Je suis Zaoui !

islamistes Hassan Aribi Amine Zaoui
L'Algérie envahie par les sectes des Frères musulmans et des Wahhabites. D. R.

Par M. Aït Amara – La lutte sans merci contre les hordes terroristes serait sans effet si, simultanément, un combat intense n’est pas mené contre les fanatiques islamistes qui représentent une menace tout aussi dangereuse que l’extrémisme violent.

Les rodomontades exaspérantes de Hassan Aribi sur les réseaux sociaux et – depuis peu – sur une chaîne de télévision privée dont on ne sait ni qui la finance ni pourquoi elle a été créée, doivent être contrées à travers tous les canaux pacifiques possibles.

Le vassal d’Ankara a vilipendé un écrivain et l’a jeté en pâture à ses acolytes sans qu’il soit, cette fois-ci encore, rappelé à l’ordre par une autorité quelconque. Hassan Aribi n’est pas le premier extrémiste religieux à avoir proféré des menaces conte un écrivain et ses semblables sont de plus en plus nombreux à vouloir imposer leur ordre moyenâgeux à l’ensemble de la société.

Toutes celles et tous ceux qui n’adhèrent pas à la secte des Frères musulmans égyptiens et n’épousent pas la doctrine rétrograde des prosélytes wahhabites sont dans le collimateur des inquisiteurs des temps modernes.

Face à l’indulgence et à la permissivité de l’Etat, les citoyens jaloux de leur liberté et partisans de la démocratie et de la République, se doivent d’agir pour barrer la route aux affidés du FIS dissous qui ne désespèrent pas de ramener le pays trente ans en arrière et faire revivre au peuple les affres de l’intimidation et du chantage par la religion.

La démocratie est en danger, cependant que les démocrates se complaisent dans un silence coupable attendant, sans doute, quelque intervention salvatrice. Mais l’armée qui a pris sur elle d’arrêter le processus électoral en 1992 pour sauver le processus démocratique dévoyé par les charlatans politiques de l’époque – le président Chadli, son Premier ministre Mouloud Hamrouche et le secrétaire général du FLN Abdelhamid Mehri – ne peut pas et ne doit pas se substituer à la société civile.

M. A.-A.

Comment (35)

    boghni
    26 août 2018 - 17 h 20 min

    arrettons d’importer les idėes des wahabites ou autres,notre probleme c’est justement la oumma qui veux clochardiser notre pays mentalement que vestimentaire;dite moi quel est le lien culturel qu’on a avec la somalie le soudan ou l’arabie seiudite???aucun lien ,restons algeriens et fieres de nos coutumes basės sur l’amitiėes entre algeriens de toutes les regions du pays,l’algerie est belle avec ses traditions vestimentaires tel le karakou,robe constantinoise,robe kabyle,robe de tlemcene,sans oublier le hayak mrama que portaient nos grand mere walah elles etaient elėgantes.c’est ca nos coutumes pas le niquab ou autre qui sont loin de notre culture.alors tant qu’a faire, utilisons nos coutumes,et ecoutons nadia benyoucef,kamel messaoudi ,l3anka,blaoui lhouari,fergani,nouri koufi,karima,fadela dziria,ait menguelet et j’en passe…arrettons svp avec cette oumma qui risque de supprimer notre identitės.azul et tahia el djazair.

    6
    4
    Anonyme
    25 août 2018 - 11 h 46 min

    A Samy
    Votre commentaire sent les relents d’un racisme primaire et pervers
    A vous lire on se rend compte aisément à quel point vous arogant et inculte
    Vous avez absolument le droit de défendre votre acolyte en usant d’arguments sérieux et intelligibles et non des mensonges grotesques et des contres vérités
    Le monde arabo-musulman que vous semblez haïr tant n’est ni Aribi ni les hordes terroristes comme vous semblez nous dire
    Cette communauté qui s’étend sur une bonne partie de la planète qui n’est certes pas monolithique à été dois-je vous le rappeler à l’origine de la plus grande civilisation véritablement universelle que le monde ait connue

    8
    6
      Anonyme
      26 août 2018 - 8 h 57 min

      Oui une »civilisation » restée figée au moyen-âge qui produit violence,misère et sous-développent mais qui promet le paradis dans l’au-delà.Arrêtez de nous bassiner avec votre civilisation car la bédouinisme est figé et ne produit rien à part la violence et la mort.

