Crise migratoire, Maroc, gaz : que veulent les Espagnols de l’Algérie ?

Josep Espagnols
Josep Borrell, ministre espagnol des Affaires étrangères. D. R.

Par R. Mahmoudi Les visites de hauts responsables espagnols en Algérie se succèdent à un rythme soutenu, laissant entrevoir de sérieuses préoccupations du côté de Madrid. Ainsi, après le déplacement du ministre de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, c’est au tour du chef de la diplomatie, Josep Borrell Fontelles, de se rendre à Alger.

Si peu de choses ont filtré des discussions qu’ils ont eues avec les responsables politiques algériens, on devine les principaux thèmes soulevés par les deux responsables espagnols. La première question qui préoccupe actuellement au plus haut point le gouvernement espagnol demeure la crise migratoire. Pressé par les vagues humaines qui continuent à affluer vers la presqu’île ibérique, Madrid, comme toutes les capitales européennes, souhaiterait voir Alger «faire plus d’efforts» pour juguler ce fléau, en créant des centres de rétention – demande rejetée immédiatement par Alger -, sinon en acceptant de «coordonner» avec le voisin de l’Ouest, le Maroc, pour un meilleur verrouillage des frontières.

Le gouvernement espagnol s’est même proposé de jouer les médiateurs entre les deux pays maghrébins pour les amener à aplanir leurs différends et à se consacrer à cette tâche si vitale pour la rive nord de la Méditerranée. Il se trouve, toutefois, que sur ce dossier, l’Espagne semble totalement débordée et provoque à chaque fois des crises avec le royaume du Maroc. Car, en définitive, les Espagnols eux-mêmes sont pointés du doigt par les ONG internationales qui les accusent de mauvais traitements infligés aux migrants clandestins.

Ainsi, Amnesty International, dans son dernier communiqué rendu public vendredi, accuse les autorités espagnoles d’avoir expulsé, le 23 août dernier, un groupe de 116 migrants originaires de différents pays d’Afrique subsaharienne, les renvoyant depuis l’enclave espagnole de Ceuta vers le Maroc. Les migrants en question avaient passé moins de 24 heures en Espagne alors que leurs avocats n’étaient pas informés que leurs clients devaient être expulsés en moins de 24 heures, les privant de la possibilité de contester efficacement leur renvoi. L’ONG explique que les risques potentiels auxquels ils pourraient être exposés au Maroc n’avaient pas été évalués.

Par ailleurs, profitant de cette conjoncture particulière, Madrid se sent aujourd’hui obligé de se rapprocher d’Alger pour s’assurer du maintien de son approvisionnement en gaz naturel. Sachant que l’Espagne importe 57% de ses besoins en gaz d’Algérie, l’enjeu pour les Espagnols est d’éviter de dépendre, à l’avenir, de la Russie, premier fournisseur de l’Europe.

En somme, sur la question de l’immigration clandestine comme sur celle du gaz, l’Espagne a plus que jamais besoin de l’Algérie.

R. M.

Comment (25)

    karimdz
    9 septembre 2018 - 17 h 44 min

    Mais que les états terroristes, français américain et anglais qui ont créé le chaos avec leur interventionnisme criminel prennent leurs responsabilités et se chargent de traiter les conséquences de leurs actes.

    C est pas l Algérie, victime collatéral, qui doit s occuper de ce problème, on peut comprendre l espagne, qui n est pas parti prenante mais état convoité par les migrants.

    La solution, c est que ces pays terroristes, mettent en place un plan marchal pour les pays d afrique pour les sortir de leur misérabilisme, au lieu de les exploiter et de semer le chaos, qui pousse des milliers de migrants à fuir.

    7
    1
    Brahms
    9 septembre 2018 - 17 h 21 min

    L’émirati qui critique l’Algérie pourrait se rendre en Espagne où il y a également de nombreuses prostituées qui officient dans une maison close (Jonquéra) visible sur Google ou en tapant (Escort girls Barcelone ou Madrid). Ainsi, il pourrait soulager son pêché mignon. S’agissant de L’Espagne, elle a une dette de 1 000 milliards d’euros et s’est adossée à l’Europe pour toucher des subventions afin de se développer. L’Espagne n’a donc pas de force économique et sa monnaie la peseta n’avait déjà pas à l’époque une grande valeur. Ce pays doit être évité car très mauvais pour l’Algérie.

