Béjaïa : le citoyen tabassé par un «parkingueur» succombe à ses blessures

parking citoyen
A quand une prise de conscience effective et une prise en charge réelle de ce phénomène ? D. R.

Par Hani Abdi Le citoyen passé à tabac par un gardien de parking dans la ville côtière de Souk El-Tenine, dans la wilaya de Béjaïa, a succombé aujourd’hui à ses graves blessures après plusieurs jours d’hospitalisation au CHU Khelil-Amrane.

Ce trentenaire, venu de Oued Souf passer des vacances dans cette ville balnéaire, a été agressé pour avoir refusé de payer 200 DA à un gardien de parking sauvage. Depuis le jour de son agression, le 1er août, sa famille dormait dans le parking du CHU. «Heureusement que des habitants du quartier du CHU se sont mobilisés et leur ont apporté l’assistance nécessaire», a relevé le député indépendant de Béjaïa Brahim Bennadji, qui a dénoncé cette absence anormale des autorités locales.

Saïd Salhi, vice-président de la Ligue algérienne des droits de l’Homme (LADDH), a, de son côté, dénoncé cette grave agression qui a coûté la vie à un citoyen. «Dommage, un ‘’parkingueur’’ est normalement là pour assurer votre sécurité mais, chez nous, un parkingueur est là pour vous menacer et vous arnaquer. Et vous êtes obligé de prendre la tangente par peur de représailles et d’attaque contre vous, votre famille ou votre voiture…», a-t-il écrit sur sa page Facebook.

Pour ce défenseur des droits de l’Homme, ce qui s’est passé à Béjaïa «doit interpeller tout le monde, les pouvoirs publics en premier lieu, mais toute la société qui n’arrive pas à faire respecter la loi et, surtout, à protéger le citoyen du diktat des barons des plages et des parkings, et aussi des parkingueurs barbouzes».

Saïd Salhi affirme que ce n’est pas la première victime du genre. «Chaque année, selon lui, on déplore des victimes à l’échelle nationale, des citoyens agressés dans la rue pour avoir stationné dans des espaces squattés et transformés en parkings payants de force à des prix exorbitants… le tout hors du contrôle et devant les yeux des pouvoirs publics». «Malgré les annonces et mises en garde des pouvoirs publics, la situation de non-droit perdure au risque de menacer même la cohésion nationale et la paix civile», prévient-il.

«Le citoyen désarmé se sent de plus en plus abandonné et sous l’emprise de la menace omniprésente. Plus jamais ça. Le droit qui est une question de culture et de civisme doit régner, dans le strict respect du droit et de la dignité des personnes. Mais cette situation ne peut perdurer», a-t-il souligné, appelant «les pouvoirs publics et agents chargés de l’application de la loi à assumer leurs responsabilités» et «les autorités et collectivités locales à réglementer les espaces et les activités».

H. A.

Comment (20)

    Anonyme
    8 août 2018 - 12 h 24 min

    ya khassara ala bladi, venu du sud pour découvrir les belles plages du nord, il repart les pieds devant. Conséquences, le ministre de l’intérieur ainsi que le premier ministre devraient rendre le tablier pour avoir fauté, l’Etat ésté devant les tribunaux, pour non assistance à personne en danger de trépas. sincères condoléances à la famille.

    4
    4
    Vangelis
    8 août 2018 - 8 h 02 min

    Inutile d’espérer une prise de conscience et encore moins une prise en charge de ce phénomène.

    Si on devait faire l’inventaire des carences et de l’inexistence de l’État il y aurait beaucoup à dire.

    L’État, donc le régime, est constitué par des pontes qui ne font rien pour le bien général. La police, l’armée, et l’ensemble des services de sécurités ont été montés et pourvus de tout afin de protéger la nomenklatura et pas les citoyens.

    L’État, donc le système, s’est pourvu d’une administration qui bloque l’Algérie et met les citoyens en situation de demandeurs alors que ces ronds de cuir, sous d’autres cieux, sont là pour servir le citoyen. Les walis, maires et autres sous fifres ne bougent pas le petit doigt pour stopper ces dérives mortelles consistant à mettre les citoyens en situation de danger face à des malfrats de tout acabit.

    L’État, donc le pouvoir, laisse filer ce type de dérives outre les manifestations islamistes sans compter l’informel en tout domaine afin d’accaparer les algériens par ces carcans qui les détournent de la réalité de la situation du pays et souvent de la leur propre.