      7
      6
    oumaazedine
    25 août 2018 - 6 h 39 min

    السلام عليكم ورحمه الله وبركاته
    Les frères musulmans sont la maladie du siècle plus dangereux que les juifs et les chrétiens..Le symbole des Ikhwâns est celui qu’ils ont diffusé après leur manifestation (anti-coup d’état) dans le square Rabî3a Al 3adawiyya, en Égypte, au Caire.C’est le symbole d’une main ouverte avec le pouce plié.Il est inscrit en dessous, en lettres étrangères (non arabes) : la lettre R, suivi du chiffre 4, four en anglais, puis les lettres B, I, A.Ces initiales ont été inventées par leur frère Rajab Tayeb Erdogan, le président de la Turquie.Les ikhwans prononcent Râbi3a (quatre) ce qui est écrit sous le symbole de cette main, et ce, par pure ignorance.Ils sont dupés, et ils sont loins les pauvres.Ils le prononcent Râbi3a (quatre) et ils visent par ces initiales le terme Râbi3a (quatre).Quant au terme anglais, celui qui médite, se rendra compte que sa signification est très loin de ce qu’ils prononcent (Râbi3a, à savoir, le chiffre 4).La 2ème lettre en partant de la gauche ne représente pas la lettre A, mais le chiffre 4, qui est une abréviation de « for » (qui signifie « pour » en français) et non pas « four », le chiffre 4 en anglais.C’est donc une abréviation qui signifie « pour ».Quant à la 1ère lettre, le R, il signifie « ready » (prêt).Il nous reste plus que les lettres B, I et A qui désignent en réalité la divinité de la force dans la mythologie grecque..Donc les initiales que les ikhwâns diffusent signifient : « ready for BIA », c’est-à-dire, prêt pour la divinité de la force..Et c’est un signe franc-macon apostat, avec lequel ils invoquent la puissance de shaytân le lapidé, que la malédiction d’Allah soit sur lui.Médite sur leur ignorance et leur bêtise.
    Que font-ils?Que savent-ils ?Que veulent-ils ?Où veulent-ils en venir ?..

    4
    4
    ZORO
    25 août 2018 - 0 h 05 min

    Ce n est qu a travers Ap que j ai entendu et que j entend souvent parler de Aribi quant a Zaoui ,en feuilletant les journaux sur internet il m arrive de croiser ces ecrits ce qui m a permis d avoir une idée sur sa vision de la societe que sincèrement je ne partage pas et que je ne serais jamais pret a partager. Mais puisque nous sommes en democratie parait il, jouissons de cette liberte d ‘opinion qu elle nous offre,a chacun ses idees et je m arrete là. Le monde n etant pas que politique ,passons a la musique.Dans une emission tele et a une question qui lui a ete posee : laquelle des deux pensez vous etre la meilleure Remiti ou Oum Keltoum ,??notre melomane opta pour Remiti sous des applaudissements de jeunes gens qui ne connaissent du repertoire de Remiti que «  »enta goudami wana mourak. » »Ce jour là j ai su que j avais devant moi une personne qui dirait n importe quoi pour plaire a son audimat qui restera restreint et insignjfiant dans un pays aussi vaste que l Algerie. Sachant que Zaoui veut dire en arabe (l homme du coin ) je peux donc affirmer sans ambages que je suis certes ZAOUI mais celui du coin opposé.

    6
    8
    Précision
    25 août 2018 - 0 h 02 min

    Zaouia et Aribi se valent car les deux sont pour l’ouverture des frontières, ils sont souvent au Maroc
    Algérien avant tout ni Zaoui ni Aribi.

