Changements

Algériens changement
Qu'apportera ce 5 Juillet aux Algériens ? ©Toufik Doudou/PPAgency

Par R. Mahmoudi – Tous les Algériens sont dans l’attente de décisions politiques de haute importance qui seraient annoncées le 5 juillet, à l’occasion de la fête de l’Indépendance, qui, par sa symbolique, s’annonce à chaque fois comme une promesse de changement ou de rupture.

Les derniers événements qu’a vécus le pays sont venus à point pour justifier une vaste opération de toilettage de la vitrine politique du pouvoir, comprenant prioritairement un remaniement plus profond du gouvernement et de l’encadrement administratif.

Avec autant de scandales retentissants, de rumeurs vénéneuses et de conflits sociaux endémiques, sur fond de crispation politique à l’approche de l’échéance électorale de 2019, le citoyen, désabusé et déprimé, a tant besoin de retrouver confiance et espoir. De son côté, le pouvoir a plus que jamais besoin d’un nouveau souffle et de sang neuf  pour pouvoir faire face à une situation sociopolitique de plus en complexe, dans un contexte international et régional des plus délicats.

On ne sait encore rien du sort qui sera réservé à Ahmed Ouyahia, qui s’est maintenu contre vents et marrée, au point de démentir à chaque fois tous les pronostics qui le donnaient comme partant mais la composition de son équipe, c’est une évidence, doit être revue. Plusieurs départements (TICS, Santé, Education…) ont, en effet, échoué dans leur mission, malgré le large sursis dont ils ont bénéficié. C’est le moment, pour le Président, de nommer de nouvelles têtes, plus crédibles et plus enclines à assumer d’éventuels engagements du chef de l’Etat pour briguer un cinquième mandat.

Aussi les nombreux dysfonctionnements relevés dans le traitement d’une affaire aussi grave que celle de la cocaïne saisie au port d’Oran, tant au niveau des corps de sécurité qu’à celui de la justice, appellent-ils des changements au niveau de certains états-majors et d’un système judiciaire qui a déjà largement démontré son incurie.

R. M.

Comment (9)

    صالح/ الجزائر
    5 juillet 2018 - 15 h 54 min

    Tous les Algériens sont dans l’attente d’un changement radical , de la tête aux pieds , et non d’un changement de décor , car tous les vicieux qu’ils soient de tel ou tel parti , ou même de l’autre parti autrefois d’al moualat Bien que islamiste khobziste , se réclament vicieusement du même programme de sa fakhamatouh . tout le monde , du simple Maire de la plus reculé et pauvre APC , au chef de Daïra , au Wali , jusqu’au premier ministre , parlent de directives de son excellence , autrement dit eux ne fautent pas .




    2



    0
    LEURRE
    4 juillet 2018 - 16 h 45 min

    C’est tout le système qui devrait être dissout
    Changer flèn par feltène ça n’a aucun sens c’est de la poudre aux yeux pour berner le peuple
    Tant que les sidhoum said , haaddad, tahkout … sont là rien ne changera
    L’Algérie doit être formater de fond en comble




    9



    0
      MELLO
      4 juillet 2018 - 20 h 35 min

      Formater l’Algérie, OK, mais qui le fera.? Toute la problématique est là. Le verbe du changement est bien présent au sein de la société, mais le savoir faire, les méthodes sont inexistantes. Jusqu’au jour d’aujourd’hui, seul le FFS à proposé cette conférence nationale sur le consensus.




      7



      4
    lhadi
    4 juillet 2018 - 16 h 32 min

    La vérité – c’est-à-dire la réalité, sans fard et sans ornements. Point besoin de la vernir. Telle qu’elle est, elle suffit à administrer la preuve qu’en dépit des problèmes, des erreurs, des échecs et des errements, la conspiration du silence des généraux en chef au cou molle n’est pas un simple slogan. Elle est une menace à toute solution aux défis du XXIe siècle auxquels l’Algérie se trouve confronter.

