Equité

Raouiya projet
Abderahmane Raouiya, ministre des Finances. New Press

Par Sadek Sahraoui – Le projet de loi de finances complémentaire sur lequel planche actuellement le gouvernement laisse un sentiment mitigé. Si personne ne peut remettre en cause la pertinence de la proposition d’instaurer un droit additionnel provisoire de sauvegarde (DAPS) applicable aux importations de produits de luxe, surtout qu’elle est destinée à protéger autant le consommateur que la production nationale, il reste que l’augmentation des coûts de certains services assurés par les administrations publiques (délivrance de passeports, cartes d’identité, cartes grises, etc.) paraît, par contre, contestable.

Il semble qu’à ce niveau le gouvernement ait choisi la solution de facilité pour renflouer les caisses du Trésor. Eu égard à l’inflation et à la chute vertigineuse du pouvoir d’achat de larges franges de la population, tout le monde s’attendait, en effet, à ce que le ministère des Finances fasse preuve de plus d’imagination, surtout que les alternatives existent. Elles sont, certes, plus difficiles à mettre en œuvre mais elles existent réellement.

Pourquoi, en effet, le département dirigé par Abderrahmane Raouia s’est-il empressé de préconiser à Ahmed Ouyahia de ponctionner davantage les bourses des contribuables qui s’acquittent déjà d’un impôt sur le revenu global pour le moins élevé alors qu’il aurait été plus simple pour lui d’aller chercher de l’argent dans la sphère informelle ? Il n’y a pas un Algérien qui n’aurait pas soutenu l’idée, surtout que tout le monde sait que le marché noir brasse beaucoup d’argent.

Il aurait été plus judicieux également que le gouvernement renforce sa lutte contre le phénomène de l’évasion fiscale dont les propensions restent importantes. Or, tous ces éléments n’apparaissent pas clairement dans ce projet de loi de finances dont on devine que les objectifs sont, bien évidemment, de pallier  la chute des prix du pétrole et donc d’augmenter l’assiette de la fiscalité ordinaire.

En recourant systématiquement à la mise en place de nouvelles taxes ou à l’augmentation des taxes existantes, le gouvernement fait naître chez les contribuables sérieux, c’est-à-dire les citoyens chez qui l’Etat prélève l’IRG à la source, un sentiment d’injustice. Cette manière de faire consiste aussi à donner une sorte de prime à la fraude. Il semble qui si l’Etat veut vraiment susciter une réelle adhésion autour de sa politique d’austérité, il est impérieux pour lui de faire en sorte que tout le monde soit égal devant l’impôt. Pour l’heure, ce n’est pas vraiment le cas.

S. S.

Comment (3)

    MELLO
    27 mai 2018 - 14 h 02 min

    Article pertinent, eu égard à l’impact sur l’équilibre de la société. En effet, la société Algérienne, déjà mise à mal par toute sorte d’augmentations et autre inflation, se retrouve dans l’obligation de perdre ses repères de nationalisme, avec un je m’enfoutisme aggravant. Pourtant les niches d’imposition existent bel et bien au niveau de ces grosses fortunes et autre moyens immobiliers tels les grosses villas ainsi que les immeubles privés . La carte nationale d’identité ou le permis de conduire sont des documents symboles de la citoyenneté, donc doivent être délivré sans aucune taxe. Mais,mais que vaut la vie quotidienne d’un simple individu en Algérie ?




    6



    0
    Abou Stroff
    27 mai 2018 - 12 h 58 min

    « Il aurait été plus judicieux également que le gouvernement renforce sa lutte contre le phénomène de l’évasion fiscale dont les propensions restent importantes. » souligne S. S..
    la proposition semble pertinente, mais, il y a un mais. en effet, si nous remarquons que beaucoup d' »affairistes » (dont des « industriels » dont le plus qu’ils apportent à l’intégration se réduit à gonfler des pneus, par exemple) s’enrichissent grâce à leur accointances avec des détenteurs du pouvoir (ministres, walis, députés, maires, etc.), il n’y a aucune raison d’imaginer que le gouvernement se mette, sérieusement, à lutter contre la fraude fiscale et contre lui même, par ricochet.
    moralité de l’histoire: il n’y en a aucune à part que la marabunta qui nous gouverne a réduit, grâce à un saupoudrage approprié de la rente, la plupart des algériens lambda, à un ensemble de tubes digestifs ambulants, amorphes et incapables de se prendre en charge. un tube digestif ambulant a t il les capacités de remettre en cause son statut de tube digestif ambulant? la réponse ne peut être que négative, n’est ce pas?




    4



    2
    Anonymr
    27 mai 2018 - 11 h 10 min

    En France c’est pire : idem carte grise paiement etc sans parler des démarches administratives plus longues qu’initialement..
    Les grosses fortunes s’en sortent comme toujours bien défiscalisent à tout va panama papers et paradise papers tout est bon pour le medef et pour les français de base ça ponctionne y compris chez les retraités et handicapés qui voient leur pension fondre comme neige au soleil.




    1



    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.