Arrivée à Nouakchott d’une aide humanitaire de l’Algérie au profit de réfugiés maliens

CRA aide humanitaire Mali
Le camp de réfugiés de Mbera où l'aide du CRA a été acheminée. D. R.

Une aide humanitaire en provenance de l’Algérie est arrivée mardi à Nouakchott (Mauritanie) pour être transportée ensuite aux camps de réfugiés maliens de Mbera, dans la région de Bassikounou, dans le cadre d’une opération de solidarité humanitaire à l’initiative de l’Unité de fusion et de liaison (UFL) des pays du Sahel africain. L’aide comprend «d’importantes quantités de médicaments, du matériel médical et des denrées alimentaires pour venir en aide aux réfugiés maliens des camps de Mbera, dans la région frontalière mauritano-malienne de Bassikounou», a indiqué le représentant de l’UFL.

L’UFL, organisatrice de la caravane de solidarité humanitaire, avait déjà organisé «plus de 20 caravanes humanitaires similaires entre 2012 et 2018 au profit des réfugiés maliens et nigériens occupant des camps de réfugiés en Mauritanie, au Burkina Faso, au Tchad et au Niger». La caravane humanitaire, à laquelle prennent part le Croissant-Rouge algérien (CRA) et des représentants des médias des pays de l’UFL, vise à «renforcer l’action de solidarité et les bonnes initiatives menées par l’UFL et à activer les efforts de la société civile des pays de la région du Sahel à travers la mobilisation des moyens des pays de la région».

Les camps de réfugiés de Mbera, situés à plus de 1 200 km à l’est de Nouakchott, comptent plus de 50 000 réfugiés des différentes régions maliennes. Créée en 2010 en Algérie, l’UFL compte l’Algérie, la Mauritanie, le Niger, le Mali, le Nigeria, le Tchad, la Libye et le Burkina Faso. Elle comprend, selon l’APS qui rapporte l’information, trois mécanismes visant à concrétiser les objectifs tracés et à mettre en œuvre les programmes d’action, à savoir la Ligue des ulémas, prédicateurs et imams des pays du Sahel, une commission en charge de l’action humanitaire et une cellule d’information. L’UFL avait organisé en février dernier à Niamey (Niger) une session de formation au profit des journalistes des pays membres sur la lutte contre l’extrémisme violent via les médias et la diffusion de la culture de la tolérance et du vivre ensemble.

R. I.

Comment (2)

    sahraoui
    25 avril 2018 - 10 h 36 min

    quelle engeance que ces noirs africains …ils n’ont qu’a abondonner une partie du mali a l’algerie et on leur attribuera la nationalite algerienne mais continuer ainsi a les approvisionner, je trouve cela insupportable pour le tresor public!! la France n’a qu’a les prendre en charge, après tout ils adorent la france!!

    4
    3
      Anonyme
      25 avril 2018 - 17 h 25 min

      On ne veut rien de ces populations ils restent chez eux c’est tout

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.