51e FIA : Ouyahia s’engage à renforcer les mesures incitatives au profit des exportateurs

Ouyahia 51e FIA
Ahmed Ouyahia. New Press

Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a salué mardi à Alger la diversité de la production nationale et l’amélioration des capacités d’exportation des entreprises algériennes, s’engageant à renforcer les mesures incitatives au profit des exportateurs.

Inaugurant la 51e édition de la Foire internationale d’Alger (FIA) au Palais des expositions (Pins maritimes), M. Ouyahia a déclaré que cette manifestation «confirme que l’économie algérienne est diversifiée et n’est pas une uniquement pétrolière, comme il est dit ici et la». Certes, le pétrole occupe une «place particulière» dans l’économie algérienne, mais le produit national dans les secteurs hors hydrocarbures est «important», a soutenu le Premier ministre.

Il a fait savoir à ce propos que de nombreuses entreprises algériennes des secteurs public et privé se sont lancées dans l’exportation vers plusieurs pays africains et européens. «Quand nous voyons en tant que gouvernement une exposition de cette envergure, cela nous encourage à soutenir davantage les entreprises algériennes afin de booster l’économie nationale», a affirmé M. Ouyahia.

Visitant les différents stands de la FIA, le Premier ministre a invité les chefs d’entreprises nationales à accorder la priorité à la demande locale, tout en s’orientant vers l’exportation. L’Etat a pris toutes les mesures pour que le marché national soit ouvert aux opérateurs locaux afin de satisfaire la demande nationale, a souligné M. Ouyahia, ajoutant que ces incitations seront orientées, dans une seconde étape, vers le soutien à l’exportation.

Par ailleurs, le Premier ministre a exhorté les entreprises du secteur agroalimentaire à investir le domaine de la mise en valeur des terres pour promouvoir la production nationale, notamment en matière de céréaliculture, et contribuer ainsi à la réduction de la facture des importations.

Concernant le montage automobile local, le Premier ministre a insisté devant les opérateurs de cette filière sur l’impératif que cette activité soit le point de départ de la construction automobile locale, tout en augmentant progressivement le taux d’intégration. «Tous les pays de l’industrie automobile ont commencé par le montage, mais nous seront heureux de voir le produit devenir de plus en plus algérien», a déclaré M. Ouyahia.

Echangeant avec des représentants de sociétés étrangères, le Premier ministre a appelé à l’intensification du partenariat gagnant-gagnant. Il a exhorté à ce titre les producteurs de café et de cacao ivoiriens participants à la FIA à créer «une dynamique d’échange fructueuse» avec les opérateurs algériens activant dans ce domaine afin d’établir des partenariats susceptibles de faire de l’Afrique un pôle intégré disposant de toute la chaîne de production.

Au pavillon français, M. Ouyahia a appelé les entreprises françaises à participer à la construction de l’économie algérienne face à une concurrence internationale féroce, rappelant que l’Algérie a initié des «relations privilégiées pour un partenariat d’exception avec la France». Il a également mis en avant le rôle de la communauté algérienne établie à l’étranger dans la diversification de l’économie nationale, et ce, à travers le transfert de ses activités productives et son expérience au marché national.

Devant le stand de la société chinoise CSCEC, spécialisée dans les travaux publics et le bâtiment, M. Ouayhia a mis l’accent sur l’impératif d’accélérer la cadence de réalisation du projet de la Grande Mosquée d’Alger afin de le réceptionner avant fin 2018. Le représentant de la société chinoise a fait savoir que «tous les moyens seront déployés pour livrer le projet dans les délais impartis».

Plus de 700 opérateurs économiques nationaux et étrangers prennent part à la 51e édition de la Foire internationale d’Alger (FIA) inaugurée mardi par le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, avec la République populaire de Chine en qualité d’invité d’honneur. La FIA 2018, qui se tiendra du 8 au 13 mai en cours au Palais des expositions (Alger), connaîtra une forte participation nationale avec plus de 410 exposants et 63 entreprises mixtes nées de partenariats avec des opérateurs étrangers.

Par secteurs, l’espace réservé au partenariat sera prépondérant avec 63 exposants, suivi par le secteur de l’agroalimentaire (52 entreprises), l’industrie énergétique, chimique et pétrochimique (60 entreprises), l’électrique et l’électronique (29 entreprises), les industries de manufactures (31 entreprises), la mécanique, la sidérurgie et la métallurgie (30 entreprises), les services (49 entreprises) et les grands travaux du bâtiment (99 entreprises).

