Surenchère sur l’identité algérienne : la réponse de Benghebrit aux islamistes

Benghebrit islamique
La ministre de l'Education nationale ne se laisse pas intimider. PPAgency

Répondant indirectement à certains activistes islamistes dont le député du FJD, Hassan Aribi, qui l’accusent de vouloir rayer certaines matières liées à l’éducation islamique ou à l’identité nationale, la ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, a tenu à démentir formellement tout ce qui se dit à ce sujet.

La ministre, qui s’exprimait mercredi à Mascara, où elle a donné le coup d’envoi de la rentrée scolaire 2018-2019, a assuré que son département avait, au contraire, programmé d’introduire une documentation plus riche concernant «les symboles de la Révolution» lors du cours inaugural, et s’engage à valoriser davantage l’héritage culturel algérien.

Cela dit, la ministre n’a pas fait directement référence, dans son allocution, à la place de l’éducation islamique dans le cursus scolaire, ni pris aucun engagement sur le maintien de cette matière, si chère aux islamistes et autres conservateurs, aux examens de baccalauréat.

A la veille de la rentrée, le député islamiste Hassan Aribi avait donné le ton en soulevant l’absence constatée, encore une fois, de la formule introductive du Coran, la basmala, sur les manuels scolaires qui seront distribués aux élèves des différents paliers.

Hassan Aribi accusait la ministre et, par extension, tout le gouvernement d’avoir menti aux Algériens, en disant avoir «rétabli» la basmala, suite à une omission due à des erreurs d’impression. Pour le trublion député du FJD, cette «récidive» apportait la preuve irréfutable que le ministère de l’Education nationale, sous Nouria Benghebrit, faisait tout pour saper les «constantes nationales» et combattre les valeurs de l’islam.

Le député et d’autres islamistes craignent qu’après cette décision de maintenir le retrait de la basmala des ouvrages scolaires, le département de Benghebrit ose retirer, bientôt, l’éducation islamique des principaux examens de fin de cycle et, notamment, le baccalauréat.

R. M.

Comment (49)

    Rabah
    7 septembre 2018 - 11 h 41 min

    Je suis algerien et je ne comprend pas du tout ce que veut dire « basmala ».
    Que quelqu’un m’explique ?

    10
    1
      Lghoul
      7 septembre 2018 - 20 h 15 min

      Je ne suis pas certain mais ca doit etre
      l’equivalent de « Bismillah ».

      5
      1
    Anonimi
    7 septembre 2018 - 9 h 44 min

    L’école, surtout le primaire, est pour moi une sorte de rampe de lancement dans la vie sur terre pour nos jeunes enfants qui ne demandent qu’à connaître et apprendre les principes de base du civisme, de l’hygiène, du savoir vivre, du savoir être, de l’histoire, de la géographie, des mathématiques et des langues pour affronter les défis qui les attendent une fois adultes. Il est criminel de parler de l’au-delà, de la mort, de l’enfer, du mektoub et du djinn à des enfants qui viennent à la vie et ne sont pas en fin de vie. Les parents qui veulent inculquer à leurs progénitures la rigueur religieuse rien ne les empêche de le faire chez eux ou à choisir les zaouïa et les écoles coraniques pour leurs seuls enfants. Ce que font et veulent faire les enfants des autres ne les concerne pas, absolument pas, bas les pattes frérot.

    10
    4
    Bouzorane
    6 septembre 2018 - 22 h 57 min

    Les islamistes n’ont rien de conservateurs.
    Des marginaux dégénérés, acculturés, idéologiquement bâtardisés.
    Rétrogrades et arriérés, sauf quand il s’agit de se mettre à genoux au service des puissances étrangères. Là ils savent etre à la page et suivent toujours la bonne tendance et la dernière mode : autrefois c’était l’égypte leur qibla, ce fut ensuite l’arabie saoudite, l’iran pour certains, après, il y a eu le qatar, et aujourd’hui, c’est au tour des turco-mongols d’etre les maîtres des islamistes algériens.
    Des traîtres avérés et des pervers obsédés par l’idée de mettre l’Algérie sous tutelle étrangère.
    Les islamistes sont et seront toujours des larbins cosmopolites à la solde des états étrangers.
    Dénués de tout patriotisme, n’ont aucun repère national, aucune fierté patriotique, regardant toujours ailleurs plutôt que vers la terre qui les a vu naître, la terre des ancêtres.
    Ils ne reconnaissent ni ne respectent ni les ancêtres ni la Patrie, ils sont contre l’histoire et les traditions Algériennes.
    Ils cherchent à changer la société en lui imposant une domination étrangère.

