Le rassemblement de Mouwatana Place des Martyrs à Alger réprimé

réprimé, Mouwatana
Aussitôt empêché par la police, le Mouvement Mouwatana a dénoncé la répression de son sit-in. D. R.

Par Hani Abdi – Le rassemblement auquel ont appelé les animateurs du mouvement Mouwatana à la Place des Martyrs à Alger a été réprimé. Les animateurs de ce mouvement, à l’instar de Zoubida Assoul et Sofiane Djilali, ont été évacués des lieu x, alors qu’ils tentaient d’expliquer leur démarche à des citoyens venus à ce rassemblement.

Tous les dirigeants de Mouwatana ont été arrêtés ainsi que plusieurs cadres de Jil Jadid. Après un procès verbal, la police a relâché en fin d’après-midi toutes les personnes arrêtées. Le mouvement Mouwatana, créé il y a seulement quelques mois, œuvre à un changement radical, mais pacifique.

Considérant que le poste du président de la République est vacant en raison de la lourde maladie dont souffre le président Bouteflika, ce mouvement appelle ainsi à la mobilisation citoyenne afin de faire repousser la tentation autoritaire.

Le mouvement Mouwatana rejette la présidence à vie du président Bouteflika. «Le pouvoir et ses soutiens auront à assumer les conséquences de toute réaction populaire dont les prémisses se multiplient», note encore le mouvement qui affirme «prendre ses responsabilités» et «défendre de manière pacifique, mais résolue, l’honneur de ce pays», avertit ce mouvement composé, outre Zoubida Assoul et Sofiane Djilali, de l’ancien chef du gouvernement, Ahmed Benbitour.

«Dans ce climat général d’un coup d’Etat rampant opéré par une clique utilisant comme otage consentant un homme qui a trahi le serment constitutionnel en profitant d’une démission générale des institutions pourtant impliquées dans le maintien de ce régime en dérive mafieuse, les Algériens sont en droit de réagir et de refuser l’humiliation qui leur est imposée», souligne le mouvement dans un communiqué parvenu à notre rédaction.

Il s’élève contre l’interdiction «illégale» de son sit-in

Le mouvement Mouwatana dénonce l’empêchement de son rassemblement à la Place des Martyrs, à Alger. «Joignant le geste à la parole, Mouwatana a organisé ce matin, à la Place des Martyrs à Alger, un sit in pour dénoncer les préparatifs de l’humiliant 5e mandat et réclamer l’instauration d’un véritable Etat de droit», souligne le mouvement dans un communiqué rendu public après l’interdiction de son sit-in. «Malgré l’extrême discrétion dans l’organisation de cette sortie, les éléments de la police, en tenue civile, ont très rapidement inondé la Place des Martyrs et empêché le déroulement de la manifestation», affirme ce mouvement dans le même communiqué.

«Très rapidement, l’ensemble des dirigeants de Mouwatana, ainsi que plusieurs cadres de Jil Jadid ont été arrêtés et dirigés vers les locaux de la police. Il y eut quelques échauffourées à cause des réquisitions des téléphones portables par la police qui ont réussi à supprimer un grand nombre d’images et de vidéos», ajoute-t-on dans le même communiqué.

Le mouvement Mouwatana souligne qu’ «en plus des présidents des partis présents (Zoubida Assoul et Soufiane Djilali), les militants arrêtés sont : Smail Saidani, Abdelghani Badi, Salah Debbouz, Mehdi Djabri, Habib Brahmia, Noureddine Oukrif, Amine Arib, Meriem Saidani, Lakhdar Amokrane, Fawzi Beggah, Anis Hamidi, Mourad Nahi, Hocine Ziane».

Après audition sur Procès-Verbal, l’ensemble des militants ont été relâchés en fin de matinée, assure Mouwatana qui «s’élève contre cette répression des libertés qui, théoriquement, sont inscrites dans la Constitution». «Cette interdiction est le fait d’une instruction du wali d’Alger qui ne se réfère à aucune loi publique et de ce fait est illégale», souligne ce mouvement qui dénonce l’utilisation de tous les moyens de l’Etat par le pouvoir, faisant remarquer que «le FLN et le RND sont couverts par les médias publics, utilisent les organisations de «masse», l’université et tout le reste, l’opposition est interdite d’expression et de tout mouvement».

