8 mai 1945 : Macron appelle à passer des paroles aux actes dans la reconnaissance des crimes

Macron 8 mai 45
Emmanuel Macron. D. R.

Le président de la République française, Emmanuel Macron, a été appelé mardi après-midi, lors d’un rassemblement à Paris, à passer des paroles aux actes dans la reconnaissance des crimes de l’Etat français contre les Algériens le 8 mai 1945 à Sétif, Guelma et Kherrata. «Avant de devenir président de la République, le 5 février 2017, à l’occasion d’un déplacement en Algérie, Emmanuel Macron a affirmé que la ‘‘colonisation est un crime contre l’humanité’’, et, interrogé par Médiapart, le 5 mai suivant, a répondu : ‘‘Je prendrai des actes forts.’’ En ce 8 mai 2018, il est temps de passer des paroles aux actes», a affirmé le collectif «L’Autre 8 mai 1945, contre l’oubli» dans un appel distribué lors du rassemblement qui a regroupé près d’une centaine de personnes à la place Chatelet.

Pour ce collectif, qui organise depuis 2015 des rassemblements sur les massacres du 8 mai 1945, il est «impossible» de célébrer l’anniversaire de la victoire contre le fascisme «sans vouloir arracher à l’oubli ce qui s’est passé en Algérie ce même 8 mai 1945 et les jours suivants», rappelant que des manifestations pacifiques à Sétif, Guelma, Kherrata et la région ont été réprimées dans le sang, des milliers de civils algériens ont été massacrés par la police, la gendarmerie, des milices armées, par les autorités locales et l’armée française aux ordres de l’Exécutif. «Amputer notre histoire commune par l’occultation de ce crime d’Etat ne permet pas à la France d’en finir avec la page coloniale de son histoire», a souligné le collectif composé d’une cinquantaine d’associations, de six partis politiques et de plusieurs personnalités.

Rappelant encore que si le 19 mars dernier, le président Macron a reconnu que le système colonial en Algérie était «injuste» et «niait les aspirations des peuples à décider d’eux-mêmes», le collectif a estimé qu’il faut que le Président «aille plus loin» en disant la vérité sur les massacres du 8 mai 1945. «Nous demandons l’ouverture de toutes les archives, l’inscription dans la mémoire nationale de ces événements par le biais de gestes forts des plus hautes autorités de l’Etat et un soutien à la diffusion des documentaires relatifs aux évènements dans l’éducation nationale comme dans les médias publics», ont déclaré les animateurs du collectif.

L’un des animateurs du collectif, M’hamed Kaki, a informé les participants qu’il y a eu des rassemblements dans 30 villes de France. «Nous revendiquons que ce crime contre l’humanité soit reconnu pour créer les conditions d’une nouvelle page entre les deux pays», a-t-il dit, ajoutant que les paroles de Macron soient validées par des actes. L’historien Gilles Manceron a relevé, de son côté, que les massacres d’Algériens le 8 mai 1945 sont «mal connus» en France parce qu’ils ont été «totalement» déformés. «Nous avons des difficultés pour expliquer aux Français ce qui s’est passé en Algérie», a-t-il dit, appelant à continuer le combat jusqu’à leur reconnaissance officielle.

La coordinatrice du Parti de gauche (PG), Danielle Simonet, a affirmé, pour sa part, que «le travail de mémoire nécessite un travail de vérité sur les crimes du 8 mai 1945», appelant toutes les communes de France à se saisir de ce débat et d’organiser de «façon officielle» la commémoration. A la fin du rassemblement, une minute de silence a été observée.

R. N.

Comment (10)

    Anonyme
    10 mai 2018 - 7 h 54 min

    Erreur sur le titre : « Macron appelé » et non « Macron appelle »




    2



    1
    Mme CH
    10 mai 2018 - 0 h 33 min

    Alors qu’est ce que vous attendez Mr Macaron…passez donc aux actes…!! Parolé parolé, parolé….!! Puisque vous y êtes nous avons d’autres revendications:
    Rendez-nous:
    Le trésor de la Régence d’Alger….
    Les Crânes de nos valeureux Chouhadas
    Les archives
    Les bien culturels, les pièces archéologiques, les oeuvres artistiques…etc.. spoliés
    Payez le prix du fer qui a servi à la construction de la Tour Eiffel (puisque le fer venait d’Algérie).
    Indemnisez et prenez en charge les victimes des explosions nucléaires, chimiques, biologiques, de torture, de viol,…
    Nettoyez les sites contaminés par les explosions nucléaires et donnez-nous les cartes…
    Dites la vérité sur les 150 prisonniers de Sidi Bel Abbès utilisés comme “cobayes humains” lors des explosions nucléaires…
    Demandez Pardon au peuple algérien…et encore s’il accepte vos excuses…!!

    Il y a sûrement d’autres revendications que je laisserai pour plus tard…!!!




    5



    3
    ripper
    9 mai 2018 - 20 h 13 min

    Il faut prendre la France par le bras qui fait mal, l’économie.
    Son mode d’emploi réside dans le nettoyage de ses rebus et lobbies en Algérie, elle viendra manger dans nos mains tout en se confondant en excuses. Elle est ainsi.




    6



    1
    Mounir
    9 mai 2018 - 16 h 06 min

    C’est clair que ce « président » ne fera rien en ce sens. Car ceux qui l’ont placé là où il ne devrait pas être le lui interdiront. Cet homme n’est qu’une potiche qui ne servira que les intérêts des banquiers qui ont décidé de l’introniser « président » d’un peuple de veaux…..




