Sécurité privée

police socle
La criminalité prend des proportions alarmantes. New Press

Par Bachir Medjahed Sur le socle des anciennes certitudes, d’autres questions se sont greffées. Posons-en au moins deux d’entre elles. Quelles sont les sources majeures des nouvelles insécurités ? Quelles seraient les implications sur la situation de sécurité d’un difficile compromis à faire entre les exigences de l’économie, celles des institutions internationales des finances et celles de la nécessaire préservation de la cohésion sociale et du fonctionnement de la société ?

Dans la situation où il est constamment dit et répété que la paix sociale s’achète pour favoriser le maintien des hommes au pouvoir, mais également où le pouvoir d’achat distribué sous forme d’augmentation des salaires est vite érodé par la dérive des prix, les travailleurs «comprennent» qu’il s’agit d’un bluff des pouvoirs pour récupérer ce qu’ils ont donné. Si les travailleurs peuvent bien se plaindre avec l’espoir d’être entendus, qu’en est-il des chômeurs ? Des salves sont tirées à Ouargla, à Annaba…

Quelles données observables qui pourraient rendre compte de la situation générale actuelle en matière d’inquiétudes portant sur les questions de sécurité locale ? Le sentiment d’être agressé est très fort quand on aborde des ruelles sombres, quand on emprunte la bretelle de sortie de l’autoroute à la tombée de la nuit, quand on lit la presse qui rapporte les rapports de la gendarmerie, etc. Il apparaît qu’il y a une diversité des menaces criminelles et même leur renforcement.

Il y a à faire le constat que la société devient de plus en plus vulnérable avec le sentiment pratiquement généralisé que nul n’est à l’abri d’une agression. Les populations des nouveaux quartiers sont d’autant exposées à des agressions que les cités construites ne prévoient pas toutes des postes de police alors que la DGSN plaidait constamment pour une police de proximité.

Il y a enfin à faire le constat qu’est grande la tendance aux incivilités dans les lieux publics et qu’existe la crainte que se prépare ainsi le terreau au développement de la criminalité. Certainement que les services de sécurité ont engagé les réflexions sécuritaires destinées à discerner l’essentiel dans les mutations de toute nature de la société.

D’autres maux sont apparus, à savoir la criminalité organisée, les cambriolages, les enlèvements avec la terrible crainte que les agressions contre des domiciles se feront en plein jour avec prise d’otages. Les populations voudraient une présence policière assez visible dans les quartiers, d’autant qu’il est su que des bandes rivales se disputent quotidiennement le monopole sur le territoire. Un jour, il serait peut-être possible que les habitants paient pour que leur sécurité leur soit assurée comme cela se pratique dans nombre de pays. Une sécurité privée.

B. M.

Comment (7)

    lhadi
    29 septembre 2018 - 10 h 57 min

    une liberté amie de l’ordre, un ordre compatible avec la liberté, voilà ce qu’exigent les algériennes et les algériens qui aiment leur pays autant que leurs parents.

    fraternellement lhadi
    ([email protected])

    4
    2
    Ch'ha
    29 septembre 2018 - 9 h 55 min

    Je prends mon cas personnel en France voiture bélier etc etc…
    Agressée quotidiennement 7j/7 depuis 2014 par la police « forces » de l’ordre pompiers MILICES DE CIVILS erc etc etc ….y compris les agents de service de sécurité privée.
    Agression HARCÈLEMENT qui est une agression et agressions PHYSIQUES multiples.
    Donc non je ne suis pas favorable à de la sécurité privée c’est l’État qui est garant des lois de l’application des lois et du respect de celles-ci par le citoyen lambda et le fonctionnaire étatique !
    Car quelle sera la marge de manœuvre d’action de ces agents de sécurité auront-ils le droit à un port d’arme etc …sachant que j’ai déjà été agressée PHYSIQUEMENT par un de ces agents de sécurité privée à Lyon alors que je marchais tranquillement en direction du centre commercial.
    C’est agents de sécurité doivent être des fonctionnaires assermentés et pas des PSYCHOPATHES sachant qu’en France la police « forces » de l’ordre qui n’ont de force que le nom est PSYCHOPATHE CRIMINELLE ET DE SURCROÎT RACISTE (anti-bougnoule ALGÉRIEN j’insiste) et pratique la RATONNADE à mon encontre de manière plus que zélée la persécution digne du gouvernement Vichy, attention les makhnazis et comparses dealers de drogue marchent main dans la main avec la police lyonnaise et oui cela va sans dire mais pour agresser une bougnoule algérienne cette même police française fait montre d’une BRAVOURE et d’un COURAGE exemplaire cela va sans dire le monde entier nous les envie…pour sûr

      Lghoul
      29 septembre 2018 - 21 h 23 min

      Votre cas est particulier. On dirait que toute la france vous surveille pour des raisons qu’on ignore. Pour nous parler de voiture belier c’est trop serieux pour rester les bras croises. En tout cas tout ce qui vous arrive est unique.

    Djeha Dz.
    29 septembre 2018 - 9 h 44 min

    Les Algériens payent déjà pour leur sécurité . L’algérien’est-elle pas un des pays au monde à avoir le plus de policiers et de gendarmes par habitant ?
    Cette armée de policiers et de gendarmes ne servirait en fin de compte que pour la défense du système et ses hommes ou à la répression des manifestations à caractère syndical ou politique.
    Si la criminalité est en hausse, C’est que quelque que part quelqu’un ne fait son boulot, et que les lois qui répriment la criminalité sont trop indulgentes et sont à revoir.
    La volonté qui anime l’ANP à la traque des terroristes, peut animer également les forces de l’ordre qui sont chargées de veiller sur la sécurité des citoyens.
    Il faudrait d’autre part sensibiliser les citoyens à apporter leur concours au renforcement de la sécurité en s’organisant.
    Cela se faisait bien dans les quartiers durant les années 90, où les suspects étaient chassés par les résidents eux-mêmes.

    11
    Karamazov
    29 septembre 2018 - 8 h 57 min

    Vous ne pourriez pas mieux dire. Nous suivons le chemin des pays de l’Amérique du sud avec 30 ans de retard , un handicap en plus: la culture arabe. On y coupera pas. Vive le matérialisme historique !

    Jusque-là le pouvoir achetait notre sécurité à coup de subventions , maintenant on doit se débrouiller tout seul.

    Allah yesteur!

    5
    1
    Les Bonnes Décisions !
    29 septembre 2018 - 8 h 43 min

    Il y a des êtres qui refusent le travail et tombent dans le vol, d’autres qui ne trouvent pas de travail et tombent dans le vol, ces derniers méritent d’être aidés, les premiers sont à ramasser et non pas mis en prison aux frais de la princesse, mais à condamner à des travaux d’utilité publique, avec des chaines aux pieds, cette mesure sera dissuasive, tout comme peut l’être l’application de la peine de mort. Ceux qui nous ont inondé par « les droits de l’homme » ont certes amélioré certaines choses, mais ils avaient pour dessein de nous ligoter, pervertir, il faut réagir, n’en prendre que ce qui est réellement bon, et notre salut dépend de notre réaction face à la prolifération des crimes, bref être impitoyables tout en étant justes. Je ne vois pas ce qui empêcherait les autorités de ramasser les bras cassés pour les employer tout en les « éduquant », et celui qui est incorrigible finira ses jours les chaines aux pieds, c’est le prix que se doit une société qui tient à sa survie.

    6
    2
      Vols sous formes de subventions
      29 septembre 2018 - 20 h 31 min

      Que dire des protégés nommés dans les institutions algériennes en France par exemple comme ceux du centre culturel algérien qui a reçu cette année une énorme subvention comme chaque année pour que ces protégés continuent a ce tourner les pouces payés du Trésor public.
      Les consulats l’ambassade et l’école algérienne internationales aussi engraissent ces proches des escrocs en cols blancs et passeport diplomatiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.