le peuple algérien est malékite en franche opposition au hanbalisme wahhabite salafiste saoudien. L’insinuation est d’autant plus claire quand elle est replacée dans le contexte de l’offensive que mène le ministre des affaires religieuses contre les promoteurs du salafisme saoudien en terre d’Algérie. Ainsi, par cette déclaration qui parait sibylline, l’Algérie ne fait que rappeler à l’Arabie saoudite qu’elle va adopter la même démarche qu’elle puisque cette dernière a banni les écoles sunnites autres que le hanbalisme version wahhabite. Et donc en conséquence, l’Algérie va bannir les écoles sunnites autres que le malékisme seul référent religieux en vue en Algérie. Louisa Hanoune qui, j’en suis sûr, maitrise assez bien la question veut peut-être envoyer un autre message en incriminant le rédacteur, c’est à dire l’instigateur, de la lettre pour lui signifier que le ton de la lettre n’est pas assez tranchant comme elle voudrait qu’il soit.

    7
    4
    Racines
    18 avril 2018 - 21 h 13 min

    Louisa Hanoune a raison. Ni Perses chiites, ni sunnites d’Arabie, ni frères
    musulmans d’Egypte ou de Turquie. Algériens Berbères authentiques, et héritiers du culte musulman de nos ancêtres. Le religieux est entrain de prendre sournoisement le pas sur le politique. Grave dérive, qui n’a pour but que celui de diviser le pays.

    12
    2
    Anonyme
    18 avril 2018 - 18 h 28 min

    L’Islam rend fou . Daesch n’est pas apparu du néant, Daesch est apparu il y a 14 siècles.

    16
    10
      PREDATOR
      18 avril 2018 - 22 h 43 min

      Anonyme
      18 avril 2018 – 18 h 28 min
      L’Islam rend fou . Daesch n’est pas apparu du néant, Daesch est apparu il y a 14 siècles.

      Tu fais allusion à l’islam ya bourourou
      Tu sais tres bien que c’es al nosra daesh et consorts sont l’oeuvre de tes maitres satanistes
      l’Islam n’a rien à voir avec ces drogués au ervice des imperialistes et qui se disent musulmans

      6
      10
    AÎT Chaalal
    18 avril 2018 - 18 h 13 min

    Décidément, la maladie de la religion ne touche pas uniquement le petit peuple que nous somme , mais aussi la haute sphère de pouvoir..ça fait 29 longues années de lutte anti-terroristes islamistes à cause des querelles confessionnelles à la sauce politique et certains de nos compatriotes veulent encore garder le pays dans ce bourbier religieux ..Ya satar oustar !

    32
    2
    Moh
    18 avril 2018 - 17 h 06 min

    Les Algériens sont des ALGERIENS tout court car nous n’avons rien à voir ni avec les Saoudiens ni avsc les colonialistes Berbères Marocains.

    26
    8
    Kassaman
    18 avril 2018 - 16 h 01 min

    On peut reconnaître cette qualité au PT, ils sont comme des chiens de garde (sans connotation péjorative) et aucun détail ne leur échappe.
    Même si parfois ils peuvent avoir des positions extrêmes, en matière économique notamment, je les rejoins ici dans leur analyse, notre représentation diplomatique n’a pas à préciser sunnite, chiite ou que sais-je encore, nous sommes musulmans point.
    Il ne nous est pas permis de faire de la religion un sujet de discorde.

    25
    3
      Anonyme
      19 avril 2018 - 10 h 08 min

      Ou plutôt nous sommes algériens point, tu peux être de n importe quelle confession tu restes algerien point… on ne va pas exclure tout ceux qui ne sont pas musulmans!?? La foi doit être privée, personne n a le droit de te l’imposer sinon nous aurons d autres guerres civiles!

    Zoubir
    18 avril 2018 - 14 h 24 min

    Ah pauvre Louise député e à vie, et ensuite un de sa famille qui reprendra le poste. Combattre un système en faisant la même chose…..

    12
    15
    LE NUMIDE
    18 avril 2018 - 13 h 43 min

    le PT a raison , nous ne sommes ni sunnites , ni chiistes, ces termes n’ont aucune réalité sur la vie des algériens et remontent à des querelles familiales arabes des clans de Koreiche pour le Pouvoir califale Il y a 15 siècles et ne nous concernent pas en 2018 .. les algériens sont des berbères et des NATIONALISTES depuis 1954 ..L’histoire algérienne avance et ne reculera jamais .. nous ne sommes pas des mercenaires ou des Mawalis de l’Arabie Saoudite et d’Israël contre les Perses

    37
    7
    Anonyme
    18 avril 2018 - 13 h 12 min

    Une seule solution séparer le religieux du politique.

    69
    9
      Kassaman
      18 avril 2018 - 15 h 53 min

      Les occidentaux n’ont jamais été aussi criminels, colonisations, génocides, traite négrière, impérialisme sauvage et guerres mondiales, que depuis qu’ils ont séparé le religieux du politique.
      L’Algérien dans son écrasante majorité tient à sa religion et consacre l’Islam religion d’état en son article 2 de la constitution.
      La réussite matérielle qu’ils ont eu ces 3 ou 4 derniers siècles s’est faite en parallèle au pillage du reste de la planète.

      7
      18
        Souk-Ahras
        19 avril 2018 - 10 h 06 min

        « … s’est faite en parallèle au pillage du reste de la planète. »
        Bien entendu. Mais l’impartialité requiert qu’on note que cette réussite matérielle est due en partie (grande) à leur sens du travail innovateur créateur de richesses. Et c’est bien là qu’ils auront toujours plusieurs longueurs d’avance sur nous.

        3
        1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.