Louh à propos des affaires de corruption : «Personne n’échappera à la justice»

Louh
Le ministre de la Justice et garde des Sceaux, Tayeb Louh. New Press

Par Hani Abdi Le ministre de la Justice et garde des Sceaux, Tayeb Louh, a rassuré sur les affaires de corruption qui se trouvent au niveau de la justice et dans lesquels sont impliqués des élus et des personnalités.

S’exprimant dimanche 9 septembre en marge d’une visite de travail à Tindouf, le ministre de la Justice, qui s’est abstenu de tout commentaire depuis l’affaire de Kamel Chikhi, plus connu sous le sobriquet d’El Bouchi, affirme que personne n’est au-dessus de la loi et que les affaires de corruption seront traités avec rigueur et assurance.

«La lutte contre la corruption poursuit son cour conformément aux directives et orientations de son Excellence le président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Personne, quels que soient son rang et son statut, n’échappera à la justice qui accomplit sa mission avec sérieux et fermeté», assure Tayeb Louh qui semble ainsi répondre indirectement à ceux qui défendent le sénateur du RND de Tipaza, arrêté après avoir été pris en flagrant délit de corruption.

Le ministre de la Justice affirme qu’il n’y a pas d’exception. «Tous ceux qui sont impliqués dans des affaires de corruption seront traités selon les textes de loi de la République. Il n’y aura pas de traitement spécial ni dans un sens ni dans l’autre», précise le ministre qui rejette ainsi les rumeurs sur une éventuelle extinction des poursuites judiciaires à l’encontre du sénateur du RND.

Le ministre de la Justice semble donc adresser un message aux sénateurs frondeurs qui contestent l’emprisonnement d’un des leurs dans une affaire de corruption.

Ces frondeurs, essentiellement du RND, rejettent la levée de l’immunité parlementaire au sénateur de Tipaza, Malek Boudjouher, qu’Abdelkader Bensalah espère obtenir dans les tous prochains jours, une fois la procédure lancée.

Si cette levée est réalisée, elle sera la première de l’histoire du Parlement.

H. A.

Comment (25)

    mahboul
    10 septembre 2018 - 21 h 24 min

    il faut bien plaisanter de temps a autre.il faut avoir un peu d humour pour comprende cette declaration que nous avons deja entendu et qui nous a fait rire jaune.

    Anonyme
    10 septembre 2018 - 12 h 45 min

    Adel Imam : un témoin qui n’a rien vu, …..,شاهد ماشاف شئ حاجة
    Excuse (où justification trompeuse) plus grave que l’acte, lui meme délibéré, et répréhensible …..
    عذر اقبح من ذنب Et le comble, dire aux citoyens,…..d’apporter des preuves sur les malversations (comme si les institutions avec ses milliers de magistrats, et fonctionnaires n’existent pas, en Algérie)
    Affaires de corruption, scandales économico-financiers retentissants jusqu’au parquets en Italie, En France, et en Europe, faisant de l’Algérie,  » la forteresse des révolutionnaires,….. »
    et cerise au gateau: la risée du monde entier Avec ces atteintes récurrentes à l’économie nationale, et bien sur à la sécurité nationale
    Pendant cela le peuple continue à broyer du noir, et prend ses malheurs avec patience et sagesse
    Mais dans tout çelà, la question qui est posée : ou sont nos institutions, et nos compétents magistrats, Avec leurs roles inscrits dans la constitution ?…..

    1
    1
    Vangelis
    10 septembre 2018 - 10 h 10 min

    La justice, parlons en !

    L’injustice oui. Car elle est, contrairement à la déclaration du ministre, rendue selon que vous soyez riche ou pauvre et selon que vous ayez ou non des appuis.

    Combien d’affaires de toutes natures, corruption, détournements, dilapidations, vols et autres affaires criminels sont encore paraît-il, instruite par la  » justice  » en attendant certainement des classements sans suite ou un oubli ou encore une perte de dossier ?

