Epidémie de choléra : les assurances tardives du ministre de l’Agriculture

Bouazghi choléra
Abdelkader Bouazghi. D. R.

Par R. Mahmoudi – Comme son collègue de la Santé qui a mis plusieurs jours avant de s’exprimer, le ministre de l’Agriculture, Abdelkader Bouazghi, a réagi tardivement aux inquiétudes, réelles ou amplifiées, des Algériens au lendemain de l’apparition de l’épidémie de choléra dans le pays, et qui les ont poussés à boycotter massivement, et sans aucune recommandation certifiée, certains fruits de saison, comme la pastèque.

Lors d’une conférence de presse, tenue samedi, le ministre a tenté d’atténuer le vent de panique qui s’est emparé de beaucoup de citoyens, aggravé par des analyses et commentaires alarmistes, largement relayés sur les réseaux sociaux, en assurant que les produits agricoles, notamment les légumes et les fruits, sont sains, et que les citoyens pouvaient en consommer sans aucune crainte, du fait qu’ils sont «systématiquement» contrôlés par les différents services concernés, en les invitant à «cesser d’exagérer».

Se voulant plus rassurant, le ministre affirme que seule une quarantaine d’hectares, sur un total de 2 millions, ont été irrigués avec des eaux usées et dont les récoltes ont été, selon lui, détruites sur place.

Le ministre accuse «certaines parties», qu’il refuse de nommer, de vouloir porter atteinte au secteur de l’agriculture en Algérie et de démotiver les agriculteurs, en rappelant la campagne de dénigrement qui avait accompagné, il y a quelques semaines, les opérations d’exportation de produits agricoles algériens vers l’étranger.

Dans le même registre, des sources concordantes ont rapporté que 1 744 agriculteurs au total ont été interpellés pour contamination de l’eau destinée à l’irrigation ou exploitation illégale de sources d’eau à travers le pays. Les mêmes sources ajoutent que les investigations menées par les services de sécurité, en coordination avec les directions de l’agriculture, n’ont touché jusqu’ici que 15 wilayas.

R. M.

Comment (36)

    Felfel Har
    2 septembre 2018 - 20 h 38 min

    L’épidémie de choléra est un scandale dans un pays comme le nôtre. Elle apporte la démonstration que la gestion des affaires de l’État et de la Cité est mal assurée, puisque confiée à des incompétents. Nous payons le prix de l’improvisation, de l’incompétence, de l’arrogance, du non-respect des lois. Pendant 20 ans, on nous a berné avec des promesses non tenues s’agissant du développement du pays et sa progression vers des normes internationales s’agissant de gouvernance. ECHEC TOTAL!
    Au cours de son déplacement dans les pays scandinaves, Macron a rendu les Français responsables de leur retard, les accusant d’être réfractaires au changement, au progrès. Olivier Cabanel lui a répondu dans un article publié (« Copier les Danois? Chiche! ») sur le site AgoraVox, article dont je recommande la lecture pour découvrir la triste réalité de notre sous-développement. A QUI LA FAUTE?????

    6
    3
    Karamazov
    2 septembre 2018 - 20 h 06 min

    Une dernière pour la route.

    Tout ça m’rapil l’istwar du mec qui vendait de la m,,, j’va la rakonti à ceux de vinta,

    Un mec avait rempli des pots de miel avec de la m… en bas ; Il les vendait par trois au marché. Thletha b3echrine alef ta3 bekri.
    Dans le premier il avait mis ¼ de m… en bas et ¾ de miel en haut.
    Dans le deuxième il avait mis 2/4 de m… et 2/4 de miel dans le troisième il avait mis ¼ de miel et ¾ de m…. Sous conseil e leur médecin et du ministère de l’agriculture de lipouk qui leur ont juré que le miel c’est bon pour la santé les gens achetaient sans sarchi à comprendre.

