Ould-Kaddour : «Sonatrach œuvre à figurer parmi les plus grandes sociétés pétrolières»

Sonatrach parmi les cinq plus grandes sociétés pétrolières d’ici à 2030
Abdelmoumen Ould-Kaddour, PDG de Sonatrach. D. R.

Le président-directeur général du groupe Sonatrach, Abdelmoumen Ould-Kaddour, a affirmé jeudi soir à Skikda que «Sonatrach œuvre à figurer parmi les cinq plus grandes sociétés pétrolières au monde à l’horizon 2030».

Cette stratégie de figurer parmi les plus grandes sociétés pétrolières «ne se concrétisera qu’à travers le développement du facteur humain qui représente une des priorités stratégiques et centre d’intérêt de Sonatrach», a considéré Ould-Kaddour lors de sa visite au complexe pétrolier de Skikda.

«Avec la confiance entre les travailleurs, leurs responsables et les partenaires, la société parviendra à réaliser ses objectifs», a assuré le PDG, estimant qu’«un travail colossal a été accompli depuis une année au niveau de Sonatrach».

L’année en cours sera celle «de la réforme globale axée sur la ressource humaine sans négliger les autres activités», a encore soutenu Ould-Kaddour.

De son côté, Fethi Arabi, conseiller à la direction générale du groupe Sonatrach, a évoqué lors d’une conférence sur la stratégie de la société à horizon 2030 l’ambition de la société de multiplier les explorations sur le territoire national, de recourir aux énergies renouvelables pour assurer la production de 1,3 mégawatts pour couvrir 80% des besoins de la société et de développer ses ressources naturelles par la formation continue, la valorisation des talents et l’amélioration des conditions de travail.

Pour sa part,  Ahmed Mezighi, également conseiller à la direction générale de Sonatrach, a indiqué que 63% des commandes de gaz durant les douze prochaines années viendront de l’Asie et 50% de la Chine à elle seule, tandis que la demande du marché européen baissera à partir de l’année 2025.

La majorité des contrats signés avec des sociétés internationales par le groupe Sonatrach prennent fin à compter de 2019, a ajouté le même cadre, estimant que «le renouvellement de ces contrats ne sera pas effectué dans les termes des précédents et le plus long contrat sera au maximum de cinq ans».

Ould-Kaddour a inspecté dans la zone industrielle le complexe gazier GL1K qui produit 4,5 millions de tonnes de gaz naturel liquéfié et 164 700 tonnes d’éthane ainsi que la raffinerie en activité depuis 1980.

R. E.

Comment (8)

    Anonyme
    9 juin 2018 - 15 h 20 min


    Internet: nous sommes classés 136eme place sur 137. Pour quelle raison? Et 5eme place pour Sonatrach, il vaut s’investir dans les problèmes qui sont sous le nez,au lieu de rêver à 2030. Le pays est comme une cocotte minute sur le point d’exploser. Qu’on rassure le peuple pour 2019, ça serait déjà beaucoup. Ici c’est pas le pays des cow-boys. Le peuple ne veut pas de marchands de rêves. Il veut du concret.




    3



    0
    Moh
    9 juin 2018 - 12 h 16 min

    «Sonatrach œuvre à figurer parmi les cinq plus grandes sociétés pétrolières au monde à l’horizon 2030» ??? Comment est-ce possible?
    Sonatrach avec 1,1 million de barils par jour n´est même pas dans le top 25. Saudi Aramco est premiere avec 12,5 millions de barils par jour, PetroChina est 5e avec 4,4 millions de barils par jour et Kuwait Petroleum est 10e avec 3,2 millions de barils par jour




