Les ressortissants algériens tués à Marseille victimes d’une nouvelle OAS ?

Marseille assassinats Algériens
La police scientifique sur le lieu d'un des assassinats qui ont ciblé des Algériens. D. R.

Par Kamel M. – Y a-t-il un lien entre la série d’assassinats qui ont visé des ressortissants algériens à Marseille et l’Organisation armée secrète (OAS) dont le chef est jugé en France actuellement ? Ce nouveau groupe d’ultra-droite a choisi de reprendre l’appellation exacte de la fameuse organisation politico-militaire clandestine créée en 1961 et qui avait semé la terreur en Algérie à l’approche de l’indépendance ?

Des crimes en série ont visé des Algériens à Marseille depuis la fin 2017, sans que les services de sécurité français aient pu en expliquer les causes ou, encore moins, arrêter leurs auteurs. Le démantèlement de cette cellule extrémiste n’a pas permis d’établir une relation directe entre les agissements de ce groupe raciste et ces assassinats ciblés, mais la coïncidence mérite d’être relevée.

Selon les médias français qui suivent le procès, l’OAS «envisageait des actions terroristes en France». Des attentats qui ne pouvaient cibler que des Algériens, donc, vu l’appellation de cette organisation dont il n’est pas dit qu’elle a été démantelée définitivement et que tous ses membres ont été arrêtés.

Lors de sa visite à Alger, le ministre de l’Intérieur français, Gérard Collomb, s’était contenté de rassurer les autorités algériennes à qui il avait promis que toute la lumière serait faite sur les attentats qui ont fait près de quinze morts parmi la communauté algérienne établie dans la cité phocéenne, dont la plupart sont issus de Khenchela, dans l’Est du pays. Si les premières pistes conduisent vers un probable règlement de comptes entre trafiquants de drogue, il n’est désormais pas exclu qu’il s’agisse d’actes de vengeance.

Quoi qu’il en soit, ni la police ni la justice n’ont été en mesure, jusqu’à présent, d’expliquer cette série d’assassinats.

K. M.

Comment (26)

    Sandaryo
    22 avril 2018 - 18 h 37 min

    Comment des journalistes en manque de sensationnel ont fait d’une simple guerre de clans , une affaire politico-militaire . A Marseille , dans les quartiers nord , on sait tous que certains membre de ces familles étaient en conflits . Pourquoi chercher ailleurs .

    benchikh
    22 avril 2018 - 10 h 56 min

    en premier bravo pour la Magazine Algérie Patriotique pour cette conclusion.Je doutais aussi sur cette affaire qui avait du louche quelque parts,La république Française est un incapable de trouver les causes de ces crimes commis sur son sol ???!!!! les vampires ne se mordent pas???!!!

    1
    1
    Chmimblik
    21 avril 2018 - 20 h 25 min

    Tout ceux qui ont été assassinés ont des casiers judiciaires en France honnête où voyoux.
    Ils ont une situation familiale un travail des ressources une situation connus par les administrations publics et fiscales.
    En recoupant tous ces renseignements voys aurez la réponse à vos questions.
    C’est aussi simple que cela.
    Si tout cela reste sans réponse c’est qu’il y a implications de haut niveaux .
    Et que cela doit être maintenu sous silence raison d’états.

    2
    2
    Amazighkan
    21 avril 2018 - 20 h 21 min

    On peut en effet se poser des questions et émettre des hypothèses mêmes farfelues sur ces règlements de compte qui touchent des immigrés originaires de Khenchela. Pourquoi des TV privées telles que echourouk ou ennaher, friandes des faits divers, n’envoient pas leurs journalistes d' »investigation » faire toute la lumière sur ces tueries ?

    4
    2
    Mohand
    21 avril 2018 - 16 h 06 min

    Il s’agit de deux familles d’origine algérienne qui se battent pour le contrôle de la drogue sur Marseille. Il y apeu de temps, elles étaient associées. Un tour à Marseille et quelques interviews dans les quartiers nord aurait permis d’écrire un article journalistique (je suis algérien pour la petite histoire et je ne nie pas le racisme).

    18
    6
    Anti Khafafich ⴰⵎⴳⵉⵍⵍ ⵜⵉⵢⵉⵍⵍⵉ
    21 avril 2018 - 15 h 22 min

    le prétexte de la drogue arrangent bien la race maudite de mokokos producteurs mondiaux de la drogue, mais il n’en est pas ainsi

    8
    8
    GB= gommizaire de bolice
    21 avril 2018 - 14 h 41 min

    La guerre des clans pour le contrôle du marché des stupéfiants est sous l’egide des « mafias » en partie italienne et ex-Yugoslavie,les caids originaires d’Algérie travaillent entre personnes de la même région, pour des raisons que l’on peut deviner.
    Khenchela n’est pas plus visé que la bretagne du sud

    8
    6
    Anonyme
    21 avril 2018 - 14 h 15 min

    La France démocratique n’existe plus place à la nouvelle dictature observe mieu !

    4
    5
    Alami
    21 avril 2018 - 13 h 08 min

    Il s’agit d’une guerre pour le contrôle de la drogue !
    La mairie de Marseille le sait parfaitement !
    Il n’y a pas de OAS , ni autre chose …
    Seulement le contrôle de la drogue !!

    21
    8
    Anonyme
    21 avril 2018 - 12 h 08 min

    L.M. arrêtes ton cirque ! c’est plutôt au FLN et son régime qu’il faut dire de ne plus parasiter les jeunes algériens installés et surtout nés en France avec sa politique de patriotisme totalement dépassé. Les français comme les autres qui vivent en France ont totalement tourné la page de la guerre d’Algérie, contrairement au FLN et sa vorace clientèle qui l’instrumentalise à outrance pour perdurer au pouvoir encore et encore !