    Tout est fait pour laisser le pays végéter dans la médiocrité, l’insécurité et les souffrances et pendant ce temps, on fait le bilan des  » réalisations  » de fakhamatouhoum comme si celui-ci allait tout régler. L’esbroufe et le mensonge des caciques de ce pouvoir-régime-système font que les algériens sont toujours bercés d’illusions pendant qu’il met la main sur le pays comme un colonisateur qui ne pourra plus être chassé.

    6
    4
    Mohamed
    8 août 2018 - 0 h 27 min

    Qu’Allah accorde sa clémence, sa miséricorde au défunt, qu’il l’accueille dans son vaste Paradis et donne la force à ses parents et à sa famille et la patience pour affronter cette épreuve.

    Tout a été BIEN dits dans vos sincères interventions pertinentes, que pourrai-je rajouter de plus dans ces circonstances dramatiques, sauf une pensée pieuse pour le défunt et de la compassion pour ses parents, sa femme et ses enfants, une vie a été arrachée par des barbares sans loi ni foi…
    حسبي الله ونعم الوكيل

    6
    4
    Solodz
    7 août 2018 - 23 h 18 min

    Allah yarahmou ou ayessaber ahlou , pagaille organisée, rapine, un ministre d’état claironne que les plages sont gratuites, qu’il me montre UNE ou je peut aller avec ma famille en toute sécurité , je le met au défi !!! le littoral d’Alger est accaparé , 1200 da pour acceder a une plage qui jadis appartenait au peuple , et ce n’est qu’une facette du mal ou plutot des maux qui nous rongent.

    11
    4
    africus
    7 août 2018 - 23 h 05 min

    A force de tout voir l’on finit par tout supporter
    A force de tout supporter l’on finit par tout tolérer
    A force de tout tolérer l’on finit par tout accepter
    A force de tout accepter l’on finit par tout approuver !
    Saint Augustin évêque d’Hippone…

    15
    4
    Gatt M'digouti
    7 août 2018 - 22 h 28 min

    Si pour un parkingueur wlid lahram qui s’est adjugé une rue de la ville, la vie humaine ne vaut même pas 200 DA, Que vaut la vie pour nos gouvernants qui se sont adjugés toutes les richesses de l’Algérie???
    Demain pour rentrer chez moi il va falloir que je paye un cerbère devant l’entrée de l’immeuble? ou payer pour la protection de mes filles?
    Il nous faut réagir ! au diable la menace des islamistes ! au diable le printemps arabe !
    C’est grave ! c’est la descente aux enfers ! la peur doit changer de camp !!!!
    L’Algérie n’appartient à personne !
    Faudra t’il une pétition à l’ONU pour dénoncer un peuple en danger?

    19
    8
    anonymette
    7 août 2018 - 22 h 13 min

    « Dommage, un ‘’parkingueur’’ est normalement là pour assurer votre sécurité mais, chez nous, un parkingueur est là pour vous menacer et vous arnaquer. Et vous êtes obligé de prendre la tangente par peur de représailles et d’attaque contre vous, votre famille ou votre voiture…», a-t-il écrit sur sa page Facebook. »
    ??? moi, pas comprendre : parkingueur c’est n00rmaaal, c’est un métier comme les autres ???? voilà bien là un exemple type d’abrutissement que l’on subit en Algérie !
    il n’existe pas de ‘parkingueur’ ailleurs qu’en Algérie, d’une, ailleurs dans le monde civilisé bien sur, les parkings sont des infrastructures réglementés gérés avec sérieux et confiance par des employés tout à fait ordinaires.
    de deux : les ‘parkingueurs’ sont des individus fainéants et violents qui ont décidé de gagner de l’argent tout simplement en squattent le domaine public et en imposant des tarifs aux gens qui se garent là sous peine de s’en prendre à leurs biens voire à leur intégrité physique : l’exemple navrant de ce courageux vacancier réfractaire au racket en est la preuve manifeste !
    de trois: l’État est le premier et le seul responsable de cette prise d’otage inadmissible et complètement surréaliste des citoyens par les voyous du stationnement ! l’État a failli dans sa mission de gestion de l’espace dont il a la charge , l’espace public, l’espace qui appartient à tous et donc par définition qui ne peut appartenir à personne et encore moins être géré au profit exclusif d’un quelconque auxiliaire improvisé !
    ! l’État en abandonnant ce pan de ses prérogatives a coopté le racket, la terreur et la violence dans nos villes et banlieues , car chaque trottoir, chaque friche, chaque terrain vague est une aubaine pour cette frange de jeunes gens désœuvrés et rebelles
    J’aimerai qu’après cet assassinat ignoble, l’État enfin réagisse et qu’il interdise cette pratique , que nos rues redeviennent le bien de tous, que nos trottoirs ne soient plus personnalisés par je ne sais quel carrelage assorti à la salle de bain du riverain et que les voitures n’y soient plus à la place des piétons ! au nom de tous ces pauvres gens pris en otage et terrorisé par la vermine , l’État doit réagir maintenant sur tout le territoire national !

