Guerre de libération nationale : un ancien soldat français demande pardon

guerre soldats
Le gouvernement français, à l'image de ce soldat, demandera-t-il pardon au peuple algérien ? D. R.

Par Rabah A. – Un ancien soldat de l’armée française pendant la Guerre de libération nationale, affecté à la SAS d’Ighil Ialouanen, située dans l’ancienne commune mixte d’Amizour, dans l’actuelle wilaya de Béjaïa, s’est rendu cette semaine au village Aït Maouche où il a rencontré ses habitants et leur a demandé publiquement pardon. Un acte qui prouve qu’au-delà de la sphère politico-médiatique française sclérosée la repentance fait son chemin parmi les soldats des contingents, loin des feux des médias. Il est seulement regrettable qu’aucun média algérien n’ait été prévenu pour couvrir cet événement de haute portée symbolique qui a coïncidé avec le 73e anniversaire des massacres du 8 Mai 1945.

Escorté par la Gendarmerie nationale, l’ancien militaire français s’est recueilli devant la stèle érigée à la gloire des martyrs du village Aït Maouche. Lors de ses discussions avec les gens, il a dit regretter amèrement d’avoir pris part à cette guerre faite aux Algériens. Son geste n’a pas laissé indifférents d’anciens moudjahidine qui étaient présents.  Ceux qui l’ont reconnu lui ont fait rappeler des souvenirs de cette période de la guerre. Un d’entre eux lui a évoqué, avec bonhomie et sourire, un violent accrochage avec l’armée française où le militaire français a montré une ardeur exceptionnelle…

A un autre vieux du village, l’ancien soldat a fait rappeler une opération de représailles à laquelle il a lui-même participé. Il raconte que les soldats français sont venus récupérer toutes les machines à coudre qu’il y avait dans le village, au lendemain d’une action menée par les habitants en soutien à la Révolution, et ce en plantant de petits drapeaux autour du village. Le soldat dit en avoir lui-même recueilli beaucoup, et gardé un en souvenir chez lui.

Les anciens combattants algériens semblaient très heureux de cette rencontre et ont accepté avec une sincère joie sa demande de pardon. Un habitant a bien répondu en lui disant : «Vous êtes pardonné, même si ce n’est qu’une personne qui le dit. Malheureusement, le pardon est plus individuel que politique.»

Message aux politiques français de suivre et de méditer cet exemple.

R. A. 

Comment (26)

    Rep
    13 mai 2018 - 5 h 14 min

    Je comprends le refus du pardon. En tant que Français, je ne peux pardonner aux nazis, aux soldats, les massacres commis en France, comme je ne peux pardonner des faits commis par les Français dans tellement de pays, dont dans le leur.
    Il faut se souvenir et ne pas oublier, pour ne pas que ça recommence, pour ne pas se faire embarquer soi-même dans un tel processus, pour ne pas que ses enfants ne le soient.
    D’où cette stèle aux martyrs.
    Pour ce soldat c’est un bel acte individuel, de venir et demander pardon à ceux qu’il a fait souffrir ou de s’excuser d’avoir été embringué là dedans, dans un mensonge et une spirale infernale. Comme il est dit certains n’étaient que des appelés, et j’ai souvent entendu des personnes regretter d’avoir été envoyés en Algérie, dans une sale guerre, alors qu’ils n’avaient que 20 ans. D’autres étaient des salopards patentés.

