Contribution : Macron, les criminels harkis et les réparations pécuniaires

Macron harkis
Macron a décidé de dégager des fonds pour les anciens supplétifs de la France. D. R.

Par Mesloub Khider –  Macron a reconnu que la colonisation était un crime contre l’humanité. Cette reconnaissance salutaire induit plusieurs conséquences. D’abord, l’officialisation de cette reconnaissance par l’Etat français. La révision de l’histoire de cette page sombre de la France coloniale, par l’inscription officielle dans les manuels scolaires de ces crimes perpétrés contre le peuple algérien entre 1830 et 1962. Enfin, l’ouverture de discussions sur la question des réparations, autrement dit des dédommagements dus au peuple algérien.

Or, depuis la déclaration de  Macron reconnaissant le caractère de crime contre l’humanité de la colonisation de l’Algérie par la France, aucune mesure œuvrant à la reconnaissance officielle n’a été engagée par les autorités françaises.

En revanche, paradoxalement, au même moment,  Macron a chargé un groupe de travail sur les harkis de mettre en œuvre un «fonds de réparation et de solidarité» de 40 millions d’euros pour les anciens supplétifs de l’armée française et leurs enfants, autrement dit les harkis.

Le lobby des harkis, qui a soutenu la candidature de  Macron, a manifesté son mécontentement contre la faiblesse du montant des indemnités de réparation préconisé par le rapport du groupe de travail. Les associations de harkis ont attiré l’attention du président français sur leur «dramatique situation», leur «détresse», et l’invitent à s’impliquer directement dans le dossier de la réparation afin de revoir à la hausse les dédommagements dus à leur «communauté».

La communauté harkie réclame des réparations «à la hauteur du préjudice subi» à la fin de la guerre d’Algérie. Menaçant même de porter plainte contre la France pour crimes contre l’humanité.

Boaza Gasmi, le président du Comité national de liaison des harkis (CNLH), a déclaré à l’intention de Macron : «Il sera le grand perdant s’il déçoit la communauté harkie», rappelant le potentiel électoral de la communauté harkie estimé à deux millions de voix.

Sur un ton comminatoire, Mohamed Otsmani, un autre représentant harki, indique qu’il portera le dossier devant la Cour européenne des droits de l’Homme pour demander réparation : «Nous allons porter plainte contre la France pour crimes contre l’humanité pour obtenir ce dédommagement», a-t-il souligné.

Fidèles à leurs revendications démesurées et à leurs discours victimaires, les associations de harkis, de manière éhontée, réclament une indemnité de réparation de 40 milliards d’euros pour les «préjudices subis» par la première génération et sa descendance. En outre, elles exigent le vote d’une loi établissant la responsabilité de la France dans leur souffrance.

Pour rappel, l’armée coloniale française a recruté jusqu’à 150 000 harkis comme supplétifs durant la guerre d’Algérie (1954-1962) pour tuer, massacrer et exterminer des Algériens en lutte pour leur libération du joug colonial français.

A la fin de la guerre, selon les chiffres des autorités françaises, 90 000 harkis (et leurs familles) ont été admis en France. Contrairement aux Français de souche rapatriés également d’Algérie vers la France, ces harkis ont été parqués dans des camps, entassés dans des cités dortoirs lépreuses. Manière polie de la France de signifier aux harkis dans quelle piètre considération ils les tiennent. Au reste, ce mépris souverainement affiché à l’égard des harkis ne s’est jamais démenti depuis 56 ans de la part de cette France pétrie de mentalité colonialiste. En dépit de leur proclamation de foi cocardière française, les harkis sont toujours considérés comme des citoyens de seconde zone par cette France qu’ils ont criminellement servie.

«Macron a reconnu que la colonisation était un crime contre l’humanité ; c’est peut-être courageux de crever l’abcès mais il ne peut dire cela et de l’autre côté ne pas regarder l’histoire de ces soldats et citoyens français abandonnés en Algérie en 1962», a déclaré le président du Comité national de liaison des harkis (CNLH), Boaza Gasmi. Ainsi, ce représentant harki considère courageuse cette reconnaissance de crime contre l’humanité de la colonisation de l’Algérie, soutenue par Macron. Mais cette reconnaissance de  Macron, approuvée par ce représentant harki, est lourde de conséquences, particulièrement pour ces deux représentants de la France coloniale. En effet,  dès lors qu’ils reconnaissent le caractère criminel (contre l’humanité) de la colonisation de l’Algérie, moralement et juridiquement, ils deviennent des criminels aux yeux de l’humanité.

