Entre islamistes et séparatistes : la Kabylie laboratoire des extrémistes

Mosquée Kabylie
Entre makistes et islamisme, quel devenir pour la belle Kabykie ? New Press

Par Hani Abdi – En Kabylie, deux courants extrémistes se livrent une guerre froide et essayent de gagner du terrain dans cette région très sensible. Les intégristes islamistes, d’un côté, et les militants indépendantistes du Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK), de l’autre, multiplient les actions pour asseoir leur influence sur la population.

Les écoles coraniques poussent comme des champignons. Mais le plus inquiétant, c’est  qu’elles sont désormais réalisées à l’initiative de «généreux donateurs privés» qui insistent sur la gratuité de l’enseignement afin d’attirer le maximum d’enfants à endoctriner. Ces établissements n’étant pas contrôlés, il n’est pas sûr qu’ils respectent le référent religieux national. Le financement de ces écoles, souvent dotées d’équipements coûteux, provient de milieux occultes.

Les habitants de la Kabylie ont, par ailleurs, constaté que de nombreux imams extrémistes affectés dans les mosquées de la région distillent dans leurs prêches un discours haineux et empreint d’intolérance, allant jusqu’à remettre en cause certaines traditions ancestrales telles que la prière sur les morts faite au niveau des cimetières ou encore la fameuse wziâa, qui consiste à égorger un bœuf à l’occasion de certaines fêtes religieuses et traditionnelles avant de le dépecer en parts égales et de le distribuer aux familles du village. Pour ces prédicateurs, ces rituels sont des innovations qu’il convient d’abandonner.

Cette doctrine a déjà été à l’origine de la fermeture de dizaines de bars, poussant les adeptes de Bacchus à aller aux bords des routes et des forêts où ils laissent des tonnes de bouteilles et de cannettes, provoquant de véritables catastrophes écologiques. La Kabylie n’est donc plus ce havre de tolérance où les chemins de ceux qui allaient à la mosquée et ceux qui allaient au bar se croissaient sans que cela soit suivi de heurts ou d’escarmouches.

Le poison islamiste n’est pas le seul à être subrepticement inoculé en Kabylie, les indépendantistes du MAK y sont également très actifs. Ils ont même investi les réseaux sociaux où ils tentent de ratisser large à coups de fake news et de manipulations. Profitant d’une relative absence de l’Etat dont les institutions échaudées par les évènements du printemps berbère se font discrètes, les makistes tentent de rallier à leur cause le maximum de personnes et le fait que leur idéologie ne bénéficie pas d’une large adhésion ne les décourage pas pour autant. Ils misent, en effet, sur des actions qui font le buzz et qui ont un grand retentissement médiatique telles que le fait de manger en plein jour pendant le Ramadhan, prétextant défendre en cela les libertés individuelles.

Le gourou de ce mouvement, Ferhat Mehenni, autoproclamé président, a révélé au grand jour les objectifs dangereux de sa démarche en appelant la population en Kabylie à créer «un corps de contrainte» pour, soi-disant, se défendre contre l’oppression de «l’administration coloniale». Cette énième provocation confirme, si besoin est, que le MAK est un instrument sectaire de déstabilisation de l’Algérie aux mains d’officines étrangères.

L’islamisme rampant et le mouvement makiste s’alimentent mutuellement, l’un pointant l’autre pour justifier son activisme. La population se trouve otage de ces deux fléaux qui menacent la stabilité de cette région.

H. A.

Comment (32)

    sidna rih
    27 octobre 2018 - 0 h 32 min

    A chacun sa vérité et celle l’a c,est la votre. la kabylie a besoin de stimulent pour avancer. oui il y a des extrêmes mais pas juste ces deux catégories . l’extreme le plus dangereux n’est pas visible, a bon entendeur.

    Anonyme
    27 octobre 2018 - 0 h 23 min

    la kabylie a besoin de projets pour faire travaillé ses enfants, quant au reste

    Salim31
    19 juin 2018 - 22 h 58 min

    Je propose des mega concerts de rock des rolling stones ou bruce sprinting dans tout le pays histoire de deradicalise et de depolitise la jeunesse algerienne !