    Quant à juger tous les français sur les actes de leur gouvernement, c’est un peu dur. Actuellement nombreux, si ce n’est la majorité sont contre l’implication de la France en Libye, en Syrie et ailleurs. Mais je crois que vous connaissez aussi ce problème des politiques qui n’écoutent pas les aspirations du peuple. C’est partout pareil, dans presque tous les pays.
    Il faut rester vigilant, ici en France, une sale mentalité ressurgit, du populisme de bas étage, prêchant la haine de l’autre à mots couverts et nous sommes nombreux à tenter d’arrêter cela.
    Je ne connais pas cette histoire de crânes des martyrs qui seraient en France, je me renseignerai, mais si c’est vrai et je n’en doute pas, c’est une honte et cela aurait déjà du être réglé, la France qui se dit patrie des Droits de l’Homme en est bien loin et il serait bon qu’elle revisite son Histoire et la remette à plat, car il n’y a pas qu’en Algérie qu’elle a commis des atrocités.
    Je comprends tous ces commentaires, mais par pitié, ne mettez pas tous les Français dans le même sac, dans chaque pays il y a un tas de crétins prêts à faire souffrir l’autre avec satisfaction et heureusement qu’il y a aussi son contraire. L’Humanité a encore du chemin à faire avant que chacun puisse vivre heureux en famille en bon terme avec ses voisins. Hélas en ce moment les choses n’ont pas l’air de s’arranger.
    Et je suis désolé de mon gouvernement actuel (des précédents aussi) qui en ce moment matraque sa jeunesse et va vendre ses armes en sachant à quoi elles vont servir.




    13



    0
    Anonyme
    12 mai 2018 - 21 h 50 min

    Un tragédie ne s’oublie jamais encore moins pardonner on ne peu tourner la page surtout que celui qui a persécuter colonisé spolie et massacrer un peuple n’a pas eu le courage de demandez le pardon officiellement si on aurais pas était musulmans je serez certain que sa aurais était déjà fait




    6



    0
      Rep
      13 mai 2018 - 6 h 58 min

      Oh que non, ce n’est pas une question de musulmans, les chinois, les indochinois et annamites, les malgaches, les africains,etc, n’étaient pas musulmans et la France n’a pas demandé pardon, ce n’est pas une question de religions, vu que la religion arrive très bien à se massacrer entre elle même, sans remords.




      6



      0
      hans
      13 mai 2018 - 13 h 39 min

      Demander Pardon à celui qui a survécu et comment le faire pour celui qui a laissé sa vie, comment demander Pardon à cette jeune veuve? comment demander Pardon à ces petits orphelins sans défense? Comment demander Pardon à ces orphelins qui n’ont même pas eu le temps de dire  »Papa » ou d’avoir ne serait-ce qu’un tout petit souvenir de leur père mort.Demander Pardon est bel et bien un beau mot.




      2



      0
    Anonyme
    12 mai 2018 - 21 h 40 min

    Ce temoignage et retour au sources de ces exactions et il demande pardon seul ces contemporains peuvent lui pardonner,en ce qui concerne les harkis ici ? ou ailleurs ils aurons encore plus de remords en apprenant cela,puur ce qui et de la couverture médiatique je pense que sa était délibéré de pas la couvrir vue le nombre de harkis chez nous ???




    1



    1
    El Che
    12 mai 2018 - 10 h 32 min

    Pour ma part, je ne pardonnerai jamais




    6



    11
      Anonyme
      12 mai 2018 - 17 h 32 min

      Le pardon n’a pas à être donné par les descendants, seuls nos ancêtres peuvent le donner et ils sont morts des effets de la colonisation, ce serait trop facile et cela les arrangerait trop. Ce qui a été fait est impardonnable et inoubliable, il restera entre nous les crimes de leur colonisation sur ceux dont nous sommes issus. Leur repentance si elle devait arriver ne sera fait que parce qu’ils seront obligés de le faire, pour des raisons économiques notamment. Mais mentalement, ils n’ont toujours pas acquis la maturité historique de comprendre que c’est par leurs crimes coloniaux que leur richesse a pu se faire. Moi non plus, je ne pardonnerai jamais ce qui a été fait aux miens et ne n’oublierai jamais. Autrement dit, la confiance est suspendue. Leurs derniers coups en Syrie montrent qu’ils gardent les mêmes mauvaises habitudes.




      5



      0
    Jokerpic
    12 mai 2018 - 10 h 26 min

    Le témoignage de ce soldat français durant la guerre de libération reflète un me culpa et reconnaissance des exactions commises contre le peuple algérien.
    Espérons que d’autres suivront pour clore cette phase douloureuse de nos histoires .et construire un avenir radieux et constructif entre les deux peuples . Et compenser le retard subit par 132 ans de colonisation .




