Salim Yezza condamné à un an de prison avec sursis et 100 000 DA d’amende

condamnation de Yezza
Manifestation pour la libération de Salim Yezza. D. R.

Par Hani Abdi – Le tribunal de Ghardaïa à condamné aujourd’hui le militant de la cause berbère Salim Yezza à un an de prison avec sursis et 100 000 DA d’amende. La défense compte faire appel mais aussi saisir les rapporteurs de l’ONU sur la situation des défenseurs des droits de l’homme en Algérie.

Le procès s’est déroulé le 24 juillet dernier. Le parquet avait requis deux années de prison ferme et 100 000 DA d’amende contre le militant de la cause berbère Salim Yezza, poursuivi pour «incitation à la haine» et «appel à attroupement». Les faits pour lesquels il a été poursuivi remontent à 2014.

L’arrestation, le 14 juillet dernier, de ce militant de la cause berbère dans les Aurès a fait réagir les défenseurs des droits de l’homme et les activistes politiques. «Salim Yezza, natif de T’kout, a perdu son père la semaine dernière. Résidant en France, il s’est rendu en Algérie pour assister aux obsèques. A son arrivée, il avait été accueilli par une délégation de militants. A son entrée sur le territoire national, il ne lui a été signifié aucune poursuite à son encontre», a-t-on souligné dans une pétition lancée pour sa libération. Les initiateurs de cette pétition ont précisé que «c’est au moment d’effectuer la procédure inverse, de quitter le territoire pour retourner dans son pays de résidence, qu’un mandat d’arrêt lui a été opposé». «Comme nous tous, il a dénoncé la violence des nouveaux conquérants, les wahhabites dont le régime algérien craint les chefs et ignore les appels à la guerre civile», a-t-on relevé dans le texte de la pétition, rappelant dans ce sillage les «faits d’armes» de Mohamed Ali Ferkous qui «apostasiait les populations mozabites».

L’avocat de Salim Yezza, Zerguine Kouceila, avait plaidé pour la relaxe du mis en cause en l’absence de faits tangibles attestant les accusations pour lesquelles il a été arrêté et poursuivi.

H. A.

Comment (13)

    Anonyme
    8 août 2018 - 14 h 02 min

    Pour le régime arabo-islamiste qui sévit depuis 1962,il ne faut pas que la contestation sortent du ghetto kabyle.Dés que des contestataires viennent d’autres régions il sort le gros bâton car il y va de sa survie et la contestation kabyle le consolide quelque part sans le vouloir. Quand aux islamistes ce sont ses meilleurs alliés pour perdurer.

    Mme CH
    7 août 2018 - 21 h 02 min

    Cette fois, il l’a échappé belle….j’espère qu’il va activer pour la prospérité, la stabilité et la sécurité de son pays d’origine, Khouk Khouk La Yghorak Sahbek,…..et mettre de côté les mauvaises fréquentations qui ne veulent aucun bien pour l’Algérie et son peuple…!!

    2
    1
    Anonyme
    7 août 2018 - 13 h 55 min

    Et les parkingueurs qui ont tué Aissi Zoubir, 36 ans, paisible estivant à Aokas, ils sont condamnés à combien ?
    Et les vas-nu-pieds en savates et qamis/barbes de la Secte des frérots qui interdisent des concerts pourtant organisés légalement, il sont condamnés à combien ?
    Et les nouveaux milliardaires qui jonglent avec la cocaine et les euros/dollars dans les paradis fiscaux, ils sont condamnés à combien ?

    24
    5
    UMERI
    7 août 2018 - 12 h 57 min

    En vérité, Salim Yezza, ne doit son salut, que parce qu’il est originaire des Aurés, le pouvoir ne veut pas risquer un probable soulèvement des jeunes de cette région, qui a fait ses preuves, pendant la révolution. Un an de prison avec sursis, c’est mieux que les peines infligées, aux militants du M’zab ou a ce journaliste de Bejaia.

