Sérénité algérienne face à l’imposture grossière et au cynisme du Makhzen

M6 piège
Le roi du Maroc, Mohammed VI. D. R.

Par Karim B. – L’Algérie a déjà fermement rejeté les propos totalement infondés du ministre marocain des Affaires étrangères car loin de tomber dans le piège des provocations gratuites et de mauvais aloi, fabriquées sur la trame d’un tissu d’approximations et de mensonges, la diplomatie algérienne observe une attitude responsable et sereine et à la différence de celle de la partie marocaine, elle ne parie pas sur le pire et, surtout, elle n’insulte pas l’avenir.

Ceci étant dit, on peut constater que l’extrême embarras du ministre marocain devant l’échec de cette imposture grossière qui vise à stigmatiser l’Algérie et à tenter de gagner de menus avantages sur la question du Sahara Occidental, le pousse loin dans son délire obsessionnel à l’égard de notre pays.

Dans ses explications filandreuses, faites d’inepties confondantes dignes d’un mauvais roman policier, il décline des noms de personnalités connues pour donner un vernis de crédibilité à une fausse conjuration, au lieu d’apporter ses fameuses preuves «irréfutables» et, d’ailleurs, il reconnaît, avec une naïveté déconcertante, que son pays a fait l’objet de «pressions amicales».

Preuve, s’il en fallait, que cette décision aussi opportuniste que cynique est loin d’être souveraine. D’ailleurs, de nombreux analystes étrangers, y compris marocains, l’ont expliquée par des raisons d’alignement géopolitique et par la recherche éperdue de gains potentiels sur la question du Sahara Occidental : tentative de délégitimation et de diabolisation du Front Polisario pour occulter le fait colonial et recherche de prétextes fallacieux pour ne pas revenir à la table des négociations comme l’exige le Conseil de sécurité dans sa dernière résolution. On en est donc loin de cette diplomatie imaginaire et fantasmée qui serait empreinte d’autonomie et de responsabilité.

S’agissant de sa digression indigne et méprisable sur la «grave crise institutionnelle, politique, économique et sociale» à laquelle serait confrontée l’Algérie, le sieur Bourita serait bien inspiré de commencer par balayer devant sa porte. De Jerada à Hoceima, la mobilisation populaire récurrente illustre la profondeur de la crise politique, de gouvernance et socio-économique d’un régime incapable de répondre à des revendications élémentaires.

S’agissant de ses allégations infondées sur la question du Sahara Occidental, la véritable amnésie est celle qui fait d’un pays acculé dans ses derniers retranchements par la légalité internationale, le héraut autoproclamé et illégitime de la défense du droit international. Ce responsable a-t-il oublié la mystification du 6 novembre 1975 qui a fait de notre Maghreb l’otage d’un expansionnisme constitutionnalisé ?

La position de l’Algérie sur cette question est constante, inflexible et appréciée à sa juste valeur : elle soutient les droits légitimes du peuple sahraoui, notamment celui de son droit inaliénable et imprescriptible à l’autodétermination. Et ce n’est certainement pas le verbiage creux du ministre marocain qui va lui faire changer de position.

Cette même amnésie pathologique se retrouve aussi lorsqu’il évoque la fermeture de la frontière sans s’arrêter, bien entendu, ne serait-ce qu’un instant, sur les raisons objectives qui ont présidé à la prise d’une telle décision de la part des autorités algériennes et sans évoquer, bien sûr, la véritable guerre d’agression que notre pays subit à travers un trafic de drogue massif bénéficiant, semble-t-il, de la logistique pour ne pas dire du soutien de cercles étatiques ou paraétatiques.

En définitive, c’est bien ce pays qui a érigé en règle systématique une stratégie de la tension avec l’ensemble de ses voisins, y compris du Nord, faite de manipulations, d’imprécations et de rodomontades et qui est révélatrice d’une véritable névrose obsidionale.

Ce sont toujours les mêmes considérations qui alimentent cette stratégie de la tension permanente et qui se déploient, le plus souvent, pour faire diversion et s’attaquer au «voisin de l’Est» érigé en épouvantail, auquel les médias marocains imputent la responsabilité de tous les maux qui frappent leur pays. Au service de cet élan frénétique, certains responsables marocains ne répugnent pas à distiller une multitude d’assertions infantiles comme on peut le constater dans l’interview accordée à un hebdomadaire parisien. Le fait de vouloir, à tout prix, minorer le rôle clé que joue l’Algérie dans la stabilisation de son environnement régional, qui lui est pourtant reconnu par les grandes puissances et par l’ensemble de la communauté internationale, dévoile toute l’ampleur du dépit, de la jalousie maladive et de la rancœur.