    Ipi vouala un, za3ma qafez. Il demande s’il peut gouter. Il met un bout de doigt dans l’un, il trouve que c’est du miel, il dit c’est bon , le marchand lui dit : c’est du miel, wech ? Il prend un deuxième pot il met l’index un peut plus profondément et dit ; c’est bon! Le commerçant lui dit, jtifdis que c’est du miel, non ? Il prend le troisième pot, puis tente de mettre son index plus profondément, le commerçant l’arrête et lui dit: ti sarche la mirde ou kwa ?

    L’acheteur lui dit: matz3efch hatni kane thlatha,

    Quelques jours après, il retrouve le marchand de m,,,, miel dans un autre marché et il se met à crier:  » iyaw tchoufou ya ness j’ai trouvé de la m…. dans les pots » . Le commerçant le regarde et lui dit : ah non ! Jtidi qu’il fallait pas la chercher !

      Abou Langi
      2 septembre 2018 - 21 h 45 min

      Mêêê ! Scientifique ne dit pas : écoutez si vous ne pouvez pas vous en passer ou si vous n’avez rien d’autre à manger que des pastèques arrosée aux eaux usées non traitées , mangez-en mais faites les cuire pendant au moins une heure ou lavez-lez en prenant toutes les précautions pour ne pas disséminer d’éventuels vibrions cholérique. Il dit exactement le contraire  : : » Mangez des fruits, abusez des pastèques et du raisin même ramassés dans un égout… » .

      On ne vous dit pas : il faut arrêter de manger des pastèques à vie ! On vous dit : pendant cette période d’épidémie de choléra, puisque ces pastèques sont arrosées avec des eaux usées « non traitées », évitez-les !

      Yarhem waldikoum, quel est l’homme sensé qui rentrerait chez lui avec une pastèque arrosée avec de la m,,,,, ? Ilva dire à sa femme. tiens a la3ziza djbtlek dela3a, elle est arrosée avec de la m… lave-la bien ?

      Si ce ministre de l’agriculture est dans son rôle, le Docteur est complètement sorti du sien !

      1
      3
    Anonyme
    2 septembre 2018 - 19 h 10 min

    Un reportage sur les crevettes importée d’Asie. Les pecheur vivent dans des maison sur pilot et jettent leur matiere fecale là ou ils cultivent les crevettes. Ces pour cela que les français n’achetent jamais de crevettes asiatique, depuis que ce reportage est passé à la TV. Meme chose chez nous pour les pastèques. En France les crevettes viennent du Sénégale et elles sont plus Chère mais totalement seines. Il n’existe plus d’eau usées non traitée avant que l’on deverse dans la mer. C’est interdit. Pour les crevettes du Sénégale, jusqu’à nouvel ordre la pollution humaine les épargnent encore. J’espere que ça va durer.

    3
    3
    Anonyme
    2 septembre 2018 - 18 h 02 min

    Les ministeres concernés par cette épidémie sont les suivants :
    Ministère de l’agriculture qui sait depuis fort longtemps qu’il y a des agriculteurs qui irriguent leur exploitation avec de l’eau usée et n’a jamais rien fait.
    Le Ministère de la santé qui sait qu’il y a des cas de choleras et de typhoïde plus que de raison et n’a pas établi un rapport chaque année pour chercher l’origine du probleme.
    Le ministère de l’habitat qui sait que des construction illicite avec leur problème d’eau usée non évacuées forme des flaque d’égout à ciel ouvert et ces eaux sont aspirées par le sol empoisonnent les nappes phréatiques. Nos plages qui disparaissent sous le poids du béton. Nos ville ou le moindre espace vert est remplacé par des dalle de béton rendant nos ville des fournaises.
    Ces ministre là doivent être remercié et les staff aussi puisque personne ne sonne l’alarme.
    Ces ministres doivent démissionner.
    Lors de la canicule de 2003, le ministre de la santé français a déposé sa démission, car il a fallut le personnel des hôpitaux pour sonner l’alarme. Les techniciens en costume cravates, eux étaient en vacances et malgré les chiffres de décès alarmant personne n’a sonné l’alarme. Les syndicat des infirmiers et des médecins urgentistes ont trouvé que le nombre de décès était important par rapport aux années précédentes.Ces ministre que j’ai cité doivent déposer leur démission et il faut refaire tous les système de contrôle sanitaire, médicaux, d’urbanisme, système agricole qui semble archaïque.

