Les raisons cachées de la rupture des relations entre le Maroc et l’Iran

Bourita royaume
Le roi du Maroc, Mohammed VI. D. R.

Par R. Mahmoudi – Le royaume du Maroc vient de rompre ses relations avec la République islamique d’Iran. L’annonce a été faite par le ministre des Affaires étrangères marocain, Nasser Bourita, lors d’une déclaration à la presse. Le ministre justifie cette décision par un présumé soutien de l’allié de l’Iran, le Hezbollah, au Polisario.

Or, selon une source informée, l’annonce de la rupture des relations avec Téhéran n’a rien à voir avec un quelconque soutien au mouvement indépendantiste sahraoui. Car, si tel était le cas, le Maroc n’aurait pas rétabli ses relations avec Cuba, qui reconnaît le Polisario et soutient la cause sahraouie, en y affectant même un ambassadeur. La vérité est que les relations du Maroc avec l’Arabie Saoudite traversent depuis quelque temps une période de fluctuation et de tension dues notamment à ses relations avec l’Iran et son jeu d’équilibrisme entre le Qatar et la coalition des quatre pays arabes conduite par l’Arabie Saoudite. Cette position mitigée du Maroc lui a valu des attaques tous azimuts, y compris dans le domaine sportif, comme le montre une récente campagne de Turki Al Cheikh, président du conseil d’administration de l’Autorité générale du Sport en Arabie Saoudite.

Toutes ces divergences ont été discutées et apparemment aplanies lors d’un dîner qui a regroupé à Paris, il y a deux semaines, le roi du Maroc, le prince héritier d’Arabie Saoudite, Mohamed Ben Salmane, et son protégé libanais, Saad Hariri. Cette décision de rupture des relations avec Téhéran a certainement été murie lors de cette rencontre.

Par cette simple décision à caractère tactique, le roi Mohammed VI cherche à marquer deux points importants : améliorer les relations avec Riyad et se rapprocher en même temps de l’administration Trump, ce qui lui permettrait d’être, enfin, reçu à Washington, d’autant plus que la question du Sahara Occidental reviendra en octobre prochain devant le Conseil de sécurité, et les Etats-Unis risquent de ruer dans les brancards si les Marocains font perdurer l’impasse, en continuant à refuser la reprise des négociations avec le Front Polisario.

R. M.

Comment (32)

    Independance day
    3 mai 2018 - 9 h 13 min

    Les Glaouis qui règnent sur le Maroc savent que pour pérenniser leur pouvoir et leur existence ils doivent s’aligner sur les forces et pensées dominantes, la politiques des glaouis (et de leurs sujets) c’est toujours s’aligner sur les puissances occidentales et les puissances de l’argent du Golf. la rupture avec l’Iran c’est juste pour plaire aux golfiens et saoudiens, maîtres bienfaiteurs du Maroc. En 2009 le Maroc a déjà rompu avec l’Iran sur ORDRE EXPRESS des saoudiens lors du printemps arabe du Bahrein (évènement occulté et étouffé par les médias pro-saoudoiens et pro-qataris).




    8



    1
    TARZAN
    2 mai 2018 - 20 h 28 min

    c’est qui ce cochon sur la photo?




    7



    2
    Hamid
    2 mai 2018 - 17 h 12 min

    It seems that old habits die hard and this saying applies here .We all know that the Kingdom of Morocco is a pro-western poodle for its survival , and breaking diplomatic relations with Islamic Republic of Iran should not come as surprise .No dignity, no principles of friendship that guide true independant foreign policy decisions.The king and his own circle have not acted in isolation , they listened to their masters in Soudi Arabia , France ….what a shame ! My brief comment isn’t a reflection on the ordinary people of Morocco. Tahia Eldzair !




    25



    2
    BabElOuedAchouhadas
    2 mai 2018 - 13 h 14 min

    La sagesse nous dicte et en URGENCE de commencer par reconduire les 450.000 clandestins marocains qui circultent en toute liberte a travers le territoire national et, a mon avis constituent une BOMBE a retardement au regard du risque narco-securitaire qu’ils representent aujourd’hui pour l’Algerie notamment dans la conjoncture actuelle ou tout le monde entier s’accorde a dire que le Mongolien M6 est pret dechirer l’Algerie s’il le faut, afin de se maintenir au Sahara Occidental.




    12



    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.