    11



    3
    Anonyme
    12 mai 2018 - 5 h 07 min

    Ce n’est pas demain la veille qu’un sénégalais ou un marocain viendrait demander pardon aux SETIFIENS d’avoir tué les leurs et découpé le bras de leurs femmes pour leur voler leurs bijoux.




    16



    6
    awrassi
    12 mai 2018 - 5 h 02 min

    Très émouvant. Cet appelé du service national était en Algérie par obligation (désertion = peloton d’exécution). Il vient enfin de comprendre comment les dirigeants des pays impérialistes manipulent leurs peuples. Bravo à lui et qu’Allah lui prête longue vie et santé.




    18



    5
    Anonymeplus
    11 mai 2018 - 21 h 20 min

    Que les irresponsables de chez nous arrêtent de dérouler le tapis rouge aux français systématiquement, qu’ils arrêtent de quémander des visas, des logements en france et le pardon viendra naturellement.
    Le comportement des algériens vis-à-vis de la france n’est pas de nature à ce que le pardon soit prononcé officiellement par cette dernière.
    Il faut se respecter soi-même avant que les autres ne vous respectent.




    37



    8
      BEKADDOUR MOHAMMED
      12 mai 2018 - 4 h 01 min

      @Anonymeplus
      11 mai 2018 – 21 h 20 min
      —————————————————————–
      Ta réaction dit un aspect vrai, il y a un désordre, des comportements qui faussent la question, mais ce désordre et ces comportements étaient un scénario possible dès 1962, vus le temps pris par la présence française et les conditions objectives qui furent celles de l’Indépendance. Il est une France qui avait sainement compris ces comportements, il est une autre France, psychopathe qui a lu ces comportements comme un désaveu indigène de l’indépendance, mais là les choses se décantent, avec pour pimenter le rapport des faits accomplis comme les mariages mixtes, les enfants issus de ces mariages, les enterrements dans les dits « Carrés musulmans » dans les cimetières de France, oui s’il y a des comportements à régler, il y a aussi chez certains Français, de l’état, des consulats, de l’ambassade, des esprits à régler, c’est un écheveau sérieux, dangereux, il y faut des artificiers très compétents, il ne faut pas des amateurs ou des aventuriers en mal de « gloire » !




      1



      13
    sourire kabyle
    11 mai 2018 - 18 h 15 min

    Les soldats appelés du contingent étaient forcés par la loi d’aller faire la guerre dans le « bled » si non ils seront considérés comme des hors-la-loi, ils étaient entre deux feux et ils avaient pas le choix.
    Il y a un film « Avoir vingt ans dans les Aurès », tourné en 1972 par le réalisateur anticolonialiste René Vautier dénonçant cette guerre à travers l’histoire d’un contingent la plupart des bretons affectés dans les Aurès, ou un autre film de Yves Boisset, R.A.S., réalisé en 1973, des réservistes pris dans les engrenages de la guerre, de la torture et de la mort…
    Mon père me racontait que ce sont les soldats de la légion étrangère, les commandos de chasse et les harkis qui ont commis des crimes les plus crapuleux, les historiens parlent que la plus part des violes ont été commis par eux aussi..
    Les appelés se sont comportés moins sauvages que les commandos de chasse, les légionnaires et les harkis..ce sont la honte de la France coloniale, c’est impardonnable.




    40



    6
    Anonyme
    11 mai 2018 - 18 h 14 min

    Les soldats appelés du contingent étaient forcés par la loi d’aller faire la guerre dans le « bled » si non ils seront considérés comme des hors-la-loi, ils étaient entre deux feux et ils avaient pas le choix.
    Il y a un film « Avoir vingt ans dans les Aurès », tourné en 1972 par le réalisateur anticolonialiste René Vautier dénonçant cette guerre à travers l’histoire d’un contingent la plupart des bretons affectés dans les Aurès, ou un autre film de Yves Boisset, R.A.S., réalisé en 1973, des réservistes pris dans les engrenages de la guerre, de la torture et de la mort…
    Mon père me racontait que ce sont les soldats de la légion étrangère, les commandos de chasse et les harkis qui ont commis des crimes les plus crapuleux, les historiens parlent que la plus part des violes ont été commis par eux aussi..
    Les appelés se sont comportés moins sauvages que les commandos de chasse, les légionnaires et les harkis..ce sont la honte de la France coloniale, c’est impardonnable.




