Education : surcharge des classes et déperdition scolaire au centre d’une réunion du ministère de l’Education

ecole
La surcharge des classes, un casse-tête pour l'année scolaire 2018-2019. New Press

La surcharge des classes, la déperdition scolaire et le statut particulier des fonctionnaires de l’Education ont été au centre d’une rencontre qui a réuni lundi 10 septembre la ministre de l’Education nationale, Nouria Benghabrit, avec les partenaires sociaux.

La réunion d’évaluation de la rentrée scolaire 2018-2019, à laquelle ont pris part les neuf syndicats de l’éducation ainsi que l’Association nationale des parents d’élèves (ANPE), a porté sur la surcharge des classes dans plusieurs établissements scolaires, notamment dans les grandes wilayas, la déperdition scolaire et le statut particulier des fonctionnaires de l’Education.

Dans une déclaration à la presse au terme de la rencontre, le président de l’Union nationale des personnels de l’éducation et de la formation (UNPEF), Sadek Dziri a indiqué que l’année scolaire 2018/2019 «est une année de surcharge par excellence» et que la planification implique de doter les nouveaux quartiers de structures éducatives et sanitaires.

«La décision du recours aux classes préfabriquées pour juguler le problème de manque de structures et de surcharge ne doit pas être une solution durable», a-t-il dit.

La ministre de l’Education avait déclaré, lors de cette réunion, qu’il était difficile de résoudre le problème des classes préfabriquées ou des chalets «avant trois ans», a relevé Dziri, estimant que cela empêchera d’atteindre un enseignement de qualité auquel aspire le ministère.

Concernant le phénomène de la déperdition scolaire, le syndicaliste a dit «qu’il est inconcevable de faire réussir un élève qui n’a pas le profil requis», insistant sur la nécessité de trouver les solutions nécessaires et de prendre en charge cette catégorie d’élèves.

Le président de l’UNPEF a salué la décision d’ouverture de 45 000 postes d’emplois pour l’encadrement des écoles primaires, réclamant le recrutement de superviseurs de l’Education dans le premier cycle de l’enseignement pour encadrer les élèves.

Entre autres points présentés par le syndicat lors de cette rencontre figurent le dossier du statut particulier, notamment la valorisation du Diplôme d’études approfondies (DEA) et de la licence et leur reclassement, ainsi que le dossier de gestion des œuvres sociales, a-t-il indiqué, précisant que l’élection de leurs commissions a été reportée pour avril prochain.

Le syndicat demande au ministère de détailler le budget consacré à la formation des fonctionnaires de l’Education et de leur permettre de bénéficier de camps d’été.

Pour sa part, le président de l’Association nationale des parents d’élèves (ANPE), Ahmed Khaled, a salué la décision de l’Etat de consacrer une enveloppe financière de 76 milliards de dinars au cycle primaire, qualifiant la rentrée 2018/2019 de positive, en dépit des problèmes relevés, à l’instar de la surcharge des classes et le recours aux classes préfabriquées qui est, selon lui, une solution conjoncturelle. Il a également salué la décision du recours des directeurs des établissements scolaires au recrutement d’enseignants vacataires avec des contrats à durée déterminée (CDD), en attendant l’intégration des lauréats aux concours de recrutement ou des diplômés des Ecoles normales supérieures des enseignants (ENS), pour parer à tout retard dans le lancement de l’année scolaire.

Par ailleurs, le président de l’ANPE a évoqué l’expulsion arbitraire des élèves nés entre 2001 et 2002, précisant que près de 500 000 élèves parmi ceux qui ont quitté les bancs de l’école ont été expulsés.

R. N.

Commentaires

    MELLO
    11 septembre 2018 - 15 h 43 min

    500 000 eleves ont quitte’ les bancs de l’ecole, c’est a dire autant de familles en detresse et Mme la Ministre n’en a souffle’ mot. Elle parle du poids du cartable, sans dire un mot sur le poids de chaque classe. Aucune plannification , aucun projet afin d’augmenter le nombre d’ecoles, mais elle fait dans la panification au niveau des classes, et quelles classes ? Des tables et chaises cassees, des salles en etat de delabrement avance’ , des sanitaires qui appellent et invitent le Cholera , sont le lot de l’ecole Algerienne du XXI e siecle. Que font tous ces directeurs d’etablissements, que font tous ces inspecteurs d’academies, que font tous ces directeurs d’academies ? . Chere Madame, votre poste est ailleurs , mais pas dans l’education car vous etes noyees par tous ces cadres impotents d’education, tous ces recales de l’ecole qui se retrouvent au ministere, aux academies et dans les etablissements scolaires. Une personne normalement constituee, ayant une capacite’ d’observation , n’aurait jamais laisser un etablissement, un seul, dans un tel etat. Vite , un gros balai sinon, balayez vous.

    2
    7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.