    5
    2
    Nasser
    2 septembre 2018 - 17 h 53 min

    « … consommer sans aucune crainte, du fait qu’ils sont «systématiquement» contrôlés par les différents services concernés… »
    Un gros mensonge!
    Ils font comment pour contrôler « systématiquement »
    On n’a jamais vu de « services concernés » contrôler « systématiquement » tous les produits agricoles!
    Cela n’existe pas dans aucun pays du monde!…sauf en Algérie!
    Ils ne savent plus quoi même mentir de façon « logique »…. après plusieurs de réflexion!
    “Entre fond et forme, la forme est la compétence des incompétents !” (A. Malraux)

    3
    3
    Anonyme
    2 septembre 2018 - 17 h 50 min

    seul 1744 agriculteurs qui ont été impliqués d’avoir irigués leur erre avec des eaux usées !!!! wawwwh seul 1744 ! pour lui ce n’est rien ,ils ont produit combien de millions de bactéries ? il suffit de croiser la route d’une de ces pasteques arrosées avec de la m… et boum ! me voila avec le cholera ! malheureusement on traite un sujet grave avec facilité comme si ces dizaines de morts ne representent rien a leurs yeux ! si ce n’est pas du mépris c’est quoi ?

    3
    3
    Anonyme
    2 septembre 2018 - 17 h 34 min

    Vous savez ce clan de Oujda gere l’Algerie, comme on gere une maison clause. C’est tout ce qu’ils savent faire. La gestion d’un pays aussi grand que l’Algerie avec les difficulté climatique, la rigueur dans la gestion de l’eau et l’hygiene en plus de l’islamisme qui a detruit toute les institutions et l’esprit d’analyse des gens comptant sur Allah pour nettoyer leur ville, leur esprit tordu est quelque chose de difficile. Le clan a epuisé les ressources de l’Algerie et maintenant il laisse le pays dans un chaos. Des voisin belliqueux et nous transmettant le poison qu’est le hachich pour detruire notre jeunesse, de l’eau des ville non nettoyées de matiere fecales empoisonnant chaque années des milliers de gens, internet qui ne marche pas, des instituteurs frappant nos enfants avec des tuyaux d’arrosage sans être sanctionnées, des transport qui ne marchent pas ou qui ont disparu, la poste ne transmet pas de courrier et les colis sont éventrés, volés, pillés. Aucune industrie emanant de nos concitoyens ne voit le jours et plein de problème d’incivilité comme nos villes non nettoyées, nos plages colonisées par des voyous, des parking sauvages administré par des voyous muni de gourdin et de couteau, des vestiaires de stade devenus des hotel de passe ou les employé de mairie sensées les garder se les sont octroyés complices avec les responsables. Un système mafieux s’est installé à tous les étages.

    5
    3
    Karamazov
    2 septembre 2018 - 17 h 05 min

    @Ras El Hanout

    Scientifique ! Scientifique ! Isk moua jipa un qamum de syentifik ?

    J’tiore ya akhi oula ya oukhti que je ne suis entouré presque que de médecins exclusivement. I jiswi ni malade ni interné.

    Nous en avons discuté en long en large et de travers et pas un seul n’a pris ce sujet comme le « Docteur » ici , même si comme le souligne AP c’est de l’ironie, malgré le contexte et la gravité des faits. Il y en a même un qui a reporté sa visite en Algérie à cause de cette histoire de choléra. Ouqsimou billeh que je ne rajoute rien ! Pas un parmi eux n’a dit que ce n’était rien et qu’il lui suffirait de laver ces pastèques arrosées à l’eau usée NON TRAITEE dans un contexte d’épidémie de maladie à transmission hydrique ou alimentaire, comme le choléra..
    Quand il y a un risque on ne le taquine pas , on l’évite ipicitou !