«Mais les Algériens connaissent aujourd’hui la vérité : le Président est un homme absent, et seuls ceux qui profitent de cette situation pour des raisons de pouvoir et d’argent l’imposent à la nation !», conclut ce mouvement, dont le porte-parole est Zoubida Assoul.

H. A.

 

Comment (32)

    Anonyme
    15 août 2018 - 9 h 21 min

    la démocratie est facultative ou/et n est pas absolue il est préférable de garder les islamistes sous la main pour diversion ou comme 2 ème couteau en cas de conflit entre les citoyens révoltés et le clan

    Mus
    15 août 2018 - 0 h 27 min

    Il ne s’agit pas d’exprimer seulement sa sympathie avec ces patriotes engagés, mais se joindre à eux pour faire triompher leur combat en faveur de la liberté, la dignité et la démocratie. Ce combat est aussi le notre.

    Amar
    14 août 2018 - 14 h 13 min

    Aucune tête ne doit dépasser, la boutique n’est pas à vendre!!!

    1
    1
    Anonyme
    14 août 2018 - 8 h 52 min

    La seule personne en qui j’y crois dans ce groupe est Zoubida Assoul et c’est dommage qu’elle se soit alliée à cette bande pas si propre. Zoubida écarte toi tu as de grandes potentialités et seule tu peux aller loin car tu es sincère, compétente et clairvoyante.

    2
    6
      LOUCIF
      14 août 2018 - 12 h 17 min

      et toi ya si @Anonyme 14 août 2018 – 8 h 52 min , tu crois que toi tu es propre en accusant d’autres de « bons à rien » ! Si tu nous prouves que tu es propre et que tu as de « grandes potentialités », de « grandes propositions » on te soutiendra c’est sûr ! Alors chiche choisis un pseudo fixe pour qu’on puisque savoir que c’est le même qui intervient sur AP et détaille nous tes propositions, tes arguments, tes avis, ta méthode et après on verra si tu as … »des potentialités » ou non !

      La critique est facile, l’insulte aussi !! Qu’est-ce qu’ils font de mal ces personnalités qui se rassemblent juste pour discuter du changement de système politique, de gouvernance et de la situation présente et futur du pays ? Est-ce que ces personnalités sont violents et dangereux pour la pays ? Est-ce que ces personnalités n’ont pas dit qu’ils sont pacifique ? Certes tu peux ne pas être d’accord avec leur méthode, critiquer le fond de leurs idées, mais il ne devrait pas pas décréter qu’ils ne sont « pas propres » ou « pas compétents » ou je ne sais quoi !! Tu as des preuves et des arguments pour avancer cela ?? Donne-les nous, on veut bien les connaître !! Bref, koune S’baah , oua Ellah Ihdik !!

      8
      2
    Zombretto Bis
    13 août 2018 - 12 h 45 min

    je lis ….: « Le mouvement Mouwatana souligne qu’ en plus des présidents des partis présents (Zoubida Assoul et Soufiane Djilali), les militants arrêtés sont : Smail Saidani, Abdelghani Badi, Salah Debbouz, Mehdi Djabri, Habib Brahmia, Noureddine Oukrif, Amine Arib, Meriem Saidani, Lakhdar Amokrane, Fawzi Beggah, Anis Hamidi, Mourad Nahi, Hocine Ziane ». …..
    Si on peut légitimement penser que Ali Benouari ancien Ministre du Budget est absent car il a des obligations professionnelles à l’étranger, je me demande pourquoi Benbitour était lui aussi absent alors qu’il habite et vit à Alger ! S’il a été excusé pour des raisons jugées valables, il fallait juste le mentionner dans le communiqué de « Moutawana » ! S’il avait des obligations par ailleurs, pourquoi pas, et c’est légitime !! …. A moins que Benbitour préfère les bureaux et les salles confinées plus sécurisantes ???!!! Bien sûr, je suis entièrement solidaire avec ce que fait « Moutawana », c’est très courageux et j’estime que leur démarche est bonne mais j’aime quelque part la transparence jusqu’au bout surtout que Benbitour a en principe une place qui a son importance au sein de ce mouvement.