    Mohamed
    19 juin 2018 - 21 h 02 min

    Salam aleikoum,

    Cette stratégie est très ancienne, ils essayent de pousser les gens neutres qui ne sont ni avec les uns, ni avec les autres, de bousculer vers le moindre mal, ils envoient les intégristes comme pyromanes pour que le mak soit vu comme le pompier.
    La solution est la troisième voie, ni avec les uns ni avec les autres, le juste milieu

    Lghoul
    19 juin 2018 - 8 h 43 min

    Sachant que la Kabylie est le catalyste de la résistance de toute l’Algérie dans tous les domaines, économique, politique et même guerrier, ils voudraient la mettre a genoux pour avoir un accès et une main mise totals sur le pays mais ils n’y arriveront jamais. On ne tue jamais ceux et celles qui ne veulent pas mourir, c’est a dire ceux et celles qui veulent vivre au lieu de tuer leur temps dans les chimères d’un paradis inconnu.

    11
    3
    dadi
    19 juin 2018 - 6 h 34 min

    chacun est libre de mettre ses en enfants ou il veut .quant a l’islam il n’a besoin de personne il est en chacun de nous et de vous .

    4
    9
      tikouk
      19 juin 2018 - 7 h 50 min

      Parlez pour vous! L’islam c’est le régime actuel, il tue puis construit les mosquées allah lui pardonnera, c’est écrit…

      8
      3
    awrassi
    19 juin 2018 - 5 h 20 min

    Nous vivons dans le temps des mosquées, comme il y a eu celui des cathédrales … Seuls les hommes riches et puissants y sont libres. Les autres sont tous soumis. A de faux dieux ou à la cupidité. La Kabylie a été vidée de ses gens instruits. Elle est condamnée.

    14
    7
    Moha
    19 juin 2018 - 2 h 41 min

    J’en conclus que ma chère Kabyle est prise en sandwich entre ces deux pôles éxtremistes et sincèrement j’ ai peur pour ,, Kabylie et mon Algérie.

    11
    6
      LeilatElKadr
      19 juin 2018 - 14 h 26 min

      @Moha.
      Non il faut évacuer la peur et se dresser contre les forces du mal (MAK comme salafistes) guidées de l’étranger et bénéficiant curieusement du LAXISME de l’État pour la bonne raison que notre pays est devenu un bateau à la dérive sans Capitaine.
      Nous ne devons pas rester passifs face à cette situation qui ne doit en aucun cas être considérée comme une fatalité.LA Kabylie en particulier à été un rempart contre la colonisation et l’obscurantisme de la décennie noire ,alors pourquoi devrait-elle baisser les bras à présent,devant les forces du mal qui redoublent d’intensité profitant du vide à la tête de l’état.

      4
      1
    Muhand
    18 juin 2018 - 22 h 06 min

    Il faut que l Etat se met au travail sérieusement afin d’éradiquer ces deux maux extrémistes ( le mak et les islamistes) actuellement financés chacun à sa façon par des forces occultes et qui peuvent etre nuisibles pour toute l Algérie….Il serait temps que l Etat s occupe très sérieusement à combattre ces deux fléaux….

    15
    9
    Logique
    18 juin 2018 - 21 h 59 min

    Entièrement faut ! Derrière l’Islamisme et le séparatisme en Kabylie ce cache le SIONISME !!!

    10
    13
      L'état ?
      19 juin 2018 - 8 h 05 min

      A Muhand, réveillez vous l’état est la source et le financier de tous ceux qui veulent ramener l’Algérie au moyen age !:

      5
      4
      karimdz
      19 juin 2018 - 18 h 41 min

      Logique, tu as tout à fait raison, derrière le clown mahanna, se cache la mocheté benne heil h au service d isra heil, comment ne pas s en convaincre, quand on sait que ce clown est allé se soumettre à l ordure et sanguinaire metennyahou à tel aviv.

    Anonyme Patriote
    18 juin 2018 - 21 h 28 min

    Islamistes/ MAK : aucune différence ils opèrent tout 2 pour l’ENTITÉ SIONISTE.
    Agents du mossad. Point barre.