Quant à la prétendue implication de l’Algérie dans les actions déstabilisatrices au Sahel, nous sommes, là aussi, face à un tissu de mensonges nauséabonds et d’accusations croquignolesques. Prêter à l’Algérie des intentions hégémoniques et déstabilisatrice dans la sous-région du Sahel, c’est méconnaître outrageusement les principes constitutionnels sur lesquels se fonde sa politique étrangère. Il faut, pour s’en rendre compte, revenir aux actions engagées de longue date par sa diplomatie pour déminer les crises cycliques qui frappent certains pays voisins et à la cohérence de ses appels au règlement politique, dans le cadre d’un processus inclusif et transparent, des crises qui ont secoué la région, comme en Libye ou au Mali.

K. B.

Comment (47)

    Le Rifain
    15 mai 2018 - 14 h 00 min

    Le Makhnez devrait commencer par montrer les preuves qui lui ont permis de condamner Zafzafi avant de parler de preuves concernant la rupture des relations avec l’Iran.




    5



    0
    Anonymous
    15 mai 2018 - 13 h 57 min

    Maroc – USA : La danse du ventre de Mimi6,
    En effet, depuis l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche, Mimi6 sait qu’il est dans son collimateur et qu’il n’hésitera pas une seconde a le clouer au piloris à la première occasion qui se présente a lui. Il a déjà refusé de l’accueillir à plusieurs reprises (Florida-Riadh-Paris) alors que sa presse propagandiste parlait deja magaphone a la main : du 1er « Chef d’Etat africain » chez Trump a la Maison Blanche..
    Cette animosité remonte comme tout le monde le sait au soutien financier affiché par Mimi6 pour Hillary Clinton (on parle d;au moins 12 Millions de dollars) avant et pendant la campagne présidentielle des USA.
    Trump au pouvoir, Mimi6 lui lance plusieurs messages d’obédience et d’allégeance sans résultats depuis une année et comme un malheur n’arrive jamais seul, Mimi6 se trouve soudainement derrière un scandale dont la victime est un membre de l’administration du président américain : Scott Pruitt, le directeur de l’agence environnementale EPA.
    Pour Trump, c’est impardonnable. Mimi6 tente alors un gros coup pour se faire pardonner. Il rompt avec Téhéran dans le but de tuer deux oiseaux d’un seul coup : plaire aux feodales monarchies arabes du Golfe et faire pardonner ses méfaits envers le président américain.

    Acculé au Sahara, répudié à Washington, le Makhzen sort l’arme du chantage. Les déclarations de Bourita au magazine de la Françafrique ne laissent aucun doute. Des menaces ont été proférées en direction de l’Europe, la France en particulier.




    18



    1
    Hellali
    15 mai 2018 - 7 h 53 min

    Pourquoi avec autant de preuves le Maroc hésite à rompre ses relations diploma-tiques avec l’Algérie qui reconnaît soutenir, héberger et financer la glorieuse armée de la RASD alors que pour bcp.moins que cela il avait rompu avec fracas ses relations diplomatiques avec l’Iran ?
    Une autre façon de dire que Mimi6 n’est pas souverain dans ses décisions qui, dans le cas présent, lui sont dictées par la triplette dite  »axe du mal » (USA-Arabie Yahoudite- Israël).




    7



    1
    At'hane Emou
    15 mai 2018 - 5 h 33 min

    De toutes les manières et tant que le Maroc est pour la France ce qu’a toujours été  »Israël » pour les Yankees, rien de bon ne se fera pour le peuple du Sahara occidental sauf si le peuple de ce dernière décide de reprendre sa lutte armée qui avait fait connaître au monde entier sa juste cause avant le cessez-le-feu de 1991.




    7



    0
    Anonyme Utile
    14 mai 2018 - 23 h 00 min

    La rupture des relations diplomatiques entre le maroc et l’iran a été curieusement précédée, une semaine auparavant, d’une rencontre en France, entre Mimi6, MBS et Hariri, le premier ministre Libanais, sous le protection et la bénédiction de la France officielle, elle-même exécutante d’israël.
    Cette drôle de rencontre est tellement douteuse, qu’il est essentiel de clarifier les points suivants :

