Protestations au Sud, Benchérif et colère à Djelfa : ce qu’en dit Ouyahia

Ouyahia Ouyahia Libye
Ahmed Ouyahia. New Press

Par Hani Abdi – Le secrétaire général du RND, Ahmed Ouyahia, a réagi aux protestations enregistrées dans certaines wilayas du sud en affirmant que «l’émeute ne règle pas les problèmes du sud». Le premier du responsable du RND estime qu’il y a d’autres voies offertes aux populations pour poser leurs problèmes.

Ahmed Ouyahia a dénoncé dans ce sillage l’empêchement d’un événement artistique dans la wilaya de Ouargla, considérant que «le chômage n’est pas une raison pour priver des citoyens d’un concert». Il s’agissait d’un concert musical organisé avec des artistes algériens empêchés par un groupe de personnes, visiblement islamistes, au nom du sous-développement de la wilaya de Ouargla.

«Le chômage existe partout en Algérie, de In Guezzam à Hussein-Dey. Il n’est pas le propre d’une région», a-t-il enchaîné, regrettant ainsi ce qui s’est passé à Ouargla.

Le SG du RND a en outre précisé que les protestations qu’a connues la wilaya de Béchar étaient dues au refus de la population d’une liste de bénéficiaires de logements sociaux. «Mais le rejet ne doit pas s’exprimer de manière violente dans la rue en cassant des infrastructures», a-t-il averti.

Ahmed Ouyahia a, par ailleurs, dénoncé l’agression d’une délégation ministérielle conduite par Nourreddine Bedoui à Djelfa pour présenter les condoléances du gouvernement à la famille du défunt, le colonel Ahmed Bencherif. Pour Ahmed Ouyahia, ce qui s’est passé à Djelfa n’était que l’expression de quelques jeunes et ne reflétait pas l’avis ou la position de la famille du défunt.

H. A.

Comment (19)

    Anonyme
    1 août 2018 - 11 h 55 min

    Ouyahia complice avec Ould Abbés,Ould Kaddour et l’usurpateur du FCE Haddad.

    Brahms
    31 juillet 2018 - 6 h 42 min

    La vérité n’est jamais bonne à dire. Ce Monsieur a carrément dévalué le dinar algérien avec le recours à la planche à billets. Il pense qu’il va payer les dettes du pays en imprimant des billets (ad vitaernem) c’est à dire à vie. Soyons sérieux une minute. Le pétrole ne montera plus à 140 dollars le baril pour payer ses dettes.

    2
    1
    Garde-à-vous!
    30 juillet 2018 - 16 h 59 min

    Du temps de Boumediene le grade de Général dans l’armée n’existait pas. Il n’y avait qu’une dizaine de colonels. Quand on lui demandait pourquoi il ne créerait pas le grade de général, il répondait par cette boutade: « Le problème en Algérie est le chômage qui, lui, est général ». Dès sa disparition, Chadli bien conseillé par Belkheir et les autres, créa le grade de général. 30 ans après, le chômage sévit toujours et se trouve renforcé par les derniers limogeages

    5
    7
    Anonyme
    30 juillet 2018 - 16 h 10 min

    Pourquoi ne pas dire M. le 1er ministre que l’Algérie se privatise avec des magouilles au su et au vu de tout le peuple .

    8
    3
    Anonyme
    30 juillet 2018 - 14 h 45 min

    Si on est objectif, Ouyahia quoi que l’on dise est une homme d’Etat, il dit au moins des choses qui ont du sens contrairement à Ould abbes du FLN qui est la risée du monde politique Algérien qui ne parle que pour faire rire la galerie et un Président invisible et silencieux. Il est Présidentiable et sur une échelle de 1 à 10 (10 étant le niveau de compétence par rapport au personnel politique connu et actuel), je le noterais 7.

    6
    15
      Zefzef
      30 juillet 2018 - 15 h 20 min

      @Anonyme 30 juillet 2018 – 14 h 45 min , ha ha ha ha ha ha , Ouyahia homme d’Etat !! haa haa haa , mort de rire !