    5
    1
    Felfel Har
    8 septembre 2018 - 19 h 49 min

    La monarchie espagnole est à l’origine de la scandaleuse occupation du Sahara Occidental (Rio de Oro précédemment sous contrôle espagnol). Il se disait à l’époque que Boumédienne voulait phagocyter ce territoire pour se ménager une sortie vers l’Atlantique (argument du roi Diable dos). Ils ont pris partie pour le Maroc et dans cette affaire, la loi mathématique s’applique: l’ami de mon ennemi est mon ennemi. Que les Espagnols viennent en aide à leurs amis marocains, leurs alliés, celà ne nous regarde pas. Ils n’ont quà leur rendre les enclaves occcupées même si le roi ne s’en préoccupe plus et ouvrir leurs portes aux trafiquants et prostituées pour exporter leur savoir-faire et renflouer les caisses du royaume. L’amitié ça se paie cash!

    29
    13
    D.Z.
    8 septembre 2018 - 19 h 29 min

    Pour la question d’immigration clandestine africaine qu’ils aillent se plaindre à BHL et Sarkozy.
    Pour la fourniture du gaz algériens à l’Espagne aucune crainte à avoir pour le peuple espagnol.
    Nous continuerons à les livrés comme toujours.

    24
    13
    Rayés Al Bahriya
    8 septembre 2018 - 18 h 08 min

    L’Espagne est un pays à economie huile d’olive…
    Il viens à Alger pour que l’on lui nettoi les écuries
    D’augias , de la vieille écurie nommée Europe…
    Qui a encore perdue son âme, comme lors du second conflit mondiale, mais cette fois ci, veut faire de l’Afrique le bateau épave, dont les âmes africaines , se suicident sur les rivages du nord de l’Afrique et du Sud de l’Europe…
    Lost World…
    Allah yarham les victimes….de ces drames humains…

    13
    11
    Lablabi
    8 septembre 2018 - 15 h 33 min

    Quand les espagnols arrêteront de soutenir le Maroc dans le conflit avec le Sahara occidental, ils pourront revenir en Algérie discuter de la crise migratoire et de la fourniture de gaz avec l’Algérie. Autrement, leur venue ne sera que stérile. Ils devraient déterminer où sont leurs intérêts : ou ils sont avec l’Algérie et rejoignent la position algerienne sur le Sahara occidental ou ils sont avec le Maroc auquel cas, qu’ils restent chez eux et qu’ils attendent la Russie pour leur fournir du gaz……

    35
    25
      Anonyme
      8 septembre 2018 - 19 h 04 min

      L’Espagne ne peut pas apporter son support au Sahara Occidental car cela voudrait dire que l’Espagne devrait reconnaître le référendum Catalan favorable à l’indépendance.

      11
      25
    JAGUAR
    8 septembre 2018 - 15 h 06 min

    Qui dit Espagne dit Europe d’Amérique. Donc ils veulent tous la même chose de l’Algérie son total contôle qu’ils n’auront jamais tant que le peuple veillera ! Vive la Chine et vive la RUSSIE !!

    33
    19
    DYHIA-DZ
    8 septembre 2018 - 14 h 25 min

    L’Algérie doit être très prudente, l’Espagne est connu pour son double face.
    C’est l’Espagne qui a créé cette situation en offrant injustement le Sahara Occidental au Maroc. L’Espagne paye son irresponsabilité historique…
    Amnesty International doit s’occuper du Maroc, la racine du mal.

    49
    29
    Bouzorane
    8 septembre 2018 - 14 h 15 min

    Il faut que des vrais hommes d’état, ultra-nationalistes et ultra-jaloux pour l’Algérie, prennent la relève des guérilleros qui nous gouvernent actuellement et qui ont gardé les réflexes indépendantistes hérités de la guerre de libération. Des guérilleros toujours en position de faiblesse, atteints de complexe d’infériorité et du syndrome de persécution.
    L’Algérie doit avoir un poids géopolitique digne de son histoire et de sa géographie!
    L’Algérie doit arracher à l’espagne les iles canaries qui n’ont rien d’espagnole et doivent être annexées par l’Algérie.
    Et ce n’est pas nos guérilleros actuels qui vont ne serait-ce qu’effleurer un semblent de début d’idée sur ce sujet!