    21



    5
    الهوارية
    11 mai 2018 - 18 h 11 min

    Nous voulons un Pardon conforme et solennel qui vient de la bouche de Macron, devant des milliers de français, et puis une journée doit être choisie pour commémorer ce Pardon devant la Planète entière car des millions d’algériens ont péri sous la TYRANNIE coloniale française et d’autres sont devenus Handicapés à vie, d’autres ont perdu toute leurs familles sans oublier de citer que des milliers d’enfants ont été enlevés dans les pouponnières ou dans la rue..
    Ainsi que ceux qui sont morts sur le territoire français jetés dans les fleuves.
    Ou d’autres algériens ont été déportés de force loin de leur Patrie dans le BAGNE de Cayenne et Nouvelle Calédonie.
    Comme c’est les racistes qui gouvernent l’Assemblée Nationale et le Parlement, cela ne risque pas de se produire car la Ladite pension accordée aux victimes de guerre d’Algérie, a été supprimée, les parlementaires ont refusé de voter pour l’attribution de cette allocation de 150€ par mois




    17



    23
    Anonyme
    11 mai 2018 - 18 h 08 min

    La vraie question est la suivant ! : y aura-t-il un débat sans exclusion ( Combattants FLN, Harkis, MNA, soldats français mais aussi les familles des centaines de milliers de civils assassinés dans cette guerre essentiellement par le FLN ! ) ? Tout le reste ce sont les vociférations du régime FLNesque et sa vorace clientèle qu’on écoute plus depuis belle lurette.




    15



    29
      Mme CH
      11 mai 2018 - 23 h 09 min

      ça doit être le chant d’une Corneille noire sympathisante de l’OAS…!! Vous vous trompez, les centaines de milliers de civils assassinés se trouvent dans le camp des autochtones…!! Dans l’autre camp, il n’y avait que quelques centaines et encore une bonne partie a été tuée par l’OAS..! Et même si le FLN les a tuées, il était dans son droit proclamé par l’ONU.

      Donc, ce sont les milices des PN qui ont assassinées 45.000 algériens parce qu’ils ont scandé « Vive l’Algérie indépendante », le 8 mai 1945, et ce sont les terroristes de l’OAS qui ont tué des algériens et des français, parce qu’il ne voulaient pas déguerpir d’ici…!

      Quant aux harkis, ils ont fait un choix et ils doivent l’assumer…! Et là, je ne parle pas des Harkis et des PN qui vivent parmi nous, j’espère seulement qu’ils se tiennent à carreaux..!

      Tiens, j’ai l’impression d’écouter les « vociférations » des nostalgériques et des fouteurs de la Roubla qui grossissent les rangs de l’extrême droite là-bas chez-nous..!




      9



      66
      Anonyme
      12 mai 2018 - 17 h 35 min

      un sbire oas en ballade… va vendre ta marmelade politicarde ailleurs, nos affaires ne concernent que les algériens entre eux, barra…




      2



      0
    BEKADDOUR MOHAMMED
    11 mai 2018 - 17 h 42 min

    @ »Un acte qui prouve qu’au-delà de la sphère politico-médiatique française sclérosée… »
    ———————————————————————————————————–
    Sclérose+ Malveillance + Peur du Vrai, ceci entre autres, car le bon dénouement est en attente, il y a un puzzle qui exige d’être complet. Ce geste de cet ancien soldat est fort, quel pas ! Et la photo qui accompagne l’article, il faut avoir vécu ça ou au moins avoir ouvert les yeux sur ça, ô combien nous étions misérables, pitoyables, vulnérables, et combien l’état français était cruel, alors cette conclusion : tout ça, pour quoi ? Les pardons soporifiques, non, les baumes, non, la guérison complète, oui, car nos martyrs les vrais sont morts pour que s’avère le vrai contre le faux, oui ces soldats là de France ont pour beaucoup été trompés, obligés, mais il faut considérer toute cette histoire là depuis JUIN 1830, etc.