    17
    13
      Massi 05
      7 août 2018 - 18 h 28 min

      …ce que tu dis mon cher est très grave qui montre ton régionalisme primaire…ça te ferait plaisir si Salim a eu 1 année de prison…

        UMERI
        7 août 2018 - 20 h 45 min

        Désolé mon ami, tu n’a pas compris les sens de mon post.
        La justice doit être égale pour tous. Le régionalisme, c’est lorsqu’on applique deux poids et deux mesures. Quant a Salim Yezza, nous sommes heureux, qu’il soit relaxé et souhaitons que d’autres,arrêté pour des délits mineurs bénéficient des même circonstances atténuantes.

        2
        1
    Anonyme
    7 août 2018 - 12 h 39 min

    La relaxe pure et simple avec dédommagement du calvaire qu’il a subi à la prison de de Ghardaïa aurait été plus juste.Mais dans un pays où on arrête si facilement des innocents pour délit d’opinion,tout peut arriver.Par contre on ménage les vrais fauteurs de troubles qui empêchent les inoffensifs festivals de musique car ce sont les alliés objectifs du système mafieux et prédateur leur créateur.

    26
    4
    sudiste
    7 août 2018 - 12 h 36 min

    Aissi Zoubir, 36 ans, est décédé ce matin à l’hôpital Khelil Amrane de Bejaïa, des suites de ses blessure
    L’homme, originaire de Oued Souf, avait été agressé mercredi dernier à Aokas, par des gardiens autoproclamés d’un parking installé près de la plage qui lui reprochaient son refus de payer les 200 dinars exigés pour stationner sa voiture.
    Évacué à l’hôpital, Zoubir a subi une intervention chirurgicale qui n’a pas permis de lui sauver la vie

    ouine rahi dawla????

    34
      Anonyme
      7 août 2018 - 21 h 49 min

      Des incidents comme celui-là se passent aux 4 coins de l’Algérie.Néanmoins je condamne cet acte criminel commis par ces gardiens de parking auto-proclamés qui rackettent les automobilistes et qui ne respectent rien.

    Abou Langi
    7 août 2018 - 12 h 28 min

    Salamète ! Encore heureux que la justice soit expéditive dans son cas.

    On ne peut pas dire que la justice a eu la main lourde. du sursis et 100.000 dinars d’amende. Bof ! Plaie d’argent n’est pas mortelle !

    6
    19
    MELLO
    7 août 2018 - 12 h 26 min

    L’activite’ judiciaire est vraiment ce qu’il y a de ridicule en Algerie. « Incitation a la haine » «  appel a attroupement » sont ils des delis meritant un an d’emprisonnement avec sursis et 100 000 DA d’amende ? Que meritent alors ces integristes qui appellent a la violence et a l’annulation des concerts et autres, avec , SVP, attroupements sur la voie publique. Peut que notre justice reagira d’ici 4 ans , comme pour Salim, pour juger tout ce beau monde, non tout ce »moche » monde. Je ne cesserais jamais d’avoir une sincere pensee a notre cher Benyoucef Mellouk.

    27
    3
    Anonyme
    7 août 2018 - 12 h 18 min

    Notre justice s’auto-saisie pour s’attaquer aux défenseurs des droits de l’homme et à tout algérien qui crie sa douleur, mais elle est silencieuse quand des appels aux meurtres sont lancés des minbars et quand « elli bel fiha » el-qaradoui crie son racisme et haine de SIAD-HA leqbail devant les caméras.
    Un pays où la justice est à deux vitesse, comme l’a dit CHURCHILL est voué à l’échec et celà, OUYAHIA vient de le confirmer ; lui qui avoue que ceux qui annulent les festivals sont (dans les états de droits) passibles de prison. Avec notre justice ils sont encouragés à récidiver.

    24
    3
    Hakikatoune
    7 août 2018 - 11 h 02 min

    Quant il s’agit d’emprisonner ou de condamner par exemple des militants de la cause berbère (ou des journalistes …etc…) , Oulala, son gouvernement et son pouvoir sont très prompts, empressés, expéditifs et efficaces. En revanche, pour ce qui concerne l’activisme des militants islamistes djihadistes, pas touche sinon on va en enfer et on rate du coup le paradis aux mille vierges et où coule l’eau de zemzem !!

    50
    11

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.