    Si quelqu’un vous dit: les poulets fermiers mangent de la m… , j’en ai souvent mangé et ils étaient sains et exquis, maintenant qu’ils sont chers et que je n’ai pas les moyens je crois que je vais faire comme eux, est-ce que vous allez vous y mettre vous aussi?

    Je vous rappelle que dans les eaux usées il y a de la m…. S’ils ne vous disent pas qu’ils arrosent avec de la m… c’est juste pour ne pas vous couper l’appétit.

    1
    5
    lhadi
    2 septembre 2018 - 15 h 27 min

    La tête de ce ministre, comme d’ailleurs celui de la santé et bien d’autres, doit tomber.

    Pourquoi ?

    Parce que le département de ce ministre se complait dans le travail de Sysiphe : c’est-à-dire le bricolage permanent.

    L »agriculture est à la confluence des défis majeurs d’aujourd’hui : nourrir une population en croissance rapide, le faire en respectant l’environnement et le principe de précaution.

    A l’orée du troisième millénaire, l’Algérie se doit d’exploiter ses immenses ressources agricoles et de s’imposer comme un acteur majeur de l’industrie agroalimentaire.

    Ce choix stratégique, comme dans d’autres domaines industriels, il nous faut l’inscrire dans la vision de l’Algérie de demain.

    C’est dans cet esprit que nous devons engager notre agriculture dans la voie des transformations qu’exigent notre époque, les besoins des travailleurs des campagnes et l’intérêt de la nation.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    6
    5
    Rébaï
    2 septembre 2018 - 14 h 56 min

    Rien que cette idée de savoir que nous mangeons des fruits et légumes arrosés avec de l’eau des toilettes est plus que repoussante. Il y a quand même eu ces dernières semaines plus de 500 cas d’intoxications alimentaires dans la région algéroise. DZAIR TV a fait un reportage sur nos eaux en bouteilles. Selon une étude britannique, que ces eaux en bouteilles seraient très chargées en particules plastiques microscopiques. Cette affaire du choléra aura au moins eu l’avantage de mettre à jour différents problèmes cachés de santé publique et les défaillances des services de contrôle qualité des eaux. Il n’est pas normal que ce soit des études étrangères qui informent les algériens sur ce qu’ils consomment tous les jours. Je comprends pourquoi les citoyens se méfient des discours des autorités.

    7
    4
    Chibl
    2 septembre 2018 - 14 h 27 min

    Cette pratique d’irrigation par les eaux usées et d’autres pratiques malsaines est l’oeuvre des musulmans, dans les pays chrétiens où juifs il n’y a pas cette pratique, plus que ça, dans le désert du Néguev Israël en a fait l’une des plus grandes exploitations agricoles en milieu aride au monde, en Europe, en Russie aux usa il n’y a pas cette pratique. Les gens sont convaincus que Dieu pardonne tout et donc nous pouvons tout faire et aller au Hadj et c’est fini. un vrai cauchemar de vivre en terre d’Islam.

    11
    6
      MOHAMMED BEKADDOUR
      2 septembre 2018 - 17 h 06 min

      @Chibl
      ———————————————————————-
      L’Islam n’existe plus, c’est ce que nous devrions nous dire tous une fois pour toutes. Lorsqu’il existait, il éblouissait l’univers, en particulier l’Europe. Les Chrétiens ? Avec l’avènement du mariage pour tous, ils ont achevé de mourir… En tout cas, plus rien n’est net à part ce faux islam avec ses eaux usées, et ses bandits empoisonneurs, ses… Microbes !

      2
      7
    Anonyme
    2 septembre 2018 - 14 h 18 min

    Les propos de ce Ministre ont été démentis par l’Institut Pasteur d’Alger . La dernière fois que notre pays a voulu exporter ses légumes à l’Etranger ( Russie, Qatar), nos produits ont TOUS été rejetés par ces pays importateurs parce qu’ils étaient bourrés de PESTICIDES ( = poisons chimiques qui peuvent causer des Cancers ). Ceci démontre que nos services de contrôles sanitaires sont défaillants. Une étude médicale algérienne faite il y a quelques années et parue dans la presse algérienne avait révélé que de plus en plus de citoyens souffraient de maladies et cancers digestifs.