    13



    6
    HOUMTY
    11 mai 2018 - 16 h 35 min

    RE-SALAM L’KHAWA… une chose sur le  » PARDON  » mon pére ALLAH irahmou, m’a dit un jour une chose qui m’a marqué , c’etait un capitaine de l’ALN avec une carte d’invalidité a 70%. plusieur fois torturé, chaque fois que j’en parle, j’ai la chaire de poule. il m’a dit tu sais wlidou, les harkis nous torturé sans pitié , pire que les légionnaires ou les paras , je ne leur pardonerai jamais, ils était sans pitiée aucune rahma , mais leur enfants ils n’y sont pour rien.. et il levé la tête au ciel et disais en arabe  » y’a rabi pardonne moi, de ne pas pouvoir leur pardonné  » ce jour la j’ai compris qu’il y’avait une limite au pardon…ALLAH IRAHMECK BABA OU YARHEM ECHOUHADAS. ET VIVE L’ANP ET L’ALGERIE FORTE ET UNIE




    51



    8
    ChitaDZ le meilleur
    11 mai 2018 - 16 h 17 min

    Qu’il aille au diable avec ses pardons gardez les pour vous le vaillant peuple de Moudjahidines et les chouadas vous ont oubliez et l’Algérie à prospérer dans tout les domaines depuis et même si notre président et un peut fatiguer par moment nous avons nos frères militaires qui veillent et protège le pays .
    Vive son excellence le président Bouteflika et vive la glorieuse ANP/FLN/DSS .




    16



    48
    Mohamed
    11 mai 2018 - 15 h 31 min

    Je respecte le choix du soldat français, en réalité il faudrait que nos Moudjahidines et les anciens soldats français (et Harkis) fassent une réconciliation comme avec la France et l’Allemagne et dans d’autres pays car la guerre est passé et que les hostilités (pour des causes historiques) doivent cesser. J’espère que les gouvernements algériens et français pourront se réconcilier, s’excuser pour tous les crimes, rendre à l’Algérie les archives de l’époque française (et les crânes des martyrs du Musée de l’Homme), que nos relations pourront devenir meilleures et qu’ils arrêtent de revenir en arrière.




    27



    32
      Anonyme
      11 mai 2018 - 18 h 09 min

      Oui pour la réconciliation car il ne s’agit plus des mêmes personnes, les générations ont changé sauf que l’histoire restera figée chez tous les algériens et à jamais. La transmission de la douleur de la guerre de libération se fait systématiquement par chaque famille et à chaque fils et à chaque fille jusqu’aux nièmes générations du futur.




      20



      15
      Chelieth
      11 mai 2018 - 22 h 39 min

      Oui pour les enfants des harkis car ils ne peuvent tenu responsible pour les crimes de leurs peres mais certainement pas les harkis. Ils ont fait leur choix.




      9



      4
    Jaguar
    11 mai 2018 - 15 h 10 min

    Il doit être cité en exemple mais, ne dormez pas car nous sommes pas à l’abris de plusieurs autres attaques comme de la manipulation chez nous ou nos ennemis veulent nous diviser et nous forcer à ouvrire les Frontières avec le Maroc, ainsi que plisieurs autre attaque pour controler et piller nos reserves naturels.




    46



    6
      Mohamed
      11 mai 2018 - 19 h 18 min

      Bien sûr que l’Algérie doit prendre des risques avec la France, au cas où ce pays nous manipule et peut nous attaquer (avec le Maroc) mais ce que je veux dire c’est qu’il faut en finir avec la mémoire lors de la Révolution et que les relations puissent s’améliorer. Et pour en finir, on est jamais à l’abri.




      6



      7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.