    1
    3
    Anonyme
    24 août 2018 - 22 h 53 min

    Un écrivain médiocre et sans profondeur qui ne sait sur resasser des raccourcis fades à réussi tél un troublion à créer l’événement
    Ce procédé devenu classique tant il a été galvaudé par des ecrivains opportunistes comme taslima nesrine ne trompe plus personne
    Dire que seul ce député islamiste inféodé aux frères musulmans est contre les propos nauséabonds et détestables de Zaoui est un mensonge et une déformation flagrante d’une réalité sociologique algérienne qui refuse qu’une pratique religieuse (le sacrifice ) devient l’objet d’ecrits fantaisistes ou de spéculations philosophiques

    14
    17
      Samy
      25 août 2018 - 5 h 56 min

      Anonyme 24 août 2018 – 22 h 53 min,tu es toi-même un de ces sbires qui se complaisent dans cet océan de médiocrité qu’est devenu le monde arabo-musulman.Continuez à nous tirer vers le bas en vous agrippant à des pratiques moyen-ageuses néfastes.Un type comme toi ne peux pas comprendre un progressiste et moderniste comme le courageux Amin Zaoui avec ta petite cervelle figée au 7° siècle.

      8
      5
    Désabusé
    24 août 2018 - 20 h 23 min

    On ne peut reprocher à Zaoui qu’un seul écart , mais de taille . Il stigmatise l’ignorant , au lieu de s’attaquer à l’ignorance . Il est à l’image du poivrot qui voudrait débouchonner une bouteille sans tire-bouchon . En utilisant frénetiquement une fourchette , il ne fait qu’enfoncer le bouchon encore plus profondément , à l’instar de Daoud , d’ailleurs .Quand à ce prédicateur dont vous faites état , la majorité des commentaires ici vous l’expliquent , il n’est qu’un roquet tenu en laisse par un pouvoir mafieux en mal de reproduction .Le seul et véritable ennemi est identifié , inutile de se perdre en supputations

    14
    5
      Anonyme
      25 août 2018 - 1 h 36 min

      Merci d’avoir réussi à synthétiser ce que je ne suis pas parvenu à faire lorsque je dis que je ne suis pas Zaoui et ne le serai pas. C’est exactement cela, il vise l’ignorant au lieu de s’attaquer à l’ignorance qui mérite elle un combat titanesque. Ce qui est à reprocher à Daoud, à Zaoui c’est de s’attaquer aux personnes, cette démarche ne fera que les radicaliser car leur méthode ostracise et ne parviendra jamais à ce que les algériens victimes de l’islamisme réalisent l’impasse dans laquelle cette nouvelle idéologie les a enfermés. Un intellectuel responsable se doit de dire les choses mais sans indexer des personnes mais des fonctionnements, des comportements en expliquant pourquoi ceux-ci sont une erreur et une impasse. Car si l’islamisme est une vraie catastrophe, il faut etre aveugle pour ne pas reconnaitre que la religion musulmane a été un vrai catalyseur de développement scientifique et la langue arabe de cette époque [800 à 1600] la lingua franca scientifique. Donc l’intellectuel doit expliquer pourquoi cette régression a lieu. Donc stop à la stigmatisation des algériens et expliquons-nous le phénomène de régression de notre population avec l’islamisme. Le but n’est pas de décerner des prix de bon islamiste ou de bon moderniste, mais de sortir notre peuple des griffes de la déchéance. L’islamisme partout où il passe a favorisé une religiosité de pacotille teinté de beaucoup d’hypocrisie. Mais stop à l’assimilation de l’islamisme avec l’islam, vous ne ferez que pousser les gens dans le sens contraire qu’il nous faut atteindre : unir et solidifier notre peuple pour un but patriotique. Donc je confirme je ne serais ni Daoud, ni Aribi, ni Zaoui et autres agitateurs religieux ou dits modernistes : ils ne font que prêcher pour leur narcissisme personnel et celui de leur camp. Ce qui compte c’est sauver le peuple algérien de la déchéance morale qui le guette si on persiste à le traiter de « rachi » et si on ne parle pas à son intelligence pour comprendre que seule une union interne nous vaccinera de drames à venir. Je ne serais pas Zaoui, désolé d’insister.