    12
    6
      Zombretto Bis
      13 août 2018 - 14 h 57 min

      Je viens d’apprendre que le mouvement Moutwatana a organisé exprès dans la hâte et la surprise cette apparition (et donc qui n’est pas considéré d’après eux comme une manifestation de rue) mais juste une apparition rapide pour déjouer la vigilance des services de sécurité et trouver une brèche pour faire passer leur message dans la rue ! Autant pour moi !

      Je retire donc ce que je viens de dire sur certains membres de ce mouvement, bien que je n’ai pas dit des choses négatives bien au contraire ! Et donc, bon courage et continuez votre combat chers membres de Moutawana!!

      48
      4
        Zombretto Bis
        13 août 2018 - 15 h 30 min

        Il fallait lire : « au temps pour moi » ! au lieu de … »autant pour moi » !! merci d’avoir rectifié de vous même !

        12
        4
        MELLO
        13 août 2018 - 15 h 37 min

        Non, Zombretto, la première balle tirée a fait mouche. Pour une telle manifestation , rien ne se fait par surprise, si c’est le cas , les membres présents ont trahi leurs collègues , notamment Benbitour. En politique , chaque action est réfléchie, programmée sinon une grande partie du peuple restera a quai.

        4
        15
        Au temps pour moi, tout le monde peut faire des erreurs et ce n'est pas un mal d'y apporter une correction
        14 août 2018 - 11 h 52 min

        Au temps pour moi, tout le monde peut faire des erreurs et ce n’est pas un mal d’y apporter une correction.

        2
        2
    Nasser
    13 août 2018 - 12 h 43 min

    Citation du mouvement: « …il qualifie de « répression des libertés qui, théoriquement, sont inscrites dans la Constitution… » ……….Est ce que ce Président est légalement libre aussi de se présenter pour un 5ème mandat? (Que ce mouvement veut empêcher) …Constitutionnellement Oui! Donc leur action est illégale et anti-liberté! …
    Alors laissons le peuple juger par les urnes!
    Ce mouvement peut répondre: « On ne croit pas au choix des urnes, il y a toujours eu fraude »… Donc leur protestation est « personnelle » et non pour défendre la démocratie, auquel cas il auraient manifesté contre le système électoral perverti qui mine le choix des citoyens!
    Ce Mouvement « Al Mouwatana » est donc bien une duperie!

    10
    35
      Wahab
      13 août 2018 - 15 h 06 min

      Constitutionnellement parlant le président n’ a pas le droit de rempiler pour ce faire il va falloir qu’il triture encore une fois cette dernière constitution – qui est la sienne – pour faire sauter le verrou de la limitation des mandats . Pour ne pas rééditer le précédant viol de 2008 le régime a opté pour la continuité concept tellement fumeux qu’on arrive pas encore à le cerner exactement et on ignore sur quoi il débouchera . Est-ce une forme de transition ? c’est le  » Wait and see  » .

      19
      5
      Adam
      14 août 2018 - 8 h 02 min

      à Nasser, la traîtrise ne peut pas être parfaite, car c’est une avarie morale, comme la duperie. Seule la vérité est parfaite.

      Est-il admissible la candidature d’une personne en chaise roulante avec des difficultés avérées ? Si oui, alors vous avez raison.

      7
      1
    anonyme
    13 août 2018 - 0 h 01 min

    IL FAUT LES ACCULER CES PRÉDATEURS
    TOUS ENSEMBLE POUR UNE NOUVELLE ALGÉRIE

    14
    4
    Anonyme
    12 août 2018 - 23 h 34 min

    Le mur de fer est bien tombé, maintenant au mur de la honte de tomber

    22
    6
      Wahad
      13 août 2018 - 15 h 13 min

      On dit rideau de fer et non le mur de fer à moins que vous fassiez allusion au mur de Berlin .