Aussi, ces criminels harkis ne sont pas fondés de réclamer des réparations à la France, mais plutôt d’être traduits devant un tribunal international pour crimes contre l’humanité, au même titre que l’Etat français. Et si réparations pécuniaires il doit y avoir, c’est aux harkis de dédommager les moudjahidine algériens pour les crimes qu’ils ont perpétrés. Ces dédommagements financiers sont aussi redevables de la part des enfants de harkis établis en France, ces harkis revendicatifs et vindicatifs qu’il convient de faire taire définitivement.

M. K.

Comment (20)

    karimdz
    9 septembre 2018 - 17 h 54 min

    Les harkis sont devenus harkis pour l argent, et force est de constater que l argent demeure toujours la première de leur revendication, ils sont harkis juste pour l argent.

    Les résistants francais n ont rien obtenu, et ne revendiquent rien, et des traitres qu un colonel francais aurait dit, comment peut on faire confiance à des individus qui ont trahi leur pays, ne cessent de quémander, à croire qu ils ont laissé en Algérie, des palais, alors qu ils vivaient dans des gourbis.

    5
    5
    Nasser
    9 septembre 2018 - 16 h 25 min

    « Macron a chargé un groupe de travail sur les harkis de mettre en œuvre un «fonds de réparation et de solidarité» de 40 millions d’euros pour les anciens supplétifs »……..
    Ils doivent percevoir chacun entre 330 (s’ils sont 120 000) et 500 euros (s’ils sont 80 000) !
    Une fortune!

    2
    5
    Hamid
    9 septembre 2018 - 3 h 36 min

    Despite being collaborators, in the end , France abandoned them .It’s tempting to say that France should listen to their request for compensation .Having said that , I hope that AP must stop bringing up the issue of harkis because it has nothing to do with with us .We are an independent country now and let’s focus on what’s going on there.As always , tahia ElDzair !

    2
    12
    الهوارية في كندا
    9 septembre 2018 - 3 h 22 min

    Ma sœur et ma mère ont reçu des dossiers du ministère des anciens combattants français pour soid disant reconnaissance de victimes de guerre pour blessures et handicap pour ma sœur et disparition de corps de Chahid car l’un des frères Chahid né en 1937 sa tombe se trouve dans le cimetière des Martyrs de sa ville de naissance et son frère né en 1938 son est porté disparu soit dans un charnier tous deux morts jeunes en 1957… J’ai écris depuis l’an 2000 voici que ça commence à aboutir, mais ces harkis par mépris et jalousie, ne supportent pas que Justice soit rendue aux victimes des exactions qui attendent depuis 62 ans d’êtres reconnus pour toucher une petite pension comme l’ont reçu d »autres peuples…
    Mais hadou hraka hassadines, ils s’ accaparer de la France hasbinha dawla harkya que c’est eux qui la dirigent mais oublient que dans les rouages des ministères, ya des hommes et des femmes humanistes qui ont un sens de devoir et qui comprennent les motivations des pauvres…
    Wessalam alaykoum

    2
    15
      MOHAMMED BEKADDOUR
      9 septembre 2018 - 10 h 49 min

      @الهوارية في كندا
      9 septembre 2018 – 3 h 22 min
      —————————————————————————
      Les Harkis furent comme tels des analphabètes en majorité, ce sont donc leurs enfants qui sont incorporés dans les rouages, les structures, y compris dans les structures représentant l’état français en Algérie, ce n’était pas le cas avant 1990, ça l’est depuis le dérapage provoqué par le F.I.S, psychologiquement tous les nostalgiques de « L’Algérie française » se sont retrouvés vivifiés, et ils se vengent à leur manière, ils sont employés par Un Grand Malin qui ne peut vivre qu’en eau trouble, voire dans les égouts… Avant 1990, notre Indépendance bénéficiait du capital Houari Boumédiène qui nouait les agents de l’état français, dans toutes les structures représentant l’état français en Algérie, on était reçu poliment, et c’était ouvert à la reconnaissance de l’injustice, il y avait respect. Maintenant la tournure Harki s’est dévoilée, il y a blocage, les manipulateurs s’en régalent, et dans notre état il faut un miracle pour trouver un défenseur, un homme RAJEL qui frappe du point sur la table ! Pour le moment la France juste n’existe plus : Silence radio !

