L’ambassadeur d’Italie parle de 500 000 migrants subsahariens en Algérie

Italie Ferrara
L’ambassadeur d’Italie à Alger, Pasquale Ferrara. D. R.

Par R. Mahmoudi – Invité à une conférence sur l’immigration organisée par une université romaine, l’ambassadeur d’Italie à Alger, Pasquale Ferrara, s’est permis de parler du redéploiement de l’armée algérienne pour surveiller les frontières sud et sud-est du pays, en avançant même des chiffres.

Ainsi, selon ce diplomate, cité par l’agence italienne Ansa, l’ANP a déployé 80 000 soldats le long des frontières sud et sud-est de l’Algérie, qui restent fermées, à cause des risques d’infiltration des groupes armés qui pullulent dans au moins trois pays voisins ; la Libye, le Mali et le Niger.

Evoquant, dans le même sillage, le phénomène de l’immigration clandestine qui préoccupe au plus haut point les autorités italiennes, l’ambassadeur avance que près de 500 000 de migrants subsahariens se seraient installés dans les régions sud d’Algérie. A quelles statistiques se réfère le diplomate italien dans cette estimation à l’évidence alarmiste ? Le fait-il pour pousser son gouvernement hanté par la crise migratoire à aider l’Algérie à endiguer ce fléau qui menace toute l’Europe ?

Un rapport récent de la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme (LADDH) estime le nombre de migrants venant des pays subsahariens à 27 000, tout en mettant en garde que ce nombre risque de dépasser un million de personnes si leur afflux se poursuit au même rythme. La Ligue a appelé à «un appui international» pour aider l’Algérie à supporter ce lourd fardeau.

En matière de réfugiés de guerre, le rapport de la LADDH donne des détails par pays de provenance. Ainsi, en plus des 165 000 réfugiés sahraouis vivant essentiellement dans les camps de Tindouf et des 4 000 Palestiniens, il y a aujourd’hui en Algérie, selon cette organisation, 40 000 Libyens qui se sont réfugiés en Algérie depuis 2011, alors qu’un rapport du HCR parle de 32 000 personnes. Il y a aussi les réfugiés syriens, dont le nombre a baissé de 30 000 à 16 000 en 2018.

A noter, enfin, que cette vague d’immigration a coûté à l’Algérie 34 millions de dollars, jusqu’ici, pendant que le HCR débloque annuellement des aides estimées à 28 millions de dollars.

R. M. 

Comment (22)

    Moskosdz
    20 juin 2018 - 22 h 33 min

    Quand la justice est corrompue de haut en-bas,il y en a de quoi à ce que nos jeunes optent pour l’islamisme radical,on dirait que tout est voulu et calculé.

    4
    1
    ACTION RAPIDE
    20 juin 2018 - 20 h 36 min

    Pas d’autre solution que de tirer sur tout ce qui.dépasse de nos frontières et de reconduire chez eux les sans papiers ! De plus construuser des murs électrifué car a trops de l’axisme l’Algérie et nos valeurs culture DISPARAITRONS DEMAIN A CAUSE DES SOUS HOMMES QUI NOUS GOUVERNENT !!

    11
    1
    PREDATOR
    20 juin 2018 - 20 h 23 min

    Apres avoir détruit ces pays voilà qu’ils nous demandent d’être leurs chiens de garde
    L’Algérie devra se méfier de ces HYPOCRITES et ne pas tomber dans leur piège
    Allez plutôt demander à Sarko, Bhl cameron, Merdogan et les rats et traîtres du golfe et tous leurs acolytes d’installer des centres de migrants chez eux
    Ce n’est pas nous qui avions mis à feu et à sang l’Irak, l’Afghanistan, la Libye et la Syrie pour ensuite endosser vos crimes et déstabilisations
    Assumez, vous êtes les seuls responsables déjà que notre pays croule sous le poids de ces migrants par votre faute

    15
    Algerien06
    20 juin 2018 - 18 h 30 min

    Les Italiens Dégaine Plus Vite
    Il S’inquiéte 500 000
    Voeux De Déstination Europe

    Anonyme
    20 juin 2018 - 18 h 22 min

    « A noter, enfin, que cette vague d’immigration a coûté à l’Algérie 34 millions de dollars, jusqu’ici », moi je dis que nous sommes près des centaines de millions de dollars car il faut prendre en considération les sommes astronomiques que ces réfugiés ramassent dans la mendicité et qu’ils échangent en euros

    13
    2
    ali
    20 juin 2018 - 16 h 34 min

    la fenêtre est ouverte , Trump fait la chasse aux migrants et l’Algérie devrait abattre les passeurs via son armée

    21
    3
    wimmiden
    20 juin 2018 - 16 h 00 min

    l’armée algérienne doit crée une troupe touareg spécialiser avec un appuie logistique(drone,infrarouge,etc)
    pour contrôler les routes du Sahara et crée des centre et piste atterrissage pour renvoyer les clandestin chez eux au frais des état africain qui paye pour qui reste, et ou des européen pour qu’on les bloc .