      2
      6
    Felfel Har
    12 août 2018 - 23 h 29 min

    Un meeting d’opposants au 5ème mandat est reprimée par la police, des islamistes qui prient dans des rues sales pour empêcher des concerts, la police regarde ailleurs et laisse faire. Cherchez l’erreur ou l’anomalie! Le danger pour le pays ne vient pas des premiers, mais des seconds manipulés par nos ennemis, eux-mêmes prosternés aux pieds des judéo-chrétiens, les éternels fouteurs de pagaille.

    41
    8
    L
    12 août 2018 - 22 h 53 min

    Sofiane Djillali dégage chez tes maîtres

    12
    84
      Anonyme
      12 août 2018 - 23 h 31 min

      et toi chez tes maitresses, degage petit …

      41
      12
    Anonyme
    12 août 2018 - 22 h 06 min

    On parle de l Algérie comme pays démocratique,pourquoi empêcher un rassemblement d opposants
    au 5ème mandat de Bouteflika?
    Y a t il une instruction ou une loi qui donne la liste des seuls autorisés a tenir des meetings,manifester..?
    Dans une véritable démocratie chacun est libre de donner son avis,tenir des réunions,manifester avec autorisation de la police…Chez nous la police interdit toute réunion politique,comment doit on procéder pour faire sa campagne électorale??
    C est un cercle vicieux qui dure depuis l indépendance,comment arriver à contourner cette dictature du système qui a tous les moyens de coercition !!

    39
    4
    Kurosh
    12 août 2018 - 21 h 55 min

    Où sont passés nos super-héros : les Boumalla , Benbitour , Bouraoui et tous les autres . Il est vrai qu’aujourd’hui il a fait chaud et aller à la page valait que d’être sous le soleil de plomb toute la matinée et être de surcroît malmenés par les flics .  » ah yal bandias !  » comme dirait Rouiched Allah ya rahmou .

    19
    14
    Anonyme
    12 août 2018 - 21 h 29 min

    Bravo Mme Assoul et Mr Djillali Sofiane pour votre dénonciation de ce régime totalitaire qui veut imposer à l’Algérie un Président à vie lourdement handicapé de surcroit. Je ne comprends pas l’absence à ce meeting de Benbitour et de Bénouari.Quand à Benflis il ferait mieux de rejoindre le makhzen algérien qu’est le néo-FLN lui qui a tant servi ce régime et qui est l’auteur de la note qui interdit les manifestations à Alger.Je remarque qu’après l’utilisation de Djelloul Achour pour bloquer les équipements de CEVITAL il s’est trouvé un nouveau sbire pour réprimer les manifestations pacifiques en la personne de Abdelkader Zoukh le wali d’Alger.

    32
    11
    Anonimi
    12 août 2018 - 21 h 18 min

    Appartement les patrouilleurs du net tendance AP me désespèrent , ils sont contre tout ce qui bouge. Si la tendance générale est contre le 5eme mandat, je ne comprends pas cette haine contre une opposition politique qui essaie d’empêcher ce cataclysme annoncé dans un climat de répression policière inégalée depuis l’ère du parti unique. Maintenant si ces commentateurs insatiables ont une autre option pour faire de l’Algérie un pays respectable et respecté qu’ils l’essaient sur le terrain au lieu de braire à travers le net à longueur d’année. À bon entendeur salut.

    26
    11
    Anonyme
    12 août 2018 - 21 h 02 min

    Ce pouvoir n’a peur que des voyous et des islamistes les autres ils matraque sans état d’âme.

    36
    9
    Abdallah Abdallah
    12 août 2018 - 20 h 37 min

    c’est un rassemblemen d’opportunistes et assoifes du pouvoir .bienqu’ils ont leur retraites dorees ils veulent regler leurs comptes avec ceux qui les ont chasses du pouvoir .le peuple n’est pas dupe .fakou

    16
    52
      Anonyme
      12 août 2018 - 22 h 01 min

      En effet, Fakou ! Le peuple n’est pas dupe et connait très bien les méthodes et les modes opératoires du baltaguisme et de ces agents.