    Ce ministre aurait du fournir un seul exemple de corrompus de la haute sphère qui a été condamné.

    La justice prend assurément du temps lorsqu’il s’agit de toucher aux barons, aux copains et aux coquins.

    1commentaire
    10 septembre 2018 - 9 h 44 min

    Et bien déjà commençait par vous même sa seras un grand pas dans la démocratie comme et stipulé dans notres constitution

    La corde
    9 septembre 2018 - 21 h 59 min

    Les Dalton jouent aux justiciers !
    Chakib Khelil doit être mort de rire en lisant la déclaration de son ami et complice..

    11
    Rascasse
    9 septembre 2018 - 21 h 44 min

    Comme je le dit toujours : les chiens ne font pas les chats, qui doit juger qui? La crise est avant tout une crise « akhlakiya », ce pouvoir se paye notre tranche, avant c’était tu parles tu meurs, maintenant c’est parle jusqu’à ce que tu meurs

    10
    Gatt M'digouti
    9 septembre 2018 - 20 h 39 min

    Eh, eh, Zorro Louh est arrivééééééééé
    Sans s’presser
    Le grand Zorro Louh, le beau Zorro Louh
    Avec sa rossinante et ma kayen walou !!!!

    9
    1
    Anonyme
    9 septembre 2018 - 19 h 57 min

    Les affirmations du ministre auraient un sens dans le cas où il y a SÉPARATION des 3 POUVOIRS : LE POUVOIR LÉGISLATIF, LE POUVOIR EXÉCUTIF, LE POUVOIR JUDICIAIRE. Ce n’est malheureusement pas le cas chez nous.

    13
    1
      MELLO
      10 septembre 2018 - 14 h 40 min

      On voit bien que c’est un ministre qui parle et ordonne pour la justice, Ah cette dependance de la justice vis a vis de l’executif. Les memes declarations ont ete faites par l’ancien DGSN , on voit, maintenant, ce qui lui arrive.
      Ils sont entrain de se payer notre tete, eux qui pensent que le petit peuple n’a pas de cervelle pour lire entre les lignes. Si l’affaire Khalifa n’etait pas passee par la, on l’aurait cru, mais malheureusement , on n’est pas amnesique, sans oublier tout ce qui se disait sur l’affaire de l’autoroute Est Ouest et maintenant, ils veulent recuperer les detournements sous forme de peage pour les communs des automobilistes.
      Benyoucef MELLOUK l’avait bien ecrit dans son rapport sur les magistrats faussaires: C’est ce meme Louh, alors president du syndicat des magistrats, qui avait depose’ plainte contre le journal L’HEBDO LIBERE et contre ma personne ,en 1992. Je ne peux pas donner du credit aux propos d’une personne qui n’a pas voulu que justice soit faite et l’honneur de nos martyrs preserve’- ajouta Maitre MELLOUK.
      Que Dieu le preserve pour sa famille et pour nous tous.

    Anonyme
    9 septembre 2018 - 19 h 55 min

    Justice d’ordres, de services, et de conjonctures, pour préparations de certaines échéances électorales
    (campagne de nettoyages,?!…), et de règlements de comptes personnels en raison de vieux contentieux
    (menaces de divulgation de dossiers compromettants,…) entre groupes affairistes concurrents très puissants,
    Et protégés, en luttes pour le pouvoir, la rente pétrolière,
    Et le secteur très juteux des importations source de la crise économique algérienne
    De production, de diversifications des richesses, et d’exportations

    8
    2
    lhadi
    9 septembre 2018 - 18 h 47 min

    Il fut condamné pour des faits d’espionnage à 30 mois de prison ferme prononcée le 26/11/2OO7,. Au bout de 20 mois d’incarcération, cet individu a été remis en liberté grâce à l’intervention d’une proche auprès du premier magistrat du pays en l’occurrence le Président de la république.

