La sixième branche

M6 drapeau
Le roi Mohammed VI. D. R.

Par Mrizek Sahraoui – C’est ce qui manque au drapeau marocain pour parfaire à la perfection l’alignement et la normalisation des relations du royaume avec l’Etat d’Israël qui a réussi, en peu de temps et sans vacarme, à mettre au pas les monarchies du Golfe et quelques pays arabes en perdition qui se débattent dans des difficultés inextricables connexes avec la situation politique, économique et sociale de leurs sujets, le Maroc en est l’illustre exemple.

L’équation est simple. Il faut, pour faire allégeance en bonne et due forme à l’Etat
hébreu, ajouter une branche à l’étoile du drapeau du royaume, sans doute une soumission aux yeux des Marocains – peu importe –, mais un signe de fidélité et de loyauté, héritage d’une grande tradition quasi millénaire propre aux monarchies corrompues adeptes de la concupiscence et de l’éphémère.

Il ne se passe pas une décade sans que le Maroc s’en prenne à l’Algérie. S’il s’est agi d’un pays dont le peuple ne partage pas les hobbies, les aspirations et le désir d’une vie meilleure, la pilule n’aurait aucun mal à passer. Sauf que le Maroc, mis à part le tourisme sexuel, l’apanage d’un certain nombre d’hommes politiques français qui se sont investis de «la noble» mission de veiller sur les intérêts du souverain, n’a rien à offrir d’autre que la surenchère, le mensonge et l’esbroufe.

Dans l’ère du tout numérique et des réseaux sociaux, difficile de jouer les saintes-nitouches. La convalescence du roi en France et sa rencontre avec son compère saoudien n’eurent rien d’anodin. A coup sûr, ce fut le moment où se décida la rupture diplomatique avec l’Iran, un geste de «bonne volonté» mais, surtout, une anticipation pour donner le sentiment que les affaires se gèrent à Rabat.

Ces derniers temps, avec l’absence prolongée du roi, en convalescence en France, pays des châteaux, du bon fromage et de la ribote, le royaume de l’Ouest passe son temps à casser du sucre sur le dos de l’Algérie qui n’en finit pas, faut-il le préciser, de supporter les miasmes d’une monarchie aux abois soumise, malgré elle et au grand dam des Marocains très hostiles aux orientations officielles, aux ordres du sionisme international.

M. S.

Comment (4)

    Anonyme
    17 mai 2018 - 6 h 05 min

    L’effondrement du royaume de m6 se précise, et est visible sur sa précipitation aveugle en tentant de nouer des relations tout arimutarimut et en étalant son impuissance de protéger sa monarchie plus longtemps compte tenu de la tournure des événements qui se précisent avec le retour en force du polisario..
    Sa stratégie d’accompagner MBS allie des USA, est de bénéficier lui aussi a moindre frais des rapports qui nouent les monarchies du golfes pour attirer l’attention sur son instabilité dans les territoires du Sahara Occidental occupé.
    Ce qui est certain c’est que le groupe de l’oncle Sam ne bougera pas le petit doigt sachant que le DOM (Département OutreMer)est rattaché directement a sa tutelle ,néanmoins les USA restent vigilant
    pour veiller sur leurs intérêts dans la région. En plus je voi mal un Bolton et son patron tous les deux victimes des cachotteries de M6 dans le passé s’embarrasser de son avenir.




    2



    1
    Lemdigouti
    14 mai 2018 - 14 h 49 min

    Il ne s’agit pas de l’ajout d’une sixième branche à l’étoile, mais d’un retour aux sources des alaouites car ….L’Étoile de David ou sceau de Salomon a fait partie des armoiries du Maroc et ornementait souvent le drapeau rouge, au moins jusqu’au début du XX e siècle, avant que le Protectorat français n’impose de remplacer ce symbole par l’étoile à cinq branches actuelle.
    Drapeau du Maroc, Nouveau Petit Larousse illustré 1924. (rechercher sur Google)




    18



    10
    Abou Stroff
    14 mai 2018 - 6 h 32 min

    « La sixième branche », titre M. S..
    l’ajout de la « sixième branche » permet au moins de clarifier un certain nombre de « vérités » que les dirigeants de tous les pays dits arabes et/ou musulmans n’ont cessé d’occulter.
    1- seuls des niais confirmés peuvent croire en l’existence d’un « monde arabe et/ou islamique » où tout le monde, il est beau, gentil et musulman et où tout le monde aime tout le monde.
    2- les rapports entre les états reposent sur des rapports de force et jamais sur des sentiments non-quantifiables, du genre la fraternité, la religion et/ou la langue commune ou tout autre baliverne.
    3- les rapports au sein des états (ou pour être plus précis, au sein des formations sociales) sont des rapports sociaux qui lient et opposent des classes et des couches sociales aux intérêts souvent antagoniques. ces rapports fixent les statuts des dernières nommées et se reflètent, au niveau de la superstructure politico-idéologique par des discours qui permettent la reproduction, sans accroc, des dits rapports sociaux.
    4- si les rapport sociaux au sein des états sont renforcés et garantis par des rapports de coopération ou d’allégeance avec d’autres états, alors, ces derniers rapports doivent se réaliser et prospérer pour la consolidation des premiers.
    moralité de l’histoire: les intérêts des couches dominantes au sein des formations sociales dites arabes sont en « parfaite » harmonie avec les intérêts bien compris de l’entité sioniste. en nom de quelle logique, au nom de quoi devrait on dénoncer cette convergence d’intérêts qui permet à des entités archaïques d’assurer leur survie en tant que telle?
    PS: les peuples dits arabes et/ou musulmans doivent réaliser que ni l’arabe, ni l’islam ne leur permettent de comprendre et encore moins de transformer le monde qui les entoure. l’arabe et l’islam ne sont, dans les faits, que des couvertures idéologiques pour la domination, sans partage, des formations sociales concernées par des couches sociales archaïques.




    27



    12
    Anonymeplus
    14 mai 2018 - 6 h 17 min

    Je ne suis pas d’accord avec cette analyse, ce qui manque au drapeau du maroc c’est une feuille de cannabis à la place de l’étoile.
    Nous parlons là du plus grand producteur de drogue au monde, il est plus judicieux et en adéquation avec la doctrine du royaume de la drogue de mettre au milieu du drapeau, une feuille de cannabis verte représentative de l’identité même de ce pays.




    53



    18

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.