Libye : Paris, Rome, Londres et Washington rappellent à l’ordre les politiques

Libye
Siège de la Compagnie pétrolière pétrolière libyenne. D. R.

Les gouvernements de la France, de l’Italie, du Royaume-Uni et des Etats-Unis d’Amérique ont affirmé ce week-end que le moment est venu pour tous les acteurs libyens d’avancer dans le processus politique de règlement de la crise. «Le moment est venu pour tous les acteurs Libyens d’avancer en engageant des discussions entre Libyens sur la manière d’améliorer la transparence budgétaire, de renforcer les institutions économiques et d’assurer une juste répartition des ressources du pays, dans le cadre du plan d’action défini par le représentant spécial des Nations unies, Ghassan Salamé, et sur la base de l’Accord politique interlibyen entériné par le Conseil de sécurité des Nations unies dans sa résolution 2259 (2015)», ont-ils souligné dans une déclaration conjointe publiée par le Quai d’Orsay.

Les quatre pays ont précisé, dans cette déclaration rendue publique à l’occasion de la reprise de la production par la Compagnie pétrolière nationale libyenne, qu’ils accueillent «favorablement» la proposition du président du Conseil présidentiel, Fayez El-Sarraj, de faire progresser la transparence des institutions économiques libyennes, tout en se félicitant de l’annonce de la reprise par la Compagnie pétrolière nationale libyenne de son activité «vitale au nom de tous les Libyens». «Nous rendons hommage à la Compagnie pétrolière nationale légitime à l’heure où elle répare les infrastructures, honore ses obligations contractuelles et, après avoir levé les dispositions relatives à l’état d’urgence dans l’est de la Libye, reprend les exportations et la production de pétrole qui sont essentielles pour la prospérité de la Libye», ont-ils ajouté, se disant «apprécier les contributions» de l’Armée nationale libyenne au rétablissement de la stabilité dans le secteur pétrolier libyen «qui est essentiel pour les intérêts nationaux de la Libye».

Les quatre pays ont également affirmé que la production de pétrole et les installations et recettes pétrolières libyennes «appartiennent au peuple libyen», réaffirmant qu’il faut laisser la Compagnie pétrolière nationale «travailler au nom de tous les Libyens et que les ressources pétrolières de la Libye doivent demeurer sous le contrôle exclusif de la Compagnie pétrolière nationale légitime et sous la seule supervision du gouvernement d’entente nationale».

De façon générale, ils appellent les dirigeants libyens à saisir cette occasion «importante», dans le cadre de l’Accord politique inter-libyen, pour «régler les différends sur la Banque centrale de Libye, intensifier le dialogue sur la répartition des ressources grâce au budget national et œuvrer à l’unification de la Banque centrale de Libye et à la dissolution des institutions parallèles, comme convenu dans la Déclaration politique de Paris du 29 mai». Ils se déclarent «solidaires» des dirigeants libyens qui travaillent en vue d’un processus politique inclusif mené par les Libyens, «qui conduira à des élections nationales crédibles, pacifiques et bien préparées dès que possible», s’engageant à les soutenir dans leur application de ces mesures et «utiliseront tous les moyens à leur disposition pour demander des comptes à ceux qui portent atteinte à la paix, à la sécurité et à la stabilité de la Libye».

R. I.

Comment (7)

    Felfel Har
    13 juillet 2018 - 23 h 42 min

    Le peuple libyen, lassé par ces querelles de chapelle, devrait adresser un ultimatum tant à ses politiques diaboliques qu’aux puissances Otanesques démoniaques qu’aux monarchiotes sataniques qui rêvent de puissance: « Bas les pattes et dégagez! Cessez de nous donner des conseils! Rendez-nous notre pays! Laissez les Libyens régler leurs affaires seuls, sans interférence! » Les crimes contre l’humanité et les crimes de guerre commis en Libye vous coûteront cher.

    Anonyme
    13 juillet 2018 - 19 h 15 min

    Dire que cet épouvantable carnage accompagné de crimes et d’assassinats ont été juste orchestrés pour « détourner  » la recette de la compagnie pétrolière libyenne. Pauvres Libyens, ils ne sont pas au bout du cauchemar de l’emprise diabolique de ces sataniques occidentaux et de leur politique dévastatrice. Ils vont se disputer le partage de la « reconstruction » de la Libye comme des vautours.
    Puisse la Libye d’abord retrouver le chemin de la paix entre ses différentes factions et tribus. C’est la condition sine qua non pour la reconstruction d’un pays.
    Tant que le monde sera monde ces affamés d’occidentaux justifieront la fin de leurs actions criminelles sur les pays dont ils convoitisent les richesses, quant aux pays agressés,ils n’auront d’autre choix que de supporter le lourd fardeau des injustices criardes de l’Occident.

    4
    1
    Les Égarés
    13 juillet 2018 - 18 h 49 min

    Après avoir engraisser les Terroristes voilà la bande de Pieds Nickelés USA Gb France…rappeler à « L’Ordre » l’embrillon d’État Libyen qui est né des cendres de leur destruction de Toute la Libye..Fermez la ! et revenez au Droit international que vous piétinez . .Le Terrorisme islamiste Wahabite n’a jamais été inquiété par Vous .

    6
    1
    IMAZIREN
    13 juillet 2018 - 16 h 33 min

    Il faut qu’ils intiment l’ordre au marouk petit pays d’avancer dans le processus de décolonisation du Sahara Occidental, quand on veut on peut.

    10
    1
    Ch'ha
    13 juillet 2018 - 15 h 15 min

    TARTUFFERIE MONUMENTALE.
    C’est le pompier pyromane ou plus clairement pour reprendre la phrase culte du Président Bachar Al Assad à l’encontre du MAE français Le Drian : « JE N’AI PAS DE LEÇON DE PAIX À RECEVOIR DE CEUX QUI FINANCENT LE TERRORISME ».
    Qui est responsable du chaos libyen et l’installation du terrorisme son financement l’assassinat du Guide Le Colonel Kadhafi Allah Yarhmou…..combien de civils libyens tués torturés depuis…

    5
    1
    LOUCIF
    13 juillet 2018 - 14 h 15 min

    Va savoir maintenant si les revenus du pétrole reviendront réellement au peuple libyen ou seront-ils utilisés par les pays occidentaux auteurs de l’agression pour se faire rembourser ou amortir leurs dépenses militaires en matériels et en hommes ! La guerre çà coûte et il est plus facile de se faire payer la note par le peuple libyen en le privant d’une grande partie des prochaines recettes pétrolières. Pourtant cette agression, ces destructions, cette guerre n’ont pas été voulu par le peuple libyen, mais elles lui ont été imposées de force !

    NB : On note que beaucoup d’infrastructures et d’industries libyennes ont été anéanties ou endommagées par la coalition franco-américano-anglaise et seul le secteur pétrolier a été préservé …. bien sûr !!

    9
    2
      Ch'ha
      13 juillet 2018 - 20 h 37 min

      @Loucif
      Exactement comme en Irak où tout avait été détruit pillé y compris les oeuvres d’art par les anglosaxons les plus grands pilleurs de la planète qui ont revendu sur le net, bref tout détruit sauf le bâtiment du ministère du pétrole et toutes les installations pétrolières… »ÉTONNANT NON? », pour reprendre le cultissime Desproges.
      J’ai lu ici ou al manar que l’entité sioniste avait accès au pétrole libyen via des groupes qu’elle a elle-même placés.

      4
      1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.