    7
    4
    fatigué
    2 septembre 2018 - 14 h 07 min

    @ AP / «  »en rappelant la campagne de dénigrement qui avait accompagné, il y a quelques semaines, les opérations d’exportation de produits agricoles algériens vers l’étranger. » »
    __________________________________________________________________________________
    Ces exportations se sont fait dénigrés elles memes puisque c’est les étrangers qui les ont refoulé.

    7
    2
    anonyme
    2 septembre 2018 - 13 h 21 min

    il ment comme il respire

    5
    3
    Anonyme
    2 septembre 2018 - 12 h 59 min

    Estimons nous heureux qu’on a pour l’instant que le choléra ,parce que vu la déliquescence de tous les institutions de l’Etat ,il faut s’attendre à la peste bubonique ,la lèpre,le typhus et des pandémies .

    6
    3
      Anonyme
      2 septembre 2018 - 14 h 06 min

      Il semble qu’il y aurait aussi eu quelques cas de TYPHOÏDE dans l’Est du Pays

      7
      3
    Anonyme
    2 septembre 2018 - 12 h 48 min

    1744 agriculteurs interpelles ? Et seuls 40 hectares sont touches ? SOIT CET ÉNARQUE BUREAUCRATE NOUS PREND POUR DE IDIOTS A TOUS AVALER . SOIT IL NUL ET DOIT DISPARAITRE SUR LE CHAMPS ! supposons que les agriculteurs touches sont propriétaires chacun de un hectare !ça fait 1744 hectares ; il ne prend même pas le temps de vérifier les informations anormales que lui communiques les dsa et les chambres d agricultures !les dsa et chambres gonflent toujours les chiffres pour montrer pattes blanches au détriment de l agriculture !

    8
    3
      fatigué
      2 septembre 2018 - 14 h 14 min

      Chacun posséderait donc environ 0,02 ha, ( 40ha divisés par 1744 ) il est fort ce ministre, il faut envisager de prévoir sa candidature au prix nobel…..( ça ferait palir l’autre ministre de benak lol mdr )

      9
      3
    Karamazov
    2 septembre 2018 - 12 h 36 min

    « Se voulant plus rassurant, le ministre affirme que seule une quarantaine d’hectares, sur un total de 2 millions, ont été irrigués avec des eaux usées et DONT LES RECOLTES ONT ETE, SELON, LUI DETRUITES SUR PLACE; »

    . Pourquoi les détruire ? Pik il n’ y a aucun risque, selon le  » Docteur ». Il eût suffit de les laver , à l’eau de source de Sidi Lekbir ou de Sidi Khlifa ou à l’eau du robinet roqyée par l’imam de votre mosquée.

    6
    3
      Abou Langi
      2 septembre 2018 - 13 h 21 min

      Mais noooon ! Tidswit les grands mots! Unremède de cheval pour si peu! Pourquoi à l’eau avec tous les risques qu’elle soit polluée ?
      Au teymoum seulement, en récitant la sourate 72. Pas un vibrion ne survivra!

      4
      3
      Ras El Hanout
      2 septembre 2018 - 13 h 58 min

      @Karamasov
      Il fait référence aux normes pour l’exportation de produits agricoles.
      Rien à voir avoir avec le médical et cela ne remet aucunement en cause les propos scientifiques du Docteur.
      Arrêtez la psychose.
      L’épidémie de choléra est parti du Niger voisin. Après certes pour éviter la contagion ne pas visiter les malades etc relisez l’article du Docteur qui est très clair.
      Stop psychose.