    7



    1
    Déchiffrahge
    9 juin 2018 - 9 h 50 min

    Toujours aussi rancunier et toujours à l’affût, Mr Anonyme qui n’êtes plus à l’abri de votre pseudo, n’est-ce-pas! Quel est votre intérêt à donner des classements aussi farfelus, irréalistes et tendancieux? Les gens ne sont plus dupes et tout le monde a accès à l’information à la source.
    A moins que vous ne soyez subjugués par les chiffres propagandistes du Makhzen qui présente le Maroc comme le leader africain alors qu’il s’avère n’être que le pourvoyeur de terrain pour des investisseurs étrangers à 100% et qui lui vendent sa propre électricité, sans compter celle importée de son voisin de l’est. La réalité est que toute les stations Nour en projet ne produiront que 480 MW au total une fois achevées. Nour 1, qui est en service, ne produit que 160 MW et est assise sur plus de 900 hectares. Par comparaison, la centrale au gaz de Bellara en Algérie occupe 100 fois moins de surface et produit 10 fois plus d’électricité (1600 MW).




    2



    5
    Anonyme
    9 juin 2018 - 6 h 51 min

    Qui vivra verra en 2030! Ils ont tous chanté cette chanson. La bahbouha,22000 Mw de puissance renouvelable en 2030.. Et pendant ce trmps ça fait que habler. Le cder a été jusqu’à donner faux chiffre en plaçant Algérie 2 eme pays àvec Afrique du Sud en énergie renouvelable,alors que internet est là,algerue 18 eme en Afrique.




    7



    2
    La Kasba-Ali
    9 juin 2018 - 2 h 07 min

    Des millions d’innocente victimes,des millions de traumatisés par l’horreur subit par l’occupant;résultat un état de non droit;corrompu et injuste;qui dit mieux;mille milliards volatilisé,des constructions non conforme et bidon,voir l’autoghoul;et les affaires sonatrach ;un;deux,trois;quatre;cinq;et bientot la sixième,qui dit mieux;combien de harkis réhabilité;et de vrais moudjahid banni ou humilié,qui dit mieux;un pouvoir de la vie jusqu’au la mort et voir plus;unique ou monde des civilisé;qui dit mieux;nous sommes tout sauf une vraie démocratie




    12



    1
    Mme CH
    9 juin 2018 - 0 h 08 min

    Il dit:
    -« L’année en cours sera celle «de la réforme globale axée sur la ressource humaine »…oui c’est une très bonne chose, alors recrutez sans discrimination, arrêtez les recrutements familiaux, les passes droits, le Beni3amisme, le régionalisme,…le piston tout court. Recrutez sur la base des compétences, de l’expérience acquise et du mérite…!

    -« recourir aux énergies renouvelables pour assurer la production »…Surtout l’énergie solaire qui est naturelle, inépuisable et propre.

    -« Avec la confiance entre les travailleurs, leurs responsables et les partenaires »…Effectivement, c’est une équation à trois variables qu’il faut bien maîtriser surtout avec les partenaires pour ne pas brader les ressources du pays et futures générations…! Khtona men la connivence, la corruption , la rente…! Les ressources appartiennent à tous les Algériens y compris les futures générations, alors faites en sorte de bien exploiter et gérer cette « Amana »…….Sachant que les loups sont déjà dans la bergerie….!!!




    5



    6
    Algerien
    8 juin 2018 - 23 h 33 min

    Je lui Souhaite De Reussir et Que ca Profite au Algeriens




    3



    7
    Anonyme
    8 juin 2018 - 22 h 41 min

    On veut voir un plan de réforme, de restructuration, et de modernisation de Sonatrach se traduit sur le terrain
    La Bureaucratie lourde, l’inertie dans les administrations, la fonctionnarisation (trop de fonctionnaires bureaucrates improductifs)
    Et les charges sociales (oeuvres sociales, activités sportives, diverses activités improductives, et non rentables…) à Sonatrach
    Pèsent trop lourd sur la gestion moderne, et souple de Sonatrach , et fondent comme neige sous soleil ses richesses,
    Et son dynamisme sur l’internationale (participations, partages de risques divers, achats d’actifs, offre publique d’achat O.P.A,…..)




    3



    8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.