    L’Algérie et les algériens, cela va de soit, veulent une justice indépendante et forte qui résulte incontestablement non seulement d’un pouvoir judiciaire indépendant mais aussi d’un corps indépendant et impartial.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    16
    3
    Mazouzi
    9 septembre 2018 - 17 h 56 min

    Mr. le Ministre à qui j’ai envoyé un courrier en recommandé depuis la Suisse, concernant une affaire familiale dont j’ai pris l’initiative de trouver une solution alors que ma famille été lésée, n’a pas daigné me répondre, j’ai tenté de faire suivre ce courrier par un autre normal toujours à Mr. le ministre…sans réponse.
    Je pense que ces responsables qui sont issus du même endroit, donc du même clan, sont dédaigneux et surtout ne montrent leurs bouts du nez que lorsqu’une affaire les éclabousse en plein visage…force majeure. Quand il s’agit du commun des mortels, c’est du pipi de chat et, voilà que par hasard, on se met en 1ère ligne pour se montrer en véritable responsable d’un département, afin de faire croire aux naïfs qu’ils sont les défenseurs du peuple. Laissez-moi rire. Un jour viendra même dans l’au-delà et chacun paiera pour ses actes…Incha Allah.

    15
    4
    Lghoul
    9 septembre 2018 - 17 h 38 min

    « Personne n’echappera » mais je suis sur qu’il y a a quelque part, en lettres miniscules, une liste qu’on ne pourra lire qu’avec un microscope ou c’est ecrit « Sauf ces messieurs… ». Les exceptions ca existe quand meme si on vient du meme village ou si on fait parti de la meme equipe ou plutot clan « gagnant ». Ou sont les chekib. bedjaoui, les bouchouareb, les ghoul, les drebki etc etc ? Ah ils sont sur la liste aux lettres miniscules…

    16
    3
    (/@\)
    9 septembre 2018 - 16 h 58 min

    Des paroles en l’air , du vent .
    Les flics, les gendarmes, les douaniers, les juges et magistrats, parmi eux il y a des brebis galeuses.
    Un grand nettoyage doit commencer parmi ceux sensées représentés la loi, la justice.
    Enquêter sur leurs patrimoines immobilier et richesses personnels.
    Comment ont ils amasser toutes ces fortunes de simples fonctionnaires d’état.
    Qui va vous croire, même pas un enfant de 4 ans.

    22
    5
      mouatène
      9 septembre 2018 - 17 h 39 min

      pour vous, un juge qui prononce des sentences au nom du peuple, est un « simple fonctionnaire ». ? pourquoi ? parce que vous, vous etes fan d’el-bouchi, el-khalifa etc ?

      5
      12
    Anonyme
    9 septembre 2018 - 16 h 51 min

    Monsieur Louh fait dans la langue de bois.

    14
    5
    Anonyme
    9 septembre 2018 - 16 h 17 min

    faux monsieur les gros poissons personnes ne va les déranger le 5 éme mandat oblige pour raconter des bêtises

    18
    5
    Hmida
    9 septembre 2018 - 15 h 53 min

    On n’a rien vu jusqu’à présent à part les voleurs à la tire qui sont jugés et condamnées vite fait
    les corrompus et voleurs et trafiquants à grande echelle étalent leur richesse au vu et au su de tout le monde
    C’est des intouchables
    Tafret ghir fel mesquine
    Jamais de toute son histoire le pays n’est tombé aussi bas

    18
    5
    Zaatar
    9 septembre 2018 - 15 h 05 min

    Personne n’échappera à la justice d’après Monsieur Louh. Alors, dans ces conditions, Monsieur Louh, vous devez, par l’intermédiaire de notre justice, lancer un mandat d’arrêt international à l’encontre de Khelil lekhla, Farid Bedjaoui et Réda Hemch. Vous devez également convoquez ou mettre en examen Messieurs Bouchouareb, Saadani et Sellal pour nous expliquer comment ils ont pu acquérir de luxueux appartements dans des quartiers Huppés de Paris. Des appartements qui coûtent des fortunes que leurs salaires de ministres et autres conjugués à celui de leurs de femmes (si elles travaillent) ne leur permettraient pas de se payer ces types appartements. Donc forcément ils ont magouillés, volés, détournés…etc.

