Les médecins résidents empêchés de tenir un sit-in à Alger

résidents interdit sit-in Mustapha Alger
Le Camra, dénonce un énième acte de provocation et de répression. New Press

Par Hani Abdi – Encore une fois, les médecins résidents sont interdits de tenir un rassemblement à Alger. Leur tentative de «percer» l’important dispositif de sécurité a échoué. Plusieurs manifestants ont été arrêtés devant le CHU Mustapha-Pacha et aux alentours de la Grande-Poste. De Nombreux policiers déployés à Alger-Centre et aux alentours du CHU Mustapha procédaient à un contrôle d’identité des passants soupçonnés être des médecins.

Face à la répression policière de leur mouvement, les médecins résidents se sont contentés d’un sit-in à l’intérieur du CHU Mustapha-Pacha. Le Collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra) dénonce ce énième acte de provocation et de répression ainsi que la poursuite des intimidations de l’administration. Le Camra maintient ses revendications dont la suppression du caractère obligatoire du service civil. Le Camra rappelle dans ce sillage avoir pris «l’amère décision» de geler la participation aux activités de garde, «non par gaieté de cœur, mais pour tirer une énième sonnette d’alarme sur une situation qui ne cesse de s’enliser».

Le Camra a également dénoncé «avec fermeté les intimidations, les manœuvres administratives et les menaces orchestrées par les directeurs des structures hospitalières à notre encontre, dans un contexte de tensions permanentes entretenues par un échec cuisant des négociations avec une tutelle feignant l’ouverture de l’esprit et la sagesse».

Le Camra prévient contre «le statu quo qui menace d’implosion un système de santé déjà moribond, paralysé par une léthargie d’une tutelle qui tente par tous les moyens de discréditer le mouvement de grève et tromper l’opinion publique par des déclarations infâmes nous faisant porter la responsabilité de l’enlisement de cette crise sans précédent, euthanasié par la nouvelle loi de santé sous le regard complice d’une corporation médicale calfeutrée dans un silence coupable, révélateur d’ambitions funestes». Le collectif des médecins résidents exprime sa détermination à poursuivre son action revendicative jusqu’au bout.

H. A.

Comment (11)

    AGENTS DESTABILISATEURS
    15 mai 2018 - 17 h 39 min

    La question c’est quel pays à envoyer leurs agents pour motiver cette manifestation action revendicative ?

    9
    6
    Malika
    15 mai 2018 - 14 h 31 min

    Je suis certain que 100% de ces medecins grevistes sont issus de de parents qui dirigent encore ce pays.
    Un medecin greviste issu de l’Algerie profonde n’aurait jamais un tel comportement du moment qu’il sait qu’il ne sera jamais protege

    17
    15
      anonyme
      15 mai 2018 - 20 h 08 min

      la propagande des medias publics et affiliés et autres officines entrainent ce genre de raisonnement ;
      ce qui n’est pas conforme à l ‘idéologie officielle est « téléguidé » par  » la réaction interne ou la main étrangère « 

      3
      7
    Sid'Ahmed
    15 mai 2018 - 14 h 27 min

    Comment peut-on soutenir un Corps dit de « medecin resident » qui declare refuser de faire son service national et refuse meme d’assurer un minimum dans son mouvement de greve a savoir le service minimum et le service des urgence ?

    19
    18
      Chibl
      15 mai 2018 - 21 h 25 min

      Depuis quand les etudiants assurent un service minimum?

      4
      9
      Zaatar
      16 mai 2018 - 5 h 13 min

      Il est évident que lorsqu’on ne connait pas et que l’on ne soit pas au courant des véritables événements et que l’on soit totalement désinformé alors on raconte n’importe quoi n’est ce pas Monsieur Sid’ Ahmed? Vous dites que les médecins résidents refusent de faire le service national, avez vous pris au moins le soin de leur demander et de connaitre leur réponse? apparemment non, car les médecins résidents ne refusent pas de faire le service national, ils demandent que leur soit appliqué le même dispositif qui est appliqué à tous les Algériens de plus de trente ans et qui n’ont pas encore fait le service national. Il y a une belle nuance ici l’ami non? A moins que vous ne considériez les médecins résidents comme des non Algériens là ça serait un autre problème. Ensuite, pour votre seconde affirmation relative au service minimum et les urgences Monsieur CHIBL vous a répondu et effectivement des étudiants, donc des non fonctionnaires, n’ont pas à assurer un service minimum et j’ajouterai enfin pour que vous le sachiez aussi, les médecins résidents ont eu un comportement exemplaires depuis le début du conflit et qu’ils assuraient le service minimum et les urgences jusqu’à ce que la tutelle (le ministère de la santé) arrêtent leurs salaires c’est à dire depuis le mois de janvier 2018 et que par la suite ils sont décidé d’arrêter le service minimum à partir du 29 avril 2018. Informez vous cher ami avant d’écrire n’importe quoi et d’accuser gratuitement.

      4
      6
    Mokhtar
    15 mai 2018 - 14 h 24 min

    Ce qui fait peur dans ce mouvement est que ses meneurs sont en majorite des sympathisants du Mak.

    16
    21
    Messaoud
    15 mai 2018 - 14 h 21 min

    Un comportement de voyous qui s’attribuent le noble qualificatif de Medecin Resident.

    21
    16
    douktour en état civil
    15 mai 2018 - 13 h 48 min

    C’est incroyable d’assister à un tel scandale sans que personne de sensé ne prenne Esculape par les cornes pour mette un terme à cette situation, qui empoisonne tout le monde, les patients, les médecins et les dépenses pourle recours aux forces de l’ordre, on est capable d’envoyer unmessager pour résoudre des conflits aux quatre coins du globe, mais à la maison walou! pas de dialogue, des rapports conflictuels avec certains qui erajoutent de l’huile sur le feu. Messieurs, autour de latable s’il vous plait pour le bien de l’Algérie….

    20
    4
    metek
    15 mai 2018 - 13 h 47 min

    La photo resume tout le drame Algerien : un Bac +10 revendiquant ses droits malmené et brutalisé par des Bac – 20 dont le seul langage est el kezoula
    When to free Tahya el DZaier

    15
    26
      anonyme
      15 mai 2018 - 20 h 04 min

      le probleme est là
      la politique du « bras » est bien visible par le plus grand nombre de citoyens présumés avec les medecins residents

      3
      3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.