Leur protégé

Kabylie Algérie guerre
Ferhat Mehenni. D. R.

Par Sadek Sahraoui Il est à parier que si les pouvoirs publics algériens venaient demain à engager des poursuites judiciaires à l’encontre de Ferhat Mehenni, les Européens s’empresseraient de crier au scandale et de mobiliser leurs officines pour le protéger et le défendre. Pourtant, il est aujourd’hui plus que légitime que l’Etat algérien ou que même des groupes citoyens décident de traîner le chef auto-exilé du MAK devant les tribunaux. Tout le monde l’a vu et entendu sous toutes les coutures : Ferhat Mehenni a bien appelé à la guerre civile d’abord en Kabylie et ensuite en Algérie.

Il est à se demander, d’ailleurs, pourquoi aucune action judiciaire n’est toujours pas engagée contre le chef du mouvement raciste dénommé Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie. Il faut demander sans plus attendre l’extradition de ce monsieur qui a clairement pour agenda de mettre l’Algérie en feu et de l’offrir ensuite sur un plateau à ses maîtres du Mossad et du Makhzen. Comment penser un seul instant que ce larbin du néocolonialisme peut vouloir du bien à la Kabylie ou à l’Algérie, alors qu’il a trahi la mémoire sacrée de son père chahid en justifiant la colonisation de l’Algérie et en appelant l’ancienne force coloniale à revenir. Impossible, en effet.

Ce que Ferhat Mehenni vient de commettre est d’une extrême gravité. Nous sommes de plain-pied dans la sédition. En Europe, il aurait été mis derrière les barreaux pour beaucoup moins que ça. Et les exemples ne manquent pas. Bien que démocratiquement élu et incarnant la cause légitime d’un peuple, celui de la Catalogne, l’Espagne, soutenue par la plupart des pays occidentaux, n’a eu aucune peine à rejeter l’investiture de Carles Puigdemont, toujours exilé en Allemagne. Pour quel motif ? Et bien parce que le leader catalan a été poursuivi pour «rébellion et sédition».

Que les gouvernements ou les ONG européens de défense des droits de l’Homme ne viennent donc surtout pas nous chanter la «Marseillaise» dans le cas de Ferhat Mehenni. Aujourd’hui, rien ne peut justifier qu’il puisse bénéficier d’un quelconque traitement de faveur, surtout que, contrairement à Carles Puigdemont, il ne représente rien d’autre que lui-même et son petit gouvernement fantoche qu’il entretient chaque mois à coups de dizaines de milliers d’euros. Si les capitales européennes continuent à protéger cet énergumène et à pratiquer la politique de deux poids, deux mesures, cela voudra tout simplement dire qu’elles ne sont pas étrangères au plan de déstabilisation qui vise actuellement l’Algérie.

S. S.

Comment (9)

    zenaty
    11 juin 2018 - 16 h 26 min

    Je suis un Kabyle Mais Avant tout un Algérien .Républicain Démocrate , Et Libre de Pratiquer une Religion ou d être Agnostique , Mais Libre de penser Comme un Algérien Libre …et de n être soumis a Aucun Dogme Religieux ….La Religion est personnel ….Vive la Liberté …




    2



    0
    AÏT YALA Sedik
    8 juin 2018 - 11 h 01 min

    Sa fatcha me rappelle le comique italien Toto….. Mais au moins lui, nous faisait RIRE !!! Alors que ce F.M. a une vraie face de c.. ! C’est clair qu’il est manipulé ce zig…..
    NOUS, jeunes KABYLES te disons que NOUS NE TE SUIVRONS JAMAIS !!!
    T’es qu’un pauvre type doublé d’un sale type ! Un DON QUICHOTTE DE LA MANCHA…..
    TIKHRASS ! DHAYA KANE A YAGHYOUL AMOQRANE !!!




