Hamel à partir de New York : «L’Afripol poursuivra la coopération en faveur du maintien de la paix»

Hamel Afripol
Le directeur général de la Sûreté nationale, le général major Abdelghani Hamel. New Press

Le directeur général de la Sûreté nationale, le général major Abdelghani Hamel, a réitéré, jeudi à New York, l’engagement d’Afripol à poursuivre la coopération avec l’ensemble des polices africaines et internationales en vue de prévenir les conflits et d’œuvrer à la consolidation de la paix.

S’exprimant lors des travaux du IIe Sommet des chefs de police qui se tient aux Nations unies, le général major a «réitéré l’engagement d’Afripol à poursuivre la coopération pour agir en harmonie avec l’ensemble des polices africaines et les organisations policières internationales dans la mise en œuvre de stratégies respectives visant à prévenir les conflits et à soutenir la paix».

Le DGSN, qui est intervenu lors d’une session du sommet consacrée au rôle de la police des Nations unies dans le maintien de la paix, a réaffirmé la détermination d’Afripol à renforcer cette coopération. «Je peux vous assurer de notre détermination et de mon entière disponibilité à œuvrer ensemble pour le renforcement des liens de coopération policière africaine et mondiale dans le cadre des missions d’Afripol pour contribuer aux efforts de la communauté internationale en matière de paix et sécurité», a déclaré Hamel.

Le président d’Afripol a indiqué que les chefs de police se sont réunis à l’occasion de ce Sommet pour débattre d’une thématique à dimension pertinente, se rapportant à la prévention des conflits et le soutien à la paix, compte tenu de l’évolution préoccupante des menaces internationales qui impactent le processus de développement durable, notamment au niveau du continent africain.

Le sommet, a-t-il poursuivi, intervient au moment où le monde fait face à des menaces sécuritaires multiformes générées par la prolifération des armes, la résilience des groupes terroristes, le retour des combattants étrangers, la cybercriminalité, les crises migratoires et les connexions entre les activités terroristes et la criminalité transnationale organisée.

C’est à ce titre, a expliqué le général Major, que les services chargés de l’application de la loi doivent œuvrer ensemble sur la base d’une coopération opérationnelle, solidaire pour prévenir toutes les formes de violence, d’extrémisme et de radicalisation et répondre efficacement aux aspirations pour un monde sur et prospère. «Je voudrais les assurer en cette circonstance de mon total engagement à la mise en œuvre de la feuille de route de l’Union africaine et de son plan d’action en matière de consolidation de l’architecture de paix et sécurité», a indiqué le DGSN qui s’exprimait au cours de ce panel au nom d’Afripol.

Et d’ajouter que la promotion de la coopération internationale est primordiale du fait que les services chargés de l’application de la loi restent confrontés aux mêmes défis criminels, nécessitant la mise à niveau des capacités de prévention et de lutte pour une réponse collective, coordonnée et efficiente. «Ceci est d’autant plus valable pour le continent africain qui fait face à des préoccupations majeures en matière de sécurité eu égard aux mutations induites par la mondialisation de la menace et l’émergence de nouvelles formes de criminalité et de radicalisation», a-t-il relevé.

Le DGSN a rappelé, à ce titre, la déclaration du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, en sa qualité de coordinateur de l’Union africaine dans la prévention et la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent qui avait affirmé  que «l’action à mener durant les années à venir se doit de mettre l’Afrique et ses peuples à l’abri de la menace terroriste sous ses différentes formes».

Le président de la République a souligné que «cette action doit privilégier la prévention, la sensibilisation et la mobilisation et tendre en permanence vers le renforcement des capacités nationales et régionales de lutte ainsi que la promotion d’une coopération toujours plus étroite entre les pays membres avec la communauté internationale dans son ensemble», a ajouté Hamel, en citant le chef de l’Etat à ce propos.

C’est dans cet esprit, a-t-il enchaîné, que «la volonté de l’Afrique de s’attaquer aux conflits et son engagement infaillible à relever le défi de la paix et de la sécurité sont clairement exprimés dans les stratégies de l’Union africaine en matière de lutte contre la criminalité transnationale organisée et le terrorisme».

Evoquant le plan d’action d’Afripol 2017-2019, le général major a souligné qu’il avait inscrit parmi ses priorités la lutte contre le terrorisme et le crime organisé, prenant en charge les vulnérabilités en termes de consolidation des données inhérentes à la menace par la mise en place de la plateforme d’échange d’informations et de communication entre les polices africaines (Afsecom), la création de bureaux de liaison d’Afripol et le développement des capacités policières.

R. N.

Comment (4)

    FLM
    26 juin 2018 - 21 h 29 min

    Ce cheval de troie de l’Afripol doit dégagé de l’afrique !!!!

    Watani Watani
    22 juin 2018 - 20 h 22 min

    Salam Lkhawa, parmi les méthodes de faire convaincre un public et de lui faire accepter des idées, c’est RÉPÉTER PUIS RÉPÉTER ET FINALEMENT RÉPÉTER! c’est bien d’assister à ce types de réunions mais avec qui? avec ceux qui ont inventé daech à New-York? À la réunion, y’avait-il l’entité sioniste comme à la réunion des armées à Bruxelles où on voyait sur YouTube nos représentants du MDN puis à côté hachakom les représentants de l’entité sioniste? Inchalah que notre patrie ne tombe pas entre les mains des hypocrites, amine.

    7
    1
    Anonyme
    22 juin 2018 - 19 h 50 min

    No comment.

    10
    Anonyme
    22 juin 2018 - 19 h 13 min

    Wallah qu’on trouve plus quoi dire

    14

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.