Plus de 9 millions d’élèves rejoindront mercredi les bancs de l’école

l'école, rentrée scolaire
La rentrée scolaire est chaque année un défi pour le ministère de l'Education. D. R.

Plus de 9 millions d’élèves rejoindront mercredi les bancs de l’école, à travers le territoire national, dans le cadre de la rentrée scolaire 2018-2019. Répartis sur les cycles préparatoires avec 5,8%, primaire (48,8%), moyen (31,7%), et secondaire (13,7%), ces élèves sont encadrés par 749 232 fonctionnaires au niveau des établissements éducatifs (plus de 27 000 établissements), dont 89,9% appartiennent à l’encadrement pédagogique et 10,1% à l’administration.

Selon le ministère, le nombre des élèves durant la période entre 2000 et 2018 a été «revu à la hausse», soit 1 270 000 élèves (6,8%). La ministre de l’Education nationale, Nouria Benghabrit, avait affirmé que la nouvelle année scolaire 2018/2019 sera celle de «la formation par excellence» destinée à atteindre «les plus hautes normes de qualité dans l’éducation et l’enseignement». Le coup d’envoi de la nouvelle rentrée scolaire sera donné à partir de la wilaya de Mascara sous le slogan «faire du vivre ensemble en paix : un acquis et un principe éducatif et citoyen», a fait savoir Mme Benghabrit.

La première responsable du secteur de l’Education a fait remarquer qu’environ 80 000 fonctionnaires entre professeurs, inspecteurs, administrateurs et artisans avaient bénéficié de sessions de formation durant l’année scolaire 2017/2018. Elle a fait savoir, par ailleurs, que le secteur de l’Education nationale s’attellera cette année à mettre en œuvre les objectifs assignés lors des deux conférences nationales d’évaluation et de soutien à la réforme de l’école, organisées les mois de juillet 2014 et 2015. Il s’agit, a indiqué la ministre, de la refonte pédagogique, l’amélioration de la gouvernance de l’école et le renforcement de la place et de l’importance de la formation. Dans ce sens, le secteur de l’éducation nationale mise sur le perfectionnement du niveau des élèves, notamment ceux scolarisés au primaire, un palier qualifié, ajoute-t-elle, de «socle» pour l’opération éducative, indiquant que certaines «améliorations» ont été apportées dans les curricula selon «une nouvelle vision» qui cadre avec les nouveautés en didactique, en sciences et en technologies.

Qualifiant cette situation d’«exceptionnelle», la ministre a fait savoir que son secteur travaille «sans relâche», en coordination avec les autres secteurs concernés, en vue de trouver des solutions rapides, durables et dans les meilleurs délais, car, a-t-elle dit «nous n’accepterons la scolarisation de nos enfants que dans des conditions propices et confortables».

S’agissant des mesures prises par le ministère pour alléger la charge sur les élèves et assurer leur scolarisation dans des conditions sanitaires et pédagogiques adéquates, la ministre a affirmé, au titre de l’année scolaire 2018/2019, «la réduction du poids des cartables pour les élèves scolarisés du cycle primaire de près de deux kilogrammes». Dans ce cadre, le ministère a publié la liste des fournitures scolaires nécessaires pour les trois cycles scolaires (primaire-moyen-secondaire) dans le but d’alléger le poids du cartable, réduire les coûts des affaires scolaires et rationnaliser leur utilisation.

En vue de garantir la réussite de l’année scolaire, le ministère de l’Education nationale avait invité les secrétaires généraux des directions de l’éducation au niveau national à «mener à bien la rentrée scolaire 2018/2019 en veillant à l’application de toutes les instructions et orientations données par la direction centrale, notamment en termes de respect des règles d’hygiène, de santé et de sécurité».

La brigade de la Gendarmerie Nationale a pris, en coordination avec les autorités concernées, des mesures à même de garantir la sécurité dans les établissements scolaires et leurs abords, en prévision de ce rendez-vous. La direction générale de la Protection Civile a mis en place un dispositif de sécurité spécial rentrée scolaire, afin de protéger les élèves contre les accidents de la route.

R. N.

Commentaires

    Nora
    4 septembre 2018 - 23 h 16 min

    9 millions c’est trop ou a-ton les loger dans vingt ans ou comment va t-on créer 9 millios d’emploi en plus, que va t-on leur donner à manger eux et ceux qu’ils vont enfanter. C’est le résultat de ces ignorants qui ont semé la fitna dans ce pays qui ont fait croire que la contraception était haram. Il faudrait interdire à tout citoyen algérien ayant plus de 4 enfants toute action politique et tout poste important dans les entreprises.

    4
    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.