    22
    6
    Anonyme
    9 septembre 2018 - 15 h 02 min

    Avant le cinquième mandat, nous attendons les sous: il ne s’agit pas des poudre aux yeux mais de gros bonnets et grosses sommes plus de 200 000 000 000$?!

    9
    7
    Anonimi
    9 septembre 2018 - 14 h 56 min

    « Personne n’échappera à la justice » , bien-sûr Monsieur Louh mais vous devez aller au bout de votre raisonnement. C’est à dire » personne n’échappera à la justice sauf les intouchables dont vous, votre clan et tous les opportunistes autour de la mamelle ». Une justice indépendante du pouvoir est seule capable de faire le grand nettoyage du pays. Pour l’instant ça reste une utopie.

    17
    6
    Gatt M'digouti
    9 septembre 2018 - 14 h 55 min

    Pourquoi vous dites : «La lutte contre la corruption poursuit son cour conformément aux directives et orientations de son Excellence le président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Personne, quels que soient son rang et son statut, n’échappera à la justice qui accomplit sa mission avec sérieux et fermeté»
    N’y a t il pas un code pénal, une loi au dessus de tous les hommes dans cette foutue Algérie? et pourquoi attendre ce moment précis? ou étiez vous durant 20 ans ?
    Ya sidi ma3lich , Chiche fakhamatou el wazir, Erradjel natahkem mel lssanou !!!!
    En guise d’ hors d’œuvre, on veut bien commencer par une certaine caisse agricole !

    20
    6
    Anonyme
    9 septembre 2018 - 14 h 48 min

    Les senateurs et le ministre de la justice sont appeles a faire respecter la loi dans toute sa rigueur,leur credibilite est mise en jeu.La justice doit imperativement rester independante et nos juges sont appeles a juger dans le ame et conscience et dans le stricte application de la loi de la republique.Il faut mener une veritable guerre contre la corruption ,la drogue et la fraude et la fuite des capitaux.Le peuple Algerien n a cesse de souffrir de ces cancers qui rongent les institutions de la republique.Monsieur le ministre de la justice doit absolument proposer au parlement des projets de lois extremement severes allants jusqu a la peine capitale contre la corruption et la drogue….Singapour a reussi a eradiquer la corruption et le trafics des drogues suite a 47 candamnations a mort avec execution immediate.Aujourd hui la tolerance Zero de la corruption est de rigueur,belle reussite de ce petit Etat demuni de toute richesse naturelle et pourtant une puissance regionale…..Nous Algeriens nous avons tout pour reussir ce qui manque c est la volonte et le courage politique….et l alternance au pouvoir…..Notre jeune elite doit s engager davantage dans le choix des politiques…et un changement de generation et de mentalite sera salutaire pour notre Patrie…..

    5
    10
    UMERI
    9 septembre 2018 - 14 h 43 min

    Monsieur Louh, tant que la justice ne fera pas la lumière, sur les accusations de corruption, à l’encontre, des Sieurs Khellil, Saidani, Bouchouareb et consorts, les algériens, ne croiront pas a la devise qui consiste a dire « la justice est égale pour tous et nul n’est au dessus des lois de la République » le peuple algérien, a soif de liberté et de justice, sans les quelles, il n’y aura ni démocratie, ni cohésion nationale, ni confiance dans les institutions, ce qui est extrêmement grave, pour la stabilité du pays.

    15
    6
    kiki
    9 septembre 2018 - 14 h 34 min

    Bien les citoyens attendes voir les actes maintenant

    10
    6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.