      1
      8
    Kahina-DZ
    2 septembre 2018 - 12 h 13 min

    Le choléra a dévoilé l’anarchie qui gère le secteur de l’agriculture ainsi que les autres secteurs concernés par l’apparition du choléra.
    L’absence d’un cahier de charge permettant la traçabilité des produits a rendu la détection de la source de la contamination impossible.
    Jusqu’à quand tout ce désordre dans la gestion des secteurs aussi sensibles …

    12
    4
    DYHIA-DZ
    2 septembre 2018 - 12 h 06 min

    Ceux qui disent que les fruits et légumes irrigués avec les eaux usées sont propres à la consommation doivent cesser de défendre l’indéfendable.

    La qualité de la plante et sa composition dépendent de la composition/qualité du sol et de l’eau. Tout ce que la plante prend du sol et son eau se retrouve dans la composition du fruit/légume.

    À titre d’exemple: Les pesticides/fertilisants chimiques utilisés dans l’agriculture se retrouve dans le fruit et le légume. C’est le même process pour les eaux usées qui transmettent toutes leurs cochonneries à la plante.

    18
    3
    MELLO
    2 septembre 2018 - 11 h 59 min

    Contradictions sur contradictions, une fois c’est le Ministre de la sante qui accuse les produits agricoles irrigues par des eaux usees, une autre fois un specialiste Docteur est venu nous en rassurer et maintenant c’est celui de l’agricuture qui s’en defend. toujours est il , fiha inna, si la speculation prend autand d’ampleur c’est que la verite est presente. Dans cette affaire d’eaux usees, plusieurs ministeres sont concernes , celui de la construction , celui de l’interieur avec ses services au niveau des APC, celui de l’agricuture, celui de la sante et celui du commerce. Personnellement, je ne crois pas un iota de ce que raconte ce ministre sur les donnees en sa possession, car loin , tres loin du terrain il ne fait que recevoir des chiffres venus de tres bas.

    7
    2
    Anonyme
    2 septembre 2018 - 11 h 04 min

    Ce ministre dit n’importe quoi. L’irrigation des exploitations de pasteque, comme j’ai pu le découvrir moi même avec mes propres yeux, se fait avec des eaux usées non traitées. Ca m’a vraiment choqué. Sans exagerer, je dirai même que c’est presque systematique. Certains ne le font pas car leur champs sont tres pres des habitations ou peut être par conscience professionnelle. Mais la plupart irriguent leur champs avec des eaux usées. Il suffit d’aller faire des prelevement au sol par vos services, monsieur le ministre. La saison des pasteque est presque finie et avec ce cholera et le boycotte de ce produit par les consommateurs, les paysans ont cessé voila presque un mois de pratiquer l’irrigation des champs par des eaux usées. Mais faites des prelevement au sol et analysez les. Vous aurez des surprises. Par ailleurs, il y a aussi les plages, monsieur le ministre. C’est aux prefectures du littoral de constater cela. MAis ils ne le feront pas car il ont laissé trop de construction illicites se multiplier grace au bakchich versés par les contrevenant à quelques fonctionnaires de mairies. Par exemple sur la corniche oranaise, je marchais au bord de la plage cherchant un endroit sein pour me baigner. Depuis Bouseville, jusqu’à Aï El Turk. Cela fait 20mn de marche à pid. En Descendant les grand escaliers parsemé de matiere car les estivant n’ont pas d’endroits pour faire leur besoin. Je vois un fil d’eau presque noire couler vers la plage. Je renonce à me baigner. Je marche encore quelque centaine de metre et j’arrive à Trouville, encore un filon d’eau usé qui desend directement sur la plage. Je continue à marcher pendant une dizaine de minute. C’est la meme chose. On appelle ça Paradis plage. C’est comme ça tous les 200 metre, vous constatez une rigole d’eau usées qui descend vers la plage et à coté de laquelle les estivants, les enfants des colonies de vacances se baignent. Toues les habitations au bord de la plage sont sans permis de construire. La mairie leur a meme ecrit pour arreter de construire. Le tout à l’egout n’existe pas.

    10
    2
    Anonyme
    2 septembre 2018 - 10 h 36 min

    mon cher ami ( selon la formule consacré entre gens du monde) sans vouloir en aucun cas vous choquez ,voila ,êtes vous ministre parce que vous êtes intelligent ou es tu intelligent parce que t es ministre ????