      4
      1
    Zaatar
    24 août 2018 - 19 h 51 min

    Tout le monde sait que les résidus du FIS dissous sont au centre de toute l’économie informelle du pays avec la bienveillance de la marabunta qui nous gouverne. Maintenant ce qui vient de l’extérieur pour chahuter ce bon fonctionnement n’ayez crainte la marabunta qui nous gouverne sait s’y prendre à s’y méprendre. Depuis le temps qu’elle traite avec la vermine islamiste. Mieux, Elle brandit convenablement le spectre islamistes pour mieux s’asseoir au pouvoir. C’est ce que vit le pays depuis fin des années 90.

    22
    1
    DZLander
    24 août 2018 - 19 h 38 min

    Beaucoup de commentateurs zélés font hélas et sans s’en rendre compte, beaucoup de dangereux amalgames, s’agissant précisément de l’appel au meurtre émis publiquement contre Amin Zaoui par ce déchet de l’humanité qu’est Arribi. Or, quand bien même cela leur déplairait, savent-ils que le plus haut degré de l’intelligence est, non l’évocation du Dieu Lare (dieu du foyer) aux deux «portes» -et non aux deux visages- de la légende romaine, mais tout simplement la faculté de discernement contemporaine, actuelle ; autrement dit une observation plus terre à terre, objective donc, en l’occurrence celle qui fait la distinction entre, d’une part, l’écrivain Amine Zaoui, qui -à travers son commentaire, n’a fait que dénoncer un fait sociétal négatif avéré, à savoir que le salafisme, contrairement à l’islam de Cordoue, est en train de démontrer par A + B que c’est devenu, à présent, un puissant accélérateur de clochardisation du milieu urbain dans notre pays ( A.Z .a parlé de bédouinisation) ; et le triste sire notoirement connu qu’est l’islamiste violent Arribi (pléonasme !). Alors ? Alors…Nuance entre les deux protagonistes ! Le jour où nous sortirons de l’ornière chauvine et obscurantiste –eh oui- à partir de laquelle nous persistons, malheureusement, à vilipender tout ce qui peut émaner de la minorité pensante de notre pays, en tout cas la seule vraie porteuse d’un projet de société viable, car moderne, universel – minorité dont bien évidemment fait partie Amine Zaoui- ce jour là, peut-ètre, les idéologies telles que l’islamisme et tous les autres avatars, bref les autres «ismes» s’estomperont forcément devant un état de droit républicain fort, avec une justice positive et non la sharia et ses fetwas incongrues, cette «sharia» obsolète et révolue que des milliers d’infra-humains en gandoura continuent, à contre courant de l’entendement humain, d’agiter au premier signe de manque de vigilance de la part de l’Etat algérien qu’on ne peut, par ailleurs, exonérer de sa lourde responsabilité dans l’apparition et la propagation du virus vert qui, sans distinction, frappe lourdement,aujourd’hui notre pays .

    20
    3
    Khentache
    24 août 2018 - 18 h 48 min

    Lisez bien çà , et c’est vrai :

    Pendant qu’en Algérie, on se réjouit soit disant que la permanence de l’Aïd El Adha durant cet été a été assurée à 99,88% (notez bien la précision de la statistique algérienne à deux chiffres après la virgule), la Maroc lui se réjouit que le rythme d’arrivée de touristes chinois (c’est nouveau) s’est accéléré cet été grâce à la dynamique de la politique touristique des autorités marocaines ! Les innombrables divers touristes en séjour au Maroc interviewés ne se sont même rendus compte qu’ils étaient dans un pays en période de Ramadhan et d’Aid el Kebir. Pourtant, dans ce « vilain pays kafer » appelé Maroc, le monarque est, tenez vous bien, celui qu’on désigne comme le commandeur des croyants de l’islam (أمير المؤمنين / amīr al-mu‘minīn) !!!!