    14
    15
    [email protected]
    18 juin 2018 - 21 h 19 min

    Je vis en Kabylie et je ne vois ni le mak ni les intégristes. Ces 2 microbes existent, mais d’une façon insignifiante.

    29
    4
    Arezki HAMOUDI
    18 juin 2018 - 21 h 18 min

    Il faut se rendre à l’évidence que l’islamisme, le wahhabisme, le sallafisme, qu’importe l’appellation c’est toutes des idéologies qui se joignent et se rejoignent sont avant tout développées par le pouvoir… Ce ci depuis les événements de 2001 quand la fracture entre les citoyens des régions Kabylophones et le pouvoir en place s’est imposée suites aux graves dérives et qui ne cesse de s’amplifier.
    Pour parer à ce fléau le phénomène religieux est volontairement étendu et amplifié en Kabylie…à titre d’exemple jusqu’au début des années 2000 la commune de Tizi et ses banlieues totalisent moins d’une douzaine de mosquées, aujourd’hui on dénombre plus d’une quarantaine (43 exactement) fonctionnelles, en travaux, ou en voie d’achèvement, surtout n’allez pas croire que ce ci n’est pas fait sciemment ou en toute innocence.
    Tout compte fait c’est même cet excès de religiosité qui draine souvent un courant de sympathie aux idées du MAK ou du moins qui favorise une option d’autonomie vue de plus en plus comme bouclier à l’islamisme rampant, car des deux maux on doit choisir le moindre avant que la « talibanisation » de la région ne devienne effective ! …
    Arezki HAMOUDI

    19
    5
    anonyme
    18 juin 2018 - 21 h 16 min

    @AP laissez passer le ommentaire
    l’auteur de l’article mine de rien evoque deux courants dont il qualifie un au passage d’extremiste bien sur c ‘est l islamiste car pour lui le courant separatiste est  » super democratique et humain  » …. voila le genre de graine qu’il faut semer dans la tete des gens , car pour l’auteur etre dans la voie de Dieu c’est etre incompatible avec son temps …oui drole de raisonnement , en un mot pour cet auteur du dimanche le ciment Divin l’ISLAM est a jetter a la poubelle et il nous faut glorifier notre nouveau Dieu LA DEMON CRATIE

    8
    25
    Anonyme
    18 juin 2018 - 21 h 02 min

    Arrêtez de mettre sur le même pied d’égalité les islamistes extrémistes violents et les Kabyles pacifistes qui ne cherchent à dominer personne.Mais les deux sont les produits du régime mafieux arabo-islamiste qui utilise la religion et le régionalisme pour perdurer.

    29
    7
    Amcum
    18 juin 2018 - 20 h 23 min

    AP© MERCI de ne pas censurer
    C’est exactement ce genre d’articles qui a électrifié l’atmosphère durant les années 90, pour ensuite conduire le pays vers la guerre civile. Il n’y a rien de fanatisme ou d’intégrisme dans la construction des écoles coraniques. Si vous voulez être critique et faire avancer la société, intéressez-vous au contenu éducatif de ces écoles et vous seriez dans le même tranché que notre ministère des affaires religieuses. L’Islam est un pilier de notre identité, arrêtez de nier cela SVP. Vous voulez interdire aux citoyens libres et maintenir leurs religions ? À ma connaissance ce ne sont pas des dons de pays étrangers non ? Aucune ingérence internationale ? Alors ! Assumez-vous..

    8
    24
    LE NUMIDE
    18 juin 2018 - 20 h 16 min

    Le MAK est la conséquence prévisible et directe de l’agression wahabiste terroriste armée de 1992 … Bouteflika , en visionnaire , a compris ( un peu tard , mais quand même il vaut mieux tard que jamais) la solution du séparatisme MAKiste et du Daeshisme arabo-Wahabiste impérial , criminel , raciste et totalitaire .. Les décisions Berbères qu’il a eu le courage de prendre et de constitutionnaliser ( et qu’il faut au plus vite approfondir ) sont la solution nationale .. Le nationalisme algérien dans le coma depuis deux décennies d’infiltration proto baathiste , d’errements, de bricoles et de mensonges vient d’être relancé sur ses vraies bases historiques et idéologiques Berbères , il germera tôt ou tard dans son universalité comme jadis la Révolution nationale algérienne de 54 .. On se demande bien ce qui est arabiste et ce qui n’est pas berbère dans la nation algérienne … le Wahabisme quand à lui , après avoir tué toute vie et toute Espoir arabe et détruit pour bien longtemps les nations arabes , il mourra lentement et agonisera jusqu’à la pourriture de ses escarres, là où il est né ..