    1/- On voit sur la photo hariri tout sourire à côté de son «bourreau» MBS, qui l’a pris en « otage » en Arabie saoudite tayehoudite, alors qu’il était premier ministre d’un état souverain, le Liban. L’attitude hypocrite et surréaliste de hariri vis à vis de MBS, l’a trahi. On ne passe pas des vacances avec son bourreau responsable d’un tel acte ignoble et odieux à l’égard d’un premier ministre en exercice, si c’était vrai.
    Ce qui veut dire, que c’était une mise en scène. Et les médias mensonges Français nous ont annoncé, que c’est grâce à l’intervention du président Macron, que « l’otage » Hariri a été libéré. Et la aussi, c’est faux. C’est un mensonge, comme cela vient d’être démontré.
    2/- Les médias mensonges Français sionisés ont propagé également une propagande mensongère, selon laquelle, le roi du maroc avait subi une lourde opération chirurgicale. Une telle opération nécessite en général, plusieurs mois de convalescence.
    Et curieusement, peu de temps après, une photo a été publiée sciemment, montrant mimi6 en bonne santé tout sourire avec MBS et hariri.
    Ce qui veut dire, qu’il n’avait pas subi l’intervention chirurgicale que les médias mensonges Français ont mis en avant, à des fins malsaines et dangereuses, pour son propre pays et ses voisins.
    Donc cette « intervention chirurgicale » fictive de mimi6 n’était qu’une mise en scène faisant partie de ce complot sioniste global visant la stabilité de l’Algérie, qui empêche les sionistes et leurs exécutants occidentaux, comme la france officielle, notamment, de dormir.

    Le maroc est gouverné par Azoulay, un membre du éminent du mossad. Et ,le makhzen n’est qu’une voix de ses maîtres de la France-Israël.
    Les liaisons directes entre les militaires et les services secrets français et israéliens avec le makhzen sont clairement établis. Ce n’est un secret pour personne. Ces militaires français notamment « protègent » les intérêts français au maroc dans le cadre de l’interdépendance du maroc et de la france, à sens unique, synonyme de colonisation, depuis 1955.
    Plus grave encore israël a ouvert des écoles de formation de mercenaires pour infiltrer l’armée marocaine elle-même, au vu de la désertion des officiers supérieurs qui ont compris d’une part, que le maroc est colonisé et que le problème du sahara a été créé pour notamment, pour éloigner pour toujours l’armée marocaine du palais royale, suite à plusieurs tentatives de renversement de la monarchie alaouite et du roi hassan 2 et d’autre part que le sahara occidental ne fait pas partie du maroc et ne l’a jamais été, comme en témoignent les témoignages sur le web, de ces officiers marocains, qui ont déserté, à juste titre.
    La situation est extrêment grave au maroc. Le peuple marocain ne croit plus en cette narco monarchie. Il est en train de bouger.
    Le timing choisi par mimi6, macron, mbs et hariri faisait partie du complot contre la RASD, comme en témoignent toutes les tentatives malsaines de la France officielle, pour empêcher l’indépendance de la RASD, EN VAIN. Je tiens à saluer l’excellent travail très professionnel, des diplomates Algériens à l’ONU, auprès de l’UA, l’UE …, qui a fait échouer les magouilles de la France officielle, à l’ONU et à l’échelle internationale.
    Le vote de la résolution de l’ONU/CS en faveur de l’autodétermination du peuple Sahraoui a mis un terme définitif à toutes les magouilles du maroc et de ses sponsors de la France-israël.

    La narco monarchie réalise qu’elle a PRATIQUIEMENT TOUT PERDU ET QU’ELLE N’A AUCUNE CREDIBILITE.
    Les provocations de mimi6 montrent très clairement qu’il est réellement aux abois.

    Pour atteindre ses objectifs, israël utilise ses marionnettes de toujours (France officielle, narco monarchie marocaine, les traîtres au liban : hariri et la branche extrémiste des chrétiens, les EAU, le qatar l’arabie saoudite … ).

    L’objectif d’israël est de transformer toute la région du maghreb en une zone de guerre comme au moyen orient, pour réaliser son impossible rêve du grand israël.

    Pour ce faire israël a utilisé ses marionnettes citées ci-dessus et a chargé la marionnette maroc de propager ce complot anti-Algérien très grave et aux ramifications internationales.
    Israël a ordonné au makhnez, chien de garde de sa marionnette, la narco monarchie marocaine de rompre les relations diplomatiques avec l’Iran et en d’impliquer l’Algérie, l’iran et le hezbollah dans l’affaire du sahara occidentale, pour d’une part, ne pas participer aux négociations directes avec le Polisario et salir gravement l’image de l’Algérie, qui a détruit le mythe d’israël, en 1973.

    Ce complot sioniste est tombé à l’eau, grâce à la diplomatie Algérienne qui l’a fait échouer.

    L’Algérie fait le dos rond pour se conformer à la résolution de l’ONU/CS, qui oblige le maroc de revenir à la table des négociations directes avec le Polisario.

