Les instructions «fermes» et «urgentes» de Bouteflika concernant le choléra

statu quo Algérie
Qu’est-ce qui a changé après le départ de Bouteflika ? PPAgency

Par R. Mahmoudi – Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a donné des instructions «fermes» et «urgentes» pour prendre en charge tous les malades atteints du choléra, a indiqué le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mokhtar Hazbelaoui à la chaîne de télévision Ennahar TV.

Le ministre a ajouté que les résultats des analyses finales de la parution de cette épidémie seront connus durant les prochaines vingt-quatre heures.

Plus tôt dans la journée, Hazbelaoui avait indiqué qu’à la date du 24 août, 46 cas de choléra avaient été confirmés parmi les 139 cas hospitalisés depuis le 7 août au moment où un deuxième décès a été confirmé à Blida.

Par ailleurs, le directeur de la prévention et de la promotion de la santé au sein du ministère de la Santé, Youcef Terfani, a indiqué au quotidien arabophone Echorouk que son département refusait de décréter «l’état d’urgence sanitaire», en dépit de l’inquiétude des citoyens à mesure que s’accroît le nombre de cas confirmés. Pour ce responsable, «la situation n’a pas atteint des seuils alarmants, comme en 1986, pour que nous décrétions l’état d’urgence».

Les cas enregistrés sont, d’après le cadre du ministère de la Santé, loin d’être nombreux et sont jusque-là «maîtrisés», preuve en est que les autorités n’ont pas enregistré de nouveaux cas de l’épidémie. Et de révéler qu’un rapport détaillé sur cette épidémie sera présenté au Premier ministre, Ahmed Ouyahia, dans les prochaines heures.

R. M.

Comment (93)

    mhamed debagha
    1 septembre 2018 - 16 h 26 min

    Je me demande si cette épidémie de cholera n’est pas survenue a la suite de l’arrivée de vagues de refugies depuis quelques années

    LeilatElKadr
    28 août 2018 - 13 h 06 min

    Le Cholera ,un produit bien de chez nous.C’est le seul produit qu’on n’a pas à importer à coup de devises.
    Bravo,Bravo à nos gouvernants.

    4
    1
    Anonyme
    28 août 2018 - 12 h 06 min

    Dans cette tragédie d’épidémie tout le monde et responsable du simple citoyen au 1er magistrat suprême une honte pour nôtres peuple aux yeux du monde civilisé

    Anonyme
    27 août 2018 - 10 h 30 min

    Il faut décréter le jour du vendredi, à la place de la prière , jour de nettoyage à l échelle nationale .
    L islam recommande la propreté ,alors joignons le geste à la parole sacrée…
    Cette action remplacera les hassanates de la prière…

    15
    3
      Boukra
      29 août 2018 - 22 h 54 min

      Bravo anonyme, ils se prosternent à la mosquée et une fois sortie de celle ci leurs comportements rejoints ceux des cannibales. Aucune honte à salir et quelle hypocrisie devant Dieu tout puissant ses hypocrites qui réclament HASSANAT dans la saleté ..

    Benkheira Farid
    27 août 2018 - 8 h 54 min

    Ooops, le président a parlé donc il faut suivre, mais c du choléra n’est ce pas? en parle d’épidémie pas d’une simple grippe, faudrait-il que le président parle afin de prendre les malades en charge? ah j’ai oublié 2019 c l’année prochaine….

    4
    1
    Souk-Ahras
    27 août 2018 - 8 h 26 min

    L’heure est grave, il y a urgence ! Fakhamatouhou ne doit plus se poser de questions, il doit limoger Choléra sans plus attendre.

    10
    Cousin022
    27 août 2018 - 6 h 00 min

    Fakhamatou a ordonné l’ėradication du choléra et soigner les malades. Fakhamatou se soucie de notre santé et bien être.
    VIVE FAKHAMATOU.

    9
    2
    saim
    27 août 2018 - 5 h 46 min

    Il n y a plus rien à dire, il est prouvé avec des faits réels que ni le Président ni son gouvernement ne sont capables de faire face à des situations qui sortent de l’ordinaire, heureusement qu’il y a Allah qui nous protège, c’est triste d’assister à la mauvaise gestion d’un cas dont la procédure de gestion est pourtant consignée dans un plan spécial en cas de déclenchement d’une telle épidémie

    3
    6
    Anonyme
    27 août 2018 - 1 h 21 min

    Cette bactérie a dévoilé le vide des institutions d’ÉTAT.
    La gestion de cette épidémie est une calamité.
    Absence marquée des responsables. Les Algériens gèrent cette maladie sur les réseaux sociaux.
    Aucun système de prévention ni d’intervention
    Les walis sont NULS
    Les maires sont des analphabètes, il ne savent même pas c’est quoi une bactérie.
    Les tubes digestifs gèrent l’Algérie.

    17
    Action
    27 août 2018 - 0 h 34 min

    Maintenant que le pays est à nouveau contaminé (1986), il faut mettre les bouchées doubles pour engager illico les travaux d’assainissement avec en // nettoyage des villes plus performant plus présent fréquent’
    Quant à la population laxiste et je m’en foutiste, obligation de respect de l’espace public avec interdiction de jeter ses ordures n’importe où sous peine d’amende mais surtout règles d’hygiène strictes très strictes !!
    Lavage des mains des aliments etc etc
    Quand une personne de mon entourage à la gastro (attention infection virale pas bactérienne comme choléra) idem diarrhées vomissements etc je l’interdis de venir au domicile etc …c’est hyper contagieux.
    Attention aux migrants car la pandémie a débuté au Niger voisin avec 26 morts.

    13
    1
    Anonyme
    26 août 2018 - 23 h 54 min

    Le choléra est une maladie de la misère et de la pauvreté.
    Ainsi l’Algérie marque son entrée totale dans le moyen âge. Sur le plan religieux c’est le charlatanisme qui gère la société, avec la venue du choléra nous sommes au moyen âge à 100 %.
    Bienvenue à la répoublic de Kadour

    14
    Sagesse
    26 août 2018 - 20 h 44 min

    Ces soit-disant ministres, walis, et…n’ont-ils plus de jugement pour savoir ce qu’ils ont à faire lorsque les circonstances l’exigent ? Ont-ils perdu la raison au point qu’il faille, à la moindre petite affaire relevant de leur supposée responsabilité, ce soit le président de la république qui actionne le bouton ? Sont-ils des robots à commande ? Y en a-t-il aucun d’entre-eux capable de bouger sans instructions « fermes » et « urgentes » du président ? Alors, nous n’avons besoin ni de ministres, ni de walis. Et ce soit-disant directeur général de l’institut Pasteur, de surcroît docteur, à quoi sert-il. Ne sent-il pas la honte et le ridicule quand il parle de courage politique alors que l’état a ratifié la convention de l’OMS qui lui fait obligation de déclarer ce genre de maladies médiévales ? Ne sent-il pas le ridicule quand il cite des pays les plus pauvres au monde, le Yemen, en guerre et sous embargo, le Tchad ou le Niger ? Que faut-il pour que ces gens s’en aillent et laissent travailler des hommes et des femmes qui ne savent servir que l’Algérie, la seule Algérie et non un homme quel qu’il soit ?

    60
    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.