      10
      9
        Anonyme
        30 juillet 2018 - 17 h 38 min

        @Zefzef, je ne comprend ce que tu écris, tu dois etre limite intellectuellement et/ou bègue ? Essaie d’argumenter! Mon propos est de dire qu’entre un Presudent invisible et inaudible et représentant du FLN qui est au ras des pâquerettes ( gloire à nos vrais martyrs du FLN). Ouyahia n’est pas plus mauvais. Il est sur celui qui ne fait rien ne prend pas de risque de se faire critiquer

        8
        6
    Neva
    30 juillet 2018 - 11 h 15 min

    No comment !

    1
    9
    Cheikh Hamdane
    30 juillet 2018 - 9 h 45 min

    Ya Si Ahmed il faut d’abord remplir le ventre pour qu’il dit à la tête de chanter.  » Ki el kerch tachbaâ tgoul lerrass Ghanni » Merci de votre compréhension.

    15
    5
    Anonyme
    30 juillet 2018 - 9 h 38 min

    Le premier responsable et le seul par une politique sociale et économique désastreuse durant 20 ans est le président. Ouyahia est l’arbre qui cache la forêt. Mais reconnaissons que sur le fond il a raison, on ne peut pas tout casser et subir l’anarchie à chaque fois que l’on a un problème et/ou on est en désaccord. La présidence et la gouvernance de ces dernières 20 ans a été un désastre, le populisme, la dépense et les subventions ne font pas une politique économique et social harmonieuse seul la création de richesse hors hydrocarbure peut nous sortir de ce marasme mais le locataire actuel de Mouradia en est pas capable. Il n’est pas outillé intellectuellement pour mener à bien ce changement / transformation qui est la modernisation de notre pays. Avec un logiciel politique arrêté aux année 1970, on ne pourra jamais avancé, depuis ces années plusieurs révolutions économiques, sociales ont été faites alors que par exemple l’on nous bassine avec l’industrie automobile à l’énergie fossile qui est une industrie encours de déclin. La Chine est déjà passée par l’industrie automobile électrique: transports, taxis,…. et tout ça robotisée!!! De plus les citoyens voient bien le niveau de corruption dans le pays et les enrichissement mafieux des prédateurs qui tournent autour de la présidence et autres clans alors que les énergies fossiles sont puisées dans leurs régions et ils ne bénéficient pas du minimum, c’est un scandale d’Etat et une faute politique de ne pas avoir anticipée.

    23
    1
    co5
    30 juillet 2018 - 9 h 31 min

    « en cassant des infrastructures» » cela confortera les prédateurs des régions et du pays ???

    23
    14
      Anonyme
      31 juillet 2018 - 11 h 00 min

      Pourquoi les Algériens ne peuvent ils pas protester sans tout casser sur leur passage ?

    elhadj
    30 juillet 2018 - 9 h 30 min

    l on aurait souhaite que le premier responsable de l exécutif, charge de veiller en premier lieu sur le bon fonctionnement des institutions républicaines si tant elles appliquent impartialement les lois et règlements,dont il a la charge de nous donner des explications franches sur cette scabreuse affaire cevital qui n est pas de nature a inciter l investissement notamment Etranger au vu des blocages décidés dans l opacité par des décideurs au demeurant inconnus de l opinion publique.malgré les réactions répétées de la société civile qui relève avec tristesse et un certain désarroi sur cette méthode révoltante de gestion de cette affaire en raison d une absence totale et inexpliquée des ministres concernés, des élus de la nation, des pseudo organismes socioprofessionnels est pour le moins troublante et a laquelle le dernier des citoyens , la considérant comme une injustice inacceptable ,voudrait connaitre les raisons de ce blocage qui non seulement permet le développement d une région mais aussi créateur d emplois d autant .a moins qu il y aurait un exécutif bis occulte qui ,sans aucune légitimité décide dans l opacité et sans qu aucune institution de la république notamment la justice ne puisse intervenir pour la dénouer et de ce fait l image du pays est fortement abîmée et la confiance citoyenne largement affectée.quand même par respect au peuple l information doit circuler.

    16
    1
    jokerpic
    30 juillet 2018 - 9 h 18 min

    quand les concession pour la production ne sont pas octroyer aux investisseurs pour créé de l’emploi dans le plus vaste pays d’Afrique il faut se poser des question? que font les pouvoirs publics pour le développement des zones industrielles ? rien du tout pour exemple 3000 dossiers sont en attentes a la wilaya de tipaza pour produire si chaque entreprise crée 50 emplois ça fait 150.000 postes de travail. imaginé d’autres régions.
    Notre gouvernement n’est pas a la hauteur il faut des jeunes issus des grandes écoles mondiales pour chambouler cette état d’esprit statique qui ne fait aucune action de développement juste gérer les affaires courantes .Il faut proposer aux jeunes des micros projets d’avenirs et arretter de faire que du sociale sans retour d’investissement .comme ça on va droit au mur

    17
    Anonyme
    30 juillet 2018 - 7 h 03 min

    Celui qui a mangé du foin il risque de se brûlé un jour,tot ou tard vous allez être arrêtée et jugé pour le mal causés à la nation Algérienne et son peuple,le pays le plus riche du continent n’arrive même pas à soigner ses malades,vous ne craignez ni l’histoire,ni la population,ni Dieu et même vos cheikhs Zaouïa

    25
    11
    Anonimi
    30 juillet 2018 - 6 h 48 min

    Ouyaya est fidèle à lui-même : langue de bois, chita, aller toujours dans le sens du vent.
    Alors qu’il faut prendre ces manifestations au sérieux et ne pas les imputer aux seuls chômage des jeunes et à la mal vie le pouvoir opté pour la démagogie et la politique de l’autruche. Pourquoi ces événements ont lieu uniquement au Sud du pays alors que tous les Algériens souffrent des mêmes maux ? Là est la problématique qu’il faut prendre au sérieux avant que ce ne soit trop tard.

    21
    3
    Anonyme
    30 juillet 2018 - 3 h 07 min

    Génial ! La langue de bois de Ouilleyaya sait merveilleusement prendre la tangente. Ni solutions, ni réponses au problèmes épineu du chômage des jeunes Algériens. Les bougres du sud peuvent attendre et longtemps, pour pouvoir espérer de voir une véritable issue à leurs problèmes. Encore une fois,le chômage, le manque d’eau sous une chaleur de 50%, le déni total pour les populations du sud ne sont ni le problème de l’État, ni ceux d’Ouilleyaya. Celui ci est beaucoup plus branché par Lotfi Ouillyaya, ses vacances sur les belles plages des Bahamas,et le business familial.
    Ouillyaya a raison, le chômage est partout, et il s’en fout royalement.
    De toute façon pourquoi s’en inquiéter? Lotfi,lui n’est ni à Djefa,ni à Ouargla.
    Il est bien à l’abri de tout,près de papa à Sidi Abdellah, ou aux Bahamas,les pieds dans l’eau près de mama. Et le business ? Ah!pas de problèmes, les esclaves de bureaux s’en occupent, c’est pas pour rien qu’ils sont bien payés ! La vie est belle,mais ces gens aux chômage là bas, loin de Sidi Yahia (le quratier huppé de Kouba) nous gâchent ce plaisir.
    ———————
    Il faut un cataclysme pour mettre fin à toutes cette injustice,et à toutes ces inégalités.

    21
    13
    PREDATOR
    30 juillet 2018 - 0 h 33 min

    ON VEUT ATTISER LE FEU AU PAYS
    MEFIANCE

    27
    19
    Felfel Har
    29 juillet 2018 - 23 h 56 min

    Que les gens de Djelfa se rappellent que Hamou Amirouche, le dernier secrétaire particulier du Colonel Amirouche (Allah yerhamhoum) a été enterré dans le cimetière de son village natal à Tazmalt, dans la vallée de la Soumam, dans l’indifférence totale de l’Organisation des Anciens Moudjahidine, de leur ministère et de ceux qui se revendiquent d’un soi-disant passé révolutionnaire qu’ils sont les seuls à connaître. Le sage Nigerian Wolé Soyinka, prix Nobel de Littérature en 1986 a déclaré « the tiger does not have to show his tigritude… » (Le tigre ne proclame pas sa tigritude). Nos héros ne meurent pas, ils ne font que nous quitter. N’honorons donc qu’eux!

    30
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.