    15
    8
    Anonyme
    24 août 2018 - 18 h 37 min

    je suis algérien

    8
    14
    Samy
    24 août 2018 - 17 h 50 min

    Je reprends les propos du Général X qui disait: « le terrorisme est vaincu,mais la matrice qui l’a enfanté est toujours là plus forte que jamais ».Ca résume bien notre situation actuelle.Notre pays sous nos yeux est entrain de devenir non pas l’Arabie Saoudite mais l’Afghanistan.On est sidéré de voir un si beau pays transformé en dépotoir et où ne poussent que des mosquées.

    29
    2
    Anonyme
    24 août 2018 - 17 h 44 min

    J’apprécie beaucoup les éditos de Monsieur Ait Amara.
    Aujourd’hui ce sera l’exception notable.
    Je ne suis pas Zaoui et ne le serai pas, il est aussi dans un registre de provocation comme Aribi.
    Ce sont les deux visages de Janus, l’un et l’autre sont des intégristes à leur manière, l’un sous couvert de religion, l’autre sous couvert de modernité.
    Aucun des deux n’accepte le peuple algérien dans sa spécificité, chacun veut le changer à coups de triques et de culpabilisations, chacun lui donne des leçons de morale à longueur de journées, d’interventions et d’articles.
    Zaoui me semble plus dangereux encore, car Aribi est clair au moins, c’est un islamiste, donc on sait à quoi s’attendre.
    Zaoui, lui, est indécelable : il tourne sans cesse autour du pot et fait de la confusion un véritable art : il n’a qu’à dire qui il est vraiment, ce qu’il pense vraiment et ce qu’il vise vraiment.
    Les deux compères Zaoui et Aribi jouent dans les admonestations, les moralismes religieux ou laicard, ils sont les faces d’une meme pièce, c’est choquant mais c’est vrai : le père fouettard a besoin de son rebelle pour exister et le rebelle a besoin de son père fouettard pour exister.

    Que dit Zaoui des sacrifices dans la religion juive ?
    Car disons-le franchement la fete de l’aid s’inspire de la religion juive, comme la fete de Achoura s’inspire de la fete de Paques.
    Dans ce cas précis, que trouve Zaoui à en redire ?
    Les sacrifices des uns lui sont moins condamnables que ceux des seconds ?
    Zaoui n’est pas clair.

    Oui à la critique, mais quand elle est complète et historicisée, sinon c’est de la politicaillerie.
    Pourquoi Zaoui ne dit pas que le texte coranique dit aussi ceci dans un verset : « Votre Seigneur n’attend pas vos sacrifices d’animaux » ?
    Bref beaucoup de gens parlent, mais peu lisent en fait, et encore moins font du comparatisme.
    Ce n’est pas parce qu’une personne a une tribune journalistique qu’elle est qualifiée en soi de quoi que ce soit.
    L’Algérie doit se désensibiliser de tous les idéologues, charlatans, cela ne fait que créer de la confusion.
    Merci de publier ce post AP : je ne suis pas Zaoui (et Aribi non plus).

    15
    91
    socrate
    24 août 2018 - 17 h 41 min

    Pour que la démocratie soit en danger en Algérie, comme vous dites, encore faudrait-il qu’il y ait une démocratie dans ce pays. Il y a bien un parlement, un conseil constitutionnel, un gouvernement, des partis, une presse mais tout le monde sait que ce n’est pas là qu’est le vrai pouvoir.

