Zaâlane exhorte les élus à parachever la pénétrante Bejaïa-Ahnif

élus, le Ministre des Travaux publics
Abdelghani Zaâlane plaide pour une contribution des élus au parachèvement du projet. D. R.

Le ministre des travaux publics et des transports, Abdelghani Zaâlane, a exhorté,  dimanche à Bejaïa, les élus locaux et nationaux à tout faire pour aider au parachèvement du projet de la pénétrante autoroutière Bejaïa-Ahnif (Bouira), bloqué en partie dans sa progression par le phénomène de l’opposition des riverains à l’exploitation des carrières et par conséquent à l’approvisionnement du chantier en agrégats.

«Les besoins du chantier en agrégats sont de l’ordre de 1,5 million de tonnes par mois. Mais, en pratique, il n’est approvisionné qu’à concurrence de 100 000 tonnes mensuellement» , a-t-il déploré, appelant les édiles de la wilaya, à quelques échelles soient-ils, à redoubler d’efforts pour permettre à l’entreprise chinoise CRCC de livrer le projet dans les meilleurs délais et d’offrir un nouvel atout économique et social à la région qui en a grandement besoin .

Le projet qui porte sur la réalisation de 100 km d’autoroute, malgré la livraison et la mise en fonction d’un tronçon de 52 km, patine depuis plusieurs mois à cause d’une myriade de contraintes, dont le manque d’agrégats qui oblige le maître d’œuvre à s’alimenter depuis les wilayas limitrophes.

Dans ce contexte, le ministre a évoqué avec autant d’acuité, la question des financements qui lui sont dédiés, dont la carence ou les irrégularités de paiement ont produit les mêmes effets.

Néanmoins, il a tenu à souligner que toutes les situations pendantes jusqu’à avril dernier ont été honorées et que désormais rien ne s’oppose à aller de l’avant et à donner au chantier un coup d’accélérateur. En effet, hormis, les difficultés techniques rencontrées dans le creusement du tunnel de Sidi-Aïcha à cause de la nature géologique du terrain, le reste du parcours semble approprié pour augmenter la vitesse de réalisation, notamment entre Sidi-Aicha et Amour, sur une distance de 26 km.

Le ministre n’a pas fixé de délai de livraison, mais s’est dit optimiste quant à son achèvement dans les meilleurs délais, renforcé dans son jugement par les moyens humains et matériels engagés au niveau du tunnel de Sidi-Aïcha, dont 60% des excavations et du creusement sont achevés.

Profitant de cette visite dans la wilaya, le ministre a procédé à l’inauguration solennelle de l’échangeur des quatre chemins et de la nouvelle gare maritime, mis tous les deux en service, il y a quelques jours, dont la réception, dira-t-il, lui donne un «motif à fierté». L’un et l’autre, malgré des retards dans la réalisation, ont été rendus dans toute leur splendeur architecturale et fonctionnelle, et leur impact sur la dynamique économique local voire nationale est de bon augure.

La gare maritime, conçue pour traiter un million de voyageurs et 100 000 véhicules par an est un joyau architecturale, offrant des commodités de normes mondiales et l’échangeur, qui met fin à un point noir ardu au carrefour éponyme, est une œuvre urbanistique et de communication complète avec son ensemble de structures, composé de quatre ponts, huit rampes d’accès, deux carrefours plans et 1 050 ml de liaisons routières.

R. E.

Comment (2)

    Dahmani
    2 juillet 2018 - 13 h 30 min

    Sidi aich et non sidi aicha.




    4



    0
      Lila
      4 juillet 2018 - 12 h 29 min

      Amizour aussi et pas Amour




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.