    22
    41
    Nasser
    8 septembre 2018 - 14 h 05 min

    « l’Espagne a plus que jamais besoin de l’Algérie. »…Pas uniquement en matière de gaz … »pour contrer la Russie » comme l’éxige les USA à l’Europe!

    31
    17
    Anonyme
    8 septembre 2018 - 13 h 26 min

    L’Algérie doit se méfier de l’Espagne un pays peu fiable, colonialiste jusqu’au fibres, Jouant sur les contradictions, et les divergences de certains pays en conflits Et les divisions, pour ses interets mercantiles
    (ses ambitions historiques colonialistes d’occupation des villes de Tlemcen, d’Oran, de Mostaganem, de Ténès, d’Alger, de Bejaia, et de Jijel pour construire des fortifications et des églises,
    De 1505 à 1792, voir le livre, en arabe, du Pr. Abdelkader Fekair, éditions Houma)
    Et qui continue à s’accrocher sur des pierres, des arpents de terre , de minuscules rochers Sur la cote sud ouest de la Méditerranée,…..
    L’Espagne joue sur deux chevaux concurrents et hostiles pour faire passer ses interets stratégiques

    29
    16
      Anonyme
      8 septembre 2018 - 14 h 17 min

      L’ arabislamisme a predispose’ la numidie au colonialisme. On ne colonise que les colonisables. La faute est d’ avoir accepte’ l’ islam!

      20
      55
        Anonyme
        9 septembre 2018 - 17 h 35 min

        la Numidie berbère a toujours été une terre de prédilection pour les envahisseurs et ses habitants tout juste bons a regarder passer les oiseaux, c’est avec l’islam qu’elle et passée de statut de victime a celui de conquérante

        2
        2
    chark
    8 septembre 2018 - 13 h 18 min

    L’Algerie doit rester trés ferme sur avec les oxydentalo/sionistes qui ont pillé les richesses africaine sans contrepartie viable , ils mettent au pouvoirs des dirigeants vassaux , ils déclenchent des guerres illégales et interminables , bref qu’ils s’occupent de leur merdier et qu’il laissent l’Algérie tranquille !

    38
    18
    Jean-Boucane
    8 septembre 2018 - 10 h 12 min

    Le seul partenaire fiable de l’Algerie c’est l’Italie… Cependant, des traitres au pouvoir ne comprenne pas la complementarité entre l’Algerie et l’Italie et fond tout pour privilegier la France!
    L’Italie peut ouvrir une grande usine Fiat en Algerie mais des traitres au pouvoir donne notre marché à Renault et Peugeot alors que ses deux groupes ont ouvert des grandes usines au Maroc et chez nous il mangent nos devises!!!
    L’histoire retiendra que des harkis sur de nombreux dossiers face à cette France arrogante qui nous a finalement voulu que du mal depuis 1962!!!

    72
    28
      Gatt Mdigouti
      8 septembre 2018 - 11 h 33 min

      Boumediene avait confiance en l’Allemagne. Les véhicules de la police c’étaient des WW et même la couleur TV était PAL au lieu du SECAM français !

      64
      24
        Anonyme
        8 septembre 2018 - 13 h 17 min

        Et OUI même ces détails sont précieux pour des générations d’algeriens.🤗🤗🤗🤗

        34
        16
      Le Français
      8 septembre 2018 - 12 h 44 min

      L’Italie n’est pas différente de la France, si elle voit que l’Algérie est faible, elle en fera profit, comme le fera l’Espagne, la Chine ou l’Allemagne à moins qu’ils (les allemands) vous donnent gratuitement des sous-marins comme ils l’ont fait pour Israël.
      Tous les pays du monde se mangent entre eux (je fais référence à ceux qui ne voient que des ennemis en dehors de l’Algérie), à l’Algérie d’essayer de manger aussi.

