Guitouni : «L’Algérie augmentera sa production pétrolière de 26 000 barils par jour»

accord Opep-non Opep
Le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni. D. R.

L’Algérie va augmenter sa production pétrolière de 26 000 barils/jour à partir du mois prochain, et ce, dans le cadre de l’application des dernières mesures prises par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses partenaires visant à maintenir l’équilibre entre l’offre et la demande, a indiqué mardi à Alger le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni.

«Les pays de l’Opep et leurs partenaires hors-Opep ont décidé de compenser le recul des exportations de certains pays en répartissant la production qui manquait sur le marché au prorata sur les autres pays. L’Algérie aura donc à produire 26 000 barils/jour de plus, ce qui va ramener sa production totale à 1 106 000 barils/jour», a expliqué M. Guitouni lors d’une conférence de presse en marge d’une réunion avec les directeurs de distribution d’électricité.

En effet, les 24 pays producteurs Opep et non Opep ont convenu le 23 juin dernier à Vienne de limiter à 100% leur niveau de respect des engagements pris dans le cadre de l’accord de baisse qui vise à retirer du marché 1,8 million de barils/jour (1,2 million barils/jour pour les membres de l’Opep, 0,6 million barils/jours pour les producteurs hors-Opep).

«Cette baisse permettait au marché de déstocker la production et maintenir un prix qui arrange les producteurs et consommateurs à la fois», note le ministre.

Toutefois, la production a baissé plus que prévu et le taux global de conformité a atteint même 152% par rapport aux niveaux fixés pour chaque pays, en raison de l’impossibilité du Venezuela, de la Libye et du Nigeria à remplir leur quota.

Les pays Opep-non Opep ont décidé donc de compenser ce recul qui représente près d’un million de barils/jour (757 000 barils/jour pour l’Opep et 200 000 barils/jour pour les pays hors Opep), précise M. Guitouni.

La production qui manquait sur le marché a été répartie sur les pays producteurs en fonction des quotas initiaux des pays et de leurs capacités de production.

Ainsi, l’Algérie, qui devait initialement limiter sa production à 1 080 000 barils/j, va ajouter 26 000 barils/jour additionnels pour contribuer aux efforts engagés par l’Opep et ses partenaires pour assurer la stabilité des marchés, selon le ministre.

«L’accord de baisse dans lequel l’Algérie a participé activement dans son processus est maintenu et sera appliqué comme convenu», souligne M. Guitouni.

«Parler de la fin de l’accord de Vienne, c’est catégoriquement faux», a-t-il ajouté.

Interrogé sur une éventuelle pression des grands pays producteurs au sein de l’Opep, le ministre a affirmé que chaque pays a pris cette décision en toute souveraineté, tout en rappelant que les décisions ne peuvent être prises qu’unanimement, selon les statuts de l’organisation.

R. E.

Comment (10)

    hrire
    10 juillet 2018 - 12 h 34 min

    Ou va l’argent du gaz Algérien?




    0



    0
    Nasser
    9 juillet 2018 - 16 h 10 min

    Presque au même moment où Trump demande cela!
    Il s’agit d’une augmentation décidée par Trump et non « en toute souveraineté ». C’est l’Arabie saoudite qui dicte ce que doivent faire chaque pays arabe producteur de pétrole. Même la religion c’est l’Arabie qui la dicte. L’Algérie n’est pas encore assez forte pour décider seule quoi que ce soit dans ce domaine! Allez raconter ça aux idiots!




    2



    0
    LOUCIF
    4 juillet 2018 - 8 h 47 min

    Merci au ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni d’avoir communiqué d’une manière aussi claire et avec des chiffres précis à l’appui sur la dernière réunion de l’OPEP.

    Habituellement la plupart des ministres de l’énergie précédents ne communiquent pas trop sur les réunions et les décisions de l’OPEP (ou à la limite, il le font sous forme de langue de bois), car pour eux c’est confidentiel ,tout est confidentiel et secret . Pour eux le « chaab ezzaouali algérien » ne comprends rien à rien et donc se n’est pas la peine de l’informer !




    4



    5
      Zaatar
      4 juillet 2018 - 10 h 02 min

      Moi je voudrais que le Ministre de l’Energie, Monsieur Guitouni Mustapha, nous communique d’une manière tout autant claire et avec des chiffres précis le bilan du pays dans la production/exportation de nos hydrocarbures depuis 1971 à nos jours. On devrait avoir ça quelque part non? et qu’on nous donne, globalement, ce qu’a dépensé le pays depuis cette date à nos jours. La précision révélera très certainement le niveau de corruption et celui de la mauvaise gestion dans le pays. Enfin, moi j’en suis certain, je ne sais pas pour les autres.




      12



      2
        LOUCIF
        4 juillet 2018 - 13 h 46 min

        @Zaatar , pour le bilan énergétique physique (au sens des quantités) çà existe sur le site même du Ministère de l’Énergie ! Il y a les quantités de production,de consommation et d’exportations sur une longue période ! Pour les sommes dépensées réellement en fonctionnement et en investissement vous avez raison , il n’y a rien de transparent à ce sujet ! On ne connait même pas les coûts réels des projets , au moins les grands projets, entre les premières évaluations et le total des paiements à leur livraison ! C’est le noir absolu et personne n’exige des comptes, des bilans ou des rapports transparents et crédibles ! Même ce qu’on appelle les partis d’oppositions n’en demandent pas !




        3



        4
          Zaatar
          4 juillet 2018 - 14 h 16 min

          Pour le coup cher LOUCIF on a une estimation. Le bilan du pays au courant de cette période de 1971 à nos jours donne un différentiel de plus de 250 Milliards de dollars. C’est le manque entre les montants générés par la vente de nos hydrocarbures et toutes les dépenses du pays (estimées par an). cela donne une idée assez concise du niveau de corruption et de mauvaise gestion du pays…




          8



          1
      le niveau
      5 juillet 2018 - 12 h 04 min

      le remercier !! tes serieus monsieur loucif
      a lire se livre (((( histoire secrete du petrole algerien )))
      que tu le trouve sur le net
      apres l’avoir lu …(ched rouhek berk
      ps: faut le lire se livre .
      courage




      2



      1
    RezkideBelcourt
    4 juillet 2018 - 7 h 30 min

    Si on fait le calcul, 26000 x 70$ = 1820000 X une année 664300000 $
    Si on laisse cette somme que pour la construction d’un hôpital moderne par wilaya à vrai dire un centre hospitalier de 500 lits, au coût de 100 millions en 10 ans toutes les wilayas seront équipés.




    10



    2
    benchikh
    3 juillet 2018 - 22 h 40 min

    Non Monsieur le ministre ,mais plutôt la logique du plus fort (il n’y a pas plus fort qu’un créateur).Ca n’a pas empêché les USA de se retirer de l’organisation de droit de l’homme ,qui va maintenant la condamner à cause du non respect des autres membres, comme nous avait expliqué notre ministre ,mais l’Algérie en début était contre l’augmentation de la production et que la Russie( notre amie ) et l’Arabie Saoudite (le valet de la région) ils étaient pour !!!!???? Dois -nous suivre les autres ???




    5



    1
    Anonyme
    3 juillet 2018 - 22 h 03 min

    L’Arabie maudite va augmenter sa production de 2 millions de barils par jour sur la demande de Trump pour compenser la production iranienne .




    9



    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.