    12
    4
      Sid
      8 août 2018 - 15 h 38 min

      Je ne sais par où commencer afin d’exprimer mon désarroi, ma frustration ou mon désespoir sur les conditions de vie dans notre pays. Comme j’aurai supporté les commentaires de nombreuses bonnes gens, je m’associe à leurs peines, et présente aussi toutes mes condoléances à la famille du défunt. Nul ne mérite de témoigner de telles agressions (physiques, morales et même spirituelles) dans cette Algérie où la justice n’est que sur papier, l’état n’est présent que pour la démagogie et où la comptabilité de soi-même n’est que fiction. Nous assistons à deux réalités dans notre pays : la réalité (virtuelle, imaginaire, et démagogique) présentée par des politiciens aux profonds intérêts personnels, et la réalité que le peuple vit de jours en jours (vie préhistorique dans un monde moderne où les valeurs civiques sont inexistantes). Je ne veux pas me lancer à justifier ces points énumérés que vous déjà connaissez, ni à nous comparer à nos voisins que notre état diabolise en tout instant mais qui en vérité nous dépasse de loin (un voyage sans préjugés vous fera découvrir non seulement la beauté du pays, sa gastronomie mais beaucoup plus la bonté de son peuple). Personnellement, je suis arrivé à une seule conclusion qu’il n’ait qu’une seule beauté ou mocheté qu’est celle du « comportement humain » : la condition sine-qua-none à valoir la Virtue, la croyance spirituelle et la noblesse divine de laquelle nous sommes créés. Comme dans le monde entier, la corruption systémique et l’inégalité sociale se renforcent mutuellement. ….
      ….Quelle honte d’avoir un tel mépris envers notre peuple qui a tant souffert, un mépris envers notre diaspora de l’étranger qui est écartée de la vie politique mais qui en vérité de par son expérience n’est que notre diapason du monde extérieur! Les questions que je me pose est « Où allons-nous? », « Que faisons-nous? ». Nous sommes tous responsables de cette situation d’avoir laissé la médiocrité nous gouverner, et nous ne méritons que ce que nous avons désirée. Regardons-nous dans notre propre miroir et soyons honnête envers notre créateur afin que nous nous nettoyions de cette amertume qui a trouvé résidence dans notre cœur. Remettons en cause toutes nos autorités qui gagnent leurs vies sans le moindre effort. Remettons en cause ces Imams qui ont failli à leurs rôles de guides spirituels. Remettons nous en cause de ne pas avoir élevé nos stations à la noblesse dans laquelle nous avons été créées.

    Kassaman
    7 août 2018 - 22 h 09 min

    C’est une des choses qui paraissent anodines aux yeux de l’état mais qui est pourtant un poison dans le quotidien du citoyen.
    On se voit livré à l’arbitraire de parkingueurs qui décident finalement de notre liberté de mouvement. Cette pratique est un symbole criant du parasitisme qui gangrène l’Algérie, il faut une tolérance zéro face à ce phénomène.

    4
    4
    Anonyme
    7 août 2018 - 21 h 41 min

    Allah yrahmo.
    Voilà ce qu’est une société archaïque. On peut y mourir pour un parasol, pour une place de parking, pour avoir mangé pendant le ramadan, pour avoir manifesté pour demander ses droits…..
    Voilà ce qu’est une société où prendre une bière est plus grave que fumer un joint…..
    Pauvre Algérie. Cela aurait été un paradis sur terre !

    13
    5
    Alhambra75
    7 août 2018 - 21 h 03 min

    Que font les citoyens ? Ce peuple est horriblement démobilisé. Un concert de musique par contre est tellement méchant que des milliers de coco sortent crier leur « colère ».
    Si l’État veut réellement mettre fin à ces drames qui entachent considérablement l’image du pays et endeuillent de pauvres familles , l’equation est simple: faire comme au Mexique ou au Bresil, patrouiller avec des blindés et armes lourdes et abbatre sans sommation chaque voyou qui oserait reclamer un seul dinar à un citoyen.
    Ça nous fera beaucoup de criminels au moins et beaucoup de bons citoyens en vie.

