Sûreté d’Alger : accompagnement des élèves, sécurité routière et sensibilisation aux dangers des drogues

accompagnement, rentrée
Photo New Press.

Les cadres de la Sûreté de la Wilaya d’Alger ont procédé, mercredi matin, à l’accompagnement des élèves des cycles primaire, moyen et secondaire, qui ont rejoint, en ce premier jour de l’année scolaire 2018-2019, les bancs de l’école, ainsi qu’à la distribution de dépliants contenant des conseils et orientations relatifs à la sécurité routière, au mauvais usage d’internet et aux dangers des drogues , a-t-on constaté.

Dès les premières heures de cette journée, les agents de la Sûreté de la Wilaya d’Alger ont reçu les élèves de l’école primaire Oum-el-Habiba de Bab-el-Oued qui ont été appelés «ainsi que leurs parents au respect des mesures de sécurité».

Les élèves ont, en outre, reçu des dépliants qui expliquent les comportements sains à suivre, leur rappelant également les numéros mis à leur disposition, tels que le numéro vert (1548), le numéro de secours (17), le numéro vert (104) pour les catégories vulnérables, outre l’application «Allo Chorta», ont fait savoir les responsables de cette initiative.

Le lieutenant Laïchaoui Mehdi, de la Cellule de communication et des relations publiques à la Sûreté de Wilaya d’Alger, a précisé que la sortie de terrain programmée ce mercredi au profit des élèves des différents établissements scolaires, tels que le lycée Frantz Fanon et les écoles primaires Oum-el-Habiba de Bab-el-Oued et Bachir-Ibrahimi d’El Biar, faitpartie de «l’effectif sécuritaire important mobilisé par les services de Sûreté de la Wilaya d’Alger, en application des instructions de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN).

«Des patrouilles pédestres et mobiles mobilisées pour la sécurisation des abords des établissements scolaires «sont en place déjà, précise le même responsable qui ajoute que des agents de la sureté publique assurent la régulation du trafic routier, notamment aux heures d’entrée et de  sortie des élèves. Les éléments de sûreté de wilaya sont présents via les cellules d’écoute qui sont réparties sur les 13 circonscriptions administratives, en vue d’accompagner les élèves tout au long de l’année, à travers «des campagnes de sensibilisation», a assuré le même cadre qui a évoqué le lancement de campagnes de sensibilisation destinées aux lycéens sur la sécurité routière et les dangers inhérents à la toxicomanie.

Pour sa part, le Commissaire principal Makhlouf Djamel, chef de sûreté de la circonscription administrative de Bouzeréah, a précisé que les agents de police, en recevant les élèves lors de la première journée scolaire, veulent mettre l’accent sur l’action de la Sûreté nationale en matière de protection de toutes les franges de la société» et renforcer leur présence dans les établissements scolaires et leurs abords. Concernant le kidnapping des enfants, le Commissaire principal Makhlouf a affirmé que l’arsenal juridique qui protège l’enfant algérien de toute forme d’agression, l’action sur le terrain et la vigilance des éléments de la police sont à même de permettre aux citoyens de se sentir en sécurité, autant les adultes que les enfants».

La DGSN a mobilisé, à l’occasion de la rentrée scolaire de l’année 2018-2019, plus de 60 000 policiers au niveau national, en vue d’assurer une couverture sécuritaire optimale dans les différents lieux publics, a rappelé, mardi, le Commissaire divisionnaire, Abdelmadjid Saâdi, sous-directeur de la Sécurité publique.

R. N.

 

Comment (5)

    MELLO
    8 septembre 2018 - 14 h 52 min

    Malgre cette campagne de sensibilisation , d’accompagnement et mise en garde, une petite fille de 13 ans Fatma Zohra a disparu sur le chemin du college. Repartie de chez elle a 13h apres avoir dejeune’, elle ne rentre pas le soir. Sa famille a attendu jusqu’a 21h , pour aller signaler sa disparition au commissariat. Comme reponse, on leur a dit d’attendre 24h pour pouvoir la signaler. Comment peut on donner autant de temps a l’eventuel ravisseur pour lui permettre d’achever sa mission. Certe , la police ne peut pas tout ssurveiller et tout le temps, mais elle peut repondre favorablement à la detresse de la famille, pour l’ assister.
    Les regles doivent, absolument, changer avec une reactivite’ de ce corps proche de la population.

    Anonyme
    7 septembre 2018 - 13 h 38 min

    Les seuls endroit sécurisés seront le Lycée Bouamama (ex Fromentin) au golf,ainsi que le Lycée Alexandre Dumas à Ben-Aknoun fréquentés par les enfants de nos glorieux dirigeants

    1
    1
    nehhi
    6 septembre 2018 - 20 h 52 min

    Eduquez les parents d’abord ! et interdisez la religion à l’école et dans la politique.
    Mais quand le brel éduque un hhmar ça ne donnera jamais un cheval.
    Babeloued eddah eloued .Fuite en avant, le pays sombre.
    Quand on s’est habitué à de l’argent facile, difficile de revenir en arrière.
    Prenez comme co,nseillers des asiatiques au gouvernement et vous verrez que dans 10 ans on sera rangé parmi les pays développés.
    Oubliez cette notion de souveraineté mal placée, de religion et de langue Arabe.
    Comme principes n’abandonnons pas les Sahraouis et les Palestiniens, ensuite arrêtons de jouer au fort qui défend les faibles.
    Pour l’Europe, notre développement ne les intéresse pas bien au contraire, ils ne voient en nous qu’un potentiel de profits.
    SANS UN IMPORTANT BUDGET POUR LA RECHERCHE, il n’y a aucune solution !

    2
    2
    Slam
    6 septembre 2018 - 19 h 21 min

    Désolé mais ce n’est pas aux policiers d’accompagner des élèves ni de les sensibiliser. La fonction de veiller sur les élèves en dehors de l’école est du ressort des parents. Dans les pays occidentaux il ya des agents municipaux à chaque sortie des écoles pour régler la circulation et permettre aux élèves de traverser la rue sur un passage piétons en toute sécurité. Quant à sensibiliser, c’est le rôle des enseignants et des pédagogues et pas de la police qui a sûrement des choses à faire. Dans son domaine. A force de tout mélanger on ne sait plus qui doit faire quoi et qui est responsable en cas de problème.

    3
    2
    MELLO
    6 septembre 2018 - 11 h 25 min

    Louable initiative, mais insuffisante, de la part de notre surete’ nationale. La securite et l’education passe inevitablement par le trace’ des passages pietons et l’obligation de leur respect aussi bien par les pietons que par les automobilistes. L’installation des feux tricolors ne doivent pas se limiter aux principaux carrefours, mais egalement en des lieux que le pieton frequente en traversant la chaussee. Le respect , par tous, des passages pietons et des feux tricolors, reste, j,en suis convaincu,un projet d’education de la societe’. Un autre point noir qui met la vie de tous en danger, ce sont ces « motards » qui petaradent aux alentours des etablissements scolaires, en usant d’ engins bruyants en faisant de la vitesse.

    3
    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.