    26
    8
      Anonyme
      7 septembre 2018 - 0 h 24 min

      @ Bouzorane,
      Bravo, vous les avez bien cernés à chacune de vos phrases. Des traitres intégraux, des bouffeurs à tous les râteliers pourvu que les dits râteliers soient made in Bédouinie tant le concept de patrie leur fait horreur, telle est leur raison sociale, leur ligne de conduite, leur morale, leur culture, leur alpha et oméga.
      Et comme c’est à ça qu’on les reconnait, bien sûr ça ose tout, y compris demander la Lune.

      10
      2
      Lghoul
      7 septembre 2018 - 7 h 03 min

      Il faudrait ajouter a la liste de mercenaires, tous les bachaghas et tous les messalistes qui voulaient que la france reste en Algérie. D’ailleurs, pour faire le boulot de la france, ils ont massacré des membres de l’ALN, lequel deviendra le FLN, le vrai . En 1990, ils ont massacré 250.000 algériens pour faire le boulot des wahabites. Donc, en mercenaires nés, ils s’allient selon les circonstances du moment pour faire le boulot des autres sur le dos des algériens. En conclusion ils n’ont aucun « chromosome » algérien, ni brin de nationalisme dans leur sang. On les retrouve aujourd’hui dans le sabotage de l’éducation et de l’économie pour offrir notre pays tantôt a l’arabie saoudite, tantôt a la turquie, selon le PLUS OFFRANT. Une lignée de traitres/mercenaires au service des autres, pour de l’argent, uniquement pour de l’argent.

      13
      2
      Said
      7 septembre 2018 - 7 h 17 min

      Qu’est ce que la basmala a à voir avec l’Iran et l’Arabie Saoudite ?! Qu’est ce le retrait de l’éducation islamique à avoir avec la Turquie ou l’Égypte ?! Ou bien c’est juste la haine pour l’islam et le mépris pour tout ce qui fait référence à la religion du peuple algérien qui te fait perdre l’équilibre pour que tu charges tes mots avec tant de noirceur et tant de venin mortel, hasbuna Allahu wa niama al wakil

      9
      10
    DZLander
    6 septembre 2018 - 22 h 04 min

    Ce qui est navrant dans ce faux problème de Besmala qui vaut et signifie, chaque fois que l’occasion s’en présente, une agression verbale injuste, schizophrénique envers Nouria Benghabrit, c’est que beaucoup de gens qui vivent dans ce pays -je n’ai pas dit Algériens, ni concitoyens, car j’estime personnellement que cette catégorie d’individus ne mérite aucun des deux qualificatifs- beaucoup de gens donc, chauffées à blanc par des «imams», dont la plupart sont faussaires, continuent de s’imaginer que la Besmala, qui jusque-là n’a jamais, au grand jamais, figuré dans aucun manuel scolaire, voire universitaire depuis l’indépendance, je dis bien depuis l’indépendance, doit désormais figurer dans les manuels scolaires et qu’à ce titre, la supprimer serait un acte contre… Dieu ! Savent-elles seulement, si elles ont bien lu le Coran et tous les livres qui lui sont connexes, que c’est seulement dans ces livres-là que la Besmala figure et que par conséquent, elle peut et ne doit figurer dans aucun autre livre dit profane, à savoir tout ce qui et manuel scolaire traditionnel, pour la bonne raison que ce serait tout simplement considéré par les exégètes comme «bidaà» ? Or ces gens-là savent-elles aussi, ignorantes et agnostiques qu’elles sont, que les musulmans qui nous ont précédés, ceux qui ont fait l’àge d’or de l’islam au Moyen-àge, ne se sont pas embarrassés de faire figurer à la première page de leurs ouvrages scientifiques cette Besmala, ce qui leur a permis d’assimiler, traduire et transmettre -en plus d’avoir créé par eux-mèmes leurs propres sciences, tout l’héritage gréco-latin à la modernité actuelle ? Alors, arrétez de nous faire ch…avec votre imposture, une de plus à votre actif malheureusement. Arrétez de regarder le doigt plutôt que la lune qu’on ne cesse de vous montrer chaque fois que Dieu fait sur ce site, dont je salue le courage, à toute épreuve, de publier par honnèteté des àneries que les ànes eux- mèmes n’auraient pas osé commettre….