    En attendant, j’ai suggéré à notre pays de réduire de manière très signifricative le nombre de diplomates marocains à Alger.

    L’Algérie est très calme mais en même TRES DETERMINEE. Après le 31 octobre 2018, on en reparlera.

    Je suis très fier de ce qu’a fait et de ce que fait notre glorieuse ANP sur le terrain comme elle l’a déjà montré à Tigentourine, et contre TOUS NOS ENNEMIS, d’où qu’ils viennent. Notre ANP veille au grain avec un grand professionnalisme et une grande détermination et dispose dieu merci, d’un armement parmi les plus sophistiqués au monde, pour y faire face.
    VIVE L’ANP ET VIVE L’ALGERIE.




    24



    3
    HOUMTY
    14 mai 2018 - 20 h 24 min

    SALAM L’KHAWA… J’ai lu un article sur ALGERIE360, qui m’a ch’wiya fait monté la tension. cette article dit grosso modo que la royale air maroc lance une opération marketing et de charme pour attirer les touristes ALGERIENS ! moi je dit ( si par malheur avec tout le venin que deverse la presse mokokos sur notre pays ) les ALGERIENS tombent dans le panneau et partent au maroc pour enrichir le tourisme marocain, la je dirais qu’on a perdu le « NIF » et qu’on est un peuple de brebis, car notre pays et 1000 fois plus beau que le maroc, et que c’est le tourisme national qu’il faut faire travaillé, par un état qui nous insulte a longueur de journée. VIVE L’ALGERIE VIVE L’RASD ET VIVE LA PALESTINE.




    44



    8
    Anonyme
    14 mai 2018 - 19 h 55 min

    Je crois que la population a enfin compris que le Roi prédateur est la source de ses malheurs.
    La colonisation du Sahara Occidental par le Maroc a eu un effet corruptible dans le sens plein du mot. Déguisée en action souveraine supposément dictée par un intérêt national dont le Palais alors sous Hassan II se voulait le chantre et le garant, l’annexion du territoire sahraoui consistait en réalité en un projet diabolique de liquider toutes les oppositions au régime monarchique et par suite de consacrer ce dernier comme acteur politique majeur.

    L’armée fut alors exilée aux confins du désert après avoir été l’un des foyers de la résistance ayant menacé à deux reprises la monarchie dans son existence. Deux coups d’État en 1971 et en 1972 ont failli renverser la donne politique et mettre fin à la tyrannie d’Hassan II. L’urgence pour ce dernier était donc de l’éloigner des salons de Rabat où elle risquait un jour ou l’autre de préparer le coup fatal. La guerre des sables fut donc providentielle à la monarchie qui a su détourner l’attention des hauts gradés vers le trafic de drogue et la contrebande (le général Bennai en fut un grand baron) après en avoir purifié le corps de l’armée des membres jugés dangereux en les liquidant.

    Du côté de la société civile, les partis politiques issus du mouvement dit national dont l’Union National des Forces populaires furent simplement liquidés par la stratégie d’infiltration de membres des services secrets présentés comme des leaders politiques à l’opinion publique. Abderrahim Bouabid en est un cas emblématique. Présenté comme un grand militant nationaliste, il était en réalité un agent des services secrets et un proche de Hassan II. Celui-ci lui a confié la tâche de liquider le parti de Ben Barka (Ben Barka a été assassiné en France sous ordre d’Hassan II en 1965) en éliminant les fidèles du leader assassiné. Certains parmi eux qui avaient leur passeport ont pris la fuite en Algérie ou en France comme feu Fquih Basri.

    Avec l’aide de ces partis nouvellement fabriqués et disposés à collaborer, Hassan II instaura une politique de terreur autour de ce qu’il a nommé « le consensus national autour de l’unité national ». Un concept qui annonce tout simplement une politique répressive contre les voix à l’époque nombreuses qui s’opposaient à la politique d’annexion du territoire sahraoui (le groupe Ila Al Amam). Ceux donc qui avaient compris le machiavélisme d’Hassan II et s’y étaient opposés, se sont retrouvés dans les prisons secrètes où ils étaient condamnés à y passer toute leur vie avec la bénédiction et la complicité active de ces leaders dits nationaux du genre Yazghi, Radi Abdelwahed, Youssoufi Abderrahmane ( du parti USFP), Ali Yata du parti (PPS).
    Maintenant, sous l’héritier d’Hassan II, la corruption du système atteint un niveau tel qu’il n’y a plus moyen d’y remédier. Les partis politiques qui naguère pouvaient mentir au peuple ont épuisé leur ressource et le peuple marocain a fini par ne plus leur faire confiance. Ils ne vivent que du soutien de l’État et leur rôle se limite à donner le change au Parlement.