    Je le dis, quitte à me répéter : Il ne peut y avoir de développement économique, social, culturel et moral sans développement politique.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])




    5



    1
    Anonyme
    4 juillet 2018 - 15 h 30 min

    Le système algérien spécifique a inventé depuis des lustres le fameux slogan :  » le changement dans la continuité « .
    Il y aura du changement en Algérie lorsque les poules auront des dents.




    7



    0
    Anonyme
    4 juillet 2018 - 14 h 34 min

    moussa el hadj el hadj moussa ! le président fakhamatouhou attendra l achèvement de la grande mosquée d Alger MOUFDI ZAKARIA pour son inauguration et vas vous envoyer balader avec votre république ! il veut rester dans l histoire et il n a pas le temps ;…




    7



    2
    Slam
    4 juillet 2018 - 10 h 03 min

    Oh oui il y aura des changements : Flene sera remplacé par Ben Flene. Avec comme seul critère de sélection : Oui au 5e mandat. La Dream Team sera au complet pour annoner h24 que sans le 5e mandat, l’Algérie sera bouffée par un Trou Noir. Ces mêmes chyatines qui nous jurent que seul Bouteflika pour faire face à la Ligue Mondiale des Ennemies de l’Algérie qui complote jour et nuit contre notre beau pays de 1,5 millions de chahids. Ils diront la même chose de son successeur si jamais la Grande Panne survient par accident avant le 5e mandat.




    15



    0
    Républicain
    4 juillet 2018 - 9 h 10 min

    Nous sommes désabusé, en colère et proches de l’explosion. Nous ne voulons pas un changement de façade mais un renouvellement de fond en comble du personnel politique, militaire, judiciaire, économique, administratif,… par un personnel compétent, intègre, patriote, jeune, cultivé et éduqué capable de transformer ce pays rentier en un pays créateur de richesse en adéquation avec la mondialisation et la globalisation capable de comprendre les nouveaux enjeux géopolitiques, géostratégiques et socio-économiques. Le peuple Algérien en a marre du bricolage et le manque d’ambition, de stratégie, de vision pour notre pays par les décideurs et leurs satellites. Nous sommes aujourd’hui la risée du monde dans tout les domaines sans exceptions. La situation n’est plus acceptable et les lignes rouges ont été dépassé.




    37



    4
    Zaatar
    4 juillet 2018 - 7 h 33 min

    De l’auteur de l’article: « Les derniers événements qu’a vécus le pays sont venus à point pour justifier une vaste opération de toilettage de la vitrine politique du pouvoir, comprenant prioritairement un remaniement plus profond du gouvernement et de l’encadrement administratif. Avec autant de scandales retentissants, de rumeurs vénéneuses et de conflits sociaux endémiques, sur fond de crispation politique à l’approche de l’échéance électorale de 2019, le citoyen, désabusé et déprimé, a tant besoin de retrouver confiance et espoir. De son côté, le pouvoir a plus que jamais besoin d’un nouveau souffle et de sang neuf pour pouvoir faire face à une situation sociopolitique de plus en complexe, dans un contexte international et régional des plus délicats. »

    Mon ami mais c’est chaque année pareil. Le citoyen est désabusé et est déprimé en continue. Ce sont les mêmes événements qui se répètent chaque année, presque à la même période. C’est un film qui tourne et passe en continue pour l’Algérien. Chaque année le citoyen a besoin de retrouver de la confiance mais rien n’y fait. Chaque année c’est toujours le même toilettage de la vitrine politique du pouvoir, et rien n’y a changé à chaque fois. Chaque année c’est le même lot de scandales, les mêmes paroles des officielles, des ministres et autres institutions de l’état, les mêmes articles (presque) rapportés dans la presse, aussi les mêmes commentaires mais rien n’y fait. On a toujours ce même petit sentiment qui nous fait espérer… mais pour des prunes. Le citoyen a tant besoin de retrouver la confiance et l’espoir c’est vrai…mais depuis le temps que ça dure et surtout il entend et voit toujours la même chose à répétition chaque année…ma foi. espérons que le bon dieu aura un regard sur le citoyen algérien…il a le droit d’y croire oui…mais bon…




    37



    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.