L’Algérie et l’Afrique du Sud ont réaffirmé leur soutien aux causes des peuples sahraoui et palestinien

LindiweSisulu
Lindiwe Sisulu, ministre des Affaires étrangères de l'Afrique du Sud. D. R.

L’Algérie et l’Afrique du Sud ont réaffirmé leur soutien aux causes des peuples sahraoui et palestinien, à l’occasion d’une conférence de presse animée conjointement par le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, et son homologue sud-africaine, Lindiwe Sisulu.

A l’occasion de la conférence de presse tenue au terme des entretiens entre Messahel et son homologue sud-africaine, Sisulu, celle-ci a déclaré que «l’Afrique du Sud et l’Algérie restaient fermes dans leur soutien au peuple du Sahara Occidental».

Les deux ministres ont procédé à l’occasion de leurs entretiens à un échange de vues sur des questions politiques, de sécurité et de développement sur le continent africain.

«A cet égard, nous avons noté avec préoccupation l’instabilité persistante dans certains pays et régions frères. Nous avons donc convenu de continuer à travailler ensemble pour faire progresser la paix, la sécurité, la stabilité, l’unité et le développement économique du continent africain», a souligné Sisulu.

«Sur le Sahara Occidental, nous avons réaffirmé notre position, à savoir la réalisation du droit à l’autodétermination de son peuple et à sa décolonisation ainsi que la résolution rapide du conflit dans le cadre de la légalité internationale», a-t-elle poursuivi.

Sur cette même question, la ministre sud-africaine a indiqué que les deux ministres se sont félicités «des efforts déployés par l’envoyé spécial de l’Union africaine pour le Sahara Occidental, l’ancien président du Mozambique Joaquim Chissano et l’envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara Occidental, Horst Kohler, pour mobiliser la communauté internationale pour la mise en œuvre de toutes les résolutions de l’UA et de l’ONU sur le Sahara Occidental».

La ministre sud-africaine a déclaré que «la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) organisera prochainement une conférence de soutien au Polisario et au peuple du Sahara Occidental».

«Nous croyons en leur droit à l’indépendance. C’est leur droit inaliénable tout comme autre Etat indépendant», a-t-elle précisé.

La ministre sud-africaine a ajouté que l’Afrique du Sud considère «le Sahara occidental comme un Etat souverain et, à cet égard, le pays a accueilli très récemment le chef du Polisario en visite d’Etat en reconnaissance de ce statut».

«Nous fournissons au Polisario l’aide financière nécessaire pour mener à bien son travail administratif et nous avons proposé d’accueillir une conférence de la SADC pour soutenir le Polisario», a souligné la ministre sud-africaine des Affaires étrangères.

Mme Sisulu a tenu à ajouter que la SADC «soutiendra entièrement le Polisario» et que «c’est une résolution que nous venons de prendre à la Conférence de la SADC et l’Afrique du Sud accueillera cette conférence entant que mesure du soutien continu du Polisario et du peuple du Sahara occidental».

L’Algérie et l’Afrique du Sud liés par un partenariat historique et stratégique

Lindiwe Sisulu a indiqué que la visite de l’Algérie avait permis aux deux pays de réaffirmer leur «partenariat historique et stratégique». Elle a ajouté que lors de leurs entretiens, les deux ministres «ont pu passer en revue la coopération bilatérale, en notant avec satisfaction la profondeur et l’ampleur de leur coopération, comme en témoigne l’existence de 33 accords et mémorandums d’accord bilatéraux couvrant un large éventail de domaines tels que le commerce et l’industrie, la diplomatie, la défense, l’énergie, les arts et la culture, les sports, la science et la technologie, l’agriculture, l’éducation et la santé».

«Lors de nos discussions, nous avons également souligné la nécessité d’accorder une attention particulière à la coopération économique, en encourageant les échanges commerciaux, les investissements et la coopération stratégique entre nos entreprises publiques», a-t-elle déclaré.

Lors de cette conférence de presse, les deux ministres ont également exprimé leur «soutien au droit inaliénable du peuple palestinien d’établir son Etat indépendant avec El-Qods pour capitale».

Enfin, les deux ministres «ont souligné avec force la profondeur historique des relations entre l’Algérie et l’Afrique du Sud en soulignant l’engagement des deux pays à mettre à profit ce capital énorme au service d’une coopération exemplaire et d’une concertation régulière sur l’ensemble des questions d’intérêt commun».

R. I.

Comment (7)

    Anonyme
    30 août 2018 - 20 h 21 min

    Et la cause du peuple algérien, qui s’en soucie?

    14
    6
    Brahms
    30 août 2018 - 16 h 22 min

    Si tous les pèlerins de la Mecque (sanctuaire de la fertilité) arrête d’y aller et consacrent leur argent en versant leur quote part aux Sahraouis et palestiniens, ils pourront avoir leur indépendance. Il faut juste une prise de conscience. Il y a un début à tout.

    11
    24
      Gatt M'digouti
      30 août 2018 - 16 h 54 min

      D’ici peu, c’est nous qui allons demander notre indépendance au niveau de l’ONU !
      J’ai vu les images de KIGALI capitale du Rwanda, aucune comparaison avec nos cités dortoirs de Sidi Abdellah et Ain el Malha !

      24
      10
    tcho
    30 août 2018 - 15 h 40 min

    Il va falloir augmenter la contribution de l ‘Algérie au budget de l ‘état palestinien après les coupes de millions de dollars des USA .Les pays frères doivent prendre la relève et ainsi prouver que les dollars américains ne sont pas indispensables à la Palestine et qu’elle a des pays amis qui vont se mobiliser .

    10
    17
    Ch'ha
    30 août 2018 - 15 h 38 min

    La seule solution dans les 2 cas Sahara Occidental et Palestine est au bout du fusil : GUERRE DE DÉCOLONISATION.

    14
    25
    Brahms
    30 août 2018 - 14 h 13 min

    Belles paroles mais aucun résultat sur le terrain. Ces citoyens ne pourront pas encore attendre 50 ans.
    Il faut passer un palier sinon on parle pour faire du vent.

    18
    20
      H-B
      30 août 2018 - 17 h 57 min

      Sauf que comme tout le monde le sait, nous ne sommes pas une diplomatie de parlotte, nous sommes très actif sur le plan financier, matériel et logistique militaire. Notre soutien à leur juste cause est reconnue et saluée par ces populations, notre pays jouit d’une grande estime et popularité chez eux.

      6
      20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.