    11



    2
    MELLO
    9 mai 2018 - 14 h 17 min

    Monsieur MACRON doit savoir qu’une nation ne peut être considérée comme telle que si elle possède certains critères : son territoire, ses institutions, son emblème. l’Algérie des années quarante ne possédait pas tout ça d’une façon tangible ; mais dans l’esprit des nationalistes, il ne s’agissait que d’une question de temps. Déjà , le 1er mai 1945, à 17 heures 30, un cortège de près de 20.000 Algériens s’est ébranlé de la rue d’Isly. Dès l’apparition du drapeau vert et blanc, des soldats français, qui étaient sur leur passage, ont ouvert le feu sur les manifestants brandissant le drapeau algérien. Les témoins de la fusillade ont raconté que lorsque Mohamed El-Haffaf a été mortellement atteint d’une balle, il avait tout de même eu le courage de dire à son voisin: «Je suis touché, reprends le drapeau.»
    Le respect que vouaient les Algériens à leur emblème était la preuve de leur désir de vivre dans une Algérie indépendante séparée de la France. Ainsi, lorsque le commissaire Lucien Olivieri a intimé l’ordre, le 8 mai 1945 à Sétif, au porte-drapeau de jeter son emblème, ce dernier a répondu : «Le drapeau étant sacré, il est impossible de le remiser une fois sorti.». De ce fait , Monsieur Macron doit comprendre que le drapeau Algérien est bel et bien sorti quelque soit son opinion sur ces événements.




    13



    2
    CHAOU-BAHBOUH
    9 mai 2018 - 9 h 35 min

    La première grande rafle de Juifs eut lieu le 14 mai 1941 à Paris. … poursuivirent jusqu’au mois de juillet 1944, juste avant la libération de la France. La rafle du Vélodrome d’Hiver, souvent appelée « rafle du Vél’d’Hiv ». Les Nazis ont enseignés aux Français et tous les Occidentaux, à cette méthode utilisée à SETIF, rien n’est fait au hasard, tous les calculs et leurs organisations sont connus et compris, et ce malgré, la présence de milliers de soldats Algériens au cotés des Français aux moments les plus douloureux et pénibles, et auprès des Européens, et le comble du ridicule, voila, le « Français Spécialement », est reconnu pour sa mémoire très courte, cette citation, elle vient de leurs cousin Anglais, don n’attendez pas les ses excuses 73 ans après, les Juifs ont obtenus les Excuses et une soumission rampante, entre autre la reconnaissance de la SHOHA, les Holocaustes, et tous les Massacres des Champs Nazis de part l’Europe, ont obtenu un Etat La Palestine comme réparation et cadeau au détriment des vrais Palestiniens et AL-QODS comme Capital Sioniste avec les concours des ARABES-TAYHOUDITES et les minis, Etats du Golf + Egypte, Jordanie et tous les Etats satellites pro-occidentaux et sans oublier le Makhnez puant M6, le Royaume de la Drogue une source de finance et d’enrichissement, qui tombée du ciel, pour financer la fortune de sa famille, et les groupes des terroristes du Sahel et toute la planète en turbulence pas ce cancer Marocain!Cordialement : Un Algérien avant tout et des Aurès Paris 5!




    2



    7
    Rayah
    9 mai 2018 - 7 h 09 min

    Les paroles exprimees par une langue fourchue ne m’interessent pas. Nous attendons toujours le retour des cranes de nos valeureux chouhadas.




    9



    15
    Zenaty
    9 mai 2018 - 4 h 27 min

    Les Allemands les Américains et les Anglais… Ont écrit leurs histoires passé, vis à vis de leurs Colonisation, la France reste dans sont passé… Elle oublie que le Présent à changer la donne… Les Causes juste Gagne toujours, Vietnamien. Afrique du Sud, ils rester la cause Sahraoui et la Cause Palestinienne…. Vive la Liberté




    15



    6
    Anonyme Utile
    9 mai 2018 - 1 h 28 min

    Commencez par rendre les crânes des résistants Algériens décapités en 1849 après leurs morts, par l’armée coloniale barbare et sauvage, car il n’y a que les barbares et les sauvages qui décapitent des êtres humains après leurs morts. Ces crânes sont exposés au musée de l’homme ou dois-je dire de l’HORREUR de paris.
    Tout le monde attend leur retour, pour qu’on puissent les enterrer dignement, se recueillir sur leur tombes et écrire notre véritable histoire.




    11



    5
    Chaoui
    9 mai 2018 - 1 h 08 min

    Hé ! la France ! Vous avez une lecture du 08 mais 1945 ! Nous NON. Nous nous souvenons NOUS de notre 08 mai 1945…Comment oublier ?
    Et tandis que nombre de nos parents (175.000 Algériens) composaient l’Armée d’Afrique et participaient à la libération de la France jusqu’à cette date du 08 mai 1945, date de la victoire, le même jour dans plusieurs villes d’Algérie l’armée française coloniale, encore pétainiste la veille, en guise de reconnaissance et remerciements, massacrait par dizaines de milliers sur ordre les frères, sœurs et parents de ces mêmes libérateurs Algériens !
    Si vous vous l’avez…oublié, nous nous ne l’oublierons JAMAIS.




    23



    6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.