    Dépourvu de corps intermédiaires, le régime prête seul le flanc à une contestation populaire à la suite d’une crise économique sans précédent. L’érosion de sa légitimité se fait jour parce qu’une grande frange de la population a enfin compris que le roi prédateur est la source de ses malheurs. La connexion entre la crise politique et sociale et la colonisation du Sahara Occidental peine malheureusement encore à trouver son chemin dans la conscience des marocains encore sous l’empire de la propagande des médias du Makhzen. Mais le mensonge ne peut perdurer indéfiniment. La vérité comme la lumière parvient toujours par trouver son chemin de sortie au grand jour.




    10



    3
    Anonymous
    14 mai 2018 - 19 h 51 min

    Maroc : La gifle de Pékin au roi Mohammed VI.
    Après avoir dupé le peuple marocain, Mohammed VI et ses conseillers ratés ont cru pouvoir duper la communauté internationale avec l’idée que le Maroc peut changer d’alliances guidé par ses intérêts économiques.

    Dans ce contexte, Mohammed VI a organisé en 2016 une pompeuse visite accompagnée d’une campagne de propagande faisant croire que Rabat a mis les autorités chinoises dans sa poche.

    Deux ans après, la Chine a failli mettre son veto au Conseil de Sécurité pour bloquer une résolution sur le Sahara Occidental clairement pro-marocaine et visant à mettre pression sur le Front Polisario en vue de le contraindre à accepter la pseudo solution d’autonomie marocaine.

    Quelques jours après, l’ambassadeur chinois en Algérie s’affiche avec le président du Croissant Rouge Sahraoui pour lui remettre près de 73.000 euros d’aide humanitaire destinée aux réfugiés sahraouis en Algérie. Pire encore, il a annoncé qu’il fera prochainement une visite aux camps des réfugiés sahraouis pour s’enquérir de leurs nécessités et en informer ses supérieurs.

    Ces deux anecdotes prouvent que la diplomatie des autorités du Maroc est un échec sur toute la ligne et ses prétendus succès ne sont que des mirages destinés à la consommation d’une opinion publique interne assoiffé d’entendre n’importe quoi sur la question du Sahara Occidental. Même des mensonges aussi clairs que de l’eau de roche.




    34



    2
    Hafraoui
    14 mai 2018 - 19 h 48 min

    Tous se que dit cet article est une realite vous venez de soulever la face caches de cette monarchie batardes qui ne pensent qu a ses interets predatrices contre un pauvre peuple qui tarde a se reveiller helas.
    La responsabilite des malheurs du peuple marocain, c’est M6 et son makhzen avec ses leches babouches qui n’ont ni foie ni religion c’est vraiment une pseudo-monarchie virale qui detruit le peuple et le divise pour mieux le controler. Ce pauvre peuple doit comprendre qu’il n ya aucune difference entre un citoyen berbere du Rif et un citoyen arabe de Marrakech comme il n’ya aucune difference entre les autres parties composantes de notre peuple, C’est le makhzen qui profite de cette division premeditee et organisee par le palais qui je l;espere s’ecroulera sur la tete de ce « royal » clan de batards.




    9



    3
    Mostafa
    14 mai 2018 - 19 h 40 min

    Le jour ou mes freres marocains au bled sauront pourquoi la gracieuse Selma Bennani a quitte M6 pour aller vivre avec un jeune grecque dans sa residence sur une Ile de la Grece. notre peuple decidera de lui-meme de faire degager le Predateur M6 et sans l’aide du peuple Sahraoui.
    De la part d’un MRE (Marocain Resident a l’Etranger) et profondemment Republicain.




    7



    3
    [email protected]
    14 mai 2018 - 19 h 34 min

    Au vu de l’evolution du dossier du Sahara Occidental notamment sur la base de la resolution d’avril dernier du Conseil de Securite de l’ONU, on peut dire « qu’on peut mentir a ses sujets un temps mais jamais tout le temps ».




    7



    2
    Bernard
    14 mai 2018 - 19 h 32 min

    Ce que j’ai vu au Maroc.
    Le Maroc est nul en beaucoup de domaines ! C’est un pays qui a 200 ans de retard, et malheureusement, le Roi Mohammed VI n’a pas l’intelligence ni l’apanage de son père, Feu Sa Majesté Hassan II.

    Je viens de passer 8 mois au Maroc et j’ai vu l’horreur à l’état pur. J’ai vu des bébés abandonnés dans des poubelles. J’ai vu des enfants pauvres respirer de la colle pour se couper la faim parce ce qu’ils n’avaient pas de quoi manger. J’ai vu des malades qui avaient des plaies tellement sur-infectées que des vers grouillaient dessus. Et quand le Roi décide de traverser la ville en voiture, les autorités Marocaines ont ordre d’abattre tous les chiens errants !