    11
    DZLander
    24 août 2018 - 17 h 32 min

    Ce qu’il ne faut jamais perdre de vue dans l’appel au meurtre de la vermine verte Arribi contre l’écrivain Amine Zaoui, c’est qu’il existe depuis belle lurette, au moins depuis l’indépendance de notre pays et non depuis les années 1990, une répartition binomiale des tâches entre ce qu’on appelle l’anarchie mafieuse et le chaos intégriste. D’aucune penseraient autrement, c’est leur affaire. C’est d’ailleurs là une des raisons qui explique le silence complice de l’Etat, autant dire du régime politique actuel. D’où, bien évidemment la non interpellation, à ce jour, de l’islamiste Arribi, censée ètre précédée de la levée de l’immunité parlementaire derrière laquelle il se terre pour commettre ses menaces et appels au meurtre…Ce n’est donc pas qu’il ne subsiste pas encore, çà et là, quelques vestiges et soubresauts d’Etatisme dans ce fantôme d’Etat. Mais, sans doute pour faire équilibre à tant de gages -en réalité, des concessions de taille- donnés par quelques prévaricateurs du sérail -de plus en plus nombreux- à l’anarchie mafieuse et au chaos intégriste, ces vestiges et soubresauts ne vont servir tout au plus que de panneaux de camouflage à la gabegie et à la rapine ambiantes. Des leurres supplémentaires en somme…C’est ainsi que l’Etat dit républicain en Algérie est devenu un régime des plus hybrides -eût-il jamais été autrement ?- d’ex. parti unique, de rentiers, de bureaucrates, de corrompus, de prévaricateurs, bref, d’imposteurs de tous bords…où l’anarchie mafieuse et le chaos intégriste, cessant définitivement de se quereller, ont fini par se prendre mutuellement pour complices, la finalité étant de s’allier pour livrer une guerre sans merci à leur ennemi commun de toujours : l’Algérie républicaine des compétences, de l’intégrité, de l’engagement patriotique. La «binomialité» dans la répartition des tâches en quelque sorte… «Dans une société dominée par les sentiments religieux, où la piété -souvent feinte- occupe tout l’espace collectif, c’est paradoxalement l’intolérance qui détourne à son profit la logique de la tolérance. Au nom de la tolérance donc, les droits religieux vont jusqu’à cette utopie illuminée qui crée partout cette forme d’intimidation intellectuelle. Il n’est plus de débat public sans la présence respectable d’un «imam». Et gare à celui qui montrerait de l’impatience ! La religion s’est échappée de l’intimité de la conscience privée pour occuper avec le faste douceâtre des sermons et des bénédictions la grande scène publique des foules idolâtres. Cette violence ineffable, immuable, cette restauration communielle ont fait de la culture une immense entreprise de théologie» (Hélé Béji, «Nous, décolonisés», Editions Arléa, 2008)…Devant un tel écheveau d’anarchie mafieuse et de chaos intégriste, que conclure sinon que l’Etat algérien s’est tellement dévalué, un tel décri à présent l’entoure, que ne s’y fourvoient encore que les gens qui, pour la plupart, n’ont pas été en mesure de faire leur «trou» ailleurs.

    18
    1
      blidi
      25 août 2018 - 9 h 59 min

      Seul le retour du communisme pourra nous sauver du fléau chiito-imperialo-wahabo-sionniste…

      3
      4
    Anonyme
    24 août 2018 - 15 h 46 min

    Depuis le temps que cet abruti paye quarante millions proféré ses menaces lui et la coiffeuse du parlement il n y aucune autorité qui réagit il faut que nous citoyens soyons organisés pour les contrer mais comment avec une société gangrenée comme la nôtre ou chacun semble trouver son compte en tous cas sachez M Zaoui que vous n êtes pas seul

    22
    4
    MELLO
    24 août 2018 - 15 h 36 min

    L’armée a pris sur elle l’arrêt du processus électoral pour sauver la démocratie … Mr Ait Amara , vous êtes de ceux qui , en 1992 , appelaient l’armée pour intervenir et sauver la democratie. Honnêtement, sans calcul politicien , soyons nous mêmes; nous sommes bientôt trente ans après, est ce que la democratie a été sauvée ? L’ Algérie avait perdu des HOMMES et des FEMMES durant la décennie noire , des hommes et des femmes qui auraient pu…, aujourd’hui la société civile a perdu ses repères, les actes de violence pullulent , a chaque coin de rue une jeune femme est prise a partie , agressée ou vilipendée , des hordes d’islamistes font tout pour empêcher un événement culturel, des bibliotheques et librairies baissent rideaux , les stades sont devenus des arènes , les espaces d’expression et d’échanges se reduisent pour laisser place a un vide sideral marqué par une imposition vestimentaire loin de nos coutumes. Trente ans après avoir sauvé la démocratie, il ne reste qu’un populisme languissant émanant de ce pouvoir unique et inique , et de ces islamistes qui occupent tous les espaces disponibles. Si la démocratie a été réellement sauvée, ce Arribi n’aurait jamais eu a ouvrir sa gueule .