      4
      13
      الهوارية في كندا
      9 septembre 2018 - 17 h 12 min

      @@@Mohammed Benkaddour
      9 Septembre 2018 – 10 h 49 mn
      Certes les harkis certains sont employés aux ministères, mais d’autres tiennent des commerces à leurs comptes ou vivent reclus dans des villages comme le Tarn ou le Tarn et Garonne cultivent des fruits comme les figues, du raisin ou des cerises etc.. Ceux qui sont partis se marier au Maroc 🇲🇦 ou en Tunisie 🇹🇳, leurs enfants sont des racistes crevards les pires ennemis des enfants algériens.
      Moi, j’ai parlé au ministère de la défense français, j’ai eu un jeune gars au téléphone qui n’avait rien à foutre du passé, il m’a adressé les dossier. Il m’a dit que c’est cas par cas, on va traiter tous les dossiers, c’est un droit et engagement humanitaire de l’état français. Il m’a dit certains cas ont reçu des réponses favorables et perçoivent des pensions depuis plusieurs années déjà… Il m’a dit chaque président se charge d’accepter ou de refuser…

      2
      7
    popaul
    8 septembre 2018 - 20 h 50 min

    c’est vilain d’être jaloux, bête et méchant (idées reçues)

    6
    14
    Felfel Har
    8 septembre 2018 - 20 h 09 min

    Pourquoi nous parle-t-on encore des harkis et de leurs doléances adressées aux autorités françaises. C’est une affaire franco-française et tout ce qui arrive aux traîtres ne devrait ni nous préoccuper ni nous faire perdre le sommeil. C’est un non-évènement! Laissons les Français à leurs casseroles!

    15
    17
    zoubida
    8 septembre 2018 - 19 h 39 min

    NON AUX TRAITRES HARKIS QUI ONT CHOISI FAFA ET QUI ONT DÉLAISSÉ LUR MÈRE PATRIE L’ALGÉRI !!! HONTE A EUX….. ILS N MÉRITNT AUCUN PARDON !

    21
    23
    Anonymeplus
    8 septembre 2018 - 18 h 44 min

    Quand est-ce que les victimes algériennes des essais nucléaires au sud de l’Algérie, a bidon5 et Tamanrasset vont être indemnisées ?
    Quand est-ce que les victimes des essais bactériologiques à B2 Namous vont être indemnisées ?
    Quand est-ce que l’Algérie aura de vrais hommes, capables de demander réparations à la france pour ses agissements plus que criminels durant son occupation barbare ?
    Pour le reste, les harkis ne seront jamais qu’une virgule de l’histoire pour la france. Pour l’Algérie, ils n’ont jamais existé que sous forme de chair à canon.

    12
    19
      MOHAMMED BEKADDOUR
      8 septembre 2018 - 19 h 50 min

      @Anonymeplus
      8 septembre 2018 – 18 h 44 mn
      ———————————————————————-
      D’abord je suis étonné de certains « Anonymats », mais je sais… Un vice consul français à « Oran » m’a dit un jour : « D’accord, il y a le tort de La France, mais… Et le tort de l’Algérie ? »… Il parait qu’il était « un peu » idiot, dixit Un Pieds Noirs évêque natif de Bab El Oued, j’ai nommé Pierre Claverie… Je demande à notre compatriote Mesloub Khider de m’aider à la dissertation sur : Le tort de l’Algérie ! Moi à ce consul là j’avais répondu : Le tort de l’Algérie est d’avoir été battue, en ce sens je faisais du Malek Bennabi, la colonisabilité… NOUS n’avons été synonymes d’aucun mal pour Les Français, depuis 1830, tout le mal, TOUT, ils en sont les synonymes, le compte à régler ne commence pas aux essais nucléaires mais bien à la profanation le 14 juin 1830 du territoire de notre saint Sidi Frej !!!