    5
    2
    Zaatar
    2 septembre 2018 - 10 h 32 min

    Voila au moins qui prouve que l’irrigation avec des eaux usées est une pratique courante chez nous. Mais cela prouve également que cette irrigation ne cause pas des épidémies à tout bout de champs. Sinon, tous nos hôpitaux et tous les médecins et tous le paramédical du pays ne suffiraient pas…ce qui est loin d’être le cas et heureusement. De toutes les manières on ne changera jamais nos habitudes. Car ces dernières sont copiées de chez nos responsables. L’égoïsme, la prédation, la distribution de la rente, l’enrichissement rapide, le gain facile…etc tout cela a été cultivé par le système qui gouverne depuis l’indépendance à nos jours. Alors les citoyens n’ont fait que répliquer ce qui se fait à plus haut niveau et chacun à sa façon.

    8
    1
    Anonyme
    2 septembre 2018 - 10 h 13 min

    m , le sinistre skuz ministre c est trop lourd pour tes petites épaules toute frêles ,êtes vous parti a l étranger pendant la propagation de l épidémie de choléra ? Avez vous l intention de vous démunir de l immunité et démissionner pour être juger pour faute grave et incapacité entre autre délits ?
    une dernière, acceptez vous de répondre a un/des citoyen/s ordinaire/s ?a moins que vous l/es estimez trop petit/s pour vous? d avance merci monsieur

    5
    1
    Anonyme
    2 septembre 2018 - 9 h 43 min

    « seul quarante hectares sont irriguès par les eaux usées  » sur 2 millions ? il a trouve ça ou ? le dernier des agriculteurs sait que c est un chiffre bidon ! et il est loin de la réalité catastrophique ! que des mensonges après avoir déclarer que l Algérie produit des semences de pomme de terre le voila qu il récidive avec les eaux » troubles » , a ce jour l Algérie n a jamais produit une (1 )pomme de terre de semences ! la vérité c est des tubercules de petits calibres sélectionnes sur la récolte de saison pour l arrière saison ! ces soit disant semences dont parle le ministre sont issues des semences d importation de saison !ni GUELLAL (setif ) NI TIARET ne produisent de semences : que de l argent jetè par les fenêtres ! voila le mensonge ! quand au chiffre de record de production de blé c est encore un mensonge de plus !les chiffres sont fournie par des dsa de wilaya comme d habitude et les bateaux de blé d importation et les scandales ne vont pas s arrêter a ce rythme virtuel ! un administrateur énarque ne peut gérer un département spécialisè comme l agriculture !

    11
    2
    Anonyme
    2 septembre 2018 - 8 h 49 min

    On dirait que Mr le ministre se prend au sérieux! Depuis quand il y a un quelconque controle en Algérie!? Tout le monde fait ce qu´il veut en DZ. Oukoul barbouwete. L´état n´a aucune autorité, et est démissionnaire, bien sur sauf pour ses lignes rouges.

    12
    5
    BabElOuedAchouhadas
    2 septembre 2018 - 8 h 48 min

    Pour une fois et quoique tardivement, je dirais que ce Ministre de l’agriculture a parlé vrai surtout qu’on il parle a demi-mot du lobby « import-import » qui veut maintenir la dépendance alimentaire du peuple algérien vis a vis de l’étranger notamment vis a vis de la France.

    7
    12
      anonyme
      2 septembre 2018 - 11 h 55 min

      La France n’exporte pas de pastèques et melons.
      Elle exporte le blé

      3
      2
    Gatt M'digouti
    2 septembre 2018 - 7 h 47 min

    40 hectares Monsieur le Ministre? Alors comment expliquez vous l’arrestation de 1744 agriculteurs impliqués dans des affaires d’irrigation de champs avec des eaux usées au niveau de 15 Wilayas? Honte !

    17
    2
    Zaatar
    2 septembre 2018 - 7 h 44 min

    Et on se considère comme un responsable du pays….

    8
    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.