La «mama» bienveillante du lycée Bouamama

Mama surveillante générale
Lycée Bouamama. D. R.

En ces temps où l’attention des parents est absorbée par les derniers examens et par les résultats d’une autre année scolaire qui tire à sa fin, il n’est que justice de ne pas oublier celles et ceux qui travaillent dans l’ombre et sans répit pour que la scolarité des élèves se déroule dans les meilleures conditions, pour que l’école accomplisse pleinement sa noble mission de formation des générations futures et pour que nos enfants réussissent dans leurs études, évoluent et mûrissent dans des environnements éducatifs sains et stimulants.

Quand vous posez la question aux parents des élèves du lycée Bouamama, à Alger, les opinions convergent pour sortir de l’ombre une femme dont la sobriété, l’humilité et la discrétion n’ont d’égales que sa compétence, son engagement et son dévouement. Vous l’aurez compris, il s’agit de Mme Narimène Khellaf, occupant la fonction de surveillante générale dans cette importante institution éducative. C’est une personne aux qualités exceptionnelles qui veille quotidiennement, dans chacun de ses gestes et dans chacune de ses décisions, au bien-être de ses élèves et à la réunion des meilleures conditions pour leur réussite dans leurs études. Elle prête une oreille toujours attentive à leurs doléances et encourage le contact entre leurs parents et les enseignants, comme elle favorise le dialogue entre ces mêmes élèves et leurs professeurs. La porte de son modeste bureau est grande ouverte aux uns et aux autres. Son accueil est toujours chaleureux. Elle fait face avec intelligence, calme et sérénité aux situations d’urgence, comme elle accompagne de toute sa sagesse les incontournables crises d’adolescence de nombre des élèves.

Très pédagogue de par sa formation professionnelle et sa longue et riche expérience dans le noble métier d’enseignante, elle prodigue à profusion ses conseils aux élèves, aux enseignants comme aux parents. Elle sait aussi tirer l’alarme en temps utile lorsque les circonstances et le parcours scolaire de l’élève le justifie, rappelant ainsi aux parents autant le rôle qui est le leur dans la réussite de la scolarité de leurs enfants que leur responsabilité dans le soutien qu’ils se doivent d’apporter à l’institution éducative dans l’accomplissement de sa mission. A cet égard, il est important de souligner que dans ces situations, sa préoccupation première consiste toujours à rechercher et à proposer des filets de sauvetage aux enfants en difficulté scolaire.

S’il est un souhait que partagent tous les parents d’élèves, c’est certainement celui de pouvoir voir leurs propres enfants bénéficier de la même attention professionnelle que l’on retrouve, dans l’humilité, la modestie et l’effacement, auprès de celle que tous reconnaissent comme «la mama du lycée Bouamama».

Si ces qualités ont pu s’exprimer et être relevées par les parents, c’est surtout, en très grande partie, grâce à l’environnement professionnel positif et constructif créé au sein de l’institution par son directeur et par les efforts constants qu’il ne cesse de déployer pour réunir au profit des élèves les meilleures conditions d’études et de réussite scolaire. C’est donc, au moment où l’année scolaire approche de sa fin, l’occasion de lui rendre un vibrant hommage, la reconnaissance et les remerciements ainsi qu’à tous ses collaborateurs et à tous les enseignants pour le dévouement et les sacrifices qu’ils consentent au quotidien pour la formation des générations futures.

R. C.

Comment (3)

    Kaci Mohand
    13 juin 2018 - 20 h 50 min

    Que Dieu tout puissant fasse en sorte que fleurisse des gens comme ça chez nous inchallah , c’est exactement de ça que l’on a besoin! de la COMPÉTENCE! mais aussi du volontarisme, de l’honnêteté , donner sans rien attendre en retour, partager les saines connaissances! Bravo madame! Vous honorez votre pays, et ces enfants les pus dignes ne peuvent que vous aimer!

    1
    1
    Anonyme
    8 juin 2018 - 19 h 40 min

    Félicitations à cette femme pour son travail de qualité ses compétences professionnelles et ses qualités humaines.
    Rare en France ce sont qui exercent dans l’éducation nationale par vocation. La majorité le font faute de poste en lien avec leur diplôme.
    Pour avoir travaillé comme vacataire dans les écoles primaires, c’est un.sacré boulot et j’insiste il faut la vocation.
    Cette femme a tout pour elle machallah.

    8
    3
    kilma
    6 juin 2018 - 17 h 48 min

    Je ne connais pas cette charmante dame,mais des « mama » de ce genre,il en faut dans tous les collèges et lycées algériens.

    62
    5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.