Accords commerciaux UE-Maroc : le Front Polisario critique le parti-pris d’une eurodéputée

L'eurodéputée, Patricia-Lalonde
L'eurodéputée Patricia Lalonde. D. R.

Le ministre sahraoui Délégué pour l’Europe, Mohammed Sidati, a indiqué ce vendredi que les propos tenus par l’eurodéputée, Patricia Lalonde, qui conduit au nom du Parlement européen une mission dans les territoires sahraouis occupés, «sortent de la neutralité qui devrait être la sienne en sa qualité de rapporteur» et incitent à approuver l’extension des accords commerciaux UE-Maroc au Sahara Occidental.

L’eurodéputée Patricia Lalonde, avec une délégation de la Commission INTA (Commission du commerce international du Parlement européen), a visité récemment  Dakhla et El Âyoune, deux villes du Sahara Occidental occupé. «Dans des déclarations publiques, Mme Lalonde aurait encouragé l’extension des accords commerciaux UE-Maroc au territoire sahraoui illégalement occupé   par le royaume marocain», parlant d’un prétendu «incontestable développement socio-économique dans la région» et de projets «qui créent de l’emploi pour les jeunes locaux», a souligné Sidati.

Réagissant au parti-pris de la Française, Patricia Lalonde, dans ses propos, Sidati a souligné dans une déclaration que cette eurodéputée «aurait soigneusement évité de se référer au consentement demandé du peuple sahraoui, condition pourtant préalable à toute possibilité d’accord touchant le Sahara Occidental, territoire que la Cour de Justice de l’UE considère expressément comme séparé et distinct du territoire du Maroc».

Le diplomate sahraoui a souligné que les propos de Mme Lalonde, reproduits par la presse marocaine, «s’inscrivent, en outre, dans la même logique que ceux tenus par le Commissaire, Pierre Moscovici devant le Parlement européen à la veille de la visite de la délégation INTA», qui «incitent à approuver l’extension des accords UE-Maroc au Sahara Occidental, en violation totale des arrêts émis par la Cour de Justice de l’Union européenne». «Les propos de Madame Lalonde du genre «il n’est pas possible de mettre un frein à un développement économique dans une région qui en a besoin», préjugent de la tonalité du rapport à venir et sortent de la neutralité qui devrait être la sienne en sa qualité de rapporteur», a soutenu Sidati.

Pour rappel, la Commission européenne a été invitée à respecter les décisions de la CJUE qui avait exigé dans le paragraphe 106 de l’arrêt du 21 décembre 2016, le consentement du peuple du Sahara Occidental, le considérant comme «souverain». Les arrêts de la CJUE de décembre 2016 et du 18 février 2018 avaient stipulé clairement que «toute convention conclue avec le Royaume du Maroc concernant les territoires sahraouis et leurs eaux est une convention nulle et sera annulée».

R. I.

Comment (5)

    Yadess/fibali
    8 septembre 2018 - 7 h 52 min

    Les sahraouis devraient dénoncer la mainmise des députés français qui roulent pour le Maroc au parlement européen. Il n’est pas normal que l’Europe envoient des eurodéputés français au Sahara occidental, alors que tout le monde sait qu’ils ont déjà un parti pris. On ne peut pas être juge et partie c’est-à-dire avoir un pouvoir de décision dans une affaire où l’on a des intérêts personnels voir géographique puisque le Maroc est la continuité de la France et son protectorat!

    23
    13
    Vangelis
    7 septembre 2018 - 23 h 36 min

    Il ne faut s’étonner de rien, venant de députés français qui suivent à la lettre la politique de leur gouvernement qui est unilatérale, partisane et sans rapport avec les objectifs fixés de longue date par les organisations internationales.

    Les divers arrêts stipulent que les éventuels accords doivent recueillir l’assentiment du représentant légitime des sahraouis en l’occurrence le Polisario.

    Ces députés et leurs acolytes du makhzen peuvent se torturer l’esprit en long, en large et en travers, les décisions sont là pour les rappeler à l’ordre puisque en cas d’accords qui ne respecteraient pas les prescriptions et limites fixés, seront considérés nuls et non avenus.

    25
    14
      Danny
      8 septembre 2018 - 12 h 38 min

      Le problème c’est que aucun arrêté de la CJUE ne stipule que le Polisario est le représentant du peuple sahraoui. Même pour l’ONU, il n’est qu’une partie en charge d’aider cette organisation à trouver une solution au conflit

      9
      13
        Rachid Djha
        8 septembre 2018 - 15 h 41 min

        @Danny, C’est ce que dit la presse propagandiste de ton Regime MakhNazi meme si la derniere Resolution du CS/ONU insiste pour que ton Roitelet M6 se mette a la table des negociations directes avec le Front du Polisario..

        9
        8
    Ziad ALAMI
    7 septembre 2018 - 22 h 55 min

    Encore une fois je continue à dire et à écrire que l’indépendance du Sahara occidental est au bout du fusil de son peuple et que tout le reste n’est que du bla bla bla et une perte du temps que le Mongolien M6 est en train de mettre à profit pour asseoir sa colonisation du Sahara occidental par le transfert massif de colons marocains du Rif selon le modèle israélien en Palestine.

    26
    15

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.