Après les 11 Algériens tués en France : les Marocains dans le collimateur

assassinat algériens France
Les enquêtes de la police française tardent à donner leur résultat. D. R.

Par Karim B. – Des médias français ont fait état de l’assassinat d’un ressortissant d’origine marocaine à Rennes, dans le nord-ouest de la France. La victime, âgée de 40 ans, était en situation irrégulière et connue des services de police pour «usage de stupéfiants», selon des sources policières. Le Marocain dont l’identité n’a pas été révélée a été tué de plusieurs coups de couteau.

Pour l’heure, les auteurs du meurtre n’ont pas encore été identifiés. Mais cet assassinat – ce n’est pas le seul ciblant des Marocains, semble-t-il – relance les interrogations sur l’affaire de la série de meurtres dont ont été victimes des Algériens sans qu’on en connaisse le mobile à ce jour. Deux présumés auteurs ont été arrêtés par la police mais cette dernière n’a pas donné plus de détails sur ces interpellations.

Treize Algériens, dont neuf sont originaires de la wilaya de Khenchela, dans l’est du pays, ont été assassinés par balles par des inconnus qui ont réussi à prendre la fuite. Ces assassinats inexpliqués avaient provoqué un vent de panique au sein de la communauté algérienne vivant en France. Le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, en visite à Alger, avait promis de faire toute la lumière sur ces meurtres qui avaient eu lieu entre décembre 2017 et janvier 2018, à Marseille notamment.

Toutes les pistes convergent vers un règlement de comptes entre trafiquants de drogue. Y a-t-il un lien entre ces meurtres et le récent assassinat du Marocain à Rennes ? S’agit-il de représailles ? La lenteur de l’enquête sur ces faits graves liés au grand banditisme et dans lesquels les criminels ont utilisé des armes de guerre a suscité de nombreuses critiques en France, mais aussi en Algérie où les familles des victimes réclament justice.

K. B.

Comment (7)

    Anonyme
    11 septembre 2018 - 13 h 17 min

    La fraternité et le populisme ont également leurs limites. Les affaires de nos corrompus trafiquants , de nos parkingueurs assassins, de nos kidnappeurs pédophiles etc… sont là pour le rappeler . Quelque soit sa nationalité, un voyou reste un voyou, un voleur reste un voleur, un assassin reste un assassin etc.. Ces nuisibles doivent être arrêtés, jugés, condamnés et expulsés si ce sont des illégaux.

    DYHIA-DZ
    10 septembre 2018 - 11 h 56 min

    Le Haschisch marocain fait ravage dans les communautés issues de l’immigration. Que fait Macron pour arrêter la drogue de son ami le roi Haschisch ??

    40
    18
    Anonyme
    10 septembre 2018 - 10 h 54 min

    Pourquoi s inquiéter du meurtre de personnes ,même si elles sont algériennes,qui sont des trafiquants de drogue notoires?

    46
    14
    Zaatar
    10 septembre 2018 - 9 h 07 min

    Pour la plupart c’est lié au gangstérisme et aux règlements de compte. Les individus en situation irrégulières sont pour la plupart impliqués dans pas mal de trafic et donc s’y attendent à des situations un peu critiques qui malheureusement peuvent conduire à l’extrême.

    30
    4
    Gatt M'digouti
    10 septembre 2018 - 8 h 52 min

    En France, il n’y a plus de milieux comme par le passé. Le crime, au même titre que la mondialisation, s’est internationalisé.
    Personnellement je ne crois pas à des crimes aveugles tendant à terroriser une quelconque communauté mais des règlements de compte visant des cibles bien choisies pour des affaires douteuses.

    36
    3
    Anonyme
    10 septembre 2018 - 8 h 43 min

    Une guerre est ouverte entre les trafiquants de drogue….la police francaise s en rejouit……comme les terroristes ,les trafiquants de drogue doivent disparaitre de la circulation…le meilleur moyen pour les services speciaux c est d encourager une guerre entre ces groupes …..pour s entretuer et s autoexterminer….

    32
    5
    Brahms
    10 septembre 2018 - 8 h 28 min

    La drogue c’est un chemin bien balisé. C’est soit le cercueil, soit la prison pour de très longues années. Le gros baron qui se trouve au Maroc n’est jamais arrêté, ni interpellé par le Tribunal pénal international, il vend son poison tranquillement et blanchit dans l’immobilier. Ceux qui sont tués sont des gosses de pauvres c’est à dire le dernier maillon de la chaîne. Ils sont sacrifiés et vite remplacés par d’autres qui veulent goûter à l’argent facile. Ce système a été mis en place par la Police française pour que les trafiquants se tuent entre eux, ils s’auto éliminent car un clan veut gagner plus d’argent donc on flingue un autre clan ou un concurrent pour prendre sa clientèle. Dans les cités comme la Castellane, ils tournent à 50 000 €, par mois. Les voyous tournent sur des T – MAX comme des guêpes à surveiller le quartier, qui rentre, qui sort etc… Voilà, le quotidien de ces marmots qui pensent construire leurs vies avec de la drogue. Le Haram ne devient jamais Hallal, leur argent c’est du sable dans les mains.

    40
    9

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.