    22
    5
    Bouzorane
    6 septembre 2018 - 21 h 43 min

    Ce qui est rigolo et rageant à la fois, dans cette histoire, c’est que les islamistes soient qualifier de « conservateurs »!!!
    Eux, qui veulent changer la société et imposer un point de vue tout à fait nouveau et complètement étranger à l’Algérie.
    Eux, qui ont introduit une mode vestimentaire étrangère (avez-vous déjà vu un islamiste porter une gandoura ou un barnous, ou un chech ou une razza bien Algériens?)
    Eux qui ont imposé une prière bid3a (innovation), étrangère aux Algériens après 15 siècles d’islam, en croisant les bras et écartant les jambes!!
    Eux qui ont imposé une autre bid3a : donner aux mosquées Algériennes des noms de sahaba (compagnons du prophètes) et par extension des noms contemporains mais tout aussi étrangers (principalement égyptiens), alors qu’en 15 siècles d’islam, les Algériens ont toujours donné aux mosquées des noms bien de chez nous!
    Eux, qui ont modifié jusqu’à la façon de parler, en introduisant dans le language commun des mots et expressions que les Algériens ne connaissaient pas du tout : « barak ellahou fik », « jazakoumou ellahou khayran », « akramakoumou ellah »(au lieu de « hachakoum »), « 3aqiqa » (au lieu de hameghra),….
    Je dis nouveau, car l’avènement de l’islamisme en Algérie date de 1980!!

    25
    6
    Look otherwise
    6 septembre 2018 - 19 h 14 min

    Selon certains de vos commentaires, Voilà le but que voulaient atteindre les sionistes…
    # «La Basmala est devenue l’outil des barbares criminels»
    # la mafia de Dieu. استغفر الله
    Maintenant on doit éviter tout les symboles de l’islam parce que une certaine catégorie d’ignorants les ont utilisé.
    كما قال الله تعالى: بسم الله الرحمان الرحيم
    يريدون ليطفءوا نور الله بافواههم و الله متم نوره و لو كره الكافرون

    23
    16
    Anonyme
    6 septembre 2018 - 19 h 04 min

    Avant de piller et de corrompre, les islamistes prononcent la basmala.
    Après avoir rempli les poches, ils se cognent la tête au sol pour avoir la marque bleue sur le front.
    Un pilleur au front marqué qui nous fait la morale.

    43
    8
      Gatt M'digouti
      6 septembre 2018 - 20 h 51 min

      Et pour égorger hommes, femmes et enfants, devant des cameras à poster sur le net, les montres criaient des Allah Akbar !
      Lors des attentats en Europe, tous les témoins racontent aux chaines tv qu’avant l’attentat, le mec criait « Allah Akbar » ! Ce qui faisaient le bonheur des Fourest, Levy, Zemmour, BHL, Le Pen et les autres !
      C’est également le but que voulaient atteindre les sionistes?

      34
      6
        Look otherwise
        8 septembre 2018 - 12 h 32 min

        Vous avez bien dit: «ce qui faisait le bonheur de ces sionistes». Mon message ou l’objectif de mon intervention était pour dire que cet catégorie à utiliser l’islam pour justifier leurs actes.
        L’islam appartient à Dieu et à personne d’autre. إن الدين للله
        Quelques que soient les gens qui ont manipuler ces groupes, le résultat est qu’il ont sali l’image des musulmans. Certaine catégorie dans notre société en profite pour essayer d’enfoncer les symboles de l’islam et font référence à ces gens là comme si c’est les seuls représentants de l’islam!!

    Anonyme
    6 septembre 2018 - 19 h 03 min

    Madame vous n avez a répondre a un individu qui est a la solde des turcs et encore beaucoup de chance que l institution éducative n est pas a sa charge

    32
    8
    Anonyme
    6 septembre 2018 - 17 h 32 min

    Mr Aribi a raison! La formule magique que les islamistes utilisent pour leurs funestes desseins, « La Basmala », ne doit pas disparaître. Le programme de notre école ne doit pas changer de cap, car jusqu’à présent il a excellemment servi à ces barbares criminels manipulés par leurs alliés sionistes: Former des terroristes qui, au nom d’Allah, tuent, massacrent et détruisent sans aucun état d’âme!
    La formule magique des islamistes  » la Basmala » qui sert leurs funestes desseins ne doit pas disparaître.
    Au nom d’Allah,les islamo-sionistes nous imposent, en fait, un projet satanique qui doit nous mener à la concrétisation du grand Israël avec Jérusalem capitale du monde.