    J’ai vu des massacres d’animaux terrifiants !!! Tout ceci, je l’ai vu à Rabat, dans la capitale, en 2018 !!!! Et pendant ce temps, les membres de la famille Royale vont se détendre au Golf Dar Es Salam, un des endroits les plus prestigieux de la ville.
    Le Roi Mohammed VI vient de passer presque 3 mois en France. Il se fait toujours soigner ou opérer en France par des praticiens Français et dans les hôpitaux Français !! Pourquoi ????? Pourquoi ne se fait-il pas soigner chez lui, dans son pays ??? On le voit également fréquenter les plus belles boutiques de Paris, et fréquenter les restaurants les plus chics de Paris, et pendant ce temps, son Peuple meurt !!! C’est triste pour ne pas en rajouter pour un si bon peuple aussi naif soit-il !!




    10



    4
    Thami 20/02
    14 mai 2018 - 19 h 27 min

    Nous sommes de plus en plus nombreux a apprecier la sagesse de la diplomatie algerienne face a cette feodale predatrice famille allaouite allochtone venue de l’Arabie Saoudite pour humilier et asservir notre peuple.
    Ramadhan Karim au digne peuple algerien frere.




    24



    2
    Le Rifain
    14 mai 2018 - 19 h 23 min

    Tout le monde sait chez nous notamment dqns notre Region du Rif que cette agitation du Regime du Makhzen ne vise qu’a detourner l’attention de notre peuple de sa misere endemique qui connait une inquietante aggravation jamais connue a ce jour tout en essayant de creer la fitna entre nos deux peuples.




    24



    3
    Makhloufi
    14 mai 2018 - 19 h 18 min

    Mon unique souhait serait que notre diplomatie ne reponde pas a la provocation intepestive du sbire du Regime MakhNazi le Sieur Bourita au moins pour deux (02) raisons :
    1/- Ne pas donner d’excuses au Mongolien M6 pour justifier son refus de revenir a la table des negociations directes avec le Front Polisario sans conditions pralables comme l’exige la derniere Resolution du CS/ONU, alors que dans son dernier discours, ce Mongolien a laisse entendre a ses sujets que negocier avec la RASD est une « ligne rouge ».
    2/- Eviter a ce que la « Monarchie Allaouite » tombe aujourd’hui au regard de la situation socio-economique qui prevaut actuellement au Maroc, nonobstant du dossier de colonisation du Sahara occidental et ainsi eviter a l’Algerie de subir ses corollaires socio-economiques et securitaires avec les flux de clandestins marocains en plus des 450.000 clandestins marocains qui sont deja en Algerie sans parler des flux de jeunes prostituees marocains et leurs consequences sur les menages algeriens avec une explosions des divorces assuree.