    18
    1
      ZORO
      24 août 2018 - 23 h 21 min

      C est quoi cette democratie ou un citoyen qui ne te plait pas ne peut dire mot???Tu voulais dire MELOCRATIE n est ce pas Melo???
      SIGNE.ZORO. …Z….

        MELLO
        28 août 2018 - 13 h 21 min

        Tu sais Zoro, j’ai bien lu ton dernier post, toi qui entend parler de Arribi mais beaucoup moins de Zaoui. Je comprends que tu te situes du coté du premier. Mais aboyer ,comme Arribi le fait,ne rentre pas dans le giron démocratique. Une expression ou un avis contraire ok ! Mais dépecer quelqu’un en le traitant de ce qu’il n’est pas, je regrette , c’est de l’anarchie. Salutations.

    Kahina-DZ
    24 août 2018 - 15 h 18 min

    On ne reconnait plus l’Algérie. Quel malheur !
    La photo fait pleurer…On se croirait en Afghanistan, en Arabie Wahhabite ou chez le Mollahs.
    L’Algérie est envahie par plusieurs sectes religieuses qui parlent au Nom de l’Islam. Qui va arrêter cette catastrophe qui provoquera la disparition de l’Algérie.
    Même le Hadj est devenu noir !! Normalement la couleur du tissu porté par les pèlerins est blanche…Cette année la majorité des pèlerins-femmes en tenue des Wahhabo- DAECH ( regardez les vidéos sur le Hadj 2018)….Tenue noire modèle wahhabite et chiite, ce qui est incompatible avec l’islam.

    16
    1
      awrassi
      25 août 2018 - 7 h 48 min

      Le noir, c’est cette couleur qui cache la surcharge pondérale des femmes « arabes » !

      5
      3
    Gatt M'digouti
    24 août 2018 - 14 h 28 min

    La démocratie est en danger, cependant que les démocrates se complaisent dans un silence coupable attendant, sans doute, quelque intervention salvatrice????
    oui ! on attend la liberté de manifester, de marcher, cette liberté pourtant accordée par un président militaire et confisquée par un président civil !!!!!!
    Un président civil entouré de prédateurs qui terrorisent le peuple : ou c’est nous ou c’est le retour à la décennie noire !
    Un pacifique futur médecin est tabassé comme un malpropre tandis que le parkingueur exhibe fièrement son gourdin en toute impunité !
    Ya si Ait Amara ! Il n’arrivera rien ni à Hassan Aribi, ni à Ali Belhadj ni à aucun autre monstre de ce genre du moment que ce sont des idiots utiles à la politique sournoise que prône nos dirigeants, des épouvantails !
    Nous sommes tous des Zaoui certes, mais qui acceptera d’éditer nos œuvres?

    19
    30
    Anonyme
    24 août 2018 - 14 h 26 min

    Cette photo me rend triste,je pleure mon Algerie perdue…
    Ils nous ont eu avec la réconciliation nationale
    l école et les tv du moyen orient ont transformé les mentalités.
    Alger est devenue une annexe de l Arabie saoudite.
    Où sont nos belles étudiantes des années 80 ,où sont les haïks de nos mères et grands mères ?

    32
    3
    Anonyme
    24 août 2018 - 14 h 20 min

    Je suis Amine Zaoui,
    J aime mon pays et je veux le sauver de cette descente en enfer menée par des traîtres islamistes à la nation.
    Ayons tous le courage de le crier haut et fort ..y en a marre des manipulations.
    Un boucher dealer qui travaille avec de hauts dignitaires militaires et civils et qui par son biais financent la construction de mosquées à travers tout le territoire national.
    Qui finalement lutte contre ces islamistes à part les vrais amoureux de l Algérie,notre cher pays..