    11



    5
    Nabil
    8 juin 2018 - 2 h 04 min

    …vous demandez au gouvernement d’attaqueren justice ce charlatan alors qu’aucune procédure n’a été engagée contre ceux qui ont détourné des millions ! je fais bien évidemment référence à Chakib Khelil et sa bande de ripoux …




    6



    4
    Anonyme
    7 juin 2018 - 19 h 55 min

    La comparaison avec Pudgemont et la Catalogne est bien vu.
    Derrière le projet indépendantiste catalan l’entité sioniste encore et toujours.
    Mehenni est l’allié ou plutôt le vassal de BHL et cie du sionisme donc il ne risque rien.
    Quant aux kabyles qui sont dans leurs revendications délirantes. Chaque région a sa spécificité ses spécialités culinaires etc mais en AUCUN cas cela donne lieu à une quelconque revendication étatique encore moins à un projet indépendantiste.
    En France : différents patois auvergnat occitan etc et aucun ne revendique l’enseignement ni l’indépendance un auvergnat est français tout comme un parisien est français.
    Un kabyle est algérien tout comme un algérois est algérien.
    Je dirais même plus vu que BHL le sionisme oeuvre pour l’indépendance du Kurdistan UBUESQUE.
    Un kurde dr Syrien est syrien tout comme un kurde d’Irak est irakien.
    Donc les kabyles vous vous êtes faits manipulés comme des bleus.
    C’est le même principe que leur terrorisme sioniste wahhabite. Kif kif bourricot.




    22



    13
    Anonyme
    7 juin 2018 - 17 h 14 min

    MAK = Mossad = Terrorisme → donc officie pour l’axe occidentalo-sioniste et ses sbires comme le makhzen.
    Interdire et dissoudre le MAK en Algérie.




    17



    15
    boghni
    7 juin 2018 - 16 h 04 min

    @loucif;mhenni est le seul qui prone la guerre civil et pousse a commettre des crimes entre algeriens donc cet espece merite d’etre inquieter par notre gouvernement en deposant une plainte penal a londre ,la ou ces propos on etait enregistrer cest a dire a londre.salutation a toi loucif.azul et tahia el djazair.




    19



    16
    HOUMTY
    7 juin 2018 - 15 h 37 min

    SALAM L’KHAWA… L’article dit « il ne représente rien d’autre que lui-même  » Moi je vais plus loin, pour représenté quélque chose il faut avoir du charisme, de la classe et de l’éducation et surtout savoir bien s’exprimer, mais la malheureusement ce n’ai pas la cas, j’ai honte pour son arbre généalogique et pour ça progéniture son visage a lui seul incarne la traîtrise a l’état brut, on parlon de lui , c’est le mettre sur un pied d’estale comme la madame lila lefévre . rabi k’bir idji n’har QU’ALLAH PROTÉGE LA MERE PATRIE L’ALGERIE DES TRAÎTRES DE L’INTERIEUR ET DE NOS ENNEMIE EXTERIEURS ET VIVE L’ANP ET LE D.R.S.D




    21



    12
    lhadi
    7 juin 2018 - 14 h 29 min

    Après les périodes de turbulence de notre histoire et de notre vie commune, il est nécessaire de remettre à l’honneur les valeurs algériennes tombées en désuétude non pour sublimer un passé nostalgique mais pour promouvoir les valeurs de progrès avec comme objectif la perspective d’un avenir promoteur, porteur et radieux.

    Pour édifier une société réellement démocratique, libre et solidaire, il importe d’inculquer les valeurs propres qui donnent vigueur à la conscience du citoyen algérien ; des valeurs comme l’intégrité morale dont la perte entraîne tous les maux que nous déplorons à travers la corruption, la trahison, la concussion, l’immoralité, le pillage.

    Acquérir des valeurs nouvelles, porteuses de progrès est une tâche essentielle. Ainsi, on peut se donner comme défi, réconcilier la science et la conscience en l’homme algérien.

    La connaissance et le choix structurent la morale républicaine. D’où l’impérieuse nécessité de façonner un archétype de citoyen démocrate ayant une maîtrise parfaite de l’exercice du choix compte tenu de sa connaissance.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])




    15



    7
    LOUCIF
    7 juin 2018 - 13 h 28 min

    Monsieur Sadek Sahraoui , pardon de vous le dire , mais le pouvoir autocratique et autoritaire algérien a besoin d’épouventails comme Ali Belhadj , Ferhat Mehenni , Hassan Arribi, etc… etc…

    Ceci étant, je pense que la kabylie n’a pas besoin de se créer un « martyr » de la cause berbère comme Ferhat Mehenni ! Et puis pourquoi suggérer d’attaquer en justice Ferhat Mehenni seulement ! il y a bien d’autre raisons d’attaquer en justice certains individus, mais ce n’est pas fait ! Il n’y a pas que Ferhat Mehenni qui fait du mal à l’Algérie. Il existe des individus en liberté et non traduit en justice pour diverses autres raisons et qui vivent pourtant à l’intérieur même du pays !




    40



    12

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.