Zerouati : «La gestion intégrée des déchets encourage l’investissement dans le recyclage»

gestion déchets investissement recyclage
La ministre de l’Environnement et des Energies renouvelables, Fatima-Zohra Zerouati. New Press

La ministre de l’Environnement et des Energies renouvelables, Fatima-Zohra Zerouati, a affirmé dimanche à Souk Ahras que la stratégie de gestion intégrée des déchets repose sur l’encouragement de l’investissement dans le recyclage. Lors de l’inspection du projet d’une décharge contrôlée intercommunale à Aïn Helwa, dans la commune de Bir Bouhouch, la ministre a souligné que sur 13 millions de tonnes d’ordures quotidiennement jetées, 6,1 millions de tonnes étaient recyclables, tandis que le taux réel de recyclage ne dépasse pas 7% à l’échelle nationale. Mme Zerouati a insisté sur la nécessaire implication des jeunes à travers la création de micro-entreprises dans le domaine du recyclage pour lequel «l’Etat accorde une grande importance et œuvre dans le cadre du nouveau modèle économique à encourager l’investissement dans les activités de recyclage».

Estimés à un taux de 55%, les travaux de réalisation de cette décharge contrôlée qui mobilise 130 millions DA portent, après réalisation de la clôture, sur le creusage d’une fosse profonde d’une capacité de 68 000 m3. Selon les explications données sur site, cette décharge, d’une capacité de 1 300 tonnes par an, mettra fin une fois en activité au problème des décharges sauvages des communes de Bir Bouhouch, Safel El-Ouidane et Oum Laâdhaïm.

La ministre a également inspecté le projet d’une forêt récréative en cours d’aménagement à proximité de la RN16 qui s’étale sur 11 hectares et devant accueillir un lac artificiel, des cascades et une aire boisée de diverses essences botaniques pour constituer un espace de repos et de détente pour les familles de Souk Ahras, a-t-on indiqué sur site. Mme Zerouati a insisté à l’occasion sur l’importance des espaces verts et de leur préservation notamment, a-t-elle souligné, après le lancement du prix du président Abdelaziz Bouteflika de la ville verte.

Auparavant, la ministre avait inspecté la centrale électrique solaire de la commune d’Oued Kebrit (70 km au Sud de Souk Ahras) réalisée dans le cadre du programme national de diversification des sources d’énergies non polluantes. La centrale à panneaux solaires, d’une capacité de 15 mégawatts, occupe une surface de 30 hectares dans cette commune classée parmi les régions des hauts plateaux, selon les données présentées sur site. La ministre a inauguré la Maison de l’environnement sur le POS-10 de la ville de Souk Ahras devant constituer un espace pour les activités environnementales et les associations écologiques.

R. E.

Comment (9)

    Alfa
    22 mai 2018 - 17 h 17 min

    Le BOUSIER l’avait fait avant vous madame la Ministre, lui qui n’avait pas de cervelle mais qui était intelligent, il recyclait le fumier et les excréments d’autres créatures pour en faire des boules jusqu’à en crever pour nettoyer l’environnement, il n’y a qu’à voir comment il le fait et le problème est vite réglé.
    Le problème du gaspillage alimentaire Algérien à lui seul pourrait nourrir la moitié des pays africains en mal de s’alimenter convenablement par manque de revenu.

    El Che
    22 mai 2018 - 8 h 48 min

    voila un ministère qui ne fait rien a part pondre des programmes qui ne sont jamais réalisés le reste c’est du verbiage « l’etat encourage….etc » c’est des paroles.
    j’ai deux remarques que je veux partager avec vous amis lecteurs:
    -l’Algérie est le seul pays du monde ou des journalistes deviennent ministres.
    -c’est quoi cette mode du foulard chez les ministres femmes

    2
    1
    Pietr
    21 mai 2018 - 12 h 16 min

    La gestion des déchets une affaire de tout le monde.

    2
    2
    HALLALOU
    21 mai 2018 - 10 h 46 min

    Bla bla blaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaablaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaablaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaabla…….
    Arrêtez de faire semblant de travailler et cessez de nous prendre pour des débutants. Votre disque est fissuré et pas seulement rayé.
    J’ai côtoyé votre ministère pendant des années, il passe sa vie à recycler et fabriquer des réglementations insignifiantes et stériles.