    25
    5
    Felfel Har
    24 août 2018 - 14 h 17 min

    Aribi n’arrêtera pas en si bon chemin dans la provocation et la diffusion de ces appels au meurtre tant que personne, aucune autorité ne le fera taire. Comme tous les illuminés, il se sent investi d’une mission sacrée, celle d’émettre des fetwa sans avoir ni légitimité, ni qualification pour le faire. C’est comme si moi, citoyen lambda, je lançais un appel pour faire taire tous ces traîtres vendus à des puissances étrangères ennemies (Dieu seul sait s’il y en a). Si tel était le cas, je vous parie que je serais vite arrêté par les « services » , inculpé de « troubles à l’ordre public » et présenté à la presse comme perturbateur. Il est vrai que je ne suis pas Aribi (qui le protège?) et que je ne bénéficie pas de l’immunité parlementaire (est-ce un privilège immuable?).

    23
    3
    Tarasse Boulba
    24 août 2018 - 13 h 09 min

    Cher compatriote @Ch’ha , waachrak laabess ! j’ai remarqué que tu es le seul (presque) à utiliser à volonté et comme ponctuation le terme « machaa allah » ! A ma connaissance, nous algériens et de tout temps on avait l’habitude de dire : « aah’k rebi », je te promets !!

    Ce « machaa allah » là a été importé je ne sais d’où ! Beaucoup d’Algériens peuvent confirmer qu’il n’est pas né chez nous, il n’est pas de chez nous !!

    42
    5
    SOUFI
    24 août 2018 - 12 h 40 min

    L’Algerie est frappé par deux sortes de Phénomènes:
    Le Choléra physique qui peut être soigné.
    Le Choléra de l’âme qui ne le pas .

    Cette individu cumule à lui seul le Choléra et la Peste …

    JE SUIS ZAOUI JE SUIS ZAOUIJE SUIS ZAOUI JE SUIS ZAOUI JE SUIS ZAOUI JE SUIS ZAOUI

    25
    5
    Ch'ha
    24 août 2018 - 12 h 22 min

    PS : le rôle du peuple algérien est comme toujours vital. D’ailleurs machallah il a toujours été présent et n’a jamais fui ses responsabilités notamment pour partir à l’étranger (pendant la guerre terroriste sioniste par procuration décennie noire).

    38
    38
    Ch'ha
    24 août 2018 - 12 h 17 min

    Interdire tous ces groupes groupuscules ces TV…. financés par les sionistes de tout bord.
    Tous ne sont que le bras armé du sionisme donc le but étant à nouveau après échec machallah de leur guerre terroriste sioniste décennie noire de tenter de déstabiliser le pays cf. est-il besoin de rappeler la Libye la Syrie qui hamdoullah grâce à l’axe de la résistance Hezbollah Iran et la Russie y a fait fasse et continue le nettoyage.
    À l’État de les interdire ainsi que leurs médias et tout système de communication.
    Bref, les éradiquer totalement ces ennemis traitres à la nation.

    43
    13
    Tarass Boulba
    24 août 2018 - 11 h 57 min

    Un seul commentaire mais sur la photo exclusivement ! Magnifique photo de la Grande Poste de notre capitale Alger, décrétée « ville intelligente » et admise dans la Conférence Internationale Smart Cités 2018, avec en premier plan des touristes femmes qui débarquent à première vue tout droit d’Arabie Saoudite, d’Égypte, de Turquie et même d’Afghanistan si je ne me trompe pas, et au fond une junte exclusivement masculine désœuvrée, fatiguée, vautrée sur les escaliers de la Grande Poste et contemplant du coin de l’œil … ce défilé magique !!

    64
    anti khafafich
    24 août 2018 - 11 h 48 min

    Je Suis Sussi Zaoui
    et à bas les islamistes larbins des al saoud et des al erdogan eux meme larbins de l’otan

    40
    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.