    14
    4
    Anonyme outré
    7 août 2018 - 21 h 03 min

    Ne croyez pas que ces « parkingueurs » improvisés agissent sans parapluie ; ils sont organisés par quartier et sous le contrôle de fonctionnaires de l’état qui passent en fin de journée récupérer la cagnotte. c’est pour cela qu’ils se sentent impunis. La corruption et le gain facile ont gangrené tous les corps de l’état.

    10
    6
    Anonyme
    7 août 2018 - 20 h 20 min

    Tolérance zéro! Il doit être pendu haut et court et en public.Un exemple, la peur doit changer de camp. Nous héritons d’un Etat de non droit qui sont la conséquence d’une gouvernance de vingt ans du laxisme, le populisme, la médiocrité, l’incompétence et le manque de courage

    21
    15
    Amazighkan
    7 août 2018 - 19 h 35 min

    Ce parkingueur doit être jugé et sévèrement condamné, je souhaite que son jugement soit diffusé dans toutes les télévisions pour servir d’avertissements aux autres parkingueurs potentiels criminels. C’est à ce prix là qu’on cassera ce fléau qui ne cesse d’empoisonner la vie de paisibles citoyens.

    17
    18
    Anonyme
    7 août 2018 - 19 h 27 min

    Allah yestar, pas un jour on entend pas un crime commis ça et là. Le pauvre est venu rendre sa famille heureuse en lui offrant des vacances … Je brûle de chagrin pour ses enfants. Je m’incline etetllement devant la mémoire de ce défunt honnête à 100%. Béjaïa je ne la reconnaît plus moi qui y suis né. Les visages que je rencontre le font peur, aucune culture ni civilisation, n hospitalité connues jadis. Paix à son âme, j’ai des larmes aux yeux.

    18
    18
    Algerinonedroma
    7 août 2018 - 19 h 21 min

    Allah rahmou, paix à son âme, et honte aux autorités locales, wali de béjaïa, ministre de l’intérieur de lui-même, qui devrait éviter de se regarder dans une glace le matin, en 🇩🇿 les pertes de vie humaines sont devenues banales, une vie humaine ne vaut rien, complicité de meurtre, non assistance à personne en danger, à quoi servent les autorités locales, qu’elles s’inspirent des compétences des élus de pays développés et civilisés, c’est un rêve de voir un jour l’algérie débarrassé de ces hordes de barbares, de ces déchets sociaux nuisibles, allergiques à toute forme de développement et de civilisation, on ressent que du dégoût…..

    14
    18
    Anonyme
    7 août 2018 - 19 h 06 min

    Ce pouvoir mafieux a peur des islamistes,des voyous gardien de parking sauvage,des voleurs de l’argent public… Sauf des médecins,enseignants,démocrates et retraités , il leur mobilise toute la force de frappe de l’Etat et les réprime sans état d’âme .

    12
    20
    chark
    7 août 2018 - 18 h 56 min

    La solution est simple , réglementer et encadrer par la police la fonction de gardien de parking , réserver ces emploi aux personnes de plus de soixante ans , et les choses rentreront dans l’ordre naturellement !

    7
    21
    Slam
    7 août 2018 - 18 h 28 min

    L’Etat doit être poursuivi pour complicité de Meurtre. C’est quoi cette mafia de Parkingueurs ?? Dans les pays normaux un parking est équipé de machines qui horodatent les temps de stationnement en contrepartie d’une somme fixée à l’heure où à la minute. Chez nous on a affaire à des voyous armés de gourdins ou de couteaux. Sous l’œil complice de la police et de la gendarmerie. Mais c’est quoi ce cirque ???? Ils sont entrain de pousser les gens à la guerre civile.

    28
    18
    metek
    7 août 2018 - 17 h 26 min

    Ellah irehmou…de tout cœur avec sa famille et ses proches.
    Hadhi hiya djazayer el 3iza wa el karama de fakhamatouhoum, ca se passe dans l’un des pays les plus policés au monde, on va a la plage tranquillement avec sa petite famille et on revient dans un cerceuil…wine rayhine biha, ech del 3ar a3likoum

    35
    29

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.