    De grâce Madame là ministre agissez sans faire de communications, personne vous croira. Je ne vous connais pas mais vos trois ministres prédécesseurs n’ont rien fait pour vous laisser de bonnes conditions de travailler.

    Je conseille de faire d’abord le bilan des échecs de votre ministère depuis sa création ensuite faire un communiqué en direction des citoyens pour avouer les échecs précédents a. C’e st à partir de ce constat que les Algériens commenceront à vous faire confiance et épauler vos démarches.

    Ma chère ministre, c’est en connaissance de cause que je signifie mon amertume envers votre ministère qui m’a fait perdre des années de travail et des milliers d’emplois à Tizi Ouzou.

    Votre ministère s’était foutu de ma gueule, mais croyez-moi que je n’ai pas dis mon dernier mot.
    Salutations.

    4
    2
    Zaatar
    21 mai 2018 - 8 h 00 min

    Il y a de louables initiatives. Il y a aussi beaucoup de paroles. Mais il y a également une chose qui est certaine dans ce qui est de la gestion des déchets, la réussite d’un tel projet passe obligatoirement par l’éducation civique de la population.

    5
    5
    Bensalem AEK
    21 mai 2018 - 7 h 39 min

    Madame la Ministre,
    Nous nous réjouissons de vous voir réaliser ceux que d’autres n’ont fait qu’en paroles, toutefois la tâche devant laquelle vous vous trouvez est gigantesque, toutefois nous coyons que vous avez les qualités et l’énergie nécessaire pour relever ce défi, vous laissera-t-on faire? Cette question est lanscinante.
    L’environnement c’est aussi lutter contre la forêt de béton qui sans cesse surgit du sol, que fait-om des hameaux à dimensiion humaine, ca ne demande pas plus de temps de construire une maison en matériel léger et adapté au milieu dans lequel nous vivons.
    Le recyclage: Plein de village de montagne pourrait se chauffer avec les déchets urbains au lieu de courir en hiver après les bouteilles de gaz.Remettons à l’honneur les productions de proximité potagers, arbres fruitiers,car en cas de crise, la famine sera efficacement combattu .

    4
    7
    Anonyme
    21 mai 2018 - 7 h 30 min

    et pour les maisons de l’environnement il serait souhaitable de les réaliser en répondant aux normes d’habitation solaire

    4
    6
    Anonyme
    21 mai 2018 - 7 h 27 min

    Mettre en place des lois sur la chasse des mammifères et des oiseaux, migrateurs et non migrateurs, ainsi que pour la pèche et l’orientation des étudiants pour les filières écologiques prendre les meilleurs, pas comme tout à fait au début de l’ouverture de cette spécialités dans nos instituts.

    5
    6
    lhadi
    21 mai 2018 - 0 h 51 min

    Les embouteillages et le bruit, la pollution de l’air et de l’eau, la dégradation de la nature, du paysage rural et urbain, le recul des surfaces forestières aggravé dans certaines régions par la destruction par le feu, l’érosion des sols, la diminution des réserves d’eau, résultent de l’hypertrophie des concentrations industrielles, de l’urbanisation accélérée, de l’abandon des régions sous-développées.

    Ces nuisances et ces pollutions provoquent une véritable rupture des équilibres naturels et risquent de déclencher un processus de dégradation de plus en plus irréversible.

    Le redressement sera d’autant plus difficile et couteux que l’on tardera à engager l’effort nécessaire.

    Partie intégrant’e de la politique industrielle et de l’aménagement du territoire, la réduction, puis l’élimination des pollutions et des nuisances est le préalable d’une politique de préservation de la nature, d’organisation du repos, des loisirs, de la culture et du tourisme, d’aménagement du cadre de vie, qui correspond à un immense besoin social : le gouvernement se doit de donner les soins nécessaire.

    Ainsi, sera constitué, protégé, aménagé, rendu accessible dan l’intérêt de tous, l’admirable patrimoine que constituent nos campagne, nos rivage marins, nos fleuves et nos rivières, nos forets et nos montagnes, nos champs de neige…nettoyés des pollutions qui les souillent et défendu contre les appétits du capital monopoliste qui veut en confisquer la plus belle part.

    L’amélioration du niveau de vie et du cadre de vie créera des conditions nouvelles pour l’épanouissement de la personnalité de l’individu, du couple et de la famille.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    7
    8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.