    30
    5
      A Amcum
      19 juin 2018 - 8 h 15 min

      Vous portez bien votre noms. Cessez de parler au noms de tous. Personne n’a interdit aux citoyens libres de pratiquer leur religion. Par contre se voir imposer une idéologie fasciste et rétrograde sous pretexte que c’est çà la religion? Alors là non! Imposez çà à qui le veut pas à moi merci. Je suis un citoyen avant d’appartenir bessif à une religion !

      1
      6
    Anonyme
    18 juin 2018 - 20 h 12 min

    reduire la kabylie au mak et aux extrémistes cest vraiment leger

    18
    3
    karimdz
    18 juin 2018 - 20 h 09 min

    Sur ces deux extremismes, l Etat se doit d’être ferme, et doit remplir son rôle d’Etat gendarme. Sur la question de l extremisme religieux, le ministre des affaires religieuses a rejeté et décidé de combattre le wahabisme, ce qui est une bonne chose, et cela doit s étendre à la région de kabylie. Sur la question de l extremisme des néo harkis du mak, la encore, l Etat algérien doit être ferme, il ne saurait y avoir de vitrine de ce mouvement sioniste qui obéit au doigt et à l oeil à benne heil l et donc à isra heil.

    Je suis convaincu que les algériens de cette région du pays, ne sont pas majoritairement favorables à l un et à l autre, et qu ‘il appartient aux autorités du pays de réagir avec détermination et force, tout comme à ses habitants de ne pas céder aux sirènes de ces des mouvements extrémistes et de les ignorer.

    13
    7
    TOUT EST DIT :
    18 juin 2018 - 19 h 23 min

     » ……afin d’attirer le maximum d’enfants à endoctriner. »
    c’est aux populations de prendre leurs enfants à L’ECOLE pour devenir des medecins et ingenieurs , et NON PAS A LA MOSQUEE pour devenir des imams …., c’est aux parents de faire leurs choix !!!
    moi le mien je l’ai fais depuis une vingtaine d’années …et là mon enfant (en bon et simple musulman pratiquant ) et qui n’a jamais été pour apprendre dans une quelconque mosquée , est entrain de suivre (DIEU MERCI) son parcours de futur docteur .
    donc avis aux amateurs …: SOIT FUTUR pseudo IMAM , soit intellectuel .