      36
      15
      Farid1
      9 septembre 2018 - 0 h 21 min

      France Italie Espagne ou Allemagne c’est Kif kif c’est l’Europe (Bruxelles)

      1
      4
    Ziad ALAMI
    8 septembre 2018 - 8 h 21 min

    Ne pas oublier que l’Espagne est à l’origine, la première responsable des souffrances actuelles du peuple du Sahara occidental.
    Ne pas oublier aussi le troc entre les 2 dictateurs (Juan Carlos et le Glaoui H2) et portant sur la cession du Sahara occidental pour le Maroc contre le maintien de la colonisation de Ceuta et Mellila par l’Espagne.

    63
    38
      Ch'ha
      8 septembre 2018 - 14 h 52 min

      @Ziad Alami
      Exactement.
      Que l’Espagne s’occupe de ses relations avec ses voisins européens déjà avant de s’occuper du pays.
      Médiateur pour un partenariat délirant entre le pays et ce suppôt de satan sioniste makhnazi : UBUESQUE.
      Le pays machallah gère l’immigration massive dans ses intérêts et en relation directe avec les pays d’origine de ces migrants.
      Que L’Europe soit dans la mouise soit qui a assassiné délibérément le Guide le Colonel Kadhafi Allah Yarhmou et créé ce chaos libyen et sahélien procédé sioniste de déstabilisation du pays y’a qu’à voir comment le makhnazi opère pour tenter de refourguer ses migrants alors qu’il a touché et empoché bakchich en prime (Cf. RASD…) pour des centres de rétention pour l’Europe.

      25
      15
      صالح/ الجزائر
      8 septembre 2018 - 17 h 51 min

      Durant la période du dictateur Franco ( mort en 1975 ), l’Espagne était plus proche des pays pauvres et arriérés du tiers monde que de pays de l’Europe occidentale comme la France . Des milliers d’Espagnoles migraient en France pour travailler comme main d’œuvre .
      C’est la France du Président d’Estaing ( de 1974 à 1981) , qui était anti politique nationaliste du Président algérienne Boumedien , jusqu’à nommer son chien du nom de Jugurtha , ( elle l’est toujours ) , qui a profité des problèmes politico-socio-économique de l’Espagne pour pousser son gouvernement à signer les accords de Madrid le 14 novembre 1975 et céder le Sahara Occidentale au Maroc et à la Maurétanie , sans passer par le référendum d’autodétermination , ceci pour se venger de l’Algérie de Boumedien , qui a osé nationaliser les intérêts français en Algérie : le secteur minier le 06 Mai 1966 et le secteur énergétique le 24 février 1971 .

      17
      11
    M'hamed HAMROUCH
    8 septembre 2018 - 8 h 02 min

    Si cette Espagne hypocrite voudrait jouer un rôle utile en Afrique du Nord elle doit commencer par faire appliquer le droit international notamment sur le dossier du Sahara occidental dont elle est à ce jour l’administration coloniale et ainsi corriger l’erreur de 1975 du dictateur Franco .

    58
    29
    Anonyme
    8 septembre 2018 - 7 h 47 min

    L’Espagne n’est pas un bon partenaire. Un peu d’histoire, un peu de connaissance de l’actualité notamment concernant ses attitudes devant le Sahara occidental, un peu de connaissances de son économie, un peu de connaissances de sa jeunesse obligée de s’exiler pour survivre économiquement aide à comprendre le mirage espagnol. Mais surtout son économie (Hotel, Textile, Agriculture) : tout est dans le taylorisme à la limite de l’esclavagisme. S’associer au tourisme avec l’Espagne, c’est esclavagiser les algériens à peu de frais. Connaissez-vous vraiment l’Espagne ? Ou avez-vous seulement l’écho de ceux qui ont acheté un appartement ou une maison là-bas ?
    L’Italie est dans le domaine de l’agriculture bien plus fiable et bien respectueuse de l’environnement.
    Ensuite viennent les entrepreneurs qui viendraient s’installer… savez-vous que la plupart sont des espagnols pas seulement espagnols. Ils ont réussi à faire en trois décennies un Espagne capitaliste sauvage en poussant la jeunesse espagnole à immigrer.
    Avant de faire des affaires avec les pays, il faut aussi faire lire la presse dans leur langue. Tout es dit pour qui est intéressée par la réalité et non par le fantasme,

    52
    30

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.