      22
      41
    MELLO
    12 août 2018 - 20 h 14 min

    Jusqu’a la semaine dernière, ce mouvement , par ses positions , dégageait une certaine sympathie puisque des personnalites sages telles Benouari, Benbitour ou Benflis étaient présentent. Mais ce rassemblement a la place des Martyrs , lorsque je suis passe’, laissa en moi un sentiment d’amateurisme primaire. D’abord, j’avais note’ l’absence de ces trois personnalités citées ci dessus et sachant que politiquement les sit in sont interdits a Alger , pourquoi tenter de le faire, sachant que ce pouvoir maitrise bien son role dans la violence ?. Un appel a un meeting dans une salle aurait plus de portée que ce cinema.

    13
    19
      Cheikh kebab
      12 août 2018 - 20 h 46 min

      Ton commenter me surprend,mello. 1. Combien de gens auraient été à cette salle?? De toutes façons ils auraient été embarqué même manière » . Si tu vis à alger tu sais bien que les gens n’osent pas s’afficher contre le pouvoir!! C ça la réalité,ya 60 partis mais combien de militants aux partis opposants?? Pourquoi?? Pourquoi les masses sont indifférentes à la politique?? Slts.

      23
      7
        MELLO
        13 août 2018 - 8 h 29 min

        Je vis a 500 m de la salle Atlas, je sais ce qu’être militant d’un parti , la conviction ne s’achète pas. Une salle ,comme l’Atlas peut contenir jusqu’a 1000 personnes, et dans la théorie de la communication, un beau discours est rapporte’ par une seule personne pour huit autour de lui. Hocine Ait Ahmed ,Allah Irahmou, ne cessait pas de dire que l’objectif premier de ce pouvoir c’est la DEPOLITISATION de la société. Alors, ces sit in dans une place publique a Alger, me rappellent ceux de Said Sadi a la place du 1er Mai. C’est le plus bas niveau d’actes politiques.

        7
        4
      Anonyme
      12 août 2018 - 20 h 47 min

      Le cinéma, c’est plutôt cette tragicomédie, de série Z et de très mauvais goût, que jouent le clan et les « souteneurs » de fakhamatouhoum au péril de la stabilité du Pays et de son État.
      C’est une véritable maffia qui ne se gène même plus à faire comprendre qu’elle a définitivement fait main basse sur l’État et ses démembrements. Et j’en veux pour preuve la facilité avec laquelle les lois et les libertés sont allègrement transgressées par ceux qui sont sensés les faire respecter, ainsi que l’asservissement des services de l’ordre et de la sécurité à la cause et aux visées antinationales de ces forces occultes qui ne reculeront devant rien tellement leurs intérêts sont aujourd’hui immenses.
      Les choses sont aujourd’hui on ne peut plus claires et ce sera désormais leurs intérêts à eux ou ceux de l’Algérie, de son État et de son peuple.

      19
      5
        MELLO
        13 août 2018 - 8 h 53 min

        Le constat a été fait depuis la prise du pouvoir par ces rapaces en 1962. Mis a part quelques têtes en politiques qui avaient tente’ de s’opposer a cette mafia , dotée de toutes les forces répressives, le peuple Algérien assiste en victime expiratoire a cette descente aux enfers , dépourvu de toute intelligence politicienne pour mettre fin a ce cauchemar. Le plus souhaite’ ,c’est de trouver comment obliger ce pouvoir a venir negocier une nouvelle étape de sortie de crise et ce n’est ,surement pas ces sit in qui le feront. Tout le monde se souvient de cette fameuse marche ,de plus de un million de jeunes de Kabylie, réprimée jusqu’a affronter des baltaguias.

        29
        2
      Nostalgia
      14 août 2018 - 19 h 01 min

      Croyez-vous vraiment que Benbitour, Benouari ou Benflis iront au front ? Ce serait de la naïveté pure que de le croire ! Ces gens sont de ceux qui font tirer les marrons du feu par les autres tout en se tenant loin de la flamme. Sofiane Djilali, a, au moins, eu le courage de passer de la parole à l’acte et pour cela il mérite mon respect. Je n’en ai ni pour Benflis, ni pour Benouari, ni pour Benbitour.

      1
      1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.