    8



    0
    CHAOUI BLA -JAOUI
    14 mai 2018 - 19 h 14 min

    LE ROI IMPOSTEUR !
    L’Etat, cet imposteur. La Société Occidentale fabrique de plus en plus d’imposteurs et des menteurs ! Une Brouette de transport de fumier, figurine du Ministre Bourita la Brouette, qui a berné des centaines de Marocain sur le Sahara Occidental, et Le Roitelet Makhnez, réalisé une fraude de plusieurs dizaine de milliards de dollars produit par les pauvres Marocains. Jamais notre voisin de l’Ouest n’a autant valorisé la forme sur le fond, les moyens plutôt que les fins, la réputation sur les compétences, l’audimat sur la réflexion, le quantitatif sur la qualitatif. A force de pragmatisme étayé par un sens de la norme poussée à son paroxysme, notre voisin Maroc avec l’aide de la France, l’Etat Sioniste et les Arabo-Tayhoudites fabriquent des imposteurs. De cette civilisation humaine, du faux-semblant, l’entreprise et la société toute entière pâtissent et peinent à retrouver sa créativité et son élan, celui des peuples et du bon voisinage, les uns pour l’Argent les autres pour détruire pou avoir osés leurs libérations et leurs indépendances.
    Qui n’ont jamais étaient agacés de voir un dirigeant ou un politique occuper un poste pour lequel il n’en a que l’habit et la carte de visite ? Si les imposteurs ont toujours existé, il semblerait que la société d’aujourd’hui en « fabrique » par milliers, entre autre DASHE. C’est le constat établi par les psychanalystes dans « La Fabrique des imposteurs » comme lien qui va Libérer : « Notre société de la norme, même travestie sous un hédonisme de masse et fardée de publicité tapageuse, fabrique des imposteurs ». Sorte d’éponge vivante des valeurs de son temps, l’imposteur à qui tous les costumes vont comme un gant, naît à la faveur de la prolifération des instruments de gestion et de procédure, les expertises mensongères et l’hypocrisie des bons sentiments. L’incitation à être « normal » et « adapté » fait le lit de l’imposture au Maroc comme exemple !
    Difficile dans ces conditions de sortir de la gangrène de la crise actuelle. Il semblerait que dans les entreprises comme à la tête des Etats on peine à retrouver un peu d’audace nécessaire et essentielle pour créer un avenir radieux. Une civilisation des mœurs qui fait reposer le crédit d’un individu, d’un groupe, d’un Etat sur l’apparence, sur l’opinion n’incite-t-elle pas à l’imposture ?, s’interroge les psychanalystes et psychiatres. Qu’est-ce qu’une politique qui vend sans cesse à l’opinion publique la « marque de fabrique » d’un gouvernement évaluant sur la base de la culture du Kif et par des sondages constants la pénétration de sa propagande au sein de la population ? Sans compter un Roi « normal » qui place la démocratie sous les auspices de la norme. Or l’incitation à être « normal » et « adapté » fait le lit de l’imposture.
    A l’heure où les carrières ne se font plus que par le biais des réseaux sociaux, où l’entreprise évalue le mérite de ses managers à leur cote interne, où l’information n’a de poids que par le mensonge qu’elle produit, il convient de s’interroger sur ce phénomène d’imposture qui tend à devenir plus collectif qu’individuel. Sous couvert de discours sur le pragmatisme, de compétitivité nationale, d’utilitarisme social, on promeut sans conscience des techniques et des schémas de comportement voire même des pédagogies qui incitent les sujets à se vendre dans tous les domaines de l’existence. Les techniques de ventes ont envahies la sphère relationnelle, privée comme publique, respectant des formes et des normes, b.a. ba de tout imposteur. Le conformisme règne en maître à tous les étages. « La tendance à la conformité des opinions et des positions en politique comme dans le champ de la connaissance est le malheur des démocraties Occidentales comme de la recherche. Cette tendance des individus à se ranger sans réflexion critique aux normes du groupe majoritaire se retrouve dans toutes les institutions ». L’imposture constitue une tentative de parer à une réalité blessante et douloureuse. Résultat : des experts nous disent comment nous devons nous comporter dans notre manière d’exister intimement et professionnellement, « nouvelle incarnation des dispositifs de censure sociale, nouveaux scribes de nos normes morales, ces experts participent à cet art libéral de gouverner », soulignent certains psychanalystes et psychologues. Tout ceci n’aurait sans doute pas de réelle gravité si notre société n’était pas à bout de souffle, si la fameuse crise ne mettait pas en lumière l’absurdité dans laquelle nous sommes arrivés et si nous ne continuions pas à gérer nos systèmes comme si de rien n’était et que tout allait finir par rentrer dans l’ordre. « Comme le fétichisme, le mensonge ou l’hypocrisie, l’imposture constitue une tentative de parer à une réalité blessante et douloureuse. (…) le sujet se confronte à une situation à laquelle il n’est préparé ni par son expérience, ni par celle des générations qui l’ont précédé. (..) Tout devient normal au fur et à mesure que la globalisation s’installe dans nos mœurs, dans nos têtes et détermine toujours plus les décisions à venir en les inscrivant dans les mécanismes des marchés financiers, industriels et par les guerres. Pour survivre il faut parfois tricher, frauder, mentir et de rappeler que lorsque l’autorité est en crise, lorsque le pouvoir normatif s’accroît lorsque la vulnérabilité sociale et psychique grandit, il faut survivre et pour survivre il faut parfois tricher, frauder, mentir, et usurper toutes sortes de rôles et de fonctions en s’affublant des masques de pseudo identifications que ne désavoueraient pas les plus fieffés des imposteurs. Dès lors que nous savons désormais que dans de nombreux domaines de notre existence, les décisions absurdes et les catastrophes proviennent de l’application trop stricte de règles et de procédures, de la soumission conformiste aux protocoles et aux modes d’emploi, il est temps de réhabiliter l’expérience de terrain et la confiance dans le potentiel humain. Peut-être s’agissait-il de remettre l’argent à sa place, lancent quelques rares âmes sensibles, « s’en servir mais non le servir ». « Il nous faut préférer l’intelligence collective et délibérative aux automatismes sociaux, il nous fait privilégier le vif de la parole aux règles et normes formelles de la nouvelle bureaucratie, et à nous méfier de leurs effets pervers » ceux des imposteurs ». Sans doute est-il temps de réhabiliter le courage comme vertu essentielle des sociétés, de la politique et du vivre ensemble. Mais, pour cela, il faut commencer par le premier des courages, celui de la parole et du débat d’idées, de l’échange. « La grande pauvreté aujourd’hui est aussi celle de notre manière monotone de voir le monde, de le dire et de le penser. La misère est autant matérielle que symbolique », en conclusion Il faut permettre au langage de venir troubler l’ordre « normal », à la façon d’un Houari Boumediene « Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égard ni patience et ni respect. »