    – verrouiller les route migratoire
    -regrouper les clandestin dans des centre par pays d’origine baser le long des route principale
    – renvoyer par avion au frais des pays d’origine
    – installer des base de surveillance au nord mali nord niger et libye avec la circulation libre des troupe touareg algérienne qui stopperont les clandestin avant d’entrée en Algérie !

    22
    6
      Anonyme
      20 juin 2018 - 17 h 18 min

      Excellente idée cette histoire de bloquer les migrants par les touaregs.

      16
      5
        Chaoui Ou Zien
        20 juin 2018 - 18 h 11 min

        Il y a quelques mois de ca j’ai parle d’une strategy utilisant meharistes touaregs directement en contact aves des drones pour surveiller nos frontieres sud. Un ignard s’est bien marre a mes depends avec l’apport de pouces vers le haut de certains lecteurs (peut etre marocains). Bien content que je ne suis pas le seul a le penser d’autant plus que des vehicules militaires risquent de s’ensabler ou tomber en panne alors qu’un mehari monte par un targui connaissant la region n’a pas ce probleme. Fafa l’a d’ailleurs fait durant l’occupation sans les drones bien sur qui n’existaient pas a l’epoque.

        15
        3
    PREDATTOR
    20 juin 2018 - 13 h 13 min

    Dzézaïr
    20 juin 2018 – 8 h 29 min
    Il n’y a pas trente six solutions .
    Soit l’Europe prend ces responsabilités en aidant financièrement l’Algérie à stopper ces migrations massives

    Tu ne sais même pas quelles seraient les conséquences si on suit ton raisonnement absurde vis à vis de ces pays africains
    Non et non nous ne sommes pas leurs caniches, même pour tout l’or du monde (nous ne sommes pas des mendiants), ce serait une très grave erreur
    (…)

    19
    6
      Anonyme
      20 juin 2018 - 18 h 13 min

      Pourtant la Turquie les (europeens) a bien fait danser en suivant ce shema.

    PREDATOR
    20 juin 2018 - 12 h 49 min

    Nb/ Et quelle hypocrisie quand à dire que l’Union européenne (UE) envisagerait l’idée d’établir des centres de traitement de migrants en Afrique du Nord avec « avec l’objectif de dissuader les personnes de risquer leur vie dans une traversée périlleuse de la Méditerranée », rapporte le quotidien britannique The Guardian.

    Dieu des cieux ils mentent comme ils respirent

    19
    4
    DYHIA-D
    20 juin 2018 - 12 h 21 min

    Il faut que l’Algérie trouve une solution avant que le nombre n’augmente à 50 millions, ils finiront par devenir la population majoritaire et puis c’est la disparition de l’Algérie.
    L’ITALIE l’a bien compris et fait tout pour barrer la route à ce mouvement de migrants bien organisé.

    27
    5
    farid ouchene
    20 juin 2018 - 11 h 38 min

    l armée Algérienne fait son travail , elle sécurise son territoire sans quoi le terrorisme de merde aurait déjà fait des ravages , pour ce qui est de l aspect humanitaire l Algérie a des traditions connues et reconnus , et nul doute que nos responsables prendront a bras le corps ce problème et permettre une issue digne a ses migrants !!

    130
    11
    Anonyme
    20 juin 2018 - 11 h 18 min

    Il faut un mur entre le mali-niger et l’Algérie, sans se soucier des déclarations de ce diplomate.

    Il faut en urgence reprendre les expulsions de ces migrants qui ont été instruits pour prendre des jobs qui leur permettent de se faire passer pour des travailleurs. Les nouveaux jobs pour ces subsahariens encore en Algérie sont la cueillette des fruits avec le grand risque d’intoxications chez les algériens car absence de gants pour ces mini job.
    Ces subsahariens sont cachés dans ces soit disant lieux de travail chantiers et lieux de récoltes agricoles, les femmes et leurs gosses ont repris la mendicité au niveau des mosquées, pharmacie…elles se sentent visiblement bien à l’aise.Décidément rien n’arrête ces peuples errants qui nous tapent fort sur le système.

    18
    7
    Rachid Djha
    20 juin 2018 - 11 h 16 min

    Certainement que son Excellence Mr l’Ambassadeur considère les 450.000 clandestins marocains comme des migrants subsahariens !

    14
    7
    PREDATOR
    20 juin 2018 - 11 h 12 min

    La bonne blague que voici:

    L’Union européenne (UE) envisagerait l’idée d’établir des centres de traitement de migrants en Afrique du Nord avec l’objectif de dissuader les personnes de risquer leur vie dans une traversée périlleuse de la Méditerranée, rapporte le quotidien britannique The Guardian.