    30
    18
    Mazouzi
    21 avril 2018 - 11 h 54 min

    La police française n’a pas été en mesure de savoir qui est derrière ces assassinats, c’est que le problème est d’une simplicité enfantine…le racisme anti-algérien et les ultras de l’Algérie française ont de beaux jours devant eux…avec une complicité sourde des autorités policières de ce pays.
    VIVE L’ALGERIE ALGERIENNE.

    23
    24
    Hypothèse
    21 avril 2018 - 11 h 17 min

    Il se pourrait que ces victimes étaient des opposants structurés dans un mouvement anti cinquième mandat et que les assassinats sont commandités depuis Alger avec la complicité des Français, surtout que cette région et l’est en générale sont marginalisés et méprisés par les naturalisés…

    14
    28
    Kabylovich
    21 avril 2018 - 9 h 56 min

    Ce n’est pas une guerre de gang comme on aimerait nous le faire croire ! Les autres commentaires manipulateurs passés votre chemin !!!!

    21
    32
      L'inspecteur
      22 avril 2018 - 6 h 56 min

      Bien vu !

      2
      2
    kad
    21 avril 2018 - 9 h 55 min

    Ça ne tient pas la route, cet OAS ne choisit que les gens originaire de Khenchella? C’est vraisemblablement une désinformation.

    36
    3
    Justice sois même
    21 avril 2018 - 9 h 54 min

    Depuis le temps que la communauté Algérienne vous dis que ses Algériens ce font assasinés par ce que Algériens ! Faut voir du coté du CRIF , des Marocains extrémistes, du BÉTAR ou des Fachos Francais subventionnés par Israel.En revanche des Francais j’en suis pas certain ??

    16
    30
    Chaoui
    21 avril 2018 - 9 h 24 min

    Assassinats d’Algériens à Marseille !
    En lisant les commentaires, on ne peut qu’être interloqué des « jugements » émis par des personnes qui ne sont ni témoins, ni se trouvant sur les lieux de ces assassinats !
    S’il s’agissait de règlements de compte liés à la drogue, on peut croire qu’on le saurait depuis longtemps. Or, plusieurs mois se sont écoulés sans qu’à ce jour les autorités françaises aient pu déterminer les motivations de ce ciblage visant UNIQUEMENT des Algériens !!! Et peu importe que la plupart des victimes soient des Khenchelis, demeurant des Algériens avant tout.
    Aussi, pour ceux d’entre-nous vivants en France – ce qui est mon cas -, nous ne pouvons raisonnablement exclure la possibilité de crimes à caractère raciste liés à notre Indépendance et qui seraient l’œuvre aussi bien de l’extrême droite française que de groupuscule sionistes… (il suffit d’aller sur leurs sites et voir les campagnes menées toutes ces dernières années contre l’Algérie et tout ce qui est Algérien…).

    31
    20
      Anonyme
      21 avril 2018 - 10 h 48 min

      « … liés à notre Indépendance  » Si vraiment tu appréciais « notre indépendance » Tu ne serais pas installé en France jouissant de sa démocratie et de ses droits.

      29
      14
    Anonyme
    21 avril 2018 - 8 h 19 min

    Voyons, l’OAS !!!

    Et elle ciblerait que des chaouis de Khenchela?

    Il y a quelque mois , une petite frappe et criminelle a été trouvé assassiné et jeté sur la nationale 12( Alger -Tizi) . Les gendarmes ont ramassé son cadavre et l’ont remis à ses parents , sans autopsie ni ni. L’enquête suivra son cours ont-ils dit. Dans tous les pays du monde la police ne se précipite pas pour résoudre ce problème de règlements de comptes: elle laisse finir le travail.

    28
    8
      benchikh
      22 avril 2018 - 18 h 33 min

      C’est vrai cher Anonyme ,si c’est le cas du règlement de comptes entre les bandes, la police préfère de ne pas se mêler tout en laissant les deux gangs s’entre tués.

    fatigué
    21 avril 2018 - 7 h 50 min

    il s’agirait peut être d’une vendetta entre harakta et nememcha de khenchela mais à plus de 1000 km de distance.

    27
    6
    Moh
    21 avril 2018 - 7 h 25 min

    Salem à tous
    Voyons cela n’est que reglement de compte, nous savons tous que cela est en lien direct avec la drogue.
    La lutte des clans qui tentent de contrôler le trafic de drogue dans le milieu marseillais est connu.
    Des contrats sont posés sur chaque tete, pour 10000€ votre compte est reglé!! donc l’OAS …..

    30
    6
    Anonyme
    21 avril 2018 - 7 h 08 min

    Il n y a ni OAS ni sidi zekri , c’est une guerre entre voyous pour le marché de la drogue.

    41
    6
    RAYES EL BAHRIYA
    21 avril 2018 - 6 h 58 min

    Arrêtez de nous faire avaler des couleuvres…. on n est pas des dupes en tout cas…. Cette purge du milieu de la pègre ; entre frères ennemis ; chaouias de khenchela, dans le but inavoué du contrôle de la filière du trafic de la drogue… du makhzen marocain??!!

    32
    10
    Moh
    21 avril 2018 - 6 h 32 min

    La vengeance de l’ OAS des enfants des Aures, cette région a fait manger la poussière à la soldatesque colonialiste malgré l’armement de l’OTAN.

    17
    35
    Yeoman
    21 avril 2018 - 5 h 17 min

    Le fait qu’ils soient presque tous de Khenchela montre bien qu’il ne s’agit pas de crimes racistes visant des algériens. À moins que ces racistes-là aient une aversion particulière envers les algériens de Khenchela.

    39
    10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.