Des dizaines de médecins résidents arrêtés à Alger-Centre

résidents interdit sit-in Mustapha Alger
Le Camra, dénonce un énième acte de provocation et de répression. New Press

Par Hani Abdi – Le rassemblement auquel a appelé le Collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra) a été empêché par la police. Des dizaines de délégués ont été arrêtés lors de cette protestation qui devait avoir lieu devant l’Assemblée populaire nationale, à quelques encablures de la Grande Poste. Les délégués arrêtés ont été acheminés dans des fourgons vers la banlieue d’Alger.

Selon un délégué du Camra, certains médecins résidents embarqués dans des autocars étaient dans un état de santé menaçant. Le Camra, qui a dénoncé fermement la violence par laquelle a été réprimé leur rassemblement, appelle tous les médecins résidents à arrêter l’activité de soins dans toutes les structures d’Algérie, et ce, jusqu’à la libération de tous ceux qui ont été arrêtés.

Les médecins résidents, en grève depuis cinq mois, ont appelé à cette journée de protestation hebdomadaire en vue de maintenir la pression sur les autorités, sachant qu’ils continuent à dialoguer avec le ministère de la Santé, sans aboutir à une solution consensuelle des problèmes soulevés, particulièrement les points relatifs à la suppression du service civil et au statut particulier. Les médecins résidents ont rejeté les propositions de réaménagement de la durée du service civil. Pour eux, c’est un système qui a échoué et qu’il faudra remplacer par un autre plus incitatif. A leurs revendications connues, ils ajoutent celle du refus de la nouvelle loi sanitaire en débat au sein de l’APN.

Les médecins résidents ont boycotté les épreuves du diplôme d’études médicales spécialisées (DEMS) sanctionnant la fin de la formation spécialisée, programmées par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique entre le 18 mars et le 12 avril.

H. A.

Comment (15)

    Anonyme
    25 avril 2018 - 7 h 48 min

    En Algérie, les chanteurs de cabaret sont plus respectés qu’un médecin. Allez voir sur youtube notre référence nationale: la nouvelle chanteuse du Rai, Chaba Crevette noire!!!

    9
    2
    Anonyme
    25 avril 2018 - 7 h 44 min

    Ils veulent pousser ces médecins à quitter le pays pour aller en France.
    Il parait que la France est prête à les embaucher. Les facilités administratives sont en cours.

    7
    3
      Anonyme
      25 avril 2018 - 13 h 19 min

      ALLAH I3AWENHOUM

      BEKADDOUR MOHAMMED
      25 avril 2018 - 18 h 14 min

      @Anonyme
      25 avril 2018 – 7 h 44 min
      Ils veulent pousser ces médecins à quitter le pays pour aller en France.
      Il parait que la France est prête à les embaucher. Les facilités administratives sont en cours.
      Réponse ultra sérieuse : En 1971, à Marseille, il n’y avait aucun médecin algérien si bien que le Consulat d’Algérie pour le service militaire avait dû avoir recours au concours d’un Gaulois qui s’en foutait de l’histoire algérienne et ses martyrs, ses guillotinés…

    Algérienne
    25 avril 2018 - 5 h 28 min

    C’est plus facile de tabasser un intellectuel qu’un voyou narco-trafiquant
    Le narco-trafiquant vous attendra au virage avec des pierres

    8
    2
    Anonyme
    25 avril 2018 - 5 h 26 min

    Des députés analphabètes votent des lois sur la santé ??

    C’est pour quand l’embarquement de Ferkous et ses adeptes

    7
    2
    008
    25 avril 2018 - 5 h 07 min

    Les protecteurs des clandestins Marocains ordonnent de tabasser des Algériens de souche.

    3
    4
    BEKADDOUR MOHAMMED
    25 avril 2018 - 2 h 47 min

    Les Médecins vivent des maux qui appellent Un Médecin, la gestion des maux… Cette photo illustre un moment de notre marche depuis 1962, et nous parle. Dans l’univers des médecins, comme dans l’univers des imams, des maires, des fellahs, de toutes les cases, il y a les nobles et les vils, les vrais médecins et les faux, il y a les esprits mûrs et les les esprits immatures, et… La Politique : L’art de gouverner… De guérir les vrais et faux maux… De conduire un troupeau : Pour son bien, sans états d’âme comme lorsqu’il s’agit de couper la main d’un cleptomane, ETC. Les Médecins vivent des maux, les malades plus encore, marier les problèmes et leurs solutions exactes : Mariage, mariage, tu n’es pas un mirage !

    1
    4
    Anonyme
    24 avril 2018 - 20 h 52 min

    La Gestapo du clan des prédateurs en action

    6
    2
    fissou danedani
    24 avril 2018 - 20 h 51 min

    Hélas , vous ne les comprendrez jamais , vous n’êtes pas de laur niveau ! Quelle jalousie !