    Le Conseil européen « soutient le développement du concept de plateformes régionales de désembarquement », indique la version initiale des conclusions d’un sommet de l’UE prévu pour la semaine prochaine. L’UE souhaite notamment étudier la faisabilité de la mise en place de tels centres en Afrique du Nord, d’où la majorité des migrants débutent leur traversée vers l’Europe.

    « De telles plateformes devraient permettre un traitement rapide visant à distinguer les migrants économiques de ceux nécessitant une protection internationale, et réduire l’incitation à entreprendre une traversée périlleuse », affirme le document cité par la même source.

    Le ministre des Finances de la France, Bruno Le Maire, a appelé à établir « un nouveau projet européen » pour la migration, prévenant que l’Europe était « dans un processus de désintégration. Nous voyons de nombreux États se tournant vers l’intérieur, essayant de trouver des solutions nationales nécessitant des solutions européennes ».

    Bien que le projet semble avoir obtenu des soutiens de taille, des questions demeurent pour savoir comment l’UE pourrait convaincre des pays étrangers de devenir des « États vassaux ». Il n’est également pas clair comment la proposition du document de l’UE pour des « plateformes régionales de désembarquement » fonctionnerait, ni même l’endroit où ces plateformes seraient établies.

    La directrice du think-tank Migration Policy Institute de Bruxelles, Elizabeth Collett, a estimé que l’actuelle proposition est une « version édulcorée » des propositions austro-danoises appelant à ce que les arrivées en Europe soient renvoyées à leur point de départ afin de traiter leurs demandes. « Ce qui a clairement changé est le degré de soutien politique pour la proposition », a-t-elle expliqué.

    « Cela semble très bien théoriquement, mais pourront-ils faire accepter l’idée à des pays en dehors d’Europe qui deviendront de fait des États vassaux ? », s’est interrogé l’experte, citée par The Guardian. L’autre problème concerne la nécessité que ces centres répondent aux standards de l’UE, a analysé Elizabeth Collett.

    « Les conditions, le traitement, tous les éléments nécessitant un haut niveau de savoir et qui sont déjà difficiles à gérer au sein de l’UE, représenteront de grands défis », a-t-elle indiqué. Le plan semble néanmoins avoir le mérite d’unir les pays européens sur la question migratoire, un sujet où les divergences sont profondes au sein de l’UE.

    7
    3
    Anonyme Patriote
    20 juin 2018 - 10 h 47 min

    Que la pays envoie directement ces migrants du Sahel dû à l’assassinat du colonel Kadhafi Allah Yarhmou par la France et l’entité sioniste en Europe.
    C’est leur responsabilité de sionistes.

    15
    5
      Anonyme Patriote
      20 juin 2018 - 13 h 34 min

      Je rajoute d’ailleurs cette immigration massive est un procédé sioniste pour déstabiliser le pays.
      Donc retour à l’envoyeur : France makhnaz et cie sioniste.

      11
      6
    Kad
    20 juin 2018 - 10 h 45 min

    Cet ambassadeur est un khobziste comme il y en a à la pelle chez nous. Il joue au BOUROUROU pour plaire à la nouvelle obédience au pouvoir dans son pays, et ainsi espère garder son poste. Car qui dit nouveau régime, dit redéploiement du corps diplomatique.

    5
    5
    Prescription Anti diarréhique
    20 juin 2018 - 10 h 23 min

    Une seule solution : Mettre à l’amande, à partir du « machin », (le nom de O.N.U), les gouvernements des pays africains en diarrhée, car c’est une diarrhée suite à une intoxication « alimentaire » provoquée par des malintentionnés qui ont besoin du chaos pour vivre, comme les microbes dans une décharge etc. Ces 34 millions de dollars consacrés par l’Algérie à cette diarrhée auraient fait le bonheur de combien d’Algériens miséreux ? Je suis en colère, une de plus, Le MICROBE à l’origine de tout ça : Que l’Italie ose dire son nom !

    14
    4
    Dzézaïr
    20 juin 2018 - 8 h 29 min

    Il n’y a pas trente six solutions .
    Soit l’Europe prend ces responsabilités en aidant financièrement l’Algérie à stopper ces migrations massives et continue .
    l’Algérie les laissera passé et rejoindre l’Europe en canalisant les migrant vers des lieux d’embarcations sur le litoral libyen et même algérien.
    Ce qui aura comme inconvénients un appel d’air et un effet amplificateur qui videra l’Afrique de ces peuples.
    Dite merci à Sarkozy BHL et les autres ensuite qui lui ont emboîtés le pas l’Italie compris.
    L’Europe doit réparer ces conneries avant que l’Algérie laisse passer tout se beau monde .

    22
    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.