Mohamed Aïssa : «Des individus comme El-Hadi Doudi ne peuvent pas être des imams»

Mohamed Aïssa Doudi
Mohamed Aïssa, ministre des Affaires religieuses. New Press

Par Hani Abdi – Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa, a totalement écarté le retour aux prêches en Algérie de l’imam intégriste El-Hadi Doudi, en voie d’expulsion de France.

S’exprimant aujourd’hui à Sétif en marge d’un colloque sur l’éducation islamique des enfants, Mohamed Aïssa se montre intransigeant sur le sujet, assurant qu’il ne pouvait considérer comme imam cet intégriste qui officiait comme imam dans la mosquée du Boulevard national, à Marseille, depuis des décennies.

«J’espère pour El-Hadi Doudi qu’il trouvera un autre travail. Des individus comme El-Hadi Doudi ne peuvent pas être des imams. Il ne pourra donc pas exercer l’imamat», a répondu à une question d’un journaliste sur le traitement que va réserver l’Algérie à cet intégriste qui va être bientôt exclu en Algérie pour ses prêches radicaux et incitateurs à la violence. Mohamed Aïssa assure que cet intégriste ne sera pas mis en prison ni poursuivi en justice. Il sera traité comme tout citoyen. Mais il ne doit pas toucher à la religion.

L’opération d’expulsion est lancée après une longue et complexe procédure. Suivi depuis de longs mois par les services de renseignement français, l’imam intégriste aurait joué un «rôle majeur» dans l’expansion du salafisme à Marseille. Agé de 63 ans, l’imam en question préside la mosquée As-Sounna, dans le quartier La Belle de Mai, d’où il a lancé maintes fois «des appels à la haine et à la violence contre les chrétiens, les juifs, les chiites et les personnes adultères, en des termes particulièrement explicites».

Malgré les faits palpables, les autorités françaises n’ont pas recouru à la procédure d’expulsion urgente. La commission d’expulsion du TGI de Marseille a préféré soumettre le cas de cet imam intégriste qui vit en France depuis 1981 au débat devant trois juges. Selon le préfet de la ville, les prêches de cet imam ne diffusent pas une idéologie contraire aux principes républicains et des messages de haine et de violence. Ils dépassent «la sphère religieuse, conduisent les habitants du quartier à un repli communautaire et constituent le terreau d’actions violentes». Un discours haineux qui incite «à des actes terroristes». Cet intégriste reviendra donc dans son pays d’origine.

H. A.

Comment (8)

    الهوارية
    22 avril 2018 - 17 h 04 min

    Vu que sa famille refuserait de retourner en Algérie, El-Hadi Doudi va refaire sa vie avec une autre nana et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfant comme dit un conte… On s’en fout…
    Passons ce type, devra se tenir à carreau en Algérie et foutre la paix aux algériens.

    Euphémisme !
    22 avril 2018 - 6 h 32 min

    « «Des individus comme El-Hadi Daoudi ne peuvent pas être des imams» » ???
    c’est un euphémisme , il fallait plutot dire que : «Des individus comme El-Hadi Doaudi peuvent etre des imams trés dangereux pour la stabilité de notre pays , et cela par leurs totale ignorance du vrai coeur de l’islam ».
    Les autorités ne doivent surtout pas le quitter des yeux …

    12
    ferial
    22 avril 2018 - 4 h 03 min

    ça va lui faire du bien de mettre un pied dans la vie active qu’il aille bosser comme tout le monde au lieu de profiter de la crédulité pour ne pas dire de l’ignorance de ses ouailles.
    Grand bien lui fasse.

    16
      Anonyme
      22 avril 2018 - 14 h 27 min

      Il n’a jamais bossé et il ne bossera donc jamais. Et puis quelle qualification a-t-il ce criminel charlatan à part diffuser la haine et la fitna entre musulmans ? Cependant il recevra chaque mois une retraite bien dorée en euros de plus de 1200 euros s’il vous plait, ce qui est plus que le salaire d’un professeur en chirurgie cardiaque de CHU !
      Sans compter que son épouse et sa progéniture sont pris en charge en terre de France par le social français !

    Nasser
    21 avril 2018 - 21 h 15 min

    CEPENDANT M. LE MINISTRE
    ——-
    Ce DOUDI ne mérite rien du tout comme condamnation ‘en Algérie ou dans tout pays arabe/musulman/sunnite!
    Il a fait ce qu’on lui a dit de faire pendant les années durant lesquelles il a été utile!
    Maintenant, ils ne l’ai plus!
    Il ne peut rien faire en Algérie et il le sait. Tous les terroristes le savent….
    Quant aux prêches « violents » « discriminatoires » ou « racistes », ce bougre n’a rien inventé!
    Il ne fait de répéter ce qu’ils a appris des livres islamo-salafistes sur la religions, des foukaha, des fatwa, qui se vendent, et qui s’enseignent à nos jours dans les écoles et dans les Universités islamiques dont Al Azhar, chez les Al Saoud….(chez nous aussi et dans tous les pays musulmans sunnites). Tout ce que font ces islamo-salafo-intégristes est documenté et reconnu dont Ibn Taymyya!
    Il faut plutôt revoir de fond en comble ce « tourath » (religieux) légué et que refusent « les gardiens du Temple » qu’on y touche, pour de grands intérêts !!

    17
    2
    Nasser
    21 avril 2018 - 21 h 10 min

    Si! Nous en avons des dizaines (pour ne pas dire des centaines) en Algérie et payés par vous! D’autres, salafistes, assurent des « halqates » le soir après la prière du soir! Vous vous adressez à qui?

    15
    1
    Khoroto.
    21 avril 2018 - 20 h 16 min

    Après la fuite des cerveaux , voilà le retour des écervelés . L’Algérie a réussi la prouesse de faire fuir ses cerveaux et la crème de sa société pour faire revenir la lie de l’humanité qui sera traité d’après les propos de notre illustre ministre comme un citoyen au même titre que d’autres citoyens qui triment et payent leurs impôts depuis des lustres : « …cet intégriste ne sera pas mis en prison ni poursuivi en justice. Il sera traité comme tout citoyen ». D’ici un an il siégera à l’A.P.N. à coté de Laaribi et Naima Salhi avec un passeport diplomatique. Pauvre Algérie !

    25
    1
    Algerinonedroma
    21 avril 2018 - 19 h 47 min

    De l’air un peu plus pur pour la 🇫🇷, on en a un peu marre de Ces imams, j’espère que les autorités algériennes lui réserverons un bon accueil, ils sont un frein au développement de l’algérie, des idées nouvelles, une insulte à l’islam traditionnel que l’ont pratique en 🇩🇿, l’agriculture pourrait le sauvait…

    12
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.