    18
    5
      LeilatElKadr
      18 juin 2018 - 21 h 56 min

      Les Ecoles coraniques existent partout à travers tout le pays.
      Les parents (le plus souvent par manque de moyens ) ne sachant que faire de leurs enfants (filles et garçons.)durant les vacances ,ne trouvent rien de mieux que de les confier (plutôt les livrer..) à des écoles coraniques .Les enseignants improvisés non contrôlés dont la culture et l’instruction ne volent très haut se limitant dramatiquement à la diabolisation de tout de ce qui a trait à l’émancipation et l’épanouissement de l’enfant et partant de la société entière.Le plus grave dans tout cela revient aux parents irresponsables qui accordent une confiance totale à ces enseignants improvisés,dont ils ignorent totalement de leur probité douteuse (plus d’une fois il a été question de leur perversité et de leur penchant de la pédophilie…).Mais quand il s’agit de l’École officielle,républicaine encadrée par un ministère ,les parents deviennent plus regardants,plus exigeants. Dans tout cela ,il y a également le LAXISME flagrant de l’état.Quand on lit dans un article paru dans un média électronique ceci  »Le Minsitre Aissa DÉFIT les salafistes (de plusieurs mosquées dont ils ont pris le contròle ) en instruisant les imams de maintenir la prìère du vendredi de l’aidElFitr  ».L’aid coincidant avec la journée du vendredi,les salafistes ont décidé de supprimer la prière du Duhr .C’est un grave aveu de faiblesse de la part du gouvernement.ce sont les salafistes ,qui par leur inconduite ,leur irrespect des lois et règlements de la république qui défient l’autorité de l’état représentée par le ministre Aissa et NON LE CONTRAIRE.On aura tout vu dans l’Algérie d’aujourd’hui livrée par l’état aux salafistes dont la mission ultime qui leur est dévolue par leur mentor du moyen orient affidés des occidentalo-sionistes est de faire barrage à l’épanouissement et l’émancipation des nations progressistes comme notre pays,la Syrie,l’Irak.Les salafistes,et beaucoup d’Algériens ne l’ont pas encore compris ,sont le bras armé d’un complot ourdi par des puissances étrangères à l’effet de nous clochardiser,de nous paupériser,de nous abrutir afin qu’elles puissent avoir facilement accès à nos richesses.Ne connaissant rien des ahmadits,je me pose la question sur l’attitude du ministre Aissa vis à vis d’eux.Il persécute les ahmadits et les emprisonne.En revanche ,il ferme les yeux et prend avec des pincettes tout ce qui a trait aux salafistes qui activent de façon arrogante à la destruction des fondements de notre société,de notre identité maghrébine,berbère ,méditerranéenne.
      Nous avons tout pour réussir (richesse,intelligence,dynamisme de notre jeunesse..) et nous hisser au niveau des nations évoluées,prospères.Malheureusement l’état ferme les yeux sur ces salafistes qui veillent au grain pour ériger des obstacles que tout le monde connait ,que tout le monde,malheureusement accepte comme une fatalité.Le réveil n’en sera que DUR!!!

      16
      2
    Anonyme
    18 juin 2018 - 19 h 05 min

    Si les vrais patriotes de ce pays ne sont pas assez vigilants on va à la catastrophe avec ces barbus de malheur la ou ils sont ils ne laissent que le chaos et la ruine et si les gens n ont pas encore compris après tout ce que l on a endure durant la décennie noire je ne sais plus ce qu il nous faut de plus pour pouvoir encore supporter comme malheurs J espère qu il reste encore des Hommes dans ce pays qui n en peut plus car sincèrement le cœur est gros

    21
    2
    Anonyme
    18 juin 2018 - 18 h 58 min

    Bravo pour cette diversion qui profite allègrement au gourou Mhenni et des suppôts
    Yew fako cette excuse passe partout qui consiste à présenter l’islamisme comme la seule fameuse variable qui explique tout en Algérie est désuète
    Tous les Algériens connaissent le jeu sordide auquel se livrent les gourous wahabis à la solde de la yahodite arabe comme ils savent que la kabylie n’est pas plus exposée à ce courant dangereux qu’Alger ou Oran

    18
    6
    Anonyme
    18 juin 2018 - 18 h 04 min

    pas seulementla stabilité de la région ,mais tout le pays,la religion va faire exploser l’algerie,il faut bien se rendre compte que devant les avancées technologiques et le progrès de l’occident,il nous reste que la bigoterie encouragée par des regimes autoritaires

    27
    5
    HOUMTY
    18 juin 2018 - 17 h 50 min

    SALAM L’KHAWA…. Si la kabylie c’est une poudriére ! l’état, l’armée et les vrais kabyles qui se sentent d’abort ALGERIENS avant d’être kabyles doivent mettre un terme a tous ces plans machiavélique , sinon ça va devenir ingérable la franchement Y’A DANGER IMMINENT… DANGER DE MORT POUR L’ALGERIE….. QU’ALLAH NOUS PROTÉGE DES TRAÎTRES DE L’INTERIEUR..

    11
    24
    muddy
    18 juin 2018 - 17 h 36 min

    Pauvre Kabylie, elle qui était si loin de tout cela, les femmes n’étaient pas voilée avant, et on ne voyais pas tous ces postérieurs en l’air ,et ces barbus , si ils aiment tant la religion il faudrait peut-être les envoyer chez les arabes du moment-orient.

    40
    5
    Farid Ouazar
    18 juin 2018 - 17 h 14 min

    Ferhat Mehheni a t-il complétement tord ou a-t-il faux sur tous les plans ?

    PS :: Je ne suis pas un indépendantiste , loin de là !!!

    45
    17

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.