    12



    0
    Amine
    14 mai 2018 - 18 h 02 min

    « Mohamed VI, roi du Maroc, est désormais le premier banquier, le premier assureur, le premier agriculteur de son pays. Il y joue un rôle dominant dans l’agro-alimentaire, l’immobilier,la grande distribution, l’énergie et les télécommunications. La fortune personelle du souverain à quintuplé depuis son accession au trône, et le magazine Forbes le classe aujourd’hui parmi les personnalités les plus riches du monde  »

    Catherine Graciés
    Eric LAURENT

    Le Roi prédateur
    Main basse sur le Maroc

    SEUIL




    25



    1
    scarface
    14 mai 2018 - 17 h 19 min

    En réintégrant l’union africaine, le Maroc reconnait de facto et juridiquement la RASD . Sachant que cette derniere n’a pas ete exclu de l’union africaine, la RASD peut d’ors et déja, intimer sa reconnaissance aupres des instances onusiennes et du conseil de securité.




    12



    0
    DZLander
    14 mai 2018 - 17 h 14 min

    D’échecs économiques en échecs diplomatiques patents : ainsi va la narco-monarchie marocaine prédatrice sous protectorat français dans sa lente mais non moins inexorable descente aux enfers. Ainsi va cette entité monarchique moribonde dénommée makhzen qui, par inadvertance, a été créée de toutes pièces par le Maréchal Lyautey, mais dont l’existence même s’avère à présent une anomie avérée. Compte tenu de la conjoncture politique actuelle et à venir dans la région, Il n’est pas impossible qu’un jour, la France officielle, n’en pouvant plus de poursuivre son attitude suicidaire qui consiste à soutenir éperdument et à contre-courant de la marche de l’Histoire ce fardeau devenu trop lourd, fardeau qui par voie de conséquence la rend visiblement de moins en moins crédible sur l’échiquier planétaire, il n’est pas impossible qu’un jour donc, la France officielle làche enfin cette narco-monarchie parasitaire, obsolète qui, nous n’en doutons pas, cèdera tot ou tard la place à une république idoine dont le peuple marocain serait incontestablement fier mais dont l’avènement a jusque-là été trop longtemps reporté, alors qu’il est légitimement attendu au regard de l’Histoire. Légitimement attendu non seulement par le peuple marocain, mais par l’ensemble de la communauté internationale, exception faite des survivances monarchiques délétères et surannées du Golfe dit persique.




    13



    0
    MELLO
    14 mai 2018 - 16 h 09 min

    J’ajouterais cet article de sputnik.fr sur ces relations Algéro-marocaines.
    Dans un entretien avec le journal Jeune Afrique, publié ce lundi, le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a accusé l’Algérie d’avoir une responsabilité dans l’instabilité de la région du Sahel. Or, les conclusions d’un rapport du Sénat français, publié le 9 mai, ainsi que les déclarations, le 12 mai 2018 à Alger, de l’envoyé spécial de l’Onu pour la Libye se tiennent à l’opposé des affirmations du responsable marocain, et accordent un rôle central à l’Algérie dans la résolution des crises au Sahel et en Libye. L’Algérie a fait du non-engagement de ses troupes en dehors de son territoire un principe cardinal de sa politique étrangère. Toutefois, d’autres raisons expliquent pourquoi ce pays est aux abonnés absents des réunions sur le G5 Sahel, malgré les sollicitations françaises.
    Pour un ancien officier de l’armée algérienne, qui veut garder l’anonymat, approché par Sputnik, la France connaît bien la réticence des Algériens à s’engager, de façon générale, en dehors de leurs frontières. Les différentes sollicitations de Paris seraient donc uniquement «formelles». «En réalité, les Français ne veulent pas des Algériens dans le G5 Sahel, parce qu’ils veulent être à la manœuvre. Avec les Algériens dans le G5 Sahel, ça aurait été impossible», estime cet ex-officier algérien, désirant garder l’anonymat.
    En d’autres termes, la sérénité de l’Algérie dérange.




    24



    5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.