    6
    3
    Safiya
    24 avril 2018 - 16 h 24 min

    Je ne comprend pas les revendications de ces médecins résidents ni qu’ils puissent refuser leur participation au service civile ne serait-ce que pour rembourser une infime partie du coût de leurs études depuis les cours primaire ;secondaire, universitaire et enfin dans la spécialité, le tout aux frais de la princesse en l’occurrence l’Etat algérien. Toute honte bue, si ce qui est rapporté par « Le Soir d’Algérie » est vrai, ils agissent en petits bourgeois voulant le beurre et et son argent. Ils devraient, au moins, avoir la reconnaissance du ventre. Beurk, ils me dégoûtent !

    22
    23
      Zaatar
      25 avril 2018 - 5 h 42 min

      Bonjour Safiya,

      Vous ne comprenez pas certainement les revendications de ces médecins par le fait de ce que vous écrivez et je vais essayer de vous éclairer si vous le permettez.
      En premier lieu, et si vous avez bien lu et compris l’article, les médecins résidents demandent à ce que soit mis en place un service civil incitatif et pas obligatoire (la nuance est de taille bien sur et je me demande comment on ne peut pas la saisir), en d’autres termes ils ne demandent pas à ne pas faire de service civil. En marge de cela, les médecins résidents font aussi le service national (pour les hommes) alors que pour les autres disciplines scientifiques (comme les ingénieurs par exemple) non seulement on leur met en place un dispositif incitatif pour travailler dans le sud (chez sonatrach par exemple) et les plus de trente ans sont dispensés, ce qui n’est pas le cas pour les médecins… deux poids deux mesures à comprendre que ces médecins ne sont pas algériens. En second lieu, Vous dites que ces médecins ont été formés par l’état Algériens, vous pensez donc que l’état Algérien ne forment que des médecins et rien d’autres puisqu’ils vous dégoûtent en voulant le beurre et son argent et qui semble pour vous ne pas être le cas des autres qui bénéficient de tous les avantages qui soient de l’état durant leurs cursus (prenez les éléves des différentes écoles, administration, ENA, ENS, ENP,…etc) ces étudiants ne vous dégoûtent pas à ce que je comprend, pourtant ils ne remboursent rien à l’état, mieux ils s’en vont vers d’autres cieux proposer leurs services… Bref, vous aurez compris ce que vous avez compris chère Safiya, c’est votre cerveau qui est à restructurer. Au bon plaisir.

      9
      4
      Magnõ Thamar
      25 avril 2018 - 6 h 01 min

      Tu dois avoir honte de dire ça

      5
      3
      timour
      25 avril 2018 - 6 h 33 min

      Ah! comme vous avez raison. C’est vrai quoi on n’a pas besoin de médecins résidents, ni de médecin tout court d’ailleurs. Nous avons plusieurs possibilités pour nous soigner dans ce pays. Les riches vont en Tunisie, Turquie, France et même en Suisse. Quant aux pauvres ils ont d’excellents marabouts à leur disposition. D’autant plus que le pouvoir d’achat de nos concitoyens est en forte baisse, en effet on dit que 40% des Algériens ne peuvent pas acheter les médicament prescrits. Alors à quoi servent-ils ces médecins qui veulent le beurre de l’Etat et l’argent du beurre des contribuables? Non c’est vrai quoi, on en a marre de payer des impôts pour payer des études de médecine à des jeunes qui n’ont pas encore compris que dans ce pays se sont les vieux qui gouvernent la « Princesse » Algérie si généreuse avec les gens qui gravitent dans et autour du pouvoir. Et puis quel culot de vouloir donner leur avis sur la nouvelle loi sanitaire débattue actuellement à l’ANP! Ont-ils des compétences intellectuelles suffisantes pour traiter de ces problèmes primordiaux pour le devenir de notre population. Ignorent-ils ces jeunes résidents écervelés que nos députés dont le degré de culture, d’intelligence et de désintéressement n’est plus à démontrer sont à même de traiter ce sujet « honnêtement ». Allons, allons un peu de bon sens siou plait, ça ne fait pas de mal.

      8
      2
    ZIZOU
    24 avril 2018 - 15 h 56 min

    TOUT ÇÀ, C’EST……. ANORMAL. LES LYCÉENS, LES COLLÉGIENS, LES ÉTUDIANTS ET A PRÉSENT LES MÉDECINS RÉSIDANTS QU’ILS TABASSENT. MAIS C’EST DINGUE DE MASSACRER ET DE FRAPPER NOS FUTURS CADRES DE LA NATION. QUI EST ENTRAIN DE MANIPULER TOUS NOS JEUNES ??? MYSTÈRE…. MYSTÈRE…. QUE TOUT CELA, N’EST-CE PAS ?

    14
    16

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.