Lutte antiterroriste : Alger et Tunis créent un centre d’opérations mixte

soldats lutte
L'armée tunisienne se plaint du manque de moyens pour faire face à la lutte antiterroriste. D. R.

Par R. Mahmoudi La coopération entre l’Algérie et la Tunisie dans le domaine de la lutte contre le terrorisme se raffermit, au lendemain de l’attentat meurtrier du 8 juillet dernier qui a  coûté la vie à six militaires tunisiens.

Selon des sources concordantes, une importante délégation militaire algérienne s’est rendue, mercredi dernier, à Tunis où elle a rencontré de hauts responsables tunisiens chargés de la lutte antiterroriste. Les deux parties ont passé en revue la situation sur les frontières entre les deux pays et mis au point un nouveau plan de coordination entre les services de sécurité des deux pays pour venir à bout des groupuscules terroristes qui infestent ces zones frontalières.

Ce plan prévoit, d’après les mêmes sources, la mise en place d’un  centre d’opération militaire et sécuritaire mixte et d’une ligne de contact direct entre les chefs opérationnels. Les Tunisiens se sont plaints d’un manque de moyens pour assurer une surveillance efficace des frontières. La partie algérienne s’est engagée, pour ce qui la concerne, à augmenter l’aide logistique aux forces tunisiennes stationnées près des frontières.

Citée par le journal panarabe Al-Araby Al-Jadid, une source sécuritaire algérienne proche du dossier a exprimé l’inquiétude de l’Algérie face à la recrudescence des actions terroristes perpétrées tout près des frontières, notant le cas de l’attentat contre un poste avancé des forces armées tunisiennes à la veille de l’attaque de Jendouba, commis à quelque 300 mètres seulement des frontières avec l’Algérie.

Pour ce responsable algérien, il n’y a aucun doute que la katiba Okba Ibn Nafaâ, activant sur le sol tunisien, et responsable de la plupart des attentats qui y sont commis, coordonne ses actions avec les groupes résiduels de l’Aqmi qui sont signalés à l’est du pays.

R. M.

Comment (11)

    lamari mehd
    16 juillet 2018 - 20 h 00 min

    Nettoyez vos Ecoles des islamistes,et des programmes religieux,nettoyez aussi vos mosquées des salafistes,fermez les ecoles coraniques…interdisez les predicateurs,qui ne sont que des agents des freres musulmans ou de l’internationale islamistes,et vous serez débarrassés du fléau islamiste….c’est la seule et unique solution..il n’y en pas d’autres

    6
    1
    Anonyme
    16 juillet 2018 - 18 h 45 min

    Et nous ? Pourquoi pendant les années de terrorisme, les Tunisiens n’étaient pas à nos cotés, quand les terroristes semaient la mort ? Pourquoi demander l’expertise algérienne en matière de lutte contre le terrorisme quand on a osé craché sur une armée nationale qui ne faisait que son travail de protection de la nation algérienne ? Et nous ? Pourquoi les Tunisiens n’étaient pas à nos cotés ? Pourquoi devrions-nous être à leurs cotés ?

    6
    2
    Plus d'initiatives !!!
    16 juillet 2018 - 14 h 34 min

    Bonne initiative, TANT QUE LE MOSSAD ne s’y infiltre pas, tout est bon pour ce débarrasser de leurs terroristes !!!

    2
    1
    Nasser
    16 juillet 2018 - 14 h 16 min

    Les tunisiens sont comme l’ensemble de nos voisins: ils ne veulent que prendre, jamais donner. Les tunisiens voient dans les algériens des moutons à tondre et se plaignent aujourd’hui de subir une infime partie de ce que l’on a supporté des années durant. Elle était où la solidarité tunisienne? Ils nous traitaient de terroristes et même maintenant ils disent que les criminels sont des algériens. L’affaire du tourisme ne suffit elle pas comme leçon? Les algériens n’ont pas d’amis. Quand comprendront ils ?

    16
    3
    Gatt M'digouti
    16 juillet 2018 - 11 h 36 min

    On n’avait pas parlé d’une base américaine en Tunisie?

    16
    2
    issam
    16 juillet 2018 - 11 h 27 min

    Je comprends pas TunisieSecret révèle dans son édito du 31 Août 2013 que le gvt tunisien a autorisé une base américaine dans le sud tunisien et que l’Algérie devrait aider la Tunisie dans sa lutte contre le terrorisme.Y a quand même un lien de cause à effet .Dans quoi on va s’embourber ?

    8
    2
    chaoui04
    16 juillet 2018 - 11 h 25 min

    Les gros efforts économiques et sécuritaires seront à la charge de l’Algérie.
    Les vaniteux h… qu’ont ils comme passé et lutte terroriste comparés aux Algériens.A mon avis il ne faut pas leur faire confiance ,dés que le vent tourne en leur faveur ils nous trahiront pour le dernier des pays occidentaux..WARNING.

    13
    2
    Sloom
    16 juillet 2018 - 9 h 57 min

    La coopération militaire n’est qu’une facette. Suis de l’économie où nous sommes des ennemis.
    L’effort est trop important pour alger,
    Chacun se doit de se renforcer.

    7
    3
    Raselkhit
    16 juillet 2018 - 9 h 07 min

    Un très grand bravo à l’ANP pour sa collaboration avec ses voisins Un exemple réel de coopération contraire du néocolonialisme de G5 Sahel Le dernier acte de M.Le Ministre de l’intérieur Algérien avec le Niger (encore un voisin) avec qui la coopération fonctionne malgré les attaques de certain médias main stream (C’est à dire les services Occidentaux) Ce type d’information mériterait une analyse un peu plus profonde

    4
    9
    Anonyme
    16 juillet 2018 - 7 h 26 min

    La Tunisie et l Algerie sont candamnes a pousser leur cooperation dans tous les domaines,ce n est plus un voeux mais une necessite et une demande expresse des deux peuples qui sont tres proches l un de l autre.
    Il faut faciliter tous les echanges entre les deux pays et abattre toutes les frontieres pour faciliter davantage la liberte de circulation des personnes,des investissements et des echangent commerciaux entre les deux pays…
    et pourquoi pas une force commune d intervention rapide munie de tous les moyens modernes et sophistiques.
    La securite et la stabilite de la Tunisie c est la securite et la stabilite de l Algerie.Le centre d operations mixte n est que le debut….le reste dependra de la volonte des deux pouvoirs en place

    6
    16
      Bouzorane
      16 juillet 2018 - 21 h 06 min

      Et puis quoi encore!!
      On ne veut rien de tout ça. On veut juste défendre l’Algérie.
      Il n’y a que les terroristes qui se sentent proches avec les terroristes d’autres pays.
      Nous, nous ne nous sentons proches de personne, sauf de nos propres compatriotes.
      Les terroristes ont vocation à être exterminés, surement pas à être imités!
      Eux fantasment sur leurs frères d’au delà des frontières. Nous, nous n’avons pas de frères hors de nos frontières, seulement des intérêts.
      Les algériens sont proches…. des Algériens
      L’ami de mon ennemi est mon ennemi.
      L’ennemi de mon ennemi n’est pas forcément mon ami.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.