La participation étrangère enregistre 296 opérateurs représentant 26 pays d’Afrique, d’Amérique, d’Asie et d’Europe, qui exposent sur une surface globale de 3 829 m2. Pour ce qui est de la participation étrangère à titre individuel, elle regroupera 20 firmes étrangères sur une superficie de 245 m2, provenant de huit (8) pays qui sont la République tchèque, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, l’Iran, l’Egypte, les Emirats arabes unis et l’Arabie Saoudite.

La 51e édition de la FIA, placée sous le thème «Le commerce au service de la production nationale», a été inaugurée en présence de membres du gouvernement, de hauts cadres et de diplomates.

R. E.

Comment (5)

    Anonyme
    9 mai 2018 - 13 h 00 min

    Comment peut on encourager l’exportation quand le meilleur exportateur Algérie et déjà installe a l’étranger est bloque lui qui peut rendre énormément a l’économie national a moins que pour le clan a l à tête de ce pays le considéré comme étranger .Y a ouyahia ….Si décideur est tu débloque les projets de Cevital a Bejaia porteur de millier de poste d’emploi

    Anonyme
    9 mai 2018 - 11 h 53 min

    Je salue cette la femme entrepreneure algérienne très motivée qui voulait présenter des produits BIO Algériens. Mais ses produits n’étaient pas là pour les faire connaitre.
    J’espère qu’elle ne va pas se décourager
    Un salut à tous ces jeunes entrepreneurs qui étaient présents sans leurs produits. C’était un coup dur pour eux.
    Le stand Algérien exportait de l’Air et du vide.
    On dirait que c’était un SABOTAGE.

    Anonyme
    9 mai 2018 - 11 h 12 min

    Je confirme. J’ai vu le vide algérien à Montrèal. J’ai les jeunes représentants algériens en déprime totale pendant 3 jours.
    J’ai eu mal au cœur quand j’ai vu les marochiens présentaient le couscous comme étant leur plat traditionnel en étant habillé d’un burnous de la femme kabyle, et la tunisien qui présentaient Deglette Nour comme étant un produit tunisien.

    C’est ça le Label local de Haddad et sa bande.

    15
    2
      Anonyme
      9 mai 2018 - 11 h 45 min

      Lire: J’ai vu les jeunes
      et les tunisiens qui

    Anonyme
    9 mai 2018 - 2 h 54 min

    Ce message s’adresse à M. Ouyahia: Permettez nous de vous racontez un scandale.

    Ça s’est passé durant le salon SIAL CANADA qui s’est déroulé du 2 au 4 mai 2018 au palais des congrès de Montréal où l’Algérie était présente avec du VIDE.
    Nous avons payé notre billet très cher pour aller visiter le stand Algérien au palais des congrès de Montréal. Il y avait des centaines de compagnies qui sont venues de partout pour exposer leurs produits pour promouvoir l’exportation.
    Nous nous sommes dirigés au stand Algérien, pour voir les produits locaux du pays. Une question de les encourager…Wled labled, normal. À notre arrivée, nous avons trouvé un personnel démoralisé, triste, visage sombre de déception. Nous avons aussi trouvé un stand VIDE…Il y avait RIEN, à part deux boites de dattes…
    Pendant que tous les représentants des autres pays faisaient déguster leurs produits locaux aux visiteurs, nos représentants étaient assis déprimés. Il y’ avait rien à offrir aux visiteurs….
    Nous avons essayé de savoir pourquoi ce vide dans le stand Algérien ??? Croyez-nous que c’était le seul stand VIDE. Apparemment, la marchandise n’était pas arrivée à Montréal (???) La marchandise était restée en Algérie. Le sabotage et l’Anarchie nous rattrape même dans les salons internationaux.
    M. Ouyahia, vous nous parlez de l’exportation ?? exportation des scandales et de la HONTE. Exportation du VIDE.
    Pourquoi la marchandise de ces jeunes entrepreneurs n’était pas arrivée au salon de l’exposition. Qui sabote, qui bloque.
    Une enquête s’impose, car c’est très grave.

    34
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.