Mort-né remis dans une boîte : les services de la santé s’expliquent

mort-né Oran EHU
Le ministre de la Santé et de la Réforme hospitalière, Mokhtar Hasbellaoui. New Press

L’enquête enclenchée par la Direction générale de la santé et de la population suite à la diffusion d’une vidéo montrant des employés de la morgue de l’EHU «1er-Novembre» d’Oran remettre un bébé mort-né à son père dans une caisse en carton, a été clôturée sans infliger une sanction contre l’établissement en question.

Le chargé de communication de la Direction locale de la santé et de la population, Youcef Boukhari, a indiqué dans une déclaration à l’APS que la commission d’enquête composée d’éléments de la Direction générale de la santé et de la population et de la Direction locale, a été clôturée sans inculper les employés de la morgue. «Il s’agit d’une affaire qui a été gonflée par les réseaux sociaux», a-t-il estimé, ajoutant que l’enquête «a remis l’histoire dans son contexte, dont la vidéo l’avait complètement sortie».

A l’EHU d’Oran, les différents responsables sont unanimes à dire qu’«il n’y a pas eu d’erreur», expliquant que «les bébés mort-nés sont transportés dans des boîtes en carton dans tous les établissements sanitaires d’Algérie et même d’ailleurs».

Le Directeur général de l’EHU, Dr Mohamed Mansouri, a fait savoir que deux éléments sont à retenir dans cette affaire : «En premier lieu, le transfert des bébés décédés de la maternité à la morgue dans des caisses en carton – des boîtes de médicaments en général- s’explique par un souci de discrétion, car porter un bébé mort, enveloppé dans un linceul ou mis dans un cercueil, peut choquer les mamans qui viennent accoucher». «Deuxièmement, très peu de familles réclament les bébés mort-nés que l’hôpital se charge d’enterrer», a-t-il souligné, ajoutant que le personnel de la morgue «ne s’attendait pas à voir le père venir chercher la petite dépouille.»

Le chargé de communication de la Direction locale de la santé et de la population a indiqué, pour sa part, que la vidéo publiée par le père du bébé «ne montre qu’une partie de la scène et que les vidéos de la caméra de surveillance (de l’hôpital) dévoilent que ce dernier a volontairement provoqué les employés de la morgue, proférant des insultes, ce qui explique une certaine agressivité de leur part.»

A la morgue, la surveillante générale, qui a fait visiter les lieux à la journaliste de l’APS, a souligné que «les cercueils, ce n’est pas ça qui manque ici. Nous avons une cinquantaine en stock. Mais nous ne pouvons les utiliser pour le transfert entre la maternité et la morgue. Ça risque de choquer les femmes présentes dans le service».

«Les petits cercueils, des dons de bienfaiteurs pour la majorité, sont réservés aux parents qui résident hors wilaya. Ceux qui habitent la ville ramènent eux-mêmes de quoi transporter les bébés, des couvertures en général», a-t-elle déclaré.

Les employés de la morgue, quant à eux, disent travailler dans «des conditions difficiles», souvent exposés aux «foudres des familles endeuillées».

R. N.

Comment (20)

    Anonyme
    2 août 2018 - 9 h 38 min

    Avec sa tache sur le front gage de son accès aux premières loges du paradis et son regard envieux vers ses 72 vierges,n’augure rien de bon pour la santé des croyants.

    Aguellidh
    2 août 2018 - 4 h 13 min

    Ce Ministère a une tache noire sur son front signe révélateur que sa place au paradis est assurée pendant que l’enfer brûle les citoyens dans ses hôpitaux. Dieu entendra mieux les souffrances et les douleurs du peuple lorsque le plus grand minaret de la planète poussera les cris d’une Algérie qui voyage dans le passé, sur un bateau de cocaïne avec son peuple hchaychi qui mange la viande halal importée du Brésil à le goût de aboudjerra soltani et de Kamel el bouchi avec la même tache noire que le ministre de la SONTE.

    2
    1
    malik
    1 août 2018 - 23 h 43 min

    il met le médaillon au front pour montrer aux gens qu’il a peur de Dieu. pffffffffffffffffffff fakou

    Chibl
    1 août 2018 - 23 h 17 min

    Le mort né est sur la photo de l’article.

    Anonyme
    1 août 2018 - 18 h 40 min

    Possible que ces responsables se sont inspirés de l’histoire du prophète MOISE.
    La mère de Moise a mis son bébé ( Moise) dans une corbeille au bord du NIL.
    Chez nous dans une boite.

    6
    3
    Bouzorane
    1 août 2018 - 18 h 07 min

    En 2003 déjà, on rapportait les mauvais comportements subis par les victimes du séisme de Boumerdes, de la part de ceux qui étaient sensés leur venir en secours!
    Des malheureux qui avaient tout perdu, famille et biens, étaient traités avec indélicatesse.
    On leur faisait sentir qu’ils étaient redevables à ceux qui leur distribuaient une simple bouteille d’eau, une baguette de pain, une couverture,…!!
    Les Algériens ont été traumatisés par des siècles de violence et de domination étrangère.
    Notre peuple a souffert et souffre encore des effets post-traumatiques de l’occupation étrangère
    Des traumatismes persistants qui se transmettent de génération en génération et nous poussent à reproduire et entretenir la violence entre nous.

    16
    2
    Anonyme
    1 août 2018 - 17 h 20 min

    De la viande à la cocaïne
    Du Jus à l’urine
    La viande des ânes à volonté
    Le bébé est dans une boite
    le salafisme ronge notre cerveau
    4 5 6 viva le menu de nangiri

    13
    7
    Bouzorane
    1 août 2018 - 17 h 04 min

    « L’enquête enclenchée par la Direction générale de la santé et de la population.. »!!!
    Ils auraient mieux fait de ne pas l’enclencher, cette soi-disant enquête!!
    Les explications sont encore plus cruelles que le geste lui-même!!
    Et ils osent critiquer «les foudres des familles endeuillées»!!!!