    25
    10
    ripper
    6 septembre 2018 - 15 h 56 min

    99% des algériens se posent la question au sujet de qui peut déranger la besmala, d’autres comme nos chères francophiles se demandent que peut déranger le fait d’ôter la besmala ?
    Se rappeler le créateur via la basmala c’est du subliminal qui ne peut déranger que les satanistes cabalistes.
    Au moins les recommandations d’Audrey Azoulay de l’UNESCO sont bien suivies par notre Remaoun, les petites têtes  »arabes », oh pardon  »amazighs » (car il faut bien créer l’antagonisme comme pour chiites-sunnites, laïcs-islamistes… et bien sûr arabes-amazighs puisqu’on n’a pas de chiites et nos laïcs sont très musulmans). L’Amazighité est la nouvelle trouvaille inventée pour remplacer l’appellation barbares ou berbères du temps des romains.
    Dans les faits il n’y a aucune surenchère, l’identité algérienne est claire, nos kabyles et chaouis parlent un très ancien arabe et du punique, ils viennent du Yémen, de la péninsule arabique et de la Corne de l’Afrique. C’est génétique, historique et scientifique, avec l’internet et la démocratisation du savoir le temps de la colonisation des esprits est révolu.

    16
    54
      MELLO
      6 septembre 2018 - 17 h 33 min

      Renseignez vous aupres de qui voulez , vous aurez la desagreable surprise qui vous contredira. Les Kabyles ont une pratique saine de l’Islam. Nos parents et arrieres grands parents pratiquent la religion naturellement , comme s’ils sont nes avec. Bismillah reste une pratique quotidienne a tout moment de la journee et avant d’aller au lit. Il est inutile d’attendre BENGHEBRIT ou ce neo-policard de Arribi pour nous mettre dans un debat qui n’a pas lieu d’etre. Alors , sil vous plait ne melangez pas Amazigh avec athee ou francophile. Le hizb de la France on le connait .

      40
      8
        D.Z
        6 septembre 2018 - 18 h 46 min

        @ MELLO

        Bien parler mon frère.
        Je n’ai rien à rajouter.

        17
        6
          ripper
          6 septembre 2018 - 21 h 12 min

          @ MELLO

          La Kabylie fut ciblée dés le début, le grand père de Benghabrit (tiens tiens) était l’ami du Maréchal Lyautey qui a pondu une circulaire datant de 1925 :
           »Nous n’avons pas à enseigner l’arabe à des populations qui s’en sont toujours passé. L’arabe est un facteur d’islamisation, puisqu’il est la langue du Coran, et notre intérêt nous commande de faire évoluer les Berbères hors du cadre de l’islam.
          Au point de vue linguistique nous devons tendre à passer directement du berbère au français. Pour cela, il nous faut des berbérisants…
          Il faut aussi créer des écoles franco-berbères où l’on apprendra le français aux jeunes Berbères. »

          Source : Alain Ruscio in Le credo de l’homme blanc, Bruxelles, Ed. Complexe, 2002, p.2

          8
          10
    Anonyme
    6 septembre 2018 - 15 h 50 min

    Après les crimes qu’ils ont commis ils osent encore ouvrir leurs gueules, mashallah !

    36
    8
    DYHIA-DZ
    6 septembre 2018 - 15 h 23 min

    Avant de réclamer la basmala, il faut être honnête, crédible et propre…
    Ces mafieux de la religion respirent l’argent sale au nom d’Allah. Ce n’est pas le parti de dieu, mais les mafieux de dieu.
    Soyez propres tout d’abord. La basmala est compatible juste avec les personnes ayant un comportement exemplaire et un cœur propre.
    Que ces intégristes arrêtent de jouer aux prophètes. Dans la religion musulmane il n’ya pas d’intermédiaires entre l’individu et le bon dieu.

    58
    10
    MOHAMMED BEKADDOUR
    6 septembre 2018 - 13 h 30 min

    Dans le Coran on peut lire « ILS veulent éteindre La Lumière d’Allah, et Allah achèvera Sa Lumière, malgré la répulsion des mécréants »… J’ai vécu une scolarité en France de la dernière année du primaire jusqu’à l’université, aucune histoire de Basmala, aucun atome de religion, rien, j’ai appris avec Le Temps que taire Dieu ne suffit pas à le rendre inexistant, Dieu a Sa Manière de s’imposer, Il est Omniprésent, d’ailleurs pour le cas algérien, dans toutes les villes, tous les coins et recoins des milliers de Muezzins sont entendus plusieurs fois par jour même par les bébés, même par les animaux, au premier rang desquels Les Cigognes, alors, alors n’y aurait-il pas d’autres chats à fouetter, quel navet que ce film ! Chaque Algérien chez lui apprend à ses enfants la basmala… C’est quoi tout ça !!!

    54
    8
      Lghoul
      6 septembre 2018 - 14 h 59 min

      Est ce que Dieu a besoin d’être défendu par des fourmis, voire des bactéries humaines si vraiment on croyait en Dieu ? Prétendre “défendre” Dieu c’est se sentir supérieur a lui, car il est faible, ce qui est une erreur grave pour un croyant!!! Dieu n’a donc ni besoin de parti politique ni d’êtres humains pour le défendre. Est-ce que les gens réfléchissent des fois ?

      49
      10
    Moskosdz
    6 septembre 2018 - 13 h 28 min

    Les islamistes eux-mêmes roulent pour l’intérêt des Juifs,simplement c’est au nom de l’islam que sont bernés les moutons afin de leur faire haïr tout nationaliste Algérien travaillant pour l’intérêt de son pays.

    49
    8
    Kahina-DZ
    6 septembre 2018 - 13 h 25 min

    Des islamistes barons de la drogue et du marché informel s’intéressent à la basmala. Ils ne savent même pas le sens de la basmala.
    L’islam ne dit pas que la corruption et le sale commerce est Hallal . Mais c’est l’islam de l’Aribi et ses Ali baba !!

    69
    8
      LeilatElKadr
      6 septembre 2018 - 15 h 18 min

      @Kahina-Dz
      L’éducation islamique ne sert qu’à enfermer nos enfants dans un cocon qui les empêche de s’ouvrir sur le monde,de penser ,de réfléchir librement,autrement,d’avoir un esprit critique.
      Ce aribi aurait du s’exprimer au sujet de l’épidémie qui a sévit dans notre pays.Tout comme l’argent sale et la politique ne font pas bon ménage,la religion et un enseignement de qualité tourné vers l’émancipation,le développement Également.
      Ce ARIBI,devrait trouver quelque chose de plus originale pour détourner l’attention du public sur la destination TURQUE des milliards engrangés par le commerce informel monopole des islamistes.
      Islamistes algériens=maintien de la médiocrité et la pensée unique dans les écoles+maintien de l’informel alimenté par l’importation et obstacles à l’entreprenariat créatrice de richesse+siphonage de nos devises vers la turquie et les émirats+vulnérabilisation de notre pays au profit des occidentalo-sionistes.

      33
      8
    Anonyme
    6 septembre 2018 - 13 h 15 min

    Je ne soutiens plus cette ministre…

    15
    58
      Amazigh DZ
      6 septembre 2018 - 15 h 22 min

      et moi je ne soutiens pas les islamo-sionistes!

      44
      8
    Anonyme
    6 septembre 2018 - 13 h 05 min

    Il est logique que Benghebrit de par ses origines(voir sa confession )est parfaitement dans son rôle de faire un travail de sape de l’instruction nationale( et non de l’éducation nationale!) notamment en enlevant tous les référents religieux des manuels.On peut comparer celà à ce qui se passe en Europe , où la shoah est devenu un référent religieux dans les manuels qui a remplacé définitivement le christianisme.Malgré sa politique de destruction de notre jeunesse, cette « ministre » Benghebrit est maintenue dans ses fonctions , indéboulonnable!curieux n’est ce pas?Serait ce à dire qu’elle bénéficie d’une immunité venant de Tel Aviv ou de la juiverie internationale qui ont infiltré l’Algérie dans ses institutions les plus profondes?Est ce le deal pour avoir cette pseudo réconciliation nationale éphémère ?Pauvre Algérie.

    12
    78
    malik
    6 septembre 2018 - 13 h 02 min

    Hadjar, Hasbellaoui et Benghabrit, ministres des 03 secteurs de développement du pays ont assez nui à l’Algérie avec des preuves connues du monde entier ! M. le Président, nous vous en supplions remplacez-les par des ministres capables de redresser la barre, il y a des compétences dans notre université, malgré la fuite de 90% des cerveaux algériens. Si vous voulez qu’on croit en votre futur mandat. Il y a à la présidence des gens qui veulent que l’Algérie se développe, ils vont nous soulager, sous peu en changeant ces 03 ministres-clé. merci

    11
    60
    Look otherwise
    6 septembre 2018 - 12 h 36 min

    J’ai jamais fait attention à l’existence ou pas de la Basmala sur les manuels scolaires de mes enfants. Inscrite sur la première page, le plus souvent passe inaperçu. Mais le plus important, pourquoi elle l’a supprimé? Économie de l’ancre!?
    Je ne pense pas! Ces genre de petits gestes peuvent nous donner une idée sur l’orientation de la politique de Benghebrit concernant la réforme, s’il y en a une.
    Je déplore l’absence de dialogue, l’absence de clarté sur le fond du système éducatif. Le plus important, en plus d’un système fort sur le plan scientifique, c’est de garder les vraies valeurs de la société, non pas d’utiliser les enfants pour diriger la société vers un mouvement ou autre.
    Diviser la société pour régner

    17
    35
      LeilatElKadr
      7 septembre 2018 - 23 h 55 min

      @look otherwise
      Vous dites que ce genre de petits gestes peuvent nous donner une idée sur l’orientation de la politique de Benghebrit.Moi aussi je dirais que la seule présence de besmalla sur les manuels scolaires donnent une idée sur la vision qu’ont les islamistes (affidés des moyens orientaux qui sont jaloux de notre personnalité révolutionnaire ) de notre école républicaine (qui doit emanciper,developper,inculquer un esprit critique ..) qu’ils veulent transformer en zaouia tout juste bonne à former des réciteurs du Saint Coran sans même qu’ils comprennent ce qu’ils récitent.
      De plus,en supposant vraies ces ridicules accusations qu’elle a des origines juives,où est le problème.Elle est plus algérienne que ces verreux d’islamistes à la solde d’erdogan qui ferment les yeux sur les milliers d’euros qui affluent chez lui,provenant des islamistes qui exsanguent notre pays.
      Beaucoup de juifs algériens se sont sacrifies pour notre indépendance.

    Gatt M'digouti
    6 septembre 2018 - 11 h 50 min

    Basmala la saleté
    Basmala la corruption
    Basmala les islamistes le Fln et le RND
    Basmala Taj et son Ghoul qui a bouffé du thon et du goudron
    Basmala le cholera
    Basmala le nobel
    Basmala wa macha allah un bouchi qui devient un Trump algerien
    Basmala les logements clapiers de lapin dans des banlieues prisons
    Basmala la vulcanisation dial tahkout
    Basmala l’évasion des devises
    Basmala l’agriculture « BIO »
    Basmala l’enseignement pour indigenes
    Basmala nos hôpitaux mouroirs
    Basmala nos eaux polluées
    Basmala la chaine Ennahar nouvelle APS
    Basmala les parkingeurs criminels
    Basmala les pedophiles impunis
    Et enfin : EL HAMDOULLAH RANA BIEN !!!!!!!!!!

    72
    14
      @@@
      6 septembre 2018 - 14 h 02 min

      L’Enseignement Catholique
      Que représente l’Enseignement Catholique en France ?
      Avec plus de 2 millions d’élèves pris en charge au sein de près de 8 000 établissements, l’Enseignement Catholique assure la scolarité d’environ 17% des effectifs des enseignement primaire et secondaire. Ce chiffre est en légère croissance depuis une dizaine d’année.

      La proportion d’élève scolarisé par l’Enseignement Catholique est la plus forte dans les régions de Bretagne, des Pays de Loire, de Rhône Alpes et dans le Nord, toutes de tradition catholique.

      L’Enseignement Catholique possède également des établissements d’enseignement professionnel et Post-Bac, mais sa représentativité en termes d’effectif est nettement plus faible que pour les écoles, collèges et lycées d’enseignement général et technologique.

      Afin d’assurer la formation de tous ces élèves, l’Enseignement Catholique emploie dans ses établissements environ 130 000 professeurs et 77 000 personnels pédagogiques, de gestion et d’encadrement.

      Le poids de l’Enseignement Catholique au sein du système éducatif français est donc important et correspond même à 95% de l’intégralité de l’enseignement privé des premier et second cycles.

      11
      17
        Gatt M'digouti
        6 septembre 2018 - 14 h 20 min

        Besmala le professeur universitaire en informatique qui avait coupé un poteau électrique dans les années 90 sous la coupe de son chef un cordonnier !

        23
        7
      Algerien pur et dur
      6 septembre 2018 - 18 h 05 min

      Bien dit. Merci Gatt M’digoutti. Ces gens la « digoutaouni » aussi. Je reconnais de moins en moins mon pays a chaque que je rentre pour visiter les miens et contempler sa belle nature. De plus en plus denature par des gens en claquettes hiver comme ete et gandoura fines qui dissimulent a peine leurs sous-vetements mis en evidence par leur couleurs vives. Elles ne ressemblent meme pas a celles portees par nos aines. Macha allah ouine bladna raiiha. Au vu de ce qu’ils ont vraiment dans le coeur et dans la pensee, chez ces gens la, la forme a definitivement remplace le fond. Macha allah, le bon dieu lui ne peut etre berne.

      23
      6
      Clair-Obscur
      6 septembre 2018 - 22 h 09 min

      Gat m’digouti, agriculture « bio »…. Mdrrrr

      5
      2
    MELLO
    6 septembre 2018 - 11 h 09 min

    L’education nationale, que seule la definition de wikipedia pouvait donner le veritable sens. Mme la Ministre , ne comprend pas la portee de cette definition qui canalise tout un projet de societe’. Mme la Ministre se contente de petites retouches sans incidence sur la qualite’ de l’enseignement. Depuis son installation, elle ne fait que promettre une refondation profonde de l’ecole, a ce jour aucun indice ne nous le montre. Au lieu de prendre  » le taureau par les cornes » , elle ne fait que repondre a des bassesses venues de cette categorie d’individus qui tentent de prendre toute l’Algerie en otage. Au lieu de s’etaller et de s’expliquer sur les details, elle devrait dire , tout simplement , que les cours religieux sont dans les ecoles coraniques ou dans les zaouias, puis avancer gaillardement vers la refonte des programmes scolaires.

    40
    16
    Massinissa
    6 septembre 2018 - 11 h 01 min

    Ma question est la suivante: ceux qui ont envoyé des robots sur Mars, des engins spaciaux pour visiter et étudier l’atmosphére de Saturne, Pluton, jupiter, analyser et cueillir des échantillons de l’astéroide géant qui risque de s’écraser sur Terre en 2135. Ces savants et ingénieurs qui travaillent pour proteger notre maison commune la Terre et sauver l’humanité, quel age ont-ils ? quel genre d’école ont-ils fréquenté pour arriver á ces résultats? Il s’avére que nous avons le méme age qu’eux, que nous avons fréquenté l’école comme eux parmi nous il y a ceux qui ont bénéficié de longues et hautes formations dans des écoles étrangéres. Le résultat: Nous nous disputons pour la basmala, savoir si nous sommes Kabyles ou Arabes, Musulmans ou agnostiques, si l’un est de l’Est ou de l’Ouest, du Nord, du Centre ou du Sud du pays, si la Femme cache bien sa chevelure sous un foulard. Ce sont nos préoccupations des années, des mois, des jours, des heures et des minutes. Bravo continuons sur ce chemin et ne nous soucions pas du reste puisque les mécréants font tout pour nous.

    62
    8
    La culture Algérienne "FIRST"
    6 septembre 2018 - 10 h 13 min

    L’éducation doit se réapproprier l’identité Algérienne et pratiquer un enseignement qui inculque un l’esprit critique permettant de se forger une identité, une opinion propre, d’apprendre à réfléchir, d’acquérir une culture générale large et ouverte et de préparer des futurs citoyens responsables. PAS uniquement des machines à apprendre par cœur sans comprendre le fond/le sens de la matière enseigné. La religion doit être dans un cours éducation civique MAIS SANS PLUS, ceux qu’ils veulent approfondir il y a les mosquées. L’éducation nationale doit être préserver des manipulateurs politiques de tout bord et des religieux extrémistes qui veulent laver le cerveau de nos enfants pour en faire des moutons. Il faut être extrêmement ferme et pratiquer la tolérance 0 à tout ceux qui veulent utiliser l’éducation nationale comme outil politique et de propagande que ce soit les arabisants, les berbéristes ou les islamiste. Notre école doit former des citoyens Algériens responsables en adéquation avec notre siècle et le monde dans lequel nous vivons pas des zombies et/ou des tubes digestifs sans cerveau.

    58
    7
    Anonyme
    6 septembre 2018 - 9 h 49 min

    Désolé AP de devoir m’opposer à ce soutien envers Benghebrit. Si Benghebrit avait fait un travail de revalorisation réelle et observable de la scolarisation des petits algérien/nes, cela aurait sauté aux yeux et, comme je l’ai dit ailleurs, même les barbus l’auraient salué. En quoi enlever la Basmala est-il une renversante victoire ? C’est de la politique de petits symboles. Pendant ce temps, elle a osé prévoir enlever les langues étrangères au bac à l’heure de la mondialisation la plus généralisée qu’ait connu la planète de toute son histoire. Madame Benghebrit est de l’ancien monde et le fait qu’elle soit francophone ne change rien à l’affaire. Elle n’est pas la bonne ministre pour ce pays dont la majorité de la population a moins de 26 ans. Elle est dans les retouches de façade et sa vision est nulle. La formation et le fait de sortir du tout-pétrole sont les seuls garanties de notre pérennité. Or nos cerveaux sont aspirés par l’ancienne puissance coloniale majoritairement et notre système éducatif est hors-cible. Quand aux islamistes qui polluent le système éducatif, n’en parlons pas, ils sont clairement co-acteurs d’un crime éducatif de grande ampleur… Co-acteurs car la France a eu le génie de laisser un peuple à 97% analphabète ! Madame Benghebrit Stop ! Ouvrez ce débat à tous les spécialistes algériens : historiens, géographes, sociologues (hors vous), linguistes, philosophes, anthropologues, pédagogues, juristes. Ce débat est l’affaire de nous tous. Ce n’est pas une affaire gouvernementale ou politique, mais au-delà une affaire nationale qui dépassent toutes les autres.

    19
    22
    Salim Samai
    6 septembre 2018 - 9 h 37 min

    Plus on evoque le Passé et « l´histoire » et MOINS on a de PRESENT et de PROJET!
    Jadi, Baba, « NOUS, les Musulmans/Arabes de l´Andalousie… »

    La rengaine traditionnelle!
    C´est le monde et la Vie! Moi aussi j´avais 20 ans et courais comme M´Bape et Pelé!
    Le Portugal, la G.B., la Grece et l´Espagne DOMINAIENT le monde et…. la CHINE!
    Aujourd´hui…..?

    14
    8
    Muh Amazigh
    6 septembre 2018 - 9 h 31 min

    Les réformes de Madame La Ministre de l’éducation Nationale ne sont qu’à leurs débuts. Elles seront renforcées par les futurs ministres de l’éducation et même accentuées et que cela plaisent aux islamistes ou pas car la vérité historique doit être connue de tous les algériens. Nous devrons également comprendre que ceux qui reçoivent des instructions des pays du Moyen Orient et qui chercher à défigurer notre véritable identité doivent un jour répondre de leurs actes en étant aux services des étrangers en occupants des postes de responsabilité politique dans notre pays. Leur avenir les condamnent .

    37
    10
    .
    6 septembre 2018 - 9 h 16 min

    Cette pseudo ministre de l’Education national Nouria Benghebrit.
    Pour qui se prend t-elle pour exclure des manuels scolaires et des cours l’enseignement de l’histoire de l’islam l’apprentissage des bases de l’islam du devoir de chaque musulmans à sa pratique quotidiennement.
    Les devoirs et obligations dans la société poir chaque musulmans.
    Nous sommes nous agériens musulmans qu’elle l’accepte ou non.
    Ce n’est pas une personne ministre fut elle qui doit décider pour 41 millions d’algériens, ils doit y avoir un consensus nationale une consultation nationale sur un sujet aussi important que la religion .
    Elle est conseillée et inspirée par l’occident les ennemis de l’islam.
    Soit elle implique l’éducation islamique dans tous les cours et manuels scolaires et dans tout les cycles de la maternelle à la faculté.
    Où elle dégage.
    De toutes façons elle ne gagnera pas ce combat, les algériens ne lui permettront pas , la oumma islamia ne lui permettra pas ,Allah ne lui permettra pas.
    Elle a ouvert une boîte de pandore très dangereuse.

    13
    50
      Samia
      6 septembre 2018 - 11 h 14 min

      Pour l’apprentissage de l’islam les zaouias, les mosquées et les madrassas musulmanes ne suffisent donc pas ! Arretez de massacrer l’enseignement en plantant la peur et la mort dans les esprits des enfants. Vous avez ruiné le pays et vous voudrez détruire toue forme de savoir. Dégagez avec vos commanditaires mercenaires !

      44
      10
    Anonyme
    6 septembre 2018 - 9 h 02 min

    LA BESMALA est à la portée de tous les Algériens qui la prononcent et la prononceront avant tout acte sans l’intervention de cet islamiste invétéré qu’on devrait ligoté comme tedjal.

    36
    7
    Bamar
    6 septembre 2018 - 8 h 49 min

    Vus comme c est parti bientôt l education islamiques serra Arc en ciel, est on appelra ça la modernité

    16
    11
    Anonyme
    6 septembre 2018 - 8 h 32 min

    les reformes ne durent que le temps de leurs initiateurs. Tout cela ne survivra pas au départ de Benghebrit….

    18
    30
      Antonyme
      6 septembre 2018 - 9 h 29 min

      Et les bourricots seront content…..

      32
      9

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.