Tebboune sacrifie des boucs émissaires et demeure en poste malgré ses échecs répétés

Mise en scène : Abdelmadjid Tebboune remettant les clés d'un appartement à une heureuse bénéficiaire. New Press

Le large mouvement opéré par le ministre de l’Habitat dans son secteur au niveau central et régional, annoncé hier par l’agence officielle APS, prend l’allure d’une véritable purge qui touche les directeurs généraux et les sous-directeurs. Le communiqué du ministère assure qu’à travers ce mouvement, Abdelmadjid Tebboune tend à «consacrer le principe de compétence dans la nomination, le contrôle périodique et le suivi continu de la performance des responsables du secteur». Or, ces changements à répétition dans le secteur de l’habitat s’apparentent, en fait, à une preuve d’un lamentable échec dans la gestion de ce secteur sensible avec, notamment, les retards cumulés dans la réception des différents programmes (AADL, LSP, LPP) et la contribution à la clochardisation de nos villes en continuant à construire des cités dortoirs, véritables bombes à retardement.

Incapable de tenir ses promesses parce que n’ayant pas les moyens de sa politique, le ministre trouve toujours des boucs émissaires auxquels il fait payer le prix de ses propres échecs. Alors que le déficit en matière de logements au niveau national n’est pas descendu du seuil de 350 000 unités, Tebboune avait promis que l’objectif de réceptionner les 350 000 logements «pourrait même être dépassé». Autre engagement jamais tenu : il a fait savoir que durant l’année 2016, l’ensemble des souscripteurs des logements AADL des années 2001 et 2002 seraient logés ou, dans le pire des cas, «90% d’entre eux le seront», et que le total des logements AADL 2001-2002 à distribuer en 2016 était de 85 000 unités dont 54 000 à Alger. 

Ce même ministre de l’Habitat, qui fut rappelé par le Président pour reprendre un programme dont il fut chargé et qu’il avait lamentablement raté plus de dix années auparavant, s’est immédiatement, dès sa prise de fonction, engagé dans des promesses idylliques qui remirent au goût du jour le vieux slogan, «un toit pour tous», alors que l’Etat ne fait qu’aggraver la situation en voulant coûte que coûte maintenir sa mainmise sur ce secteur.

Si Abdelmadjid Tebboune ne peut pas endosser à lui seul toute la responsabilité de la situation désastreuse de l’habitat et de l’urbanisme en Algérie, il n’en demeure pas moins qu’il est le fidèle exécutant d’une politique de fuite en avant dont la finalité première est de faire accroire au maintien d’une certaine «approche socialisante» du mode de gouvernance. Or, le ministre sait que chaque promesse qu’il fait est un mensonge éhonté et que seules une adaptation des lois et une professionnalisation du métier d’agent immobilier permettront à l’Algérie de sortir de cette fausse crise du logement, pure invention politique.

Qu’a donc fait le ministre de l’Habitat de si innovant pour qu’il méritât la médaille du mérite que lui a décernée le président de la République ? Rien, sinon appliquer à la lettre la mission pour laquelle il occupe ce poste pour quelque temps encore, avant de rejoindre les heureux élus du tiers présidentiel au Sénat en ayant laissé derrière lui un patrimoine urbanistique ord qui, de toutes les façons, devra être rasé un jour ou l’autre.

Quel gâchis !

Karim Bouali

Comment (60)

    Abdelghani sidi said
    3 novembre 2016 - 19 h 40 min

    El match algerie ils se joue
    El match algerie ils se joue au milieux. Depuis 62 el milieux fatigué esprit houmiste et regionaliste. Il est temps de donner un coup de ballet lsahb la fameuse phrase hada twa3na laisse le. Le gouvernement il est facile ils sont maximum 30, les autres c’est h des milliers veritable virus lol




    0



    0
    Abdelghani sidi said
    3 novembre 2016 - 19 h 31 min

    Un ministre arrete la
    Un ministre arrete la politique la stategie les autres travailent tous compte fait sa politique ne touche pas la lune. Donc EL HACHYA ne fou rien merci.




    0



    0
    tangoweb54
    21 septembre 2016 - 21 h 52 min

    Tout le monde sais que ce
    Tout le monde sais que ce Ministre a eu de gros problèmes
    En 2007 ou 2008 la preuve il a été relever de ses fonctions malheureusement quelque années plus tard il a été rappelé pour être de nouveau ministre malgré son lourd passe. C’est ça la nouvelle politique de ce système qui gouverne le pays




    0



    0
    Anonymous
    20 septembre 2016 - 12 h 41 min

    Fidèles à leur système fondé
    Fidèles à leur système fondé sur la discrimination de l’intellectuel, nos gouvernants n’ont, jusqu’ici, considéré les cadres de la fonction publique que comme des agents à leur solde et nantis de missions de nature politique, occultant ainsi leurs fonctions principales qui est d’œuvrer strictement dans le sens de l’intérêt général (Les fameux « harkis » de service chers à un ancien Premier ministre). C’est pourquoi ils se permettent de les jeter à la poubelle, – sans préavis ni indemnité -, quand ils estiment qu’ils ont failli à la « mission » dont ils avaient la charge. C’est ainsi que, depuis l’indépendance, de nombreux cadres patriotes intègres, compétents et dévoués à la cause de l’Etat ont été définitivement écartés de l’Administration et des Entreprises publiques, à leur corps défendant. Dans le secteur de l’Habitat, ceux-ci auraient pu apporter une précieuse contribution qui aurait permis au peuple algérien de bénéficier d’un plus grand nombre de logements, moins chers, de meilleure qualité et dans les délais impartis. Il n’empêche que TEBBOUNE aurait dû se montrer plus « perspicace » dans le choix de ses collaborateurs, et pour cette raison, il devrait, lui aussi, dégager sans plus tarder




    0



    0
    Anonymous
    19 septembre 2016 - 19 h 37 min

    Les baltaguis du régime sont
    Les baltaguis du régime sont de sorties visiblement le boss leur a dit de s’agiter pour venir au secours des marocains escrocs régionalistes au pouvoir…Sur ap ils s auto congratuler tu avec des pouces verts et pouces rouges pour les interventions des patriotes algériens…
    Personnellement je ne les oublierai pas tous ces extrémistes complices de la destruction de l’Algérie…Quitte à les mettre entre eux dans une réserve ou mieux encore les renvoyer chez eux au maroc.
    Plus jamais ils ne goûteront à une once de pouvoir..




    0



    0
    Anonymous
    19 septembre 2016 - 17 h 48 min

    M. TEBBOUNE a complètement
    M. TEBBOUNE a complètement négligé la formation des maçons, des coffreurs, des ferrailleurs, des chefs d’équipes, des conducteurs de travaux, des ouvriers qualifiés et spécialisés pour la préfabrication, et j’en passe, alors que le formidable programme de construction aurait dû l’OBLIGER à développer cette activité au sein de son propre secteur, eut égard au grand déficit en main d’œuvre et à la faiblesse des moyens mis en œuvre par les organes publics de formation qu’il ne pouvait ignorer. C’EUT ETE UN DEVOIR A ACCOMPLIR EN PRIORITE ET IL EN PORTE SEUL LA RESPONSABILITE.




    0



    0
      Anonymous
      19 septembre 2016 - 18 h 55 min

      Mr tebnoune bosse avant tout
      Mr tebnoune bosse avant tout pour ses intérêts personnels en servant la famille bouteflika et son clan…Le reste c’est de la littérature pour attardés…




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.