    12
    2
    le niveau
    1 août 2018 - 13 h 52 min

    Le Directeur général de l’EHU, Dr Mohamed Mansouri, a fait savoir que deux éléments sont à retenir dans cette affaire : «En premier lieu, le transfert des bébés décédés de la maternité à la morgue dans des caisses en carton – des boîtes de médicaments en général- s’explique par un souci de discrétion, car porter un bébé mort, enveloppé dans un linceul ou mis dans un cercueil, peut choquer les mamans qui viennent accoucher»

    8
    13
    benkaddour
    1 août 2018 - 13 h 15 min

    Je rajoute une précision à l’écrit de KASSAMAN: en plus de ce qu’il rapporte, les parents sont pris en charge psychologiquement par un personnel aimable, compatissant et réconfortant pour les aider à supporter la perte de leur bébé mort né que la loi considère depuis quelques année comme un être humain à part entière, ce qui n’était pas le cas. Cela pour permettre aux parents de faire leur deuil. Mais cela ce passe dans des pays qui respectent la dignité humaine.

    19
    3
    respect
    1 août 2018 - 10 h 49 min

    Déjà ils ne respectent mêmes pas les vivants alors comment voulez-vous qu’ils respectent les morts.

    Lorsque ceux qui commandent ont perdu la honte, ceux qui obéissent perdent le respect.
    Celui qui n’a pas du respect pour lui-même n’a pas droit d’en exiger des autres.
    Le respect est la première règle d’une bonne conduite.

    38
    2
    Anonyme
    1 août 2018 - 10 h 34 min

    Le ministre de la santé avec son médaillon frontal de la piété comme Al-Sissi n’inspire pas confiance .Je ne confierais pas ma santé à de tels individus .

    28
    4
    Anonyme
    1 août 2018 - 10 h 17 min

    Voila pourquoi le pouvoir a , tant ,peur des reseaux sociaux. Par cette affaire, j’ai appris comment on traite des morts-nes dans les hopitaux, c’est horrible. Que des boites puissent servir entre la maternite’ et la morgue, c’est acceptable, mais que le bebe’ soit remis a ses parents dans une boite en carton , c’est inimaginable, car une couverture petite peut servir. Il faut reconnaitre que ces enqueteurs se sont positionnes du cote’ des institutions , au lieu de mettre le doigt sur la plaie. Dans ce monde immonde, l’opacite’ des actes laissent , souvent, les parents desarmes.

    25
    5
    Anonyme
    1 août 2018 - 9 h 34 min

    Les réseaux sociaux sont devenus des dépotoirs sociaux incontrôlés…

    10
    25
    BISKRA
    1 août 2018 - 7 h 10 min

    Bonjour, les parents ont de la chance d’avoirleur enfants nés mort. En occident et essentiellement en France, les enfants nés morts ne sont jamais remis à la famille. Souvent ils les jettent des les ordures des dechets medicaux et les enfants duent à l »avortement les membres sont vendus et les embryons sont utilisés dans les produits cosmétiques comme par exemple les crèmes anti-ride.

    8
    37
      Paris
      1 août 2018 - 9 h 15 min

      n’importe quoi! en France, ils est interdit de vendre des produits humains… et encore moins de jeter des bébés aux ordures!
      Seule l’Algérie est aussi cruelle pour remettre des bébés dans des boites de médicaments… Espérant qu’il arrive la même chose à leur enfant pour que vous puissiez comprendre!
      A tous les coups, ils mettent les bébés mort nés dans des boites de médicaments pour détourner l’argent et aller faire jeter l’argent par les fenetres sur les champs élysée

      29
      9
      Chibl
      1 août 2018 - 10 h 19 min

      tu es serieux? en France ont jette des bebes mort nés dans les ordures? je pense que c’est la chaleur de Biskra qui te monte a la tete.

      29
      8
      Kassaman
      1 août 2018 - 11 h 27 min

      En France le sort des enfants morts-nés dépend de leur âge.
      en dessous de 22 semaines d’aménorrhée ils sont traités comme « déchets organiques » et l’hôpital les récupère pour incinération.
      Au delà, les parents ont le choix de garder le corps pour inhumation et inscription sur le livret de famille mais ça n’est pas une obligation et dans le cas contraire le bébé est considéré comme déchet organique et incinéré.
      Mais en aucun ils ne sont jetés dans les ordures ou revendus!

      24
      Anonyme
      1 août 2018 - 13 h 18 min

      Ici, on n’a pas de chance de lire des textes de gens qui, comme vous, disent n’importe quoi.
      Face à la peine et au malheur des gens c’est avec dignité et respect que, dans un pays civilisé, on devrait manifester son opinion. L’occident, la France, que sais-je encore… qu’est-ce que cela à voir avec ce fait pénible.

      18
      2
    salim31
    31 juillet 2018 - 23 h 33 min

    y a beaucoup de manipulation dans cette mode de « la video » _c est le mode gestion par les reseau sociaux maitenant nimporte qui peut licencie des gens les faire emprisonne uniquement par des sequences bien choisis en piegant leur victime _meme le pays est fragilise par les video de smartphone regarder comment les subsahariens font le.chantage de la future video au moindre menace d expulsion_dans ce cas precis le parent doit s explique devant la justice en tout cas il faut reglemente cette anarchie

    15
    20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.