      4
      15
      Anonymeplus
      12 septembre 2018 - 19 h 21 min

      « Quand est-ce que l’Algérie aura de vrais hommes, capables de demander réparations à la france pour ses agissements plus que criminels durant son occupation barbare ?  »
      Durant son occupation barbare, cela inclus la date que vous avez annoncée.
      Donc vous paraphrasez ce que j’ai écris plus haut.

    Ch'ha
    8 septembre 2018 - 18 h 18 min

    Excellent article et excellente conclusion.
    France et sbires Harkis doivent répondre de leur crime contre l’humanité perpétré contre le pays et son peuple devant la CPI.
    Au pays de faire les démarches en conséquence.
    Ces harkis pratiquent l’INVERSION ACCUSATOIRE : de CRIMINELS qu’ils sont, ils se victimisent.
    La France ne leur a pas déroulé le tapis rouge mais ces harkis disposent de postes, pas de ministres nous sommes bien d’accord, mais ils sont favorisés dans les institutions étatiques quota de harkis mairies universités musées etc….préfectures…
    Pour un job d’été je me suis vu dire par le maire PS de la ville « êtes-vous harkie »(sous-entendu mon père) j’ai répondu ça va pas non ?! Et le lien avec le poste si je réponds oui j’obtiens le poste et bien C’EST NON ! » Je n’ai pas eu le poste et hamdoullah. Je connais des enfants de harkis qui bénéficient de postes par piston et quota. Pendant que nous français d’origine algérienne Bac+5 et plus cadres supérieurs subissont la discrimination à tous les niveaux car pour eux nous ne devons pas être plus que des balayeurs sinon c’est la voiture bélier !!!!
    Donc Mr Mesloub Khider EXCELLENT ARTICLE ET EXCELLENTE CONCLUSION.

    9
    20
    yabdas
    8 septembre 2018 - 17 h 13 min

    pourquoi se preocupper d’un probleme franco-francais et des reparations reclamees par des citoyens francais a leur etat????

    9
    16
    Kahina-DZ
    8 septembre 2018 - 14 h 41 min

    Finalement, un Harki restera un traitre même aux yeux du colon à qui il a fait sa courbette.

    24
    22
      MOHAMMED BEKADDOUR
      8 septembre 2018 - 15 h 36 min

      @Kahina-DZ
      8 septembre 2018 – 14 h 41 min
      ——————————————————————–
      En France comme en Algérie, et ailleurs il y a deux catégories d’individus, les bénis ET les maudits. Notre indépendance est le fruit d’une longue chaîne d’êtres bénis, et ce que nous est proposée, cette contribution, ne peut enfanter la bonne perspective que si nous privilégions de ne nous adresser qu’à la composante bénie de la France, Une France RARE, hors de sa scène politique ! Un vrai Harki est nécessairement maudit, et les maudits finissent toujours dans la boue ! Même avec 40 milliards d’euros en poche !

      5
      20
    Anonyme
    8 septembre 2018 - 9 h 38 min

    Sans compter que de Gaulle les abandonner en 62 il ne voulait pas d eux en France et les traitant de traîtres,,les mauvaises langues disait que de Gaulle il disait qui a trahi une fois trahira toujours

    27
    24
    Anonyme
    8 septembre 2018 - 9 h 10 min

    Mesloub Khider vous faites mouche et merci encore.

    Je suis d’accord !

    « Aussi, ces criminels harkis ne sont pas fondés de réclamer des réparations à la France, mais plutôt d’être traduits devant un tribunal international pour crimes contre l’humanité, au même titre que l’Etat français. Et si réparations pécuniaires il doit y avoir, c’est aux harkis de dédommager les moudjahidine algériens pour les crimes qu’ils ont perpétrés. Ces dédommagements financiers sont aussi redevables de la part des enfants de harkis établis en France, ces harkis revendicatifs et vindicatifs qu’il convient de faire taire définitivement. »

    Néanmoins, ils sont aussi fondés à se retourner contre la France :
    1 – pour les avoir manipuler contre leurs frères
    2 – pour le traitement inhumain dont ils ont fait l’objet (notamment les camisoles chimiques psychiatriques qui sont effroyables, l’Etat francais et ses fonctionnaires les ont traité comme des chiens)
    3 – pour manipuler ce sujet à chaque élection ou affaire algéro-francaise

    Ils n’ont qu’à continuer ainsi les Harkis à notre égard et il faudra les trainer en justice pour complicité aux crimes de guerre et crime contre l’humanité contre le peuple algérien. Les survivants sont pléthore. D’ailleurs, il faudrait commencer à rassembler les témoignages avant qu’ils ne partent afin d’en garder la preuve et de garder cela précieusement pour le futur au cas où ces entourloupes antihistoriques continuent encore.

    Il y a le pays colonial assassin et ses complices. Ni l’un, ni l’autre ne sont propres. Les notres ont défendu leur peuple, leur terre et leur histoire. Les Harkis ont été des traitres et leurs enfants ne doivent jamais etre insultés pour ce qu’ont commis leurs parents, pas plus que leurs femmes. Chaque ame est responsable de ses crimes, pas les autres.

    Ce cinéma commence à nous pomper l’air. Nous porterons plainte contre les Harkis eux-memes quand viendra notre tour. Un peu de décence !!!!

    22
    25
      MOHAMMED BEKADDOUR
      8 septembre 2018 - 13 h 15 min

      @Anonyme
      8 septembre 2018 – 9 h 10 min
      Mesloub Khider vous faites mouche et merci encore.
      ——————————————————————–
      Mesloub Khider est une très belle plume, je suis moi aussi d’accord, il sait que c’est un sujet complexe, à mon humble avis il ne s’agit pas de refaire La Guerre en question, ou d’engendrer une suite, les guerres, toutes, servent de révélateurs, les vrais Harkis ont été révélés comme étant de l’ordre du vil et du petit, contre les Allemands la résistance française s’est heurté à ça, et en toute guerre se révèle la grandeur d’âme contre la petitesse d’âme, les vrais Harkis ont été plus que punis après notre indépendance, ils ont livré leurs enfants à une infinie souffrance, IL FAUT DEFINIR ce qui s’est passé à partir de 1830 car en 2018 ça reste indéfini, cette guerre là de bout en bout à partir de 1830, (Et certains écrits de l’émir Abdelkader sont parmi ce qu’il faut), est d’abord l’expression du Dessein divin, la confrontation entre deux énoncés qui s’opposent, Yvonne Turin historienne française connus des bons Algériens a publié : « Affrontements culturels dans l’Algérie coloniale », à lire !!! Affrontements culturels à compléter par Affrontements cultuels ! « La France » était est reste en tort, son tort reste à corriger, et pour que la solution ne soit pas conflictuelle, (Encore une guerre), il y a la bonne porte, charge aux meilleurs de chez nous ET de chez eux d’y ouvrir…

      3
      17
    MOHAMMED BEKADDOUR
    8 septembre 2018 - 8 h 50 min

    Cher Monsieur Khider, en 1830 une civilisation barbare, (Et c’est un Anatole France qui la qualifia ainsi !), a surgi dans Notre Maison, malheureusement endormie et ligotée par les Turcs, Notre Maison qui aurait dû être puissante, être La Civilisation qui civilisa et éveilla une Europe livrée aux sadiques gens de l’église, j’ai ce « point de vue » : Si nous avions été unis et homogènes, pas encore plein de paradoxes, nous aurions une voix puissante pour interpeler La France qu’il faut définir, il s’agit d’une communauté distincte de la notre, il est Une Amende à signifier à cette France là, peut-être impossible à évaluer, avec pour la France Communauté d’avoir à faire amende honorable, de s’amender et il y a cet autre erreur : Le présent est pétri du passé, les maux dont il s’agit, les crimes ne s’arrêtent pas à 1962, ouvrons les yeux sur les séquelles, les suites… Il y a un écheveau à démêler, « Ya bou rabb » !

    11
    19

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.