Importations : l’institution d’un droit additionnel provisoire vise à protéger la production nationale

Port d'Alger Djellab
Vue du Port d'Alger. D. R.

Le ministre du Commerce, Saïd Djellab, a affirmé, dimanche à Alger, que la proposition prévue dans le projet de loi de finances complémentaire (LFC 2018) portant institution d’un droit additionnel provisoire de sauvegarde, applicable aux marchandises importées à un taux variant entre 30 et 200%, vise essentiellement à protéger la production nationale.

L’institution du droit additionnel provisoire de sauvegarde applicable aux marchandises importées «au lieu de leur interdiction» contribuera à «la rationalisation des importations qui constituent encore une lourde facture au regard des besoins en devises», a précisé le ministre lors d’une séance d’audition devant la Commission des finances et du budget de l’Assemblée populaire nationale (APN), réunie sous la présidence de Toufik Tourèche en présence du ministre des Relations avec le Parlement, Mahdjoub Bedda.

L’article 2 du projet de la LFC 2018 prévoit «l’institution d’un droit additionnel provisoire de sauvegarde applicable aux opérations d’importation de marchandises destinées à la consommation à un taux variant de 30 à 200%». L’article stipule également que «le champ d’application des règles d’assiette, de liquidation, de collecte et du contentieux en vigueur en matière des droits douaniers est élargi au droit additionnel provisoire de sauvegarde».  Aucune exonération ne peut être appliquée en ce qui concerne ce droit. «La liste des marchandises soumises à ce droit et les taux y correspondants sont fixés périodiquement par voie réglementaire».

Djellab a indiqué que cette mesure constitue une protection supplémentaire pour le marché national en faveur des entreprises locales qui pourront gagner des parts sur le marché national outre l’incitation des étrangers à investir en Algérie «puisque son marché sera protégé», ce qui engendrera la création de milliers d’emplois.

Pour le ministre, «la mise en œuvre de ces mesures est nécessaire pour la concrétisation d’un programme de réformes visant, d’une part, le rééquilibrage à court terme de la balance commerciale, qui connaît actuellement un grand déficit et, d’autre part, la relance de la production nationale».

A ce propos, Djellab a expliqué que les filières de la production nationale souffraient de la concurrence directe des importations massives, sachant que certaines bénéficient de subvention dans les pays d’origine et du système d’exonération douanière en Algérie. Ainsi, la production nationale est menacée dans son existence même, a-t-il ajouté.

«Cette disposition s’inscrit dans le cadre des mesures visant la protection et la sauvegarde de la production nationale prévues par l’ordonnance 04-03 du 19 juillet 2003 modifiée et complétée relative aux règles générales applicables aux opérations d’importation et d’exportation de marchandises», a expliqué Djellab.

Le ministre a rappelé que «ces dispositions sont puisées des règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) qui permettent, à titre exceptionnel, aux pays concernés de prendre des mesures de défense de leur production nationale contre les importations qui portent préjudice à leur économie». Il a rappelé, dans ce sens, que l’article 9 de l’ordonnance relative aux règles générales applicables aux opérations d’importation et d’exportation de marchandises stipule que «des mesures de défense commerciale peuvent être instaurées par voie réglementaire sous forme de mesures de sauvegarde, compensatoires ou antidumping».

«En application de ces dispositions, il est proposé de prendre une mesure qui revêt le caractère d’un droit additionnel provisoire de sauvegarde à percevoir en plus de des droits douaniers», a indiqué le ministre du Commerce.

Il est proposé également, dans ce cadre, la définition par voie réglementaire des produits concernés et des taux des taxes additionnelles y afférents.

Une commission consultative multisectorielle pour la détermination des produits concernés

Les produits concernés et les taux prévus seront définis après consultation de la Commission consultative multisectorielle chargée du suivi des mesures préventives, a indiqué le ministre, ajoutant que cette commission est composée des départements ministériels concernés et de la Chambre algérienne du commerce et d’industrie (Caci).

Faisant état de la préparation de réunions sectorielles avec tous les opérateurs économiques concernés par une branche donnée, le ministre a expliqué que ceci permettra d’écouter tous les avis pour la définition des produits concernés par ce droit additionnel provisionnel et les taux à arrêter.

Pour le ministre, cette commission constitue la meilleure voie pour définir les produits et les taux des taxes additionnelles y afférents à chaque fois que nécessaire et dans les délais impartis.

R. E.

Commentaires

    Algerien06
    12 juin 2018 - 19 h 01 min

    Produire Pour exporter d’accord
    Mais La Production Nationale n’est pas Autosuffisante
    Ensuite Importer Avec Des Taxes Supplémentaires
    Il y a quelque chose que je ne saisi Pas ?
    Le Droit a l’exportation doit etre Limité au Produits excedentaires
    Vendre de la Tomate Pour en Racheter Aprés ?




    2



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.