Logements pour la communauté algérienne à l’étranger : plus de 16 000 souscripteurs

émigrés logements étatiques
Plus de 16 000 souscripteurs pour les 2 247 logements destinés aux émigrés. New Press

Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Abdelwahid Temmar, a indiqué, vendredi après-midi à Paris, que pour les 2 247 logements destinés aux membres de la communauté algérienne résidant à l’étranger, il y a eu plus de 16 000 souscripteurs à travers les 24 wilayas de la première opération. «A ce jour, nous avons enregistré 16 535 souscripteurs à travers les 24 wilayas, dont 13 963 provenant de notre communauté établie en France, soit 84% de la demande», a-t-il précisé lors d’une rencontre à l’ambassade d’Algérie en France avec des membres de la communauté algérienne de France.

M. Temmar effectue avec le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Mourad Zemali, une visite dans quatre villes de France pour expliquer les mesures décidées par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, en faveur de la communauté algérienne établie à l’étranger. Les deux ministres sont accompagnés des PDG du CPA et de l’Enpi et du président de la Chambre nationale des notaires. Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville a encore précisé, dans son intervention devant l’assistance, que le nombre de souscripteurs ayant procédé à la validation de leur choix s’élève à 6 712, dont 5 310 provenant de France, soit 79%.

Les 2 247 logements, répartis à travers les 24 wilayas, sont en cours de réalisation à différents stades d’avancement ou en voie d’achèvement, a-t-il ajouté, soulignant que l’opération vient d’être généralisée à l’ensemble des wilayas que compte l’Algérie afin d’évaluer la demande qui permettra de «monter de nouvelles opérations» en fonction des «disponibilités foncières et des capacités» de l’Entreprise nationale de la promotion immobilière (Enpi). Cette opération, lancée le 1er février 2018, concerne des modèles de logements conçus en fonction des spécificités de chaque région et sont déclinés en collectif, semi-collectif et individuel avec une typologie F3 (80 m2), F4 (100 m2) et F5 (120 m2).

En plus des détails qu’il a donnés, le ministre a expliqué que parmi les avantages, le souscripteur peut prétendre à un prêt pouvant aller jusqu’à 90% du montant du logement et un taux d’intérêt bonifié de 3% seulement, soulignant que les procédures administratives ont été réduites «au maximum» puisque le dossier, a-t-il dit, «ne comporte qu’une simple demande à la condition de ne pas avoir de bien en Algérie».

Le président Bouteflika insiste sur ces mesures

Pour sa part, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale a affirmé que le président Bouteflika «insiste sur ces mesures» et a instruit d’adapter les dispositifs existant en matière de création d’entreprises, notamment l’Ansej et la Cnac, aux besoins des membres de la communauté nationale établie à l’étranger. Il a indiqué dans ce cadre que beaucoup d’Algériens établis à l’étranger ont procédé à la création d’entreprises en Algérie, donc de l’emploi et de la richesse, à la faveur de leur accompagnement et du financement de leurs projets, précisant que le crédit bancaire peut atteindre 70% du montant du projet et les intérêts sont bonifiés par l’Etat à 100%.

Il a ajouté que le délai de remboursement du crédit est de 3 à 5 ans et peut aller jusqu’à 10 ans pour des projets dans le sud du pays. «Il y a eu en Algérie 500 000  micro-entreprises créées et beaucoup de jeunes ont réussi», a-t-il affirmé, lançant un appel à la jeunesse de la communauté à venir participer à la construction de leur pays. Il a soutenu ses propos par l’exemple de deux Algériens de France qui ont créé leurs entreprises en Algérie qui sont venus raconter à l’assistance leurs success stories. Il a également ajouté que les dispositifs en place de création d’entreprises sont ouverts et englobent presque 800 secteurs d’activités, même pour les projets innovants.

Au cours des débats, les préoccupations ont tourné autour de la création d’entreprises, leur financement, les prix du logement, leur qualité, les modalités de paiement et les prêts bancaires. Les ministres, tour à tour, ont apporté les réponses à ces préoccupations, soulignant qu’ils travaillent pour «faire réussir la promesse du président de la République». L’ambassadeur d’Algérie en France, Abdelkader Mesdoua, a souligné à la clôture de cette rencontre qui a duré 3 heures que le chef de l’Etat «a promis et a tenu ses promesses».

Les deux ministres effectuent en France un séjour pour expliquer les mesures du président de la République en direction de la communauté algérienne. Samedi, ils iront rencontrer à Lille des membres de la communauté de la région du nord de la France. Dimanche, ils se déplaceront à Lyon et termineront leur mission le lundi à Marseille pour rencontre les membres de la communauté du sud de la France.

R. N.

Comment (11)

    Anti khafafich
    29 avril 2018 - 11 h 33 min

    El mrarka ont mal comme d habitue et viennent ici pour se soulager

    1
    1
    TOZ
    28 avril 2018 - 22 h 37 min

    TOUS les émigrés que je connais ont déjà d’énormes villas au bled d’ailleurs destinées à l’inutilité car leurs enfants devenus adultes ne sont pas intéressés à y venir même pour les vacances, les vieux-vieux préfèrent finir leurs jours là où il y a de bons hôpitaux, et quant aux veuves survivantes de ces vieux-vieux, pour elles pas question de retourner aux cancans de village vivre entre les médisants le reste de leur âge. Reste une petite frange qui vient faire un petit tour et puis s’en va.

    81
    3
    Commentaireexpress
    28 avril 2018 - 17 h 27 min

    Les immigrés doivent en 1er lieu se souder pour avoir un prix juste dans les domaines du transport immobiliers et autres sans cela il auras aucun changement,un peuple intelligent ne ce laisse jamais manipulé encore moins berner

    13
    2
    kiki
    28 avril 2018 - 10 h 48 min

    IL Y A DE L INITIATIVE mais bon rapport qualité prix je pense pas que sa fasse le compte et encore une fois ont paye plus cher que les résidents en Algérie pour le même produit .
    Donc en ce qui me concerne ces NIET

    17
    3
    papynou
    28 avril 2018 - 10 h 25 min

    Voici une idée de gagnant-gagnant qu’on attend : Beaucoup de compatriotes retraités n’ont personne au bled.
    Ils touchent une retraite disons vers les 1000€ à 2000€ net à l’étranger (pouvant être virés en Algérie), sont assurés, voiture… etc. Les retombées ne seront que positives.
    Pourquoi ne pas construire et leur réserver des F2/F3 (pour recevoir en tourisme leurs enfants) à louer un peu partout dans les 300 à 500€. Ces gens ne seraient pas à charge, ils consommeront et les soins au pire sont assurés par leur sécu. C’est un retour aux sources honorable. Ô combien de pays supplient pour attirer ce genre de retraités. Et moi et moi et moi…

    18
    9
    L'inspecteur
    28 avril 2018 - 10 h 12 min

    Chiffres douteux.

    18
    2
    Vangelis
    28 avril 2018 - 9 h 12 min

    « Les deux ministres effectuent en France un séjour pour expliquer les mesures du président de la République en direction de la communauté algérienne. »
    Franchement, on prend les algériens pour des crétins au point de déplacer des ministres faire la tournée pour « expliquer ». Mais expliquer quoi qu’on ne sache déjà ? (…)

    De plus, ne prévoir que 2247 logements destinés aux membres de la communauté algérienne résidant à l’étranger, c’est encore une preuve d’incompétence!! Aux quelques millions de citoyens résidents à l’étranger on tend une pincée de poudre de perlimpinpin pour tenter de leur vendre le 5e mandat!!. Qui plus est, comment l’État dont ces ministres font partie peuvent sans rire dire qu’il y a eu validation de 6712 dossiers alors qu’il n’y a qu’il n’y a que 2247 logements à attribuer? Mais pourquoi valider plus de dossiers par rapport aux quantités prévues? Ils agissent comme Air Couscous qui fait du surbooking en laissant des personnes dormir dans les halls d’aéroport. C’est bien ce qui arrivera (…)
    Et pour terminer, on se remémore du sandok tadhamoun !

    21
    3
    Moh
    28 avril 2018 - 8 h 40 min

    Des devises pour les Dalton.

    21
    31
    Anonyme
    28 avril 2018 - 5 h 44 min

    Des cages à lapins à des prix exorbitants pour nourrir la caste.

    22
    3
    1commentaire
    27 avril 2018 - 21 h 35 min

    Ce projet de logements pour les immigrés seras in fiasco et de plus ces d3ja électorale au vue des prochaines échéances présidentiel

    24
    7
      andaloussi
      28 avril 2018 - 5 h 46 min

      Tu paies maintenant et le logement tu l’auras dans 20 ans .Si dieu le veut.

      22
      3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.