Sovac dément l’information faisant état du retrait du groupe Volkswagen d’Algérie

Eulmi Sovac
Mourad Eulmi, PDG de Sovac-Algérie. New Press

Le représentant officiel du groupe Volkswagen en Algérie, Sovac, a démenti l’information rapportée par certains médias sur la volonté du fabricant automobile allemand de se retirer d’Algérie, en raison de la taxe de 19% imposée par le gouvernement.

«C’est avec beaucoup d’étonnement que nous avons suivi l’information rapportée par certains sites électroniques, ces dernières 48 heures, annonçant l’éventuel retrait du groupe Volkswagen de l’Algérie, suite aux dernières dispositions du projet de loi de finances complémentaire (LFC 2018) et portant sur la fin de l’exonération de la TVA accordée aux usines de montage automobile dans le cadre du dispositif régi par les décisions du Conseil national de l’investissement (CNI)», indique un communiqué du groupe parvenu à notre rédaction.

«Sovac, en sa qualité de partenaire et de représentant officiel du groupe Volkswagen en Algérie, tient à rassurer qu’aucune décision de retrait du marché n’émane du groupe Volkswagen, et ce dernier est engagé à faire aboutir ses projets en Algérie et convaincu du potentiel du marché», ajoute le communiqué.

«Nous profitons de cette occasion pour remercier notre partenaire pour son accompagnement quotidien dans la gestion de Sovac production et les projets futurs, ainsi que la confiance renouvelée aux centaines d’employés de l’usine de Relizane qui veillent au respect et à l’application des standards du constructeur», conclut le communiqué.

S. L.

Comment (4)

    elgat
    12 juin 2018 - 19 h 26 min

    après la compagne de « khaliha tssadi » qui a suivie la campagne  » usine de gonflage  » les concessionnaires importateurs de QQ et autres marques Taiwan sont passés a un autre palier avec la bénédiction de pseudo économistes ( lalmass et autres) dans le seul but et de faire un frein au développement de la production nationale.

    Anonyme
    11 juin 2018 - 16 h 09 min

    Démenti de Sovac = un avertissement indirect à l’état des fonctionnaires bureaucratiques algérien
    Taxes sur les véhicules = sanction de la classe moyenne = enrichissement de nombreux(pléthorique) hauts fonctionnaires de l’état
    Taxer, et sanctionner la production des richesses du secteur secondaire (industrie) = récompenser le secteur tertiaire consommateur
    Et improductif de l’administration bureaucratique
    Taxes sur les véhicules, et autres = transfert des richesses d’un secteur productif, à un secteur non productif, et non rentable
    Taxes sur les véhicules = Fuites des capitaux, et des I.D.E (Investissements des multinationales), une aubaine, et une très belle occasion
    pour nos voisins , Tunisie, Egypte, et surtout le Maroc grand opportuniste, libéral, ouvert,
    Et dynamique économique

    elhadj
    10 juin 2018 - 17 h 26 min

    il est vrai qu avec une gestion des affaires du pays faite d improvisations , d annonces improductives parfois annulées,révèle une certaine inconsistance affectant préjudiciablement le crédit du pays et de ses dirigeants.Hier c était la suppression de la TVA pour ces nouveaux monteurs SKD CKD, le lendemain c est une nouvelle loi complémentaire des finances devenue hélas régulière et obligataire a chaque semestre de l année qui introduit une TVA de 19 pour cent pour ces gens la.Ne dit on pas que gérer c est prévoir alors qu on est même pas capables d établir objectivement un budget annuel sans recourir a des solutions palliatives et impopulaires la LFC

    7
    4
    Mohamed
    10 juin 2018 - 16 h 37 min

    Voici les compétences de nos pseudo-journalistes (pas tous), faire des fake news ! Honte aux  »sites d’informations » Algérie Part et Observ’Algérie de mentir aux lecteurs. Faudrait que l’état bloque